Accueil / ACTUALITE / MARADI PRIVÉE DE GYNÉCOLOGUE FEMME !

MARADI PRIVÉE DE GYNÉCOLOGUE FEMME !

IMAGE D'ILLUSTRATION

IMAGE D’ILLUSTRATION

Maradi attend toujours sa première femme spécialiste en obstétrique.  » A Maradi il n’y a aucune gynécologue femme, dans toutes les cliniques ce sont des hommes qui examinent les malades. A l’hôpital, il y a une généraliste mais elle n’est pas gynécologue». Ce sont les propos d’une habitante de Maradi qui nous racontait tout son supplice, toute sa frustration de se faire examiner par un gynécologue homme.

On nous dira que tout de même il y a un spécialiste obstétricien. Soit. Mais à en croire cette femme, ce qu’elle a vécu est insupportable et révoltant. Elle a senti son intimité violée. C’était très douloureux mais elle ne pouvait rien faire comme elle n’a pas de choix.


Et je pense que c’est le rôle de l’Etat dans la mesure du possible et dans le respect du droit à la santé des citoyens de créer les conditions de possibilité pour que nos femmes, nos sœurs puissent faire suivre leurs grossesses et leur situation dans la sérénité et le respect de leur intimité. Simplement dans le respect des valeurs qui constituent leur être, leur identité.


Très malheureusement dans nos villes et villages, il y a encore des parents qui sont très hostiles à envoyer leurs filles à l’école. Ceux-là épousent autrement la doctrine « boko haram » (l’école du blanc illicite étymologiquement).

C’est le résultat de mauvaises attitudes et décisions des parents d’hier qu’on vit aujourd’hui. C’est dire simplement qu’il est plus que nécessaire d’envoyer les filles à l’école dans nos villes comme dans nos villages. Et pas seulement cela, il faut aussi les laisser développer leur potentiel à l’école.

C’est ainsi seulement qu’on pourrait répondre à ce cri de cœur exprimé par Hadiza, l’habitante de Maradi citée plus haut. A l’évidence, on se rend compte que tous ces spécialistes qu’on se targue d’avoir formés, ce n’est qu’une goutte d’eau dans un océan tant les défis et les besoins sont énormes dans notre pays où tout est prioritaire….. pas seulement dans le secteur de la santé.

À propos de l'Auteur

EMS (Niger Inter)

À propos Administrateur

20 plusieurs commentaires

  1. Elle n’avait qu’à ne pas partir si c’était si dur pour elle. La médecine n’est pas un tabou, cette époque est révolue, c’est une vraie rédemption. Homme ou femme c’est la même chose. Ou est le problème ‘ l’essentiel c’est d’être soigné. en plus le docteur ne sera mm pas attiré par son patient, il a une éthique et des principe. Des femme il en voit de tout genre.

  2. Cheers Messieurs,
    Les problèmes sont à tous les niveaux. Est ce que quelqu’un est en mesure de me dire un seul secteur où tout marche en comparaison même avec n’importe quel pays limitrophe du Niger. On peut se comparer au nord du Nigeria, a l’est du Mali, a l’ouest du Tchad, a l’est du Burkina et c’est tout. Le dénominateur commun est donc à mon point de vue la mauvaise interprétation de ce que nous avions en commun avec les régions de ces pays à savoir la religion.
    Donc le développement du Niger commencera le jour où les notables musulmans prendront une position claire en relation avec les bien être de nos compatriotes. Cela ne sera pas pour demain car même le président avec son gouvernement et l’opposition politique sont eux même sous leurs influence.
    Comparons Niamey à Cotonou, Lomé, Accra, Abidjan etc…
    Rien de comparable. Cependant nous pouvons bien comparer Niamey a KANO, Kaduna , sokoto etc…
    Nous sommes sous influence des gens qui au XXI siècle refuse que la terre est ronde!!!.
    Ironie du sort!! Des qu’ils sont eux même malades ils demandent d’être admis, même pas à l’hôpital de Zinder ou Maradi mais dans ce que nous avions de mieux donc çelui de Niamey.
    Ils acceptent d’etre examinés juste par un médecin qu’il soit homme ou femme. L’essentiel que leur douleur soit atténuée.
    Donc chers compatriotes on connaît le problème et on ose pas le dire haut et fort.
    A chacun d’en juger.

  3. I loved the crap out of this guy’s books. I was amazed at the baedrth and depth of the unorganized, free market ex-mil « empire » that has sprung up wherever Unca Sam had bases.If my tax dollars are to be wrung out of my paycheck ever week at gunpoint, I want them to go to these guys so they can keep doin’ what they’re doin’.

  4. Gaskiya Ta Hi Kobo

    Si l’État n’existait pas vous n’auriez pas eu le temps d’être un écran et insulter ses dirigeants. La dame a posé un problème et je suis content des écrits de certains participants au forum. Mais à vouloir tout politiser c’est de la folie.

  5. L’Etat n’existe pas ou n’a pas de chef, c’est la même chose ! Notre pays est le dernier et je pense à le croire vraiment ! Tous les agents de la Santé se réfugient à Niamey à l’exception de quelques courageux qui osent aller aider les pauvres villageois et là également, ils sont abandonnés à leur sort car l’Etat ne leur donne pas le minimum. Il est impensable de voir un ou quelques individus trôner sur un seul domaine car « spécialistes » ! Soit, mais que fait l’Etat pour favoriser la formation ? Rien. Il faut combattre cette forme d’omerta ! Tous les secteurs sont gangrenés de la sorte par l’absence ou l’irresponsabilité d’un Etat qui n’a même pas d’objectifs ! Un peuple a besoin d’encadrement, de moyens, de leader visionnaire, mais pas de minables qui ne pensent qu’à leurs intérêts végétatifs et égoïstes !

  6. Boubacar

    actuellement il y a des étudiants en médecine pourquoi tu prends pas ton exemple à partir d’eux et tu recules jusqu’à une fille de 7 ans ?

  7. errata
    – lire la chance d’être examinée….
    – Mr le journaliste si vous avez un fille de 7 ans…….

  8. Cette femme doit remercier Dieu d’avoir la chance d’etre examiner par un gynecologue quelque soit son genre. si seulement elle sait combien ils sont les gynecologues pour toute la region de Maradi,si seulement elle sait combien de femme comme elle n’ont pas eu cette chance. la résolution du problème de spécialiste en Médecine au Niger n’est pas pour demain. un petit rappel peut être pour ce qui ne connaissent pas le cursus scolaire d’ un spécialiste en médecine je vais prendre le cas du gynécologue pour illustrer . le Gynécologue est ce médecin qui a étudié pendant 26 ans au moins s’il est brillant et qu’il n’a connu aucun échec soit 6 ans d’école primaire, 7 ans de secondaire, 8 ans de médecine générale et enfin 5 ans d’études spécialisées en gynécologie. Mr le journaliste si vous avez une fille de ans aujourd’hui et que vous inscrivez au CI à la rentrée d’octobre 2015 et qu’ on lui fasse un passage automatique , elle sera gynécologue si tout se passe bien en 2041. C’ est valable pour la dame qui regrette aussi d’etre examine par un homme.

    • Mr, nous avons besoin d’une prospective en matière de formation, mais au Niger depuis combien d’années les gens se forme à leur frais, l’Etat a démissionné. On peut faire une programmation à la faculté de médecine selon les besoins cruciaux du Pays, et mettre les moyens pour que dans xx années que le Pays ait les spécialistes nécessaires même insuffisants. Aujourd’hui dans certains domaines, vous avez une seule personne qualifiée, un seul spécialiste. La même programmation doit être faite par l’Etat au niveau des ENSP et des écoles privées de Santé, et que le Ministre de la santé veille sur le respect.
      Il faut déconcentrer les spécialistes en les mettant dans les conditions de travail, va au SNIS et demandes les statistiques de la répartition des cadres de la santé par région, tu verras le déséquilibre. C’est un cri de coeur qui est palpable, c’est la faute aux dirigeants. Les enfants de Ces derniers ne sont même pas formé au Niger, comment peuvent ils s’occuper des fils du bas peuple??? s’ils sont malades, ils sont traités à l’étranger sur le dos du budget national????? Comment pouvez vous comprendre qu’une clinique privée ait certains matériels ou équipements pointes alors que nos hôpitaux nationaux ne les ont pas???? etc etc etc!!!! Je m’excuse

    • Laissez tomber monsieur ! Cette dame peut fort bien être l’épouse de ces jeunes alhazai, mi-scolarisés mi-analphabètes, de plus en plus séduits par certaines doctrines ….

      Sinon dans la ville même de Maradi, il y a des quartiers dans lesquelles des femmes accouchent chez elles, parce qu’elles n’ont pas les moyens de payer les frais de la maternité ou bien pendant la saison des pluies, les routes sont tellement impraticables pour les taxis, que celles qui n’ont aucun parent véhiculé, sont obligées de rester chez elles, pour accoucher.

      La bonne dame a accès aux soins et se plaint !

  9. La difficulté c’est que les femmes specialistes suivent leurs maris qui resident à Niamey.
    Et tout le monde veut être à Niamey, peut être par ce que on se realise le plus rapidement possible à coté de pole de Central.

  10. Pourtant il y a trop de gyneco femmes à ny.

  11. Au fond, le souci de ce journaliste ce n’est pas la non scolarisation des filles, mais plutôt le fait que des femmes soient examinées par des gynécologues hommes.

    Et bien qu’il sache que mêmes ces gens qui financent l’extrémisme à travers le monde, se font soigner par des personnes habilitées à le faire, qu’elles soient hommes ou femmes !

    Ces mêmes individus qui financent des barbouzes déguisés en barbus pour promouvoir l’ignorance, alors qu’ils invitent les meilleurs universitaires de la planète pour donner des conférences chez-eux.

    ceux-là mêmes qui attisent l’intolérance dans nos pays, alors que les occidentaux demeurent leurs alliés privilégiés.

    Dites-leur de vous envoyer des gynéco femmes. Après tout, quand on inculque une mentalité étriquée à quelqu’un, on doit être en mesure d’assumer les conséquences. Et au moins leur petro-dollards auront servi à promouvoir la vie et non la terreur.

  12. vous me faites rire. Même le manque de gynécologue femme c’est la faute de l’État! Quand est ce que vous allez avoir l’honnêteté morale de dire que nous sommes (vous etes) responsables? Restez là à dire l’État, jusqu’à ce que votre champion arrive au pouvoir et que vous vous enfoncez le doigt dans le ……

  13. GASKIYA TA FI KOBO

    L’école que j’avais fréquentée a ouvert ses portes il y a 39 ans mais je vous jure jusqu’ici aucune fille n’a pu obtenir le simple BEPC. Quand j’entends des débats sur la scolarisation de la jeune fille et que je vois des véhicules 4×4 blancs avec cette inscription, je me demande de quoi et de qui on parle.

  14. Kollo44, la scolarisation de la jeune fille n’est pas synonyme de réussite dans la vie. Chercher d’autres arguments pour justifier le retard de notre cher Niger dans le concert des nations qui avancent

  15. Mais ou est le probleme s les hommes qui examinent les femmes.
    meme l islam ne l interdit a partir du moment ou c est une contrainte.
    quand on dit aux nigeriens de laisser les jeunes filles aller al ecole jusqu a finir , il refuse non.
    si ya pas des genicolgue filles a Maradi ce qu elles n existe pas au niger parce que les filles sont maltraitées au niger marieés a 10 12 ans alors comment vont elles etudiées.
    ca c est la premiere conséquence
    et le niger restera toujours dernier au monde tant qu on ne trouve pas un moyen de scolarisér les fille

  16. الدولة الإسلامية

    L’état n’existe pas !

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.