Accueil / ACTUALITE / Les missions d’observation internationales exhortent les nigériens à respecter la Constitution et le Code électoral du pays

Les missions d’observation internationales exhortent les nigériens à respecter la Constitution et le Code électoral du pays

ObservateurNigerLes Chefs des Missions d’observation électorale de l’Union Africaine (UA) de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) du Conseil de l’Entente (CE) et de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) ont rendu publique lundi à Niamey une déclaration préliminaire conjointe dans laquelle ils appellent tous les nigériens à respecter la Constitution et le Code électoral, et à œuvrer pour la tenue d’élections apaisées.

Selon M. Calyxthe MBari, chef de Mission de l’Union Africaine , les missions d’observations ont engagé des consultations préélectorales afin de s’enquérir de l’état des préparatifs du scrutin notamment avec les responsables de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), le président du Conseil Supérieur de la Communication (CSC), les coalitions de la majorité et de l’opposition politique, les partis non affiliés, et rendu une visite de courtoisie au président de la République, Issoufou Mahamadou.

‘’Ces consultations ont permis aux missions de recueillir les informations pertinentes sur les efforts déployés par les organes électoraux afin d’améliorer les conditions d’organisation matériel du 2ème tour’’, a –t-il indiqué.

Le chef de mission de l’UA a rappelé que les missions d’observation et d’information présentes au Niger pour suivre le processus électoral ont publié un communiqué le 19 Mars 2016 dans lequel ils appellent les acteurs politiques à maintenir un environnement apaisé, à s’abstenir de tout acte de violence et à recourir exclusivement par voie légale, pour règlement du contentieux électoral.

Ces missions ont aussi saisi l’occasion pour appeler toutes les parties prenantes à œuvrer inlassablement pour la paix et l’unité nationale à travers un dialogue inclusif afin de promouvoir l’intérêt général et le développement du Niger.

À propos de l'Auteur

Source: ANP.NE

À propos Administrateur

6 plusieurs commentaires

  1. Les gens califient Massaoudou de tout les maux. Ce que je vais vous dire,avec le nigerien il faut la DICTADÉMOCRATIE .Beaucoup de Nigeriens n’apprécient pas celui qui fait du bien. Je conseille à MI de taper fort plus fort. Les gens doivent se remettre au travail au lieu de chercher des formules hypocrites.

  2. Habib
    mars 23, 2016 à 10:19
    Lu sur Mondafrique

    Nicolas Beau

    Feux oranges

    Au Niger, où un proche de François Hollande et membre de l’internationale socialiste, le président Issoufou, devrait être reconduit dans ses fonctions à l’issue d’un scrutin totalement fraudé, où son principal opposant, Hama Amadou, aura fait campagne successivement dans une cellule de prison puls une chambre d’hôpital, la France aura brillé par son silence pesant. La réouverture de deux mines par Areva, confie-t-on en haut lieu, vaut bien qu’on passe son tour.

    Au Congo, l’Elysée a également montré beaucoup de mansuétude lorsque le président Sassou organise des plébiscites pour modifier la constitution, fait tirer sur la foule durant la campagne présidentielle ou n’hésite pas à envoyer la force publique, durant la journée de dimanche, pour réprimer les malheureux citoyens congolais qui tentent de surveiller le dépouillement/ Le tout sur fond d’interruption de l’ensemble des communications sur internet entre le Congo et le reste du monde. Là aussi, on sait se souvenir que notre ami Sassou a mis la main à la poche pour nous aider àfinancer la COP 21 et a fait de la France le premier partenaire commercial du Congo.

    Place aux « démocratures »

    Dans ces deux pays, il s’agit évidemment d’un alliage improbable entre des formes démocratiques et une réalité restée dictatoriale. Le joli néologisme de « démocratures » est parfaitement adapté à des régimes. Leur seul souci, durant ces scrutins qui n’en sont pas, est d’offrir un abord présentable à la communauté internationale. Encore faut-il savoir négocier avec les forces sociales et politiques en présence pour rendre acceptables ces parodies de démocratie. Or Issoufou et Sassou ont perdu la main, condamnés à la seule manière forte.

    Face à ces gesticulations, François Hollande et son gouvernement se réfugient dans un autisme coupable, une sorte de feu orange que l’on envoie à ces régimes discrédités. Passez en force, mais évitez la casse. Résultat: le divorce s’accentue entre la France et les peuples d’Afrique de l’Ouest. Le capital de sympathie de la patrie des droits de l’homme se réduit comme peau de chagrin.

    Le succès de messieurs Sassou et Issoufou sont autant de défaites françaises..

  3. Cher Monsieur N’gondo, ne vous en faites pas. Il ne se passera rien au Niger. Nous les Nigeriens, nous sommes suffisamment murs et informes. Personne n’ira mourir pour Mahamadou Issoufou et il n’est pas necessaire qu’il y ait la guerre poir le faire partir. IL N’EST PAS AUSSI IMPORTANT QUE CA AUX YEUX DES NIGERIENS. MAHAMADOU ISSOUFOU NE VAUT PAS UNE GUERRE! Il ne vaut meme pas un coup d’Etat. Vous rendez-vous compte? Qui acceptera au Niger, de mourir pour le saoulard Massaoudou? Qui va se battre au nom de ce parvenu de Bazoum? Je suis sur que si vous etiez Nigerien vous seriez deja en train de vous rouler par terre de fou-rire a l’idee que quelqu’un ira se battre pour Massaoudou ou Bazoum. Au Niger, nous on les prend pour des farfelus. Ce sont eux qui croient qu’ils sont importants. Nous au Niger nous n’avons aucune consideration pour eux. ON N’A PAS BESOIN DE VIOLENVE POUR LES FAIRE PARTIR. ILS PARTIRONT EN PLEIN JOUR LA QUEUE ENTRE LES PATTES SANS QU’IL Y AIT LE MOINDRE COUP DE FEU.

    • bien dit mon frère oups!

      MI, un jour, disait-il « que ceux qui ont lhabitude de prendre leur responsabilité la prenne  » ns attendons et un dicton dit ( se qui ta fait peur aujourd’hui, te fera pitié demain )
      Que Dieu fasse le meiulleur

  4. Ce que vous n’avez pas observé: l’opposition n’a aucune voie légale de réglement dans ce contentieux électoral, depuis 1 an que l’opposition crie, réclame qu’est ce qui s »est passé?

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*