Home ACTUALITE L’université paralysée par des grèves d’étudiants au Niger

L’université paralysée par des grèves d’étudiants au Niger

IMAGE D'ILLUSTRATIONL’université de Niamey, qui compte 23.000 étudiants, est paralysée depuis trois semaines par des grèves d’étudiants, ont constaté des journalistes sur place.  Les étudiants observent une série de grèves à l’appel de l’Union des scolaires nigériens (USN-syndicat) pour notamment exiger l’annulation de l’exclusion de cinq responsables syndicaux étudiants.

« La situation s’est empirée à l’université » et « nous observons (encore) une grève de 72 heures dans toutes les facultés », a affirmé jeudi soir sur des médias locaux, Sita Diabiri, le secrétaire général de l’Union des étudiants nigériens à l’université de Niamey (Uenun) affilié à l’USN.

Jeudi, les forces de l’ordre ont dispersé à coups de grenades lacrymogènes un sit-in d’étudiants sur le campus, visant à perturber des examens à l’Ecole normale supérieure (ENS), selon des télévisions privées.

>> Lire aussi : L’université de Niamey s’enlise dans la crise

« Nous avons été reçus par le Premier ministre, les ministres chargés de l’Enseignement, nous avions négocié mais les propositions ne répondent pas à nos attentes », a expliqué Idder Algabid, le dirigeant de l’USN.

L’USN demande également « l’abrogation » d’une décision du rectorat autorisant les forces de l’ordre à assurer la sécurité sur le campus, en lieu et place de l’Uenun, a indiqué M. Algabid.

En début de semaine, le rectorat a prévenu dans un communiqué que les activités académiques « vont se poursuivre normalement à compter du 4 avril ». Dimanche, dans un entretien à la télévision publique, le président Mahamadou Issoufou a promis que « le gouvernement veillera à ce que le calme revienne à l’université en rapport avec tous les acteurs ».

>> Lire aussi : Des étudiants assignent en justice leurs enseignants grévistes au Niger

L’université de Niamey, la plus importante du pays, avait été paralysée par une grève d’un mois des enseignants qui protestaient contre « l’agression » d’un de leurs camarades par des étudiants.

Les enseignants ont mis fin à leur grève le 17 mars après avoir obtenu l’exclusion de cinq étudiants, dont Sita Diabiri, et le recours aux forces de l’ordre pour sécuriser le campus. L’USN avait évoqué une « altercation mineure » et non une agression, et jugé les exclusions des étudiants « injustes, disproportionnées, illégales et arbitraires ».

Avec Afp

[author ]Source: VOA[/author]

12 Comments

  1. Il parait que les fondateurs privés sont souvent obligés de débourser pour que leurs élèves ne soient pas obligés de sortir des classes.
    Triste vraiment triste.

    1. Ah bon ?

      Cela veut dire USN a ses milices (CASO ou autre) qui font des chantages sur les fondateurs des écoles privées ou mème au gouvernement. Si tel est le cas, c’est vraiment très grave. On assiste a des gangs organisés, des maitres chanteurs au lieu et en place des étudiants.

      1. Il faudra que les responsables contrôle l’utilisation du sifflet car certains peuvent utiliser cet instrument d’appel à la grève en leur nom.

    2. Ah bon ?

      Cela veut dire USN a ses milices (CASO ou autre) qui font des chantages sur les fondateurs des écoles privées ou mème au gouvernement. Si tel est le cas, c’est vraiment très grave. On assiste a des gangs organisés, des maitres chanteurs au lieu et en place des étudiants. Peut etre ce sont même des badauds qui ont infiltrés USN (ou des étudiants transformés en badauds) qui font les raquettes au niveau des différentes écoles privées.

      1. C’est bien possible car on ne peut pas imaginer cela au niveau de la très honorable USN. Et avec la pagaille qui règne dans nos établissements, avec la démission des parents tout peut arriver dans notre pays.

        1. Mon frère, tu a raison, la démission totale des parents d’élèves, l’irresponsabilité des parents d’élèves, c’est dommage et regrettable, le sifflet à la portée de n’importe qui, qui fait quoi; DOMMAGE WALAY

  2. La jeunesse nigérienne a perdu tout sens de sacrifice et d’honneur.
    Nos enfants sont devenus des maîtres chanteurs. Et c’est très grave pour notre avenir.

  3. Les enfants du Niger toujours en grève quand les enfants des autres sont en classer.
    A quand la sortie de la dernière place en IDH?
    Voilà peut -être pourquoi toutes les réflexions pour notre future, toutes études sur notre avenir sont menées par des étrangers.
    Faut-il fermer toutes nos universités.
    Sinon à quoi servent-t-elles?
    Où sont nos enseignants chercheurs?
    Que cherchent-ils?
    Que trouvent-ils?
    Vous avez dit pauvre Niger?

  4. Bonjour à tous,

    L’étudiant nigérien ne réalise toujours pas que les grèves n’améliorent jamais sa situation, les parents d’élèves et d’étudiants ne sont pas en mesure de prendre part à l’encadrement de leurs progénitures. L’état, représente par des anciens étudiants dont les enfants sont à l’étranger dans des grandes écoles et universités, s’en fiche pas mal de la situation de l’école nigérienne et surtout de l’école publique.

    Être étudiant ne veut pas dire être un abrutis, il faut réfléchir à d’autres méthodes de lutte, il faut réfléchir à d’autres manières de travailler et d’étudier quelque soit par ailleurs les difficultés rencontrées. Il y va de votre avenir et celui du pays. Les parents d’élèves et étudiants doivent réfléchir à des nouvelles alternatives pour assurer une bonne éducation aux enfants.

    1. Malheureusement il s’est installé une longue tradition de culture de facilité chez nos enfants.
      Si on peut faire du chantage sur des hommes politiques trop attachés au pouvoir pour se tailler des 4X4 dès l’université pourquoi travailler en classe?
      Seulement il n’ y a pas d’avenir….

  5. Des étudiants qui créent eux-mêmes une situation de blocage et de tensions, qui refusent d’assurer leur avenir intellectuel et empêche les autres qui veulent reussir d’étudier.
    Un groupe limite mafieux qui fait sa loi.
    Je ne connais pas le fond du problème mais les étudiants du Niger devraient réaliser qu’ils ne sont pas seuls au monde et que pendant ces temps de grèves, de casses, de blocage, les autres pays voisins, avancent à grands pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

La place de l’éthique et de la morale dans la gestion d’un pays

Le respect de l’éthique et de la morale dans les rapports entre les citoyens d&rsquo…