Ne ratez pas
Accueil / ACTUALITE / Ligue 1 : Guingamp et ses 5 africains en route pour une relégation ?

Ligue 1 : Guingamp et ses 5 africains en route pour une relégation ?

La Ligue 1 Conforama, comme d’habitude est très disputée cette saison par les 20 équipes engagées. Certains, les riches aux gros budgets, sont positionnés pour le titre et les places européennes. D’autres, aussi, aux budgets très limités livrent des batailles pour se maintenir en fin de saison. Le championnat français fait également l’objet de beaucoup de paris sportif. C’est dans cette catégorie que se retrouve Guingamp cette saison. Auteur d’une saison très délicate, les bretons semblent se diriger inéluctablement vers la relégation.

Actuel 20ème du championnat, personne n’aurait imaginé le club en si mauvaise posture. Dix-huitième budget du championnat, les rouge et noir restaient sur une très belle saison 2017-2018 : Maintien précoce et une belle douzième place à l’arrivée. Avec la continuité adoptée avec Antoine Kombouaré qui a métamorphosé cette équipe, difficile de prédire un tel fiasco.

Un effectif orphelin

L’effectif de Guingamp semblait, sur la feuille quand même apte à se défendre. Cependant c’est à prendre de façon relative avec le départ de Jimmy Briand. On se rappelle tous du fameux  trio Jimmy Briand, Nicolas Bénezet, Marcus Coco qui a causé des dégâts aux défenses adverses la saison d’avant. Le premier cité, a sans doute affaibli considérablement et psychologiquement le club qui l’a lancé. Résigné à perdre son meilleur atout offensif, Antoine Kombouaré voyait le verre à moitié plein. Pour cause, la promesse de ce dernier de ne pas s’engager pour un autre club du championnat. Une promesse rompue quelques jours plus tard avec la signature avec les Girondins de Bordeaux. Une sacrée trahison et un coup de massue pour son coach et tous ses anciens coéquipiers. À côté de cela, le départ vers le stade rennais de Clément Grenier, orchestre au milieu de terrain la saison précédente a laissé un grand vide dans l’entrejeu. Bien que facteurs impactant, ces deux départs n’expliquent guère les résultats du club.

Un coach à court d’inspiration ?

Quand en 2016, Antoine Kombouaré prenait les rênes de l’EAG, personne ne lui aurait imaginé une telle réussite. En deux ans au sein du club, il aura réussi à rehaussé le club avec un style de jeu à faire ravir plus d’un. Son 4-3-3 avec des joueurs explosifs a donné pendant longtemps du tournis aux défenses. En témoignent les 10ème et 12ème places respectives de son équipe au cours des saisons 2016-2017 et 2017-2018. Le début de cette saison aura marqué la fin d’un coaching très efficace. Et pour cause, le 4-3-3 a eu le temps d’être étudié et appréhendé par tous ses adversaires. Ses multiples changements de système pour tenter d’apporter un semblant de surprise n’auront pas eu l’effet escompté. Après 7 défaites de rang en championnat, le « Kanak » a opté pour un style beaucoup plus défensif et avec moins de projections vers l’avant. Tactique payante puisque derrière, Guingamp a enchaîné cinq matchs sans défaites (1 victoire et 4 nuls) avant de retomber dans ses travers. Face au FC Nantes, les bretons ont bu la tasse 5 buts à 0 démontrant au passage toutes les insuffisances de l’effectif cette saison. L’aveu d’impuissance malgré les propos optimistes du technicien n’a pas rassuré la direction. Le six novembre dernier, Guingamp remerciait son coach en mettant fin à une belle histoire d’amour.

Une méforme physique rocambolesque.

Si il y’a un autre facteur qui explique la série de mauvais résultats du club c’est bien la forme physique de l’effectif. Ceci est probablement dû à l’intensité mise dans les matchs les rencontres précédentes qui ont fini par peser. À chaque rencontre cette saison, on voit des joueurs émoussés physiquement, et peut être même mentalement par toutes les situations en interne du club. La rencontre face à Nantes, comme celles face au PSG par exemple ont montré les limites de ces joueurs totalement dépassés par les événements. Les blessures à répétition n’épargnent pas non plus les joueurs qui ne cessent de se succéder à l’infirmerie. Heureusement la détermination et la motivation semblent combler dans la plupart des rencontres ce grand vide physique.

Le mercato d’hiver comme sauveur.

Face à la situation alarmante du club, des dispositions ont été prises au dernier mercato d’hiver. Le club a essayé d’attirer des joueurs clés pouvant se joindre à ceux présents pour sauver le club. On note par exemple le retour de prêt d’Alexandre  Mendy. Le géant attaquant, était prêté à Bordeaux. Aussi, on note les arrivées libres de Johan Larsson et Papy Djibodji tous deux en fin de contrat. Merghem aussi est recruté en provenance de Châteauroux. Enfin, pour densifier le milieu, on note l’arrivée de Didier Ndong en provenance de Sunderland. L’international Gabonais vient renforcer une belle colonie d’africains présents dans le club breton. En effet, ils sont cinq du continent noir desormais avec Didier Ndong (Gabon), Papy Djilobodji (Sénégal), Yeni Ngbakoto (Congolais), Jordan ikoko (Congol) , Félix Eboa Eboa (Cameroun) et Djegui Koïta (Mali). On espère que cet effectif mieux étoffé pourra aller au bout pour décrocher le maintien en fin de saison.

Le rêve européen

Si tout va mal pour l’EAG en championnat ils ont pourtant plein de raison d’y croire. Une d’entre elles est la coupe de la ligue. Le club breton, en se qualifiant pour la finale de la compétition montre ainsi une très belle force de caractère. Un parcours de champion qui a débuté par l’élimination du Sco d’Angers en 16ème de finale, l’OGC Nice en 8ème avant de s’offrir en quarts de finale le Paris Saint-Germain au terme d’un match héroïque. Ils se sont ensuite défaits de Monaco pour accéder à une finale face aux Strasbourgeois. En cas de victoire, les costaricains pourraient disputer les préliminaires de l’Europa League. Une source de motivation supplémentaire pour aller chercher à tout prix le maintien.

Bon dernier avec 18 unités, les Guingampais sont à deux petites unités du Stade Malherbe de Caen barragiste et à six points d’Amiens premier non relégable le tout à 12 rencontres de la fin. Mieux, le club reste sur une victoire acquise dans la douleur face au Sco d’Angers. Trop tôt alors pour prédire une descente du club. Mais une chose est sûre pour y arriver le club devra cravacher encore pour espérer finir en beauté une saison qui aura très mal débuté.

À propos Administrateur

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.