Accueil / ACTUALITE / Les Kamé kamé de M. Ya Moussa Issa Secrétaire Général du SNAT

Les Kamé kamé de M. Ya Moussa Issa Secrétaire Général du SNAT

M. Ya Moussa Issa Secrétaire Général du SNAT

Suite à la publication d’un article sur notre site d’information ‘’ Tamtam-info’’ relayant des informations sur le fonctionnement de la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique (DGT /CP), le Bureau Exécutif de Syndicat National des Agents du Trésor a rendu public une déclaration de presse, le jeudi 12 avril dernier, afin de nous accuser injustement tout en fustigeant l’actuel Directeur Général du Trésor, dont la gestion est qualifiée de peu orthodoxe.

Dans ce point de presse, le Secrétaire Général du SNAT, M. Ya Moussa Issa joue au zèbre équilibriste.

En effet depuis que des proches à lui ont été éjectés de la Paierie Générale du Trésor, de l’ACCT, etc, il fait de tout bois pour déstabiliser la direction générale actuelle du Trésor et de la Comptabilité Publique. Au lieu de répondre aux  différentes interpellations dont il a fait l’objet dans l’article de Garba Mairigia, sur la mauvaise gestion du fonds social dont il est accusée, il se contente à faire du dilatoire en accusant l’actuel DG du Trésor de tous les péchés.

Au lieu donc de s’occuper de sa vraie mission, celle de défendre les intérêts des agents du Trésor, il passe plus son temps à faire des va et vents entre la Présidence de la République et le ministère des finances pour ragoter.

Dans ce point de presse, le Syndicat National des Agents du Trésor ou du moins son SG a demande le départ immédiat et sans condition de leur Directeur Général pour atteinte porté à leur département ministériel.

Tiens, tiens, on a la même tonalité dans une déclaration similaire rendue public en mars 2016. Alors, camarade SG, qu’en est il du Fonds social ?

Et quelle est votre position par rapport aux réformes entreprises au niveau du Trésor, réformes initiées par l’UEMOA ?

Répondez à ces questions, le reste tout le reste n’est que du dilatoire.

À propos de l'Auteur

Garba Mairigia (Web Contributeur) (Tamtam Info News)

À propos Administrateur

53 plusieurs commentaires

  1. Merci aux différent contributeurs qui nous ont permis de mieux comprendre la mentalité de certains syndicalistes. Le gouvernement doit prendre ses responsabilités en main pour nettoyer le Trésor car l’Etat perd, les honnêtes citoyens perdent aussi.

    • En tout cas, cette affaire a fait tomber le masque derrière lequel se cachent les syndicalistes du Niger: des escrocs de la pire espèces. Mais ceux du Trésor, eux, ne sont pas des escrocs: ce sont des VOLEURS! Il est donc plus qu’urgent de les mettre hors d’état de nuire à leur base. Du reste, la place des voleurs, est-elle vraiment dans un bureau?

  2. Mais où est passé le DRH, pour que ses lieutenants de la Div. logistique et financière s’adonnent ainsi au racket qui est décrit par les intervenants? Ou bien il est dans le système aussi?

    • Ah! Parce que dans une boîte, vous pensez que l’on puisse bouffer un tel argent sans le DRH?! Mais vous êtes trop naïfs, quoi! Il est dedans, pian! Il paraît aussi que ses lieutenants et lui-même se livrent à un rançonnage en règle des comptables des Régions (TR et TD). Et sur ce terrain, ils semblent faire concurrence à un certain Idrissa Yayé, Inspecteur Principal de son état, mais qui incarne la honte de la profession. Son cas à lui est inqualifiable, parce que ses pratiques (racket) sont sur l’ensemble du réseau de la DGT/CP où il constitue une véritable terreur pour les comptables. Souffrant d’un déficit chronique de personnalité, ce monsieur n’épargne personne: ni les collègues, ni les fournisseurs, ni les autres usagers du Trésor. Pour avoir vendu son âme au diable, ce triste sire est à la recherche d’argent du 1er au 30 du mois, et ce sous des prétextes qui jurent avec tout sens de dignité: « mon enfant est malade », « mon véhicule est en panne », « on m’a coupé le courant », « je suis en panne sèche », « mon épouse à besoin de ceci », « j’ai mis mon portable en gage contre un billet de 5000f », etc. Dites-moi, c’est cela faire honneur au statut et à la fonction comptables? Respectez-vous un peu, là!

      • Tiens, tiens! Je crois que c’est ce monsieur-là à qui ils ont donné les surnoms de « coxer » et « commandant » (en référence à l’officier de douane connu pour le racket). Il paraît qu’il n’est pas loin de la retraite. C’est en tout cas ce qu’espèrent les comptables des Régions qui souffrent trop des agissements de ce monsieur. Mais en attendant qu’il aille à la retraite, des mesures doivent être prises pour arrêter sa spirale de nuisance qui n’a que trop duré. Avis!

      • Quoi?! C’est donc comme ça qu’ils sont, nos comptables publics? Nous, nous les apercevons de loin et les assimilons aux banquiers qui sont bien payés. Ashé, ashé!

        • Laisse, mon frère. Regarde-les seulement se pavaner à bord de gros bolides qu’ils s’en vont garer dans des maisons cossues, mais ne cherche pas à savoir comment ils les ont acquis. Sache juste que ce n’est pas leurs revenus d’agents de l’Etat qui leur ont permis cette « spectaculaire réussite ». Tiens, il y en a par exemple un qui était dans ma Région (Tahoua), mais qui a été relevé de ses fonctions depuis 2 ou 3 ans, mais dont la simple évocation du nom fait encore, à ce jour, trembler les populations de l’Ader, du fait de son affairisme intolérant. Son racket s’étendait jusqu’aux pauvres contractuels. C’est vous dire….

          • Le gars décrit ici me fait penser à un Trésorier Régional de Tahoua qui a été débarqué par le Président de la République le jour (ou le lendemain) de son arrivée pour ses vacances à Dan dadji. Si c’est lui, il est très riche dèh! Ses « réalisations » à Niamey et même ailleurs sont immenses, et il fait désormais la « fierté » de sa famille qui, il y a peu encore, tirait dangereusement le diable par la queue. Malheureusement, tout est bâti sur de l’illicite. Un haram tellement révoltant qu’il a écoeuré le Chef de l’Etat.

            • Les comptables qui font carrière en Régions sont terribles! Un autre qui est resté à Zinder a fait pire. Il est ensuite revenu au siège pour poursuivre son oeuvre prédatrice pendant encore des années, avant d’être récemment dégagé. Il occupe aujourd’hui un poste de Directeur au Trésor, dans une de ces Directions qui « battent de l’aile », comme l’a estimé le petit con de SG du SNAT. Totalement surréaliste!

    • Je suis Trésorier Départemental, et je confirme que ce monsieur constitue une vraie hantise pour mes collègues et moi-même. Vers fin mars passé, une mission qu’il devait effectuer sur l’axe Maradi-Zinder-Diffa a été annoncée, et elle avait tout de suite créé un vent de panique parmi les TD qui redoutent son passage dévastateur. Lorsque l’information avait été annoncée, l’onde de choc s’était fait ressentir jusque dans les Régions qui n’étaient pas concernées par la mission du sieur Yayé. Il faut dire qu’il te « rende visite » ou pas, tu n’es jamais à l’abri de ses assauts, puisqu’il t’appelle pour t’extorquer des sous. Nous TD, nous en avons plus que marre de l' »ouragan Idrissa Yayé ».

      • Messieurs les comptables, vous-mêmes vous n’êtes pas clairs dans ce que vous faites (votre façon de gérer). Sinon, si vous n’avez rien à cacher, comment cet soi-disant Inspecteur va oser vous faire chanter? Parce que moi je comprends que ce n’est rien d’autre que du chantage, ce que ce monsieur vous fait. Sans ça, je ne vois rien qui puisse vous obliger à donner de l’argent à un monsieur qui, de part sa position, est censé gagner mieux que vous en termes de salaires et autres avantages. A mon avis, c’est votre cas même qui est à revoir, messieurs les TD.

      • mr le Td si vous n’etes pas des voleurs pourquoi craindre le passage ce soit disant inspecteur sinistres.

  3. Les membres du bureau du SNAT (notamment un monsieur à la moustache bien fournie) racontent partout que leur mentor Zourkaleïni menace de porter plainte contre ses détracteurs. Alors que toute cette association de malfaiteurs sache que cette plainte est vivement attendue. Ce sera ainsi l’occasion de faire un déballage exhaustif de 6 ans de carnage et de prédation de ressources publics. En ce moment-là, tout le monde aura l’occasion de découvrir le Cosa Nostra local à travers tous ses tentacules, et aussi toute sa « splendeur ». Il paraît aussi que le sieur Zourkaleïni a commencé à lâcher du lest, en se plaignant d’être victime d’un acharnement, alors même qu’il n’est pas le seul Trésorier à s’être enrichi au Trésor. Ça commence à venir. Mais qu’il réserve cet argumentaire pour ses prochains juges. Tiens! C’est plutôt curieux, d’ailleurs, que son factotum Boulama ne lui ait pas déconseillé une telle aventure.

  4. Camarade Adamou, les syndicalistes des années 1990 sont différents de ces chasseurs de brebandes et colporteurs des fausses nouvelles.

  5. Le Camarade de lutte Adamou de 1990.

    Kectho ! voilà ce que ça donne quand on confie les responsabilités syndicales à un jeune opportuniste sans formation syndicale, il est imbu de sa personnalité, très orrogant, il provoque un volcan en éruption qui risquerait d’emporter tous ceux empruntent son chemin.

    Je profite pour rendre un vibrant hommage à l’équipe du camarade Issoufou BOUBACAR KADO pour tout ce qu’ils ont pour les travailleurs du Trésor et des impôts . (SNIT )
    Au lieu de suivre les pas de leurs aînés pour donner au syndicalisme sa lettre de noblesse, le petit Yamoussa Issa fait trainer tout un corps dans la boue. Resaississez vous camarades, c’est honteux ça !

    • Le Camarade de lutte Adamou de 1990.

      Lire : tous ceux qui empruntent son chemin.
      lire également : pour tout ce qu’ils ont fait aux travailleurs.

  6. Le mensonge a beau courir, la vérité finit toujours par le rattraper. Le clan Ya Moussa pensait peut-être l’emporter au paradis. Que nenni! Un jour, le SG Ya Moussa, son « tonton flingueur de fournisseurs » ex-PGT (Abdoulaye 10%), ainsi que sa « Ma-Dalton » de tantine (ex-fondée ACCT) vont devoir recracher tout ce qu’ils ont volé aux citoyens. Leurs marabout et autres « bokayé » (zimas) ne pourront pas leur sauver la mise, cette fois-ci. Parce Dieu est justice, et Dieu est avec les justes. Et eux en sont l’antithèse.

    • Bon Dieu, mais vous du Trésor, qu’attendez-vous donc pour vous débarrasser de cette sale vermine? Mais ce n’est pas un syndicaliste que vous avez, là. C’est plutôt un SCANDALISTE!

    • Abdoulaye Issoufou Yamoussa, alias Abdoulaye 10% et son épouse formaient un couple maléfique, quand ils étaient respectivement Payeur Général et Fondée à l’ACCT. Ils avaient étendu le réseau des bons de caisse jusqu’à leur domicile, où un parent au mari recueillait des bons de caisse contre de forts pourcentages. Tous les créanciers de l’Etat qui avaient eu vent de ce « tuyau » s’y précipitaient, parce que c’était le raccourcit par excellence pour se faire payer rapidement. La dame, quant à elle, avait totalement fagocité l’ACCT et le 1er fondé (bien que ce soit aussi un redoutable loup), pour s’accaparer tous les pouvoirs de paiement au niveau de la structure ACCT. Mais à la fin, et parce qu’il a une rapacité à nulle autre pareille, le DG Zourkaleïni a balayé le couple démoniaque pour installer ses gars à lui sur leurs poste, et ainsi mettre la main sur les juteuses affaires de la bande à Yamoussa.

  7. Le vrai problème du Trésor pour lequel il faut chercher une solution c’est comment traiter de manière équitable tous les prestataires de l’Etat? Aujourd’hui, quand vous avez un avis de règlement, il faut avoir des appuis au trésor pour se faire payer dans les délais requis. Est-ce normal?

    • Ce n’est pas normal, en effet. Mais un jour, un agent du Trésor m’a expliqué le non-respect des délais par les services du Trésor est lié à la raréfaction des ressources, et que dans de telles conditions, les responsables essayent de faire les choses au mieux en évitant de laisser s’installer la chienlit d’avant, dans laquelle les agents se « retrouvaient » à travers les interventions payantes. Avec le peu qu’il y a, il m’a expliquer que la Direction actuelle lutte pour instaurer une équité dans les paiements, et ce sans tenir compte de considérations politiques, mercantilistes ou autres. Je crois bien que cet agent avec lequel j’ai eu cet échange est honnête, puisqu’il n’a pas pris de gants pour me parler du phénomène de concussion qui a longtemps caractérisé le Trésor public nigérien. En plus, j’ai moi-même constaté que le ballet des commerçants et autres fournisseurs de l’Etat a fortement baissé au Trésor. Pourvu que ça dure.

  8. M. Ya Moussa est passé totalement à côté de la plaque, lors de sa pitoyable sortie médiatique. Il n’y a fait que tourner en rond, sans aborder le vrai problème du Trésor, et surtout le point sur lequel il a été personnellement attaqué. Il a essentiellement parlé d’une affaire de concours, alors que l’article qui les a incriminés, lui et ses complices, n’en avait aucunement fait cas. Il n’a donc fait que noyer le poisson. Quant aux morts dont il prend la défense au lieu de prendre la sienne propre, alors qu’il sache que tout individu qui passe tout sa carrière en train de voler ses concitoyens n’a pas droit au repos par-delà la mort. Il ne mérite point de reposer en paix, puisque de son vivant il n’a pas laissé les bien du peuple « en paix ». Le repos éternel se souhaite certes, mais il se mérite surtout. Donc, de grâce, M. le SG, arrête de nous rabâcher aux oreilles qu’on a profané tel feu-X ou tel vivant Y. Parce que tes X et Y ne furent et ne sont que des voleurs, rek! Impossible de les qualifier autrement, même si ce sont tes potes. Que cela te plaise ou merde!

  9. Agent du Trésor

    Avant, les vols en réunion étaient bien organisés par les syndicalistes et les comptables corrompus à travers un système de racket bien huilé. Mais depuis que les comptables voleurs ont été chassés, qui des postes qu’ils occupaient, qui du Trésor carrément, le monopole du vol est exclusivement retourné dans les mains des syndicalistes. Mais ne perdons pas de vue le « gang de la DRHL/F » qui dispose aussi d’une capacité de nuisance terrible. Le côté RH est inoffensif certes, mais que dire de la Division Logistique et Financière?! Un vrai nid de voleurs! Eux, procèdent, ni plus ni moins, à des extorsions de fonds. Demandez aux fournisseurs, et ils vous en diront des nouvelles! Tout se paye au niveau de cette Division. Rien n’y est gratuit. Même les collègues n’en sont pas épargnés. Exactement comme avec les syndicalistes (d’ailleurs, les agents soupçonnent les responsables de la DRH/LF d’être de mèche avec les Ya Moussa et compagnie pour « croquer » les 6% des ristournes prélevés mensuellement). Les agents de la Div. L/F volent les reliquats de frais de mission de leurs collègues. De plus en plus d’agents se plaignent d’ailleurs de cet état de fait. Même pour les ordres de mission qu’ils suivent au niveau du Ministère (ce qui est leur boulot), pour le compte de leurs collègues, ils exigent un petit 5 000 ou 10 000 à ces mêmes collègues. Alors, des gens qui n’épargnent pas leurs propres collègues, comment les imaginer faisant du cadeau à un fournisseur? Quelle indécence? Appât du gain, quand tu nous tiens….!

  10. Mais c’est une vraie bande d’enfoirés, ces syndicalistes! Quant à leur SG, c’est le véritable parrain à la tête de cette Camorra qu’ils ont créée au Trésor. Non contents de rançonner les fournisseurs, ils se rabaissent jusqu’à voler leurs propres colègues de travail?! Mais on est où, là?

  11. L ‘audit est déjà fait par les agents eux mêmes à travers les différentes réactions à l’article.
    L ‘inspection générale des finances ou un inspecteur général d’État sérieux, rigoureux , sans état âme, indépendant de l’actuel inspecteur général d’État en chef, car ce dernier est concerné, a des éléments d’appréciation. Il suffirait de demander aux différents agents qui ont réagit, contre protection, de détailler et prouver, ce qu’ ils ont dit à travers le Web. Tout paraîtra très clair, apparemment les agents ont décidé de tout dire. C’est une grande chance pour bien concrétiser la réforme. Le ministre Massaoudou a un grand cadeau sur le plateau pour bien concrétiser la réforme.

    • Ah! C’est dire donc que l’âme damnée de Zourkaleïni (Boulama) est d’office inéligible pour une telle mission, alors!

  12. que des voleurs partout

    Vivement que le Ministre des Finances ordonne une inspection d’état au niveau de tous les services publiques: DG, EPA, EPIC. Beaucoup de DG sont en train de gruger l’Etat à travers des arnaques savamment orchestrées. Que du vol organisé sans vergogne, parfois au vu et au su de tous. C’est vraiment triste, des hauts responsable qui n’ont pas pitié de ce pays. Aucune dignité, aucune morale. Du courage Mr Massaoudou, pour préserver les finances publiques et pour arreter ce désastre dans les établissements publics. Mr les DG qui vivent au dessus de vos salaires, Pitié au nom d’Allah, arreter de voler.

  13. Je crois que le Président de la République doit ordonner une inspection d’état. On voit clairement ici qu’il y a trop de problème au niveau du trésor.

  14. To kaji ! C’est vraiment triste ! Cet article a le mérite , de part les réactions suscitées , de nous permettre de comprendre ce qui s’est passé ces dernières années dans les services du Trésor public. Donc avec cette rapace des syndicalistes, c’est chacun pour soit Dieu pour tous.
    Aucune notion de défendre l’intérêt général !
    Je comprends maintenant leur combat d’arrière garde contre la réforme des services du Trésor.
    Ils veulent l’ancien ordre où ils se partagent les biens publics au détriment de l’intérêt général.
    chers camarades , resaississez vous, arrêtez ce saccage de dénier public. Le ministre Massaoudou avait raison de balayer l’ancienne équipe de mettre en place une nouvelle équipe plus nationaliste. Avec cette sulfureuse équipe des syndicalistes, pas d’assemblée générale, pas d’autocritique, pas de dénonciation de mauvaises gestion, l’essentiel, c’est de s’entendre avec la direction pour gruger l’État et les militants de base. Je me demande ce que dirait l’ancienne garde des syndicalistes qui a fait ses preuves de gloire en lisant ce lot de réactions qui illustre bien le malaise qui est à la base du changement opéré.

  15. Au cours du même point de presse, tu semblais essayer d’amadouer le Ministre des finances. Mais je crois, hélas pour toi!, qu’il est au courant de tes rapines au sein de la DGT/CP. Cherche-toi donc une autre bouée de sauvetage ailleurs! En outre, je t’informe (non, je te préviens) qu’aller « se terrer » à la Présidence, au Ministère ou ailleurs ne saurait mettre de notoires voleurs du peuple à l’abri des critiques. Aujourd’hui, tu tentes de « sauver » tes patrons de la Présidence et du Ministère, parce que c’est bien à cause de tes bêtises et de ta voracité sans bornes qu’ils se trouvent sous les feux de la rampe de la critique. Pendant que eux avançaient masqués, toi tu as agi à découvert dans le cadre du tandem que vous formez. S’ils ne voulaient pas être critiqués, ils n’avaient qu’à ne pas voler le peuple.

  16. M. le SG du SNAT, précisons bien le contexte des choses! C’est quand même du français qui est parlé dans l’article qui t’empêche de dormir, et tu ne le comprends, ni ne le parle mieux que les gens que tu as essayé d’embobiner dans ton fameux point de presse. Le défi que Mairidjia t’a lancé pour envoyer « ta » base en grève n’était pas en rapport avec cette affaire de concours de l’ENAM. C’était plutôt en rapport avec l’engagement commun que vous avez pris, ton ancien ennemi Zourkaleïni et toi, de déstabiliser la DGT/CP. Et ça, tu peux toujours essayer, et tu verras le cuisant échec qui s’ensuivra, et ce en dépit de cette solidarité que tu dis régner au sein du SNAT. Mon oeil! Tu penses encore avoir le soutien d’une base que tu spolies chaque mois?! Tu te fous décidément le doigt dans l’oeil! Apparemment, toi, à part le vol, l’autre art que tu maîtrise, c’est le mensonge et la calomnie. To, ka san « qarya huré také, bata diya »!

  17. Il est vraiment temps de débarrasser le SNAT de ces ordures qui le gangrènent. Car avec ces 6% des ristournes qu’ils engrangent chaque mois, ils se sont trouvé un vrai filon qui vient compenser un peu le manque à gagner que leur créent les réformes.

  18. J’ai vraiment du mal à croire que l’ancien DG Zourkaleïni soit aujourd’hui ami avec ces mêmes syndicalistes qui traitaient récemment sa gestion de « chaotique et scandaleuse »! Pour un dirigeant, ça c’est l’insulte suprême! Comment donc (et surtout quand?) a-t-il digéré cette offense, pour déjà se prendre de sympathie pour les pourfendeurs de sa gestion?

  19. Syndicat du crime!

    Non, mais franchement, à quoi sert l’actuel bureau du SNAT aux agents du Trésor? Le bureau brille par son absence: pas d’AG, pas de délégués pour servir de relais avec la base, bref la rupture est totale avec celle-ci! Les syndicalistes ne sortent qu’une fois par mois de leur hibernation, et cela pour perpétrer leur casse mensuel, puis retomber dans la clandestinité. Un peu comme des maquisards, en fait! Ou à la manière du banditisme organisé. De vrais mafiosi, alors ceux-là!

  20. Syndicat de voleurs!

    Monsieur le SG, avant de dire que la porte de quelqu’un est sale, commence d’abord par balayer la tienne. Tu n’as jamais insinué, au cours de tes sorties lamentables, que le DG du Trésor est impliqué dans telle ou telle affaire. Mais à toi, on demande d’expliquer à « ta » base l’usage que tu fais de l’importante somme d’argent que tu lui soutires chaque mois. Tu ne confonds pas ça à ton argent propre, j’espère. Car il paraît que depuis que tu étais TD, tu avais cette fâcheuse manie de confondre argent public et argent propre.

  21. Donc si je comprends, à chaque fois qu’un DG décide de contrôler la gestion du fonds social, le syndicat du Trésor demande son départ?! Lallé day syndicalisme yana da dadi a Trésor! Et à ce rythme de menaces et autres épées de Damoclès suspendues sur leurs têtes, c’est motus et bouche cousue pour un DG du Trésor, j’imagine! Et pendant ce temps, que font les militants de base auxquels le syndicat refuse toute forme de reddition de compte?

  22. Il est plus que temps de faire partir cette clique de rapaces qui est à la tête du SNAT. Ils ont déjà tenté de nous voler le mois passé pour le partage des ristournes, mais heureusement que la Fondée de la RGT les a démasqués. Mais malgré ça, il paraît qu’ils nous avait un peu volés, quand même. Et que nous préparent-ils pour ce mois-ci? Que Dieu nous vienne en aide, camarades!

  23. Il paraît que l’épouse du PGT appelé à l’époque « Abdoulaye 10% » était elle-même une vraie Mafiosa: il se raconte que du temps de son séjour à l’ACCT, chaque fin de semaine, elle faisait convertir à la caisse le montant de sa « moisson » de la semaine en devises (euros plus spécialement) pour on ne sait quelle raison. En outre, et ça c’est connu de tous, c’est le SG du SNAT, parent de son mari, qui lui suivait tous ses chantiers de constructions à Niamey, et ce jusqu’à la gestion des locations des maisons construites.

  24. Mais c’est normal que le SG du SNAT exige l’audit, par la Halcia, de la gestion du DG de l’époque! En effet, c’est Zourkaleïni qui avait allumé la première mèche en envoyant à la Halcia un lot de chèques sans provisions remis par Le Payeur Général Issoufou Abdoulaye, parent du SG, pour le liquider. Il fut arrivé à ses fins avec la mise fin des fonctions du PGT, par le Conseil des Ministres en 2013. C’est donc par pur sentiment de vengeance que le SG a demandé ledit audit du Trésor.

  25. Tchimi Maazou,mais fallait-il que cette base de SNAT ait prit conscience de cet état de fait.En effet,depuis leur semblant de congrès à Agadez,le nouveau bureau ne s’est jusqu’aujourd’hui pas présenté à la base.Nombre des militants ne connaissent même pas les membres de ce nouveau bureau.De plus,il parait que ce dernier s’arroge du 6% du montant total des ristournes revenant aux agents du trésor chaque mois alors que leurs collègues de la DGI,de la Douane et de l’Administration Centrale ne prélèvent qu’entre 2.5% et 3%. Quoi de plus normal que de demander un audit de ce fonds.où est le problème si on estime qu’on a bien géré!

  26. Victime du SNAT

    Vivement l’audit de la gestion du fonds social exercée par le SNAT, pour que les agents du Trésor puissent y voir clair. Les syndicalistes prélèvent 6% du montant des ristournes du personnel chaque mois, alors que personne ne voit ce qu’ils en font. Nous les soupçonnons de les bouffer entre eux. C’est d’ailleurs ce qui explique la vie de pacha qu’ils mènent.

  27. C’est vrai que le SG aurait dû laisser la latitude aux journalistes de lui demander des éclaircissements sur certains points où il a été directement interpelé. Après tout, il a été accusé de racket des usagers du Trésor. Que dit-il pour sa défense? A mon avis, s’il était clean c’est une conférence de presse qu’il aurait dû organiser, et non un point de presse dans lequel les informations sont transmises de façon unilatérale.

  28. Alors, tout ce beau monde éraflé (ou juste effleuré) ici, peut continuer à se mettre en travers du chemin des réformes des finances publiques du Niger, monsieur le journaliste. Mais comme ils sont loin – mais alors très loin ! – d’incarner des modèles de vertu en matière de gestion, ils peuvent s’apprêter à cauchemarder encore quelques temps. En effet, entre le cas de ces chèques sans provisions remis à des fournisseurs contre les 10% connus de tous, et ayant conduit au naufrage d’un Payeur Général en 2013, celui de ce paiement effectué hors Comité de Trésorerie, par un comptable en 2015, et lui ayant rapporté 50 millions de francs de commission, ou encore celui de ce véhicule qu’un DGT/CP a acheté, on ne sait trop comment, à sa fille pour un montant de 26 millions de francs en 2016, ainsi que bien d’autres, il existe aujourd’hui d’une mine d’informations censées garantir des nuits d’insomnie aux fossoyeurs des réformes. Le marché leur étant désormais mis à la main, à eux donc de bien voir là où se situent véritablement leurs intérêts.

  29. D’autres acteurs ayant partie liée avec le bureau du SNAT à des fins de déstabilisation de la DGT/CP sont actuellement repositionnés au niveau de l’administration centrale. C’est par exemple le cas de ces deux « anciens du Trésor » (un retraité et une préretraitée), aujourd’hui très haut placés dans l’organigramme du Ministère des Finances, qui caressent toujours le rêve de revenir dans la boîte pour réinstaurer le système de racket dans lequel ils ont excellé des décennies durant, et que l’actuelle Direction s’échine à éradiquer pour le bien des citoyens.

  30. Pour l’heure, Zourkaleïni fait espérer les membres du bureau du SNAT (et l’espoir fait vivre, dit-on), tout en leur promettant, en prime, de les faire nommer Inspecteurs d’Etat « chez lui » à la Présidence. Outre le SG du SNAT, il paraît que deux anciens « lieutenants » de Zourkaleïni (deux ex-fondés de pouvoir de l’ACCT) ont également eu le « privilège » de cette promesse chimérique. Eux aussi contribuent, à leur façon, et de l’intérieur, au travail de sape entrepris contre les réformes. Et à ce niveau, ils ne sont pas les seuls. En effet, outre le « Payeur Général-martyr » (qui a, depuis, fait la paix avec Zourkaleïni avec qui il est désormais ami), qui rassemble des journalistes dans certains coins de la capitale pour leur animer des « conférences » au cours desquelles il ne fait que vilipender les Informaticiens nommés à la DGT/CP, les syndicalistes sont aussi appuyés par certains anciens pontes du système précédent, se trouvant aujourd’hui sur le « bas-côté de la route », en raison de leurs très peu enviables palmarès.

  31. Nouveau gourou du SNAT, Zourkaleïni, appuyé par son ancien conseiller à la DGT/CP (qu’il a péniblement réussi à emmener dans ses valises à l’IGE) est surtout devenu le « cerveau » de l’entreprise de déstabilisation annoncée par le SG dudit syndicat. Nombreux sont, pourtant, ceux qui penseraient que dans un tel rôle, l’actuel Inspecteur Général ne fait que tirer les marrons du feu, vu que ses chances de revenir à la tête d la DGT/CP sont quasi nulles. Qu’ils se détrompent ! Son intérêt est autre: à travers le SNAT, il garde une oreille constante sur la boîte, pour ne pas être pris au dépourvu, en se faisant rattraper par quelques casseroles ayant parsemé ses six ans de gestion. A ses nouveaux amis syndicalistes, obsédés par leur croisade déstabilisatrice, il renvoie l’ascenseur en leur promettant de transmettre leurs « doléances » (en fait, juste des calomnies) au Président de la République. Mais lui arrive-t-il seulement de rencontrer le Chef de l’Etat ? Rien n’est moins sûr, eu égard à la vacuité légendaire du personnage

  32. Dans le cadre de la mise en œuvre des réformes, des contrôles sont opérés par la Direction de l’Audit et du Contrôle Interne (DACI) dans toutes les structures de la DGT/CP, pour un meilleur suivi des activités qui s’y déroulent. Et dans cette même logique, il a été programmé un contrôle de la gestion du fonds social par les syndicalistes (quoi de plus normal ?). La voilà donc la véritable, la seule et unique raison de la panique qui s’est subitement emparée du bureau du SNAT. Nous ne rentrerons pas dans les détails en ce qui concerne cet aspect, mais nos investigations à la DGT/CP nous ont fait sentir une base prête à en découdre avec le bureau du syndicat, qu’elle soupçonne de faire main basse sur une bonne partie du montant des ristournes revenant au personnel. Persuadés qu’aucune forme de compromis ne pouvait être trouvée avec l’actuelle Direction Générale, les membres du bureau du SNAT se sont donc tournés vers leur nouvel ami Zourkaleïni, avec qui ils se sont depuis réconciliés. Il faut dire que la volte-face du bureau du SNAT vis-à-vis de leur adversaire d’hier a été rapide, traduisant ainsi la versatilité de ces pseudo-syndicalistes : après l’avoir pris en grippe le 14 juin 2016, ils se sont retrouvés à tisser des lauriers à leur ancien ennemi à peine dix mois plus tard. En effet, le 1er mai 2017, le même bureau du SNAT décernait pompeusement à M. Zourkaleïni, un témoignage officiel de satisfaction (rien que ça !), dans le cadre d’une cérémonie où le ridicule le disputait la moquerie. Et le tout devant des militants totalement médusés, déboussolés qu’ils étaient par cette partie de cirque pour laquelle ils ne semblaient visiblement pas avertis. Si la réconciliation entre le SNAT et Zourkaleïni a été scellée le 1er mai 2017, elle a évolué crescendo, au gré de la mise en œuvre des réformes à la DGT/CP, atteignant sa « plénitude » au cours du mois de mars 2017. A cette période-là, le SG du SNAT, aussi désœuvré que l’Inspecteur d’Etat en chef, rendait quotidiennement visite à ce dernier. Ainsi, d’une inimitié viscérale, les deux acteurs sont, presque du jour au lendemain, passés à … l’amour fou. Il faut dire que le jeu en valait vraiment la chandelle, les enjeux étant de taille.

  33. Et pourtant, à l’époque, le même DG Zourkaleïni, pour pouvoir « faire ses affaires » en toute quiétude, a donné des consignes claires aux Comptables principaux, afin que ceux-ci accèdent aux desiderata des membres du bureau du SNAT, qui s’adonnaient notoirement à des « interventions payantes ». Quels ingrats, ceux-là ! Mais la riposte de Zourkaleïni ne tarda pas à venir. Dès le lendemain de la demande de son départ, il a diligenté un audit de la gestion, par le bureau du SNAT, du fonds social, étant d’avance certain que le gouffre qu’il y avait était abyssal. Déroutés par cette réaction aussi inattendue que compromettante, nos « vaillants syndicalistes » ont donc accouru dans le bureau du DG pour non seulement revenir sur leur demande de son départ, mais aussi lui présenter leurs plates excuses pour cette aventureuse incartade. Ainsi, une sorte de « paix des braves » a été signée dans l’intérêt bien compris des deux parties, et les petites affaires de l’un comme des autres ont continué à prospérer. Qualifier cela de connivence est encore euphémique, puisqu’il s’agit là plutôt d’une véritable association de malfaiteurs.

  34. Le DG n’était pas peu fier de son « exploit », et ne s’en cachait même pas, du reste. Et pour ce double « préjudice », le PGT dégommé vouait une haine indicible au « bourreau de la famille ». Et c’est ainsi qu’il a fait appel à son frère, « tout puissant » SG du SNAT, pour qu’il lave l’affront ainsi fait au clan, qui se trouve mis en péril par Zourkaleïni. D’où la demande de son départ, par le SNAT, pour sa « gestion chaotique et scandaleuse de la DGT/CP ». (Cela ne vous rappelle pas quelque chose ?).

  35. Le DG en question est l’actuel Inspecteur Général d’Etat en Chef à la Présidence de la République, et le DRH/M est celui toujours en poste à la DGT/CP. Le même pour qui, on s’en souvient, dans un papier récemment paru dans un quotidien privé de la place, les mêmes syndicalistes ont pris fait et cause, au travers d’une attaque au vitriol portée contre l’actuelle Direction Générale. Mais quel « péché », M. Zourkaleïni et son DRH/M, ont-ils commis, pour se faire ainsi vivement prendre à partie par le SNAT ? Le DRH/M passe, aux yeux du SNAT, pour être le sbire de son patron, que ce dernier utilise pour régler de menus comptes à ses collaborateurs, au travers d’affectations (encore les affectations !). Le DG, pour sa part, a réussi, après moult tentatives, à avoir la tête d’un Payeur Général, en 2013, avant de s’en prendre ensuite à l’épouse de celui-ci, qu’il a déboulonnée, en 2016, de son poste de fondée de l’ACCT où elle faisait la pluie et le beau temps.

  36. C’est le même chantage qu’ en 2016 !
    Chaque fois que ce syndicaliste alimentaire ne trouve pas son compte , il monte au créneau pour accuser la direction. Effectivement en 2016 , il a fait le même chantage à l’ancien Directeur général du Trésor, il a même exigé un audit de la HALCIA au Trésor. Ça sera une bonne chose à commencer par auditer le fonds social. L ‘opion sera édifiée sur la vraie nature de cette nouvelle race des syndicalistes . Au temps des KADO Issoufou, le syndicat ne s’est jamais impliqué dans la gestion du fonds social. C’est purement la défense des intérêts des travailleurs. Mais avec ces voyous, ils piquent leur nez partout, il font de la politique politicienne, des renseignements alimentaires à la place des services compétents au lieu de faire ce pourquoi ils sont élus. Il appartient à la base de faire changer la ligne de conduite de cette espèce des syndicalistes alimentaires.

    • Ce complot ourdi par le SG du SNAT contre l’actuelle Direction Générale du Trésor a piteusement échoué, de la même manière que celui qu’il a fomenté contre son nouvel ami Zourkaleïni. Et cette fois-ci, il faut que sa gestion du fonds social soit autopsiée dans la règle de l’art! Après tout, c’est de l’argent public qu’il a géré, et à ce titre, il doit en rendre des comptes, comme tout « manieur de deniers publics ». La base tient à savoir l’usage qui est fait des 6% de ses ristournes qui sont prélevés chaque mois par le gang de Yamoussa, depuis des années.

      • Mais voilà! On commence à comprendre la provenance de l’argent qui fait la grande prodigalité du SG du SNAT. C’est donc avec notre argent volé qu’il « offre » régulièrement des méchouis et autres friandises aux membres de la « fada » qu’il a créée au Trésor avec ses acolytes du syndicat, ainsi que des chauffeurs et autres subalternes du Trésor! On comprends surtout que ces pauvres agents subalternes ne jurent que par Yamoussa qu’ils trouvent particulièrement généreux, sans jamais se demander la provenance de son argent! Les pauvres! Si seulement ils pouvaient s’imaginer que c’est avec l’argent qu’il leur vole que leur « idole » leur offre cette pitance, ils s’en mordraient sûrement le doigt. Mais « ça va se savoir », comme dirait l’autre.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*