Accueil / ACTUALITE / L’UNICEF appelle l’Afrique à s’assurer que les nouveau-nés survivent aux premiers jours de vie

L’UNICEF appelle l’Afrique à s’assurer que les nouveau-nés survivent aux premiers jours de vie

source photo: http://www.santedev.fr/Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) a appelé lundi les pays africains à faire en sorte que davantage de nouveau-nés survivent à leurs premiers jours de vie. Dans un communiqué publié à Nairobi, l’UNICEF a déclaré qu’environ 48.000 bébés naîtraient en Afrique orientale et australe le 1er janvier.

Leila Pakkala, directrice régionale de l’UNICEF pour l’Afrique orientale et australe, a indiqué que les bébés nés en Afrique de l’Est et enAfrique australe représenteraient 12% des quelque 386.000 bébés nés dans le monde le jour du Nouvel An.

« Cette année, la résolution de l’UNICEF est d’offrir à chaque enfant plus d’une heure, plus d’un jour, plus d’un mois de vie – plus que la survie », a déclaré M. Pakkala.

Selon l’UNICEF, près de 58% de ces naissances auront lieu dans les cinq pays de la région, avec le plus grand nombre de naissances prévu en ce premier jour de l’année pour l’Éthiopie.

L’agence onusienne a indiqué que l’Ethiopie compterait 9.023 nouveau-nés, la Tanzanie 5.995, l’Ouganda 4.953, le Kenya 4.237 et l’Angola 3.417.

« Nous appelons les gouvernements et les partenaires à maintenir et étendre leurs efforts pour sauver la vie des millions d’enfants au moyen de solutions éprouvées et peu onéreuses », a déclaré Mme Pakkala.

L’UNICEF a déclaré que l’Afrique subsaharienne représentait 38% des décès de nouveau-nés en 2016.
On estime que 2.600 bébés sont morts chaque jour dans les 24 heures suivant leur naissance dans le monde en 2016, selon l’UNICEF.

Quelque 136.000 nouveau-nés sont décédés en Éthiopie et en Tanzanie en 2016, ce qui place les deux pays en cinquième et neuvième position parmi respectivement les dix pays ayant la plus grande mortalité néonatale au monde.

Pour ces enfants, plus de 80% des décès de nouveau-nés sont dus à des causes évitables et soignables telles que la naissance prématurée, les complications pendant l’accouchement et les infections comme la sepsie et la pneumonie.

« Nous entrons maintenant dans une époque où tous les nouveau-nés du monde devraient avoir la possibilité de voir le XXIIe siècle, malheureusement, cela ne sera probablement pas le cas pour près de la moitié des bébés nés cette année. Nous devons tous faire beaucoup plus », a indiqué Mme Pakkala.

Selon l’UNICEF, malgré des améliorations visibles au niveau de la survie des enfants sur le continent, la mortalité infantile reste élevée et des défis importants doivent être relevés pour faire face à l’augmentation prévue des naissances et empêcher les pays africains avec des taux de fécondité élevés de tomber au-dessous des seuils internationaux en matière de soins maternels, infantiles et pour enfants.

L’UNICEF a annoncé qu’elle lancerait en février Every Child Alive, une campagne mondiale qui exige et offre des solutions de soins de santé abordables et de qualité pour chaque mère et nouveau-né.

« Cela inclut un approvisionnement régulier en eau potable et en électricité dans les établissements de santé, la présence d’un professionnel de la santé qualifié pendant la naissance, la désinfection du cordon ombilical, l’allaitement maternel dans la première heure après la naissance et le contact peau à peau entre la mère et le bébé », a fait savoir l’UNICEF.

À propos de l'Auteur

Source: Xinhua

À propos Administrateur

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*