Accueil / ACTUALITE / Mamou Gamatié ou l’égérie de l’opposition !

Mamou Gamatié ou l’égérie de l’opposition !

A une époque antérieure, dans ces mêmes colonnes, une rubrique spéciale était consacrée à une caste d’acteurs politiques ou sociaux qui se singularisaient par ce que l’on avait appelé GCN (Grande Capacité de Nuisance), des acteurs très enthousiastes acoustiquement parlant, car ils pouvaient provoquer une tempête dans un verre d’eau.

Souvenez-vous de leur période de gloire sous le tazarché de Tandja, lorsque les  »refondateurs » qu’ils se voulaient, avaient participé à l’œuvre de démolition méthodique de l’ensemble de l’architecture démocratique et institutionnelle de la Vème République pour l’installation de laquelle le peuple nigérien avait consenti d’énormes sacrifices.

Cependant, leur règne fut tout aussi éphémère qu’une rose exposée aux rayons incandescents d’un soleil sahélien et s’acheva, piteusement, une matinée de février 2010, quand le Chef d’Escadron Djibo Salou démontra que la baïonnette ne servait pas seulement à se curer les dents, mais qu’elle pouvait également sonner la fin de la récréation !

Mais, toute l’espèce n’avait pas pu être exterminée définitivement, une souche a néanmoins survécu à la grande destruction. Cette survivance est peut-être à l’origine de l’apparition d’une nouvelle forme de ce mal profond que l’on croyait définitivement vaincu, lorsque l’histoire a semblé reprendre son cours normal en s’acheminant vers son achèvement final. Hier c’étaient les Nouhou Arzika et consorts au sommet de leur art ; aujourd’hui, Mamou Gamatié et ses semblables occupent les devants de la scène théâtrale.

Elle se veut la plus radicale du mouvement de contestation initié par des partis politiques et toute la bande de frustrés appelée  »société civile ». Se sentant investie d’une mission citoyenne, Mamou Gamatié osa même organiser un  »meeting » suivi de sit-in à la place Toumo, manifestation qui fera d’ailleurs les malheurs d’un certain STJ.

En effet, de passage dans les parages, STJ avait cru avoir affaire à un attroupement d’une vente promotionnelle (Airtel, Moov, Orange) pour se frayer un passage et tout le monde connait la suite. C’est dire que la manifestation était tellement squelettique qu’on pouvait penser qu’il s’agissait d’un attroupement causé par un accident de la circulation !

Voilà des gens qui sont incapables de remplir un véhicule  »faba faba » mais qui prétendent parler ou agir au nom du peuple !

C’est vrai, nous l’avons toujours écrit, au Niger le ridicule ne tue point, néanmoins, il confère à ses adeptes un bonnet d’âne. Faut-il le rappeler, Mamou Gamatié s’était présentée en 2011 à l’élection présidentielle et tenez, sur les 13 candidats en lice, notre Arlésienne avait pris la queue du peloton, même le novice en politique, à l’époque, Docteur Traoré, avait fait mieux qu’elle !

Etant la première femme au Niger à se présenter à une élection présidentielle au Niger, elle pouvait, légitimement, compter sur le vote de la gent féminine, mais nenni, même-là, elle n’avait pas réussi à convaincre cet électorat souvent conservateur.

Aujourd’hui, à la tête d’un obscur parti politique dont on ne sait pas grand-chose de la composition du bureau politique c’est toujours elle que l’on voit, Mamou Gamatié est rongée par une espèce de ressentiment qui lui fait perdre tout esprit de discernement, comme si, quelque part, elle était atteinte d’une dégénérescence cognitive qui en aurait altéré le jugement.

En effet, on avait connu Mamou plus incisive, plus brillante, avec un verbe posé, au moment de la revendication démocratique dans les années 90, lorsque jeune sociologue qu’elle était, se distinguait par son engagement intellectuel et progressiste. C’est vrai qu’on ne partage jamais le repas du diable sans en payer un jour le prix fort !

C’est ce qui semble arrivé à notre égérie nationale qui aura perdu tout son fringant d’alors, balbutiant son latin, du moins, son français, son niveau d’expression s’étant lamentablement dégradé au fil du temps.

C’est très dommage pour un des parrains de la démocratie nigérienne !

À propos de l'Auteur

Adamu Bako (OPINIONS N° 385)
 

À propos Administrateur

13 plusieurs commentaires

  1. Salam a toute et à tous les propos du journaliste reflète son niveau d’ignorance vis-à-vis de son métier.Qu’il arrête de ternir l’image des vrais journalistes

  2. Je pense la démocratie renferme aussi la liberté d’expression et d’opinion . critiquer un politicien ou même un régime doit normalement être pris comme une composante démocratique donc Mr le journaliste si vraiment vous l’êtes à moins que vous ne soyez un aventurier qui prendre la plume pour écrire , je ne vois pas en mal ce que Mme Gamatié a fait de mauvais ou même un article de ce genre venant d’ une personne se présentant comme journaliste . Vos écrits sont lus au delà du Niger et cette manière de faire sur quelque personne que ce soit discréditerait l’image des journalistes nigériens qui dont certains n’ont aucun sens de vision ou analyse. Mme Gamatié est une sœur nigérienne libre d’avoir une liberté d’expression , etre pour ou contre le gouvernement tout comme tout citoyen nigérien . A mon humble avis en tant que femme elle doit même être encouragée.
    Je regrette sur ce que vous venez d’avancer comme argument sur son verbe qui selon vous est en décadence mais n’oubliez pas qu’elle est une intellectuelle avec un doctorat pour ne citer que quelques unes de ses qualifications et par ses compétences qu’elle a exercé les fonctions de l’Adjoint au Représentant Spécial du Secrétaire des Nations Unies et à mon sens ce n’est pas un incapable qu’on nomme à ce genre de poste? Quant à vous Mr le journaliste je doute for bien si vous avez même fait l’école de journaliste de Yantala Ganda?

  3. le journalisme de nos jours est plus dangereux que la politique même

  4. A L’épreuve du temps nous nous rendons compte que le tazartché n’est qu’une inspiration du Pnds tarrayya.
    observer de prèsl’essentiel des grands tenants du tazarcthé sont présentement à des postes stratgeiques.
    c’est pas un fait de hasard. c’est parce qu’il partage la meme philosophie.
    donc laissez MAMOU GAMATIE EN PAIX elle n’a pas changé de ligne idéologique.

    qu’Allah nous assiste et nous préserve AMEEN.

  5. Article de merde, d ailleurs ce n est pas un article mais un tract produit par un esprit chagrin, malsain et revanchard . En tant qu ancien journaliste et professeur vacataire a l IFTIC, j ai mal au coeur de voir chaque jour des mercenaires de la plume salir et pervertir ce noble métier. Honte à vous.

  6. Cerveau en putréfaction avanee.Tout comme ce site de merde.

  7. Un article à vomir. C’est décevant!!!!!!!
    Monsieur, est-ce que vous êtes vraiment un journaliste?

  8. le journalisme de nos jours c’est pire que la politique

  9. Pauvre journaleux je pleures ton cas, quel honte et combien tu a ete’ paye’ pour ecrire ce torchon. Tu dois certainement etre d’une famille de moralite’ douteuse pour tomber de si bas. Ta le culot de t’en prendre a des citoyens dont tout le monde connait leur conviction et leur determination quant au combat d’avant garde. Pour ce qui est de Mariama Bayard vas y faire tes recherches ou tout simplement demande a votre grand manitou MI,certainement qu’il t’en dira quelque chose……Je t’avoue que je n’ai jamais vu un article de leche cul pareil. A te lire on sait que tu as vendu to ame , mais je t’assure que le vaillant peuple du Niger est plus que jamais determine’ a en finir une bonne foi pour toute avec ces bolchevik.

  10. aux Nigeriens: quelqu’un a t il une fois poser la question de savoir, ce qu’ils choisiraient si on leurs demandait de faire le choix entre le TAZARTCHE de Mamadou Tandja et le GURI SYSTEM de Mahamadou Issoufou?
    Parce que le TAZARTCHE est mort mais il y a toujours des hommes de presse qui narrêtent pas de rappeler ça, comme si ça donne plus de valeur au GURI SYSTEM.

  11. meme si tu offres un palais a une mouche ;elle reviendra toujours a la poubelle.

  12. C’EST CELA QU’ON APPELLE FEUILLE DE CHOUX POURRIE!

  13. Parfois, je me demande comment le journalisme en est arrivé-là.
    Permettez-moi ce coup de gueule.
    Sans prendre aucunement position sur l’article, il s’agit là de tout sauf d’un article de presse.
    Sincèrement, je ne comprends pas. Il ne suffit pas d’avoir une opinion pour la transformer en « texte » et s’autoproclamer « Journaliste » ou « Reporter » ou « Journaliste d’investigation ».
    Lisez Le Monde, Le Figaro, Le Point, le Washington Post, le Times,… Vous verrez alors ce que signifie un « article de presse ».
    Ou alors je n’ai rien compris au fonctionnement de la presse.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.