Home ACTUALITE L’heure du réveil de la justice a sonné
ACTUALITE - CONTRIBUTIONS - 28 septembre 2021

L’heure du réveil de la justice a sonné

eabf7466-dfdc-4cdf-804d-6978bfc631fe

Le Président de la République, Chef de l’Etat, SE Mohamed Bazoum, Président du Conseil Supérieur de la Magistrature a présidé, hier matin, dans la salle du Conseil des ministres, la Réunion du Conseil Supérieur de la Magistrature.

Cette instance permet d’impulser les grandes orientations et ambitions du Gouvernement dans ce secteur extrêmement sensible qu’est la justice.

D’entrée de jeu, le Chef de l’Etat, qui a fait de la lutte contre la corruption, l’impunité et les autres infractions qui gangrènent la vie de la Nation, une des priorités de son Programme de Renaissance a solennellement réaffirmé son engagement en faveur d’une justice équitable et efficace qui se met au service de la paix et de la cohésion nationale.

Bref, l’heure est venue de rendre la justice réellement au service du peuple ; une justice décomplexée, disposant des moyens humains et matériels pour mener à bien sa mission.

L’heure d’une justice équitable et « aveugle » a sonné. Le Président Bazoum en a fait un de ses engagements politiques, il entend désormais le traduire en actes concrets.

C’est pourquoi, sans ambages, il le dit clairement : « La politique pénale du gouvernement ne fera place à aucun atermoiement dans le traitement des dossiers dont sont saisis les tribunaux. La justice ne saurait être ce régulateur vers lequel accourent les citoyens lorsqu’elle-même est minée de l’intérieur par des pratiques corruptives et autres actes qui exhortent au déni de justice. Cette justice que nous avons voulu indépendante par notre loi fondamentale, animée par des magistrats nommés en toute transparence, doit inspirer le respect de tous nos concitoyens afin que, par ses sanctions, elle raffermisse notre vivre ensemble et notre cohésion nationale ».

Cela a été clairement énoncé et devant la crème des hommes en toges. Car, pour le Chef de l’Etat, « La justice est au cœur du projet que j’ai proposé aux Nigériens, parce que j’ai pleinement conscience que le respect du droit, de l’équité et de toutes les valeurs de la démocratie n’est possible que lorsqu’il y a une justice de qualité, efficace, équitable et accessible aux citoyens, tout en étant le moteur de la promotion de la culture de la transparence et du respect scrupuleux du bien public.

J’ai aussi conscience que parmi les défis majeurs qui ont entrainé la réforme de notre système judiciaire, figure la lutte contre la corruption qui se traduit par diverses formes d’infractions et dont la prise en charge a conduit à la mise en place, en 2015, du Pôle Judiciaire et des Chambres spécialisées en matière économique et financière. Malgré la mise en place de cette juridiction spécialisée, dont les compétences s’exercent en même temps que celles d’autres organes dédiés à la lutte contre ce phénomène, nos concitoyens estiment que l’Etat ne fait pas assez pour combattre cette hydre ».

Conscient que cela exige en plus des hommes de qualité, intègres, compétents et honnêtes, des moyens conséquents pour préserver les juges des tentations nuisibles, le Président de la République, Mohamed Bazoum a indiqué, qu’«Une justice de qualité repose aussi sur un cadre de vie et de travail progressivement amélioré. C’est donc face à tous ces défis que pour le budget de l’année 2022, j’ai décidé de rehausser très significativement le budget du Ministère de la Justice, conformément à l’engagement que j’ai pris devant les représentants des magistrats du SAMAN que j’ai reçus dans cette même salle. En effet, de 13,02 Milliards en 2021, il va passer à 19,24 Milliards en 2022, soit une hausse de 47,7% entre les deux années. En valeur absolue, cela fait une augmentation de 6,22 Milliards.

Dans ma volonté d’améliorer de manière continue les performances de notre système judicaire, je veillerai à ce que la Programmation Pluriannuelle des Dépenses du secteur de la Justice reflète cette ambition que j’ai de rapprocher la justice du justifiable et de fournir à nos concitoyens un service de justice de qualité. Je veillerai également à ce que les manquements, les fautes disciplinaires et autres atteintes à la probité des membres du corps judicaire soient traités, de façon vigoureuse, sans équivoque, conformément au statut de chaque catégorie.

J’ai la ferme conviction que la non observance par les magistrats de leurs obligations de poursuivre et de juger de manière équitable et honnête toutes les affaires qui leur sont soumises, en répondant à des injonctions ou en faisant valoir leurs intérêts propres, est la pire des injustices, car elle est appréhendée par les citoyens et elle constitue en vérité tout simplement un acte de corruption, de trafic d’influence ou exprime une forme d’ingérence dans le travail souverain que doit accomplir le magistrat ».

Le Président a parlé, il a donné le ton et les moyens, aux magistrats de faire dorénavant, honneur à leur profession.

Par Tamtaminfo News

2 Comments

  1. Belles initiatives Monsieur le Président, c’est encourageant quand même. Nous comptons sur vous pour que la Justice soit accessible à tout citoyen et que les cas de dossiers vides ou sous simples accusations soient vites jugés.

  2. Esperons qu’il le fasse, par ce que le premier niveau de corruption c’est d’abord les magistrats eux meme. Le nouveau President de la Halcia est un homme integre et rigoureux, si personne ne lui met les batrons dans les roues, il fera son travail

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Check Also

L’HEURE EST A L’UNION SACREE DERRIERE LE MENA NATIONAL ET SES RESPONSABLES

Certes, les deux défaites du Mena national pourraient soulever un tollé et c’est légitime …