Home ACTUALITE Lettre ouverte à la Ministre de la Fonction Publique…

Lettre ouverte à la Ministre de la Fonction Publique…

Madame la Ministre,

Suite à votre la lettre n°0183/MFP/RA/SG/DGFP du 20 février dernier à l’attention des Responsables des institutions et des ministres d’Etat, Ministres et Ministres délégués, je me permets de m’adresser à vous par la présente.

Madame la Ministre, avant tout je tiens à vous féliciter pour votre attitude républicaine, pour le reflexe approprié qui sied avec le contexte. Il est utile de relever que c’est la toute première fois qu’un ministre de la fonction publique de la 7ème République s’adresse avec autant d’audace à des Responsables d’institution et à ses collègues ministres qui feignent d’ignorer la réglementation en vigueur. Surtout, qu’il est de notoriété publique que certains de vos prédécesseurs avaient passé tout leur temps à se livrer à la magouille dans les différents recrutements transformés en business ou à être à la fois complice et instigateurs de ce à quoi vous ne voudriez aucunement que votre nom soit associé.

En effet, il est consternant de constater qu’au moment où l’Etat bloque le recrutement des jeunes à la fonction publique au lieu de promouvoir des agents en activité remplissant tous les critères pour des postes techniques, certains responsables de l’Etat préfèrent faire recours aux retraités à travers les contrats de louage de service pour satisfaire le plus souvent une certaine clientèle politique ou familiale pire en violation de toute la réglementation en la matière.  Peu importe pour eux le rendement ou la qualité du travail, le plus important pour ces responsables que leurs amis ou parents trouvent un moyen d’émarger sur le budget de l’Etat à la fin de chaque mois.

Madame la Ministre, votre correspondance ne peut laisser indifférent tout citoyen jaloux de la bonne marche de notre administration publique sans laquelle le développement de notre pays ne peut jamais être envisagé, c’est pourquoi cette pratique mafieuse et immorale violant   la réglementation en vigueur doit être combattue et surtout qu’elle ne contribue qu’à rendre inefficiente et inefficace une administration publique déjà gangrénée par des multiples tares. D’où l’impérieuse nécessité de dresser des digues afin de contenir cette dérive supplémentaire.

Par ailleurs, pour la bonne marche de l’administration publique, il est également impératif que le Président de la République, Chef de l’administration conformément à l’article 62 de la constitution veille scrupuleusement au respect de la loi 2011-21 du 08 août 2011, déterminant la classification des emplois supérieurs de l’Etat et fixant les conditions de nomination de leurs titulaires à laquelle vous faites allusion. Cette loi violée de manière permanente depuis son adoption par l’Assemblée Nationale comme loi de la République, est pourtant une soupape de sécurité contre les abus répétés des différentes autorités ayant la prérogative de nomination et qui ne font aucun effort à l’heure actuelle pour distinguer les deux catégories de postes pourtant très bien spécifiés par ladite loi à savoir :

  • les emplois à caractère politique ;
  • les emplois à caractère technique.

Madame la Ministre, votre détermination à vous inscrire non seulement   dans le respect strict des textes en matière de recrutements ou de contrats de louage de service mais également à rejeter systématique tout projet de contrat non conforme à la réglementation est à saluer vivement une fois de plus car cela fait honneur à votre fonction. Par la même occasion je vous prie de bien vouloir rendre effective la procédure visant purement et simplement à résilier tous ces nombreux contrats de louage de service signés en violation de la réglementation en vigueur et engendrant des charges inutiles à l’Etat et cela afin de faire respecter la loi.  Une pratique inacceptable dans un Etat moderne qui semble être la plus en vogue conformément aux termes de votre lettre.  Ainsi, vous aurez rendu un éminent service à notre pays toujours en quête d’une administration moderne, efficiente, de développement et de servitude où la qualité des prestations serait appréciée par les usagers jouissant d’une attention particulière de l’accueil à la fin de la prestation dans les services publics.  

Aussi, Madame la Ministre, il est indéniable que la fonction publique dont vous avez actuellement la lourde charge, a grandement besoin davantage d’une véritable modernisation visant à améliorer sa gouvernance à travers le respect strict du dispositif juridique déjà bien étoffé.  Pour cela, je vous encourage vivement à ne pas porter le projet en gestation de prolongement de l’âge de la retraite à 65 ans. Dans un pays où 70% de la population a moins de 25 ans, un tel projet relève de l’hérésie. En effet, il n’y a point de doute qu’un tel projet est contre cette jeunesse qui n’aspire qu’à servir honorablement et dignement sa patrie surtout que notre pays a plus que besoin de cadres compétents et jeunes pour d’une part être à la hauteur de cette compétition féroce entre les Etats et d’autre part répondre présent au grand rendez-vous de l’intégration avec tous les défis que cela impose dans un monde globalisé.

En conséquence, vous aurez déjoué le grand complot en cours contre la jeunesse nigérienne, de plus, votre nom ne sera jamais associé par la postérité à un projet sans aucune pour l’administration publique à même de ternir votre image et enfin la jeunesse vous sera toujours reconnaissante.

Je vous prie d’agréer Madame la Ministre, l’expression de mes sincères salutations.

Par Soumaila Abdou Sadou (Citoyen) Tamtam Info News.

26 Comments

  1. merci jeune homme pour vos nombreuses contributions constructives malgré certaines attaques impertinentes de la part de certains esprits pervers tapis dans l’anonymat relatif du web. Vous restez imperturbable et vous continuez à proposer de manière vraiment constructive. En faisant du « karanbani » (car je ne suis ni un spécialiste du droit du travail, ni un économiste encore plus un administrateur); il me semble:

    -Que vous simplifiez un problème complexe en sous-entendant qu’il y a une correspondance automatique entre un départ à la retraite et un diplômé à la recherche d’un emploi. En clair le marché de l’emploi dans presque tous les pays du monde est caractérisé par une « sur-offre » dans des domaines techniques au sens large allant des travaux manuels aux scientifiques et une sous-offre dans des domaines « administratifs ».

    – Les anciens ont l’expérience et les jeunes l’énergie. C’est la combinaison intelligente des deux qui crée une société dynamique, harmonieuse et prospère à l’image il me semble de la Suisse, du Japon etc.

    – Pour l’âge de la retraite aussi, il y a des nuances. Si on fait un métier pénible, on s’use très vite et on aura besoin de se reposer très vite. Ce qui n’est pas le cas des métiers moins pénibles. De plus dans des domaines « intellectuels », avec le temps la compétence augmente.

    Bref en résumé les choses ne sont pas si simples que ça. Il faut ajouter de plus une absence quasi certaine des données relatives aux besoins et(ou) aux départs à la retraite dans les domaines sectoriels.

    In fine, vous avez raison sur au moins un point: on est au Niger ce qui signifie qu’au Gondwana, on ramène les retraités non pour leur expérience mais plutôt pour caser les parents, les obligés politiques..etc

    Vive les anciens d’hier, d’aujourd’hui et de demain et bonne chance à la jeunesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Coopération Inter-Universitaire : Université de Tahoua et Rutgers University, New Jersey…

Le Recteur de l’Université de Tahoua, le professeur Addo Mahamane et son personnel enseign…