Home ACTUALITE Lumana Africa : Hama Amadou assigné en justice par Noma Oumarou…

Lumana Africa : Hama Amadou assigné en justice par Noma Oumarou…

Rien ne va plus à Lumana Africa de Hama Amadou. Le feu qui couvait depuis un bon bout de temps s’est transformé en un véritable incendie et c’est le sauve qui peut. En effet, la crise a atteint un tel degré de paroxysme que l’avenir même de ce parti déjà assombri devient de plus en plus incertain.

Excédé par les coups bas et autres intrigues du gourou en fuite, les sieurs Noma Oumarou et Kalilou Tahirou ont assigné M. Hama Amadou devant la justice par Ordonnance 272 tgi /hc/ny/2019 du président du tribunal de grande instance hors classe de Niamey. 
Devant l’urgence de cette requête, le président du tribunal de Niamey a ordonné à M. Hama Amadou de se présenter devant lui ce matin du jeudi à 10 heures. 

Cette assignation est la réponse logique de M. Noma Oumarou, victime de lynchage médiatique de la part des partisans zélés de Hama Amadou et de tentative « d’assassinat politique », décidé par celui qui n’accepte aucune contradiction.

On se rappelle, que Hama Amadou a par simple lettre envoyée de son exil doré de Cotonou, le 19 juillet dernier, déchu Noma Oumarou de sa qualité de président par intérim du parti.

Ce énième coup d’état (la marque de fabrique de Hama Amadou) est la goûte d’eau de trop qui a fait déborder le vase. Car, les textes du parti sont très clairs, le fondateur du parti jouit de beaucoup de prérogatives et il a droit à beaucoup d’égards.

L’Article 16 du parti stipule que : Le MODEN-FA LUMANA AFRICA est un parti démocratique, panafricaniste. Son premier fondateur est celui qui en a inspiré la création et défini sa philosophie et ses objectifs politiques. Le Fondateur en est le premier membre actif et son premier membre d’honneur. En cette qualité, il est le ciment de son unité et sa cohésion. En cas de crise, il est l’un des recours, en tant que sage auquel les militants s’adressent, pour ramener la cohésion en son sein, avant l’intervention souveraine du congrès.

Le Fondateur ne préside aucun organe ou instance du Parti. Tout manquement à l’égard du Fondateur du Parti est passible de sanction dans les conditions fixées par les présents statuts.

Article 17 : Qu’il exerce ou non une fonction de dirigeant dans un organe ou instance du Parti, sa place et son rôle de pilier principal de l’unité du MODEN/FA sont garantis par les présents statuts.

Noma Oumarou étant le président fondateur du parti, (comme l’atteste ce fac-similé), il a droit a beaucoup d’égards et ne doit être considéré comme un malpropre par le président Hama Amadou.

« On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps. » Cette citation de Abraham Lincoln, Hama Amadou l’aura apprise à ses dépens. 

Wassalké Boukari, Almoustapha Soumayla, Oumarou Sidikou, Amadou Salifou, Tandja Mamadou, Ladan Tchiana…nombreuse est la liste de ceux qui auront goûté à la tromperie et à la fourberie de l’enfant de Youri. En toute impunité il aura planté un couteau dans le dos de tous ses alliés politiques, de ses amis, de ses mentors. Eux à chaque fois, par leur grandeur d’âme probablement, l’auront laissé s’en tirer sans jamais se plaindre chez personne.

Noma Oumarou, Seyni Mereda, Issoufou Issaka et bon nombre de ses collaborateurs actuels, ceux là même qui l’ont soutenus et suivis par monts et par vaux à travers toutes les intempéries, devaient être les prochains à goûter à la trahison de Hama. Mal lui en a pris. Pour avoir voulu instituer un statut de « Père Fondateur » avec une présidence tournante par désignation au sein de Lumana, il aura créé la révolte des vrais fondateurs de ce parti. Avec l’assignation en référé de Noma Oumarou, et la déchéance des droits civils de Hama Amadou depuis sa condamnation pour trafic d’enfants, on peut sans se tromper dire que les carottes sont cuites. Hama Amadou risque de perdre son parti et avec, les derniers soutiens politiques qui lui restaient. Comme quoi, même en politique, on ne récolte que ce que l’on sème. 

LUMANA ENTRE MARTEAU ET ENCLUME

Bref, depuis la condamnation par la justice de son Président à un an de prison ferme dans l’affaire dite de « bébés importés », LumanaAfrica se trouve entre le sacrifice pour son président et sa survie en tant que parti politique.

Le président par intérim de lumana, en plus de ses problèmes judiciaires, n’a aucun charisme ni assise politique pour faire ombre au Président éternel du parti. C’est le profil idéal dont Hama Amadou a besoin pour diriger, de mains de fer, le parti, par procuration, à partir de Cotonou ou dans l’avion l’amenant à Paris, Accra,  Abidjan ou même Bruxelles. Hama Amadou affectionne le vide autour de lui, Almoustapha Soumaila,  wassalke Boukari et autres en savent quelque chose du temps glorieux du MNSD.

Tirant les leçons de sa malheureuse expérience du MNSD lorsque Seini Omarou surgissait du vide pour déjouer ses plans, l’éternel président de lumana choisit, soigneusement, le président par intérim, un homme effacé sans réelle assise politique et embourbé dans des procédures judiciaires qui ne saurait jamais être capable, a priori, de surmonter ses problèmes afin de nourrir une quelconque ambition. C’est la parfaite courroie  de transmission des mouvements du président éternel,  le véritable relais unidirectionnel entre Hama Amadou et quelques ambitieux qui éprouvent des réelles difficultés à subir le même sort, au nom de la solidarité au président,  lequel président est sans ambiguïté, adepte de la théorie japonaise qui a marqué et continue à marquer les stratégies de la guerre. C’est moi ou rien, semble être le mot d’ordre du président éternel de Lumana qui a, conséquemment, mis en place un mécanisme rigide pour étouffer toute velléité à ne pas respecter la « fatwa » du président éternel, une fatwa assortie d’une stratégie de serment imposée à tous pour ignorer collectivement les lois de la République,  au nom et pour le compte du président éternel du Parti.

La suspension supposée ou réelle de certains illustres  ténors du parti Lumana Africa relèverait, effectivement, de ce mécanisme de dissuasion mis en place par Hama Amadou dont le président par intérim est le principal pilier.

Aujourd’hui, deux congrès distincts du même parti sont prévus le 4 août prochain à Dosso et Niamey; lequel aura-t-il finalement lieu ?

Wait and see.

Par Namalka Bozari (Contributeur Web) Tamtam Info news

18 Comments

  1. Themetrap is a beautiful theme maker. Themetrap makes with all the feature to make your website successful. Themetrap made mobile friendly and tablet and desktop and outstanding design.

  2. C`est tout de meme tres triste que vous vous sacrifiez tout ce temps, pratiquement durant plus de 10 ans et a la derniere minute vous vous laissez faire et optez pour le choix de la division
    Tout a ete fait par GURI pour fissuer le mur LUMANA et ca a echoue tout ce temps, e a une virgule des elections generales vous cedez a ce jeu minable? ok les gars tous derriere YACOUBA (KISHIN KASSA ) c est le seul choix qui reste pour terrasser les regroupes/regroupages

    Franchement nous avons detruit la democratie au Niger

  3. Je ne vois pas de problème d’objectivité. Les fac-similé sont joints à l’article. Ou bien?
    Au lieu d’insulter pourrais-tu très cher J.P nous expliquer ce qui se passe?

  4. C’est quel site de M***de ca ? l’objectivité vous connaissez ? Et bizarrement j’ai l’impression c’est le meme con qui a fait la publication, qui entrain de commenter aussi.

  5. Hamma dans ses méchancetés!!! Almoustapha, Foukori, Ali Sabo, Wassalké, Tanja, Seyni………en savent quelque chose. C’est sa minable personne ou rien!! N’est-ce pas Toto?

  6. La stratégie de Hama est simple : dans son tombeau d’une mort politique certaine, il n’ira pas tout seul il fera tout pour avoir des compagnons : d’abord la structure du parti Lumana et ensuite les quelques militants de ce parti qui croit au gigantisme avec des pieds d’argile.
    Bref, la traversée du désert est entamée pour le gourou et ses consorts.
    Les jours avenirs nous édifierons davantage .

  7. Enfin les camarades ont trouve leur mouton de panuge pour les aider a foutre le bordel au lumana comme ils l´ont fait avec les autres partis. Ils en revaient et oumarou noma leur offre ce service comme le fit Abdou Labo à ses propres depens avec la CDS de Mahamane Ousmane. Malheureusement pour eux Lumana a ´toujours ete resilient et il le restera. Guri et ses suppots n´ont toujours pas assimiles les valeurs de la democratie convaincus que seules la force et la corruption morale des acteurs politiques comptent.

    1. Qu’est-ce que les camarades ont à voir avec ça encore? C’est eux qui ont signé la lettre pour virer Noma? Ou bien c’est eux qui ont organisé deux coordination à Niamey? Ou bien c’est encore eux qui ont écris les nouveaux statuts de lumana à l’origine de tous ces problèmes ?
      Pardon laissez nous tranquille. Votre Guru a foutu la m e r d e, il faut l’accepter et éviter de transférer vos problèmes sur les autres. ASSUMEZ-VOUS POUR UNS FOIS!

  8. Après moi c’est le déluge…… Hama Amadou veut tout simplement poutre la merde au sein de Lumana vu que c’est impossible qu’il soit candidat aux élections présidentielles de 2021. Le traître trahit toujours Hama n’est pas à son premier acte de trahison. Sinon comment vouloir éjecter le père fondateur du parti.

  9. Lumana africa , qu’est-ce qui vous arrive ? Il est évident que ce silence du grand manitou face aux différends qui opposent ses lieutenants et tendant à évincer quelques ténors du parti ne présage rien de bon pour la communauté hamiste. Il EST CLAIR QU’AVEC HAMA AMADOU, PERSONNE N’A DROIT À AUCUNE PRÉTENTION SUR LUMANA NONOBSTANT LA NON PROBABILITÉ DU GRAND MANITOU À SE PRÉSENTER À L’ELECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2021.  » GAÏWA TA CI WUTSIYAR TA ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Commission Climat pour la Région du Sahel M. Issifi Boureima nommé Coordonnateur du Cadre Transitoire Opérationnel…

Par Décret du Président de la République, M. Boureima Issifi a été nommé Coordonnateur du …