Home ACTUALITE Leadership politique à Maradi: Qui pour briguer la magistrature suprême en 2021 ?

Leadership politique à Maradi: Qui pour briguer la magistrature suprême en 2021 ?

De toutes les élections, les présidentielles sont sans doute celles qui drainent tous les enjeux. Chaque village, chaque commune, chaque communauté, chaque département, chaque région, chacun et chacune caressent le secret espoir, de voir un jour, l’un des siens se distinguer et se faire adouber par la majorité des nigériens.

Du coup, la question qui revient de plus en plus dans les débats ici à Maradi est la suivante : Quel est ce politicien, homme d’état d’envergure nationale, capable de briguer la magistrature suprême et qui pour une fois, réussira cette « union sacrée politique » qui a déserté la région depuis l’avènement de la démocratie post conférence nationale ?

En finir avec les rangs dispersés…

Ils étaient pourtant jusqu’à cinq à vouloir briguer cette magistrature suprême aux dernières présidentielles de 2016. Abdou Labo (CDS), Cheffou Amadou (RSD), Kassoum Moctar(CPR), Mahamane Jean Padonou (CDP), Ibrahim Yacouba (MPN), ensemble ils ont éclaboussé les records de participation « des enfants » d’une même région à une élection présidentielle. Cette profusion de candidatures, on s’en doute, a été mal vécue par les maradawa qui ont vite perçu là, une belle occasion de disperser leur force politique.

« Kara zubé !!! » (tiges éparpillées) était à l’époque l’expression la plus utilisée pour qualifier cette pléthore de candidatures. Aussi les maradawa, choqués par cette absence de solidarité entre leurs hommes politiques, ont-ils préféré leur administrer une raclée magistrale. Aucun d’eux n’a récolté plus de 10% de leurs suffrages. Mieux, un candidat qui n’est pas de la région, Issoufou Mahamadou (PNDS), a réalisé ici le « coup KO » en remportant 52% de leurs votes.

L’épisode 2016 est encore vivace dans le subconscient politique régional. Cheffou Amadou le doyen des candidats de la région, ayant tiré les leçons de son odyssée personnelle et celle de son parti, ne cesse d’appeler les maradawa à un « sursaut collectif ». C’était le sens de son discours lors du dernier anniversaire de son parti tenu en début d’année, à Maradi.

Kalla Moutari, l’homme qui fait l’unanimité !

Depuis, dans les fadas de Maradi, l’on a adopté le procédé de « tankadé da rawrayé » (sélection par discrimination) pour pouvoir dénicher cet homme d’état qui symbolise en même temps leur grandeur d’âme, leur générosité, leur intelligence et leur ferme engagement à contribuer à l’édification de leur pays.

Ainsi, tranchent ces observateurs de l’ombre, Cheffou Amadou, au crépuscule de sa carrière politique, ne sera sans doute pas le porte flambeau de cette nouvelle dynamique qu’il appelle pourtant de tous ses vœux. Abdou Labo est désormais « complètement out » à cause de son passif judiciaire. Mahamane Jean Padonou est aux abonnés absents depuis les dernières élections. Le jeune Kassoum Moctar ne pourra pas non plus assurer ce leadership régional, à cause principalement de ses démêlées avec l’opinion nationale et une partie de l’opinion régionale. Ibrahim Yacouba quant à lui, semble avoir « migré » vers d’autres horizons…

Cependant, à côté de cette « panne » évidente des candidats de 2016, un nouveau leadership a émergé à la faveur de l’arrivée du PNDS au pouvoir. Un leadership porté par des cadres compétents qui ont apporté une réelle plu value à leur parti et à leur pays. Ils sont en effet plusieurs qui ont porté haut les couleurs du parti présidentiel pour en faire aujourd’hui, de loin, la première force politique de la région, détrônant ainsi le MNSD.

Après synthèse, les scrutateurs de la scène politique de Maradi sont unanimes : De tous les hommes politiques en vue, Kalla Moutari est incontestablement celui qui incarne le mieux cette dynamique. Il est à ce jour, le seul « présidentiable » qui fasse l’unanimité, y compris chez les opposants. Adulé de toute part, les « accueils grandioses » qui lui sont réservés à chacun de ses déplacements officiels ou privés dans sa région natale, ressemblent plus à des célébrations du « retour d’un enfant prodige ».

Les échos favorables qui leur parviennent des autres régions du pays sur la perception du personnage, renforcent davantage la confiance des maradawa sur son leadership.

[author ]El Kaougé Mahamane Lawaly[/author]

17 Comments

  1. Pauvre Niger,
    Pauvre pays, toujours dernier en IDH
    Pauvre nigériens qui ne voient jamais l’essentiel
    Pauvres « démocrates » qui sacrifient leur avenir dans des insultes, haine et la zizanie

    A quand donc l’essentiel ?
    A quand la paix la stabilité et l’harmonie?
    A quand donc la mobilisation des énergies pour le développement?
    A quand la mise en place d’un système éducatif de qualité?
    A quand des universités dignes de ce nom?
    A quand la mise en œuvre des conditions de développement?

    Pauvre Niger,
    Pauvre pays, toujours dernier en IDH
    Pauvre nigériens qui ne voient jamais l’essentiel
    Pauvres « démocrates » qui sacrifient leur avenir dans des insultes, haine et la zizanie

    Vous avez dit pauvre Niger?

    1. Apparemment tu n’as pas lu l’article. Le Souffle est un journal régional d’après ce que j’ai compris. Rien à voir avec ton régionalisme…

  2. c’est un article régionaliste. l’autorité chargée de cette question devrait sévir sans faiblesse. Ou même, le Procureur doit s’auto-saisir et punir comme les jeunes de Zinder qui avaient appelé le Président Issoufou à un 3è mandat. Il faut qu’on apprenne à arrêter ces choses

  3. On commence à comprendre que s’il y a un complot qui se prépare , il y a des mercenaires qui donnent le coup d’envois de cette manière . Kou yi kou Ida . Allah day ba kamar chi .

  4. Ne vous laissez pas emporter par la stratégie des hommes à l’avenir sombre de lumana. Ils échoueront sur tout le plan in shaa allah. Leur plan sur l’insurrection n’a pas marché, le plan secret Salou/issoufou n’a pas donné des résultats, leur rumeur problème entre Bazoum et Issoufou n’a pas eu de succès. maintenant ils vont entre les leaders du PNDS. en 2021, Bazoum PRN, Seini PAN et Albadé PM.

  5. Way ba ? De tous les prétendants à la PRN, bazou m est le mieux qualifié. Il a fait montre d une fidélité exemplaire. Il avait eu l occasion (sous mainassara barré) de fuir le pnds pour la primature il ne l a pas fait pour ne pas trahir les siens. Peu de cadres du pré carré du pnds pouvaient renoncer à cette « offre »du ciel. Lui ,natif de tesker,savait kon ne badine pas avec l’amitie,et surtout, l idéal politique qu ils portaient à l époque ,et dont il était convaincu de la pertinence. Quant à sa prétendue « arrogance » ki n à pas le sens de l arrogance dans le milieu politique en général, et nigérien en particulier ? On dit même kel peut aider à se faire respecter et à s imposer dans le milieu. Hama en sait kelk chose. Maintenant ne pas aimer bazoum ,la c est une autre affaire…

  6. Du calme, ALI. dis moi un seul politicien saint au niger. Donc tes insultes ne se justifient pas. Surtout qu’elles sont sont adressées à des politiciens d’une même région.

    1. La politique en elle même n’est pas une mauvaise chose, bien au contraire…mais elle est gangrenée majoritairement par des malsaints… Il y en a, cependant, qui sont bien dans le coeur mais ceux-là n’ emergeront jamais car le peuple, telle une jeune fille qui découvre la splendeur de son corps, préfère les vendeurs de rêves, les usurpateurs etc…

      Dieu ne donne aux gens que les leaders qu’ils méritent, « contextuellement parlant »…
      Si Kalla Moutari ou quiconque est la bonne personne pour le Niger Qu’Allah lui facilite l’accession au pouvoir. Mais si les bonnes oeuvres qu’il entreprend présentement ne sont que du « charming » à dessein populiste et ses vraies intentions sont autres que la quiétude sociale et le développement du Niger, alors Qu’Allah le démasque au grand jour, au vu et au su de tout le monde.

    2. L’article même parle de Maradi.. c’est pour cela que j’ai fait référence à ses ressortissants.. Mais qu’on soit maradawa, zinderois, dossolais ou quoique ce soit, NOUS demeurons tous Nigeriens.

      De ce fait, s’ils sont des rats, ils seront appelés tels… s’ils sont des saints le peuple dont je fais partie les appellerait Saints!!

  7. Hum, on parle de la région de Maradi. Bazoum n’en est pas ressortissant. Et cette analyse est pertinente car aujourd’hui kalla a vraiment le vent en poupe à maradi. Que le BON DIEU fasse que maradi ait aussi à diriger ce pays par son biais, AMEN.

  8. Article commandé….et BIDON

    Kalla Moutari, cherche le pourvoir en douce, il fait la même chose qu’Ibrahim Yacouba faisait lorsqu’il a commencé à nourrir des ambitions politiques à partir de 2010… que des actions populistes pour séduire le peuple… Mais qu’a été la suite de ce jeune homme qui suscitait tant d’espoir au-delà de Maradi… ???
    Le peuple n’apprend jamais les leçons du passé.
    Il continuera à être arnaqué par des usurpateurs, des vendeurs de rêves, des voleurs, des mécréants, des populistes, comme Kalla Moutari, Ibrahim Yacouba, Kassoum Moctar etc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Pose de la première pierre, pour la construction du Pipeline Niger-Bénin par le Président de la République Issoufou Mahamadou…

Le Président de la République, Chef de l’Etat, Issoufou Mahamadou  a lancé officielle…