Ne ratez pas
Accueil / ACTUALITE / Liberia : George Weah élu président

Liberia : George Weah élu président

Le président de la commission électorale libérienne a communiqué jeudi soir les premiers résultats de l’élection présidentielle du 26 décembre. L’ancien footballeur l’emporte largement face au vice-président, Joseph Boakai.

La troisième fois a été la bonne pour George Weah. Alors que 98,1 % des bulletins ont été dépouillés, ce jeudi 28 décembre dans la soirée, l’ancienne star du football a déjà recueilli 61,5 % des voix, contre 38,5 % des voix, selon la commission électorale (NEC). Le taux de participation est lui de 56 %, en baisse par rapport au premier tour où il s’élevait à 75,2 %.

Dès l’annonce de cette large victoire, des cris de joie ont retenti dans les rues de Monrovia, la capitale, qui est un des bastions du nouveau président. Ce gamin élevé dans les bidonvilles, devenu le seul Africain à avoir gagné un Ballon d’Or, récompense suprême du football, avait déjà essayé à deux reprises d’entrer à Mansion House, le palais présidentiel libérien. En 2005, alors qu’il concourait pour le poste de président, et en 2011, alors qu’il souhaitait devenir vice-président, il avait échoué face à Ellen Johnson Sirleaf.

« L’espoir est immense »

Raillé pour sa mauvaise maîtrise de l’anglais et des codes de la politique, il a, pendant une décennie, travaillé son réseau et son image, notamment en obtenant un diplôme aux États-Unis et en se faisant élire sénateur en 2014. Durant toute cette campagne, il a affiché son optimisme et sa confiance en sa victoire. « C’est avec une profonde émotion que je remercie les libériens de m’avoir donné leurs votes aujourd’hui. L’espoir est immense », écrivait-il par exemple sur Twitter à la sortie des bureaux de vote le 26 décembre.

Ses partisans avaient néanmoins fait part de leur inquiétude après la suspension du second tour par la Cour suprême libérienne. Charles Brumskine, le candidat arrivé troisième lors du premier tour avait en effet déposé un recours pour dénoncer des fraudes et des irrégularités pendant le vote. Une plainte à laquelle s’était joint Joseph Boakai, le vice-président, arrivé deuxième. La Cour suprême avait finalement ordonné des améliorations à la NEC et l’organisation d’un second tour, sept semaines après la date prévue par le calendrier initial. L’équipe du vice-président n’a pas encore annoncé s’il déposerait de nouveau retour suite au second tour.

« Sleepy Joe » n’a pas réussi à incarner le changement

Surnommé par ses détracteurs « Sleepy Joe », pour sa tendance à s’assoupir lors de réunion publique, ce technocrate de 73 ans n’a pas réussi à incarner le changement auprès des électeurs. « Le handicap majeur de Boakai est qu’il apparaissait comme une continuité du pouvoir de Johnson Sirleaf, dont les résultats sont au mieux mitigé. George Weah a deux atouts majeurs, il apparait comme une rupture et son origine modeste a eu un écho favorable auprès de la jeunesse libérienne. Pour de nombreux votants, c’est une sorte de garantie qu’il les connait et qu’il pourra mieux s’occuper de leurs problèmes », décrypte Mathias Hounkpe, politologue à OSIWA (Open society intiative for west Africa) et spécialiste du Liberia.

Plusieurs observateurs ont néanmoins fait part de leurs interrogations après les alliances nouées par le nouveau président du Liberia. La nouvelle vice-présidente du pays sera en effet Jewel Howard Taylor, l’ancienne femme du président Charles Taylor, condamné à 50 ans de prison pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Entre les deux tours, George Weah a reçu le soutien d’un autre personnage sulfureux : Prince Johnson. Cet ancien seigneur de guerre était devenu célèbre après avoir été filmé sirotant une bière et ordonnant à ses hommes de torturer le président Samuel Doe, en 1990.

La passation de pouvoir entre George Weah et Ellen Johnson Sirleaf est prévue pour le 16 janvier 2018.

À propos de l'Auteur

À propos Administrateur

8 plusieurs commentaires

  1. Dieu a tracé le destin de chaque être, il faut faire avec.nous souhaitons un bon mandat au Président George Weah.Que Dieu le Tout Puissant l’ accompagne et l’ assiste pour le bonheur de son peuple.Irkoye Béri.

  2. Ou e macron voila un bon exemple d democratie la presidente johnson serlef ki a organise des elections ke son vice a ete batu par son opposant ,c ki serait dificil au dictateur issoufou d’organiser des elections comca,avant le niger etait un model d democrtie en matiere electorale mais avec issoufou c pas le cas,c l’echec total,le niger a perdu sa place,en 2011 Seyni Omar d MNSD a gagne d le 1er tour mais issoufou et salou ont truque les elections et en 2016 tout a ete mal organise expres com faisait le PDP au nigeria avant l’avenement d APC.

  3. Suis parfaitement d’accord les CV les plus garnis , ne font pas des bons présidents !!!
    La preuve au Niger Nafarko et Issoufou sont les plus mal côtés en matière de gouvernance .

  4. Arretez votre hypocrisie. Le cas de issoufou est la pour rappeler qu’un cv ne fait pas forcement un bon dirigeant. Voila un ingenieur sorti des ecoles de la metropole qui en rien de temps a mis en uine le pays et fait fondre comme du beurre au soleil les heritages de ses predecesseurs. Kountche n’a pas fait d’academie politique, pourtant sa memoire reste vivace tant son heritage constitue encore la seule source de fierte pour le Niger. Kagame n’a pas frequente science po et pourtant son pays est cite en example en raison de sa gestion. Le seul handicap possible de Weah sera sa personnalite. Tout est question de personnalite.

  5. …ALORS, NE VOUS ÉTONNEZ PAS QUE…LE LIBERIA VIVE AUSSI «  »UNE GOUVERNANCE CHAOTIQUE » » »!!!

    DÉJÀ EN 1987, APRES AVOIR SÉJOURNE DURANT 10 JOURS A MONROVIA (LIBERIA), JE PRÉDISAIS LA GUERRE CIVILE (QUI A EFFECTIVEMENT DÉBUTÉ 3 OU 4 ANS APRES) QUI VIENDRAIT DU DÉSORDRE GENERALISE MÊME DANS LA CAPITALE!!!

  6. Hum Improvisation quand tu nous tiens.

    Tu mettras les meilleurs conseillers du monde autour de G.W. comment peut-il savoir la pertinence et la validité de leurs conseils puisqu’il ne possède ni expérience, ni éducation.

    Le peuple libérien s’est tiré dans le pied avec ce choix douteux: la recette parfaite d’un échec national.

    • il ny a pas de CV pour etre un bon president , il faut juste etre à l’ecoute du people.

      • Oh que si. Ce n’est pas lorsqu’on devient chef d’état que l’on apprend les rouages de l’état.

        Tout ce que G.W. peut faire c’est de mettre sa bonne volonté et son gros bon sens pour gouverner; et ce n’est pas suffisant.

        On peut raisonnablement anticiper que la période GW se terminera au mieux par un échec au pire par le retour d’une guerre. Je ne comprends pas ces pays qui confient leurs destins à des personnes qui ne savent même pas endiguer une simple crise.

        Lorsqu’une crise surgit, le 1er réflexe d’un dirigeant africain s’est de se ruer vers les nations unies ou l’union européenne.

        Bref, un autre fiasco africain….à suivre

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.