Home ACTUALITE Massoyi Arzika Mahamadou Moustapha : Une formation qui m’a permis d’avoir les compétences nécessaires pour créer et gérer ma petite entreprise…

Massoyi Arzika Mahamadou Moustapha : Une formation qui m’a permis d’avoir les compétences nécessaires pour créer et gérer ma petite entreprise…

Témoignage d’un bénéficiaire des formations en entreprenariat du Projet de Développement des Compétences pour la Croissance (PRODEC) via la Chambre de Commerce et d’Industrie du Niger (CCIN) à Tillabéry.

« Je m’appelle Massoyi Arzika Mahamadou Moustapha, je vis dans la région de Tillabéry, je suis mariée et père de quatre enfants.

Je suis aujourd’hui entrepreneur et promoteur des auto-écoles Mai Lafia situés à Tillabéry et à Ouallam.

Mon histoire avec la formation en conduite automobile a commencé très tôt. Très jeune, parallèlement mes cours académiques, je m’adonnais à des stages de formateur dans des auto-écoles.

Après plusieurs années à servir dans le monde de la formation en conduite automobile, j’avais cette volonté de créer ma propre auto-école. Cependant, bien que je maitrisais ce domaine, je n’avais pas de connaissance sur la manière de créer et surtout de gérer une entreprise.

Malgré cet aspect, j’ai décidé de me lancer en ouvrant une auto-école dénommée Mai Lafia à Tillabéry. La phase de démarrage était assez timide. Je tentais tant bien que mal à me frayer un chemin.

C’est à cette période de démarrage de mon entreprise que j’ai appris, à travers un communiqué, que la Chambre de Commerce et d’Industrie du Niger (CCIN) organise en collaboration avec le Projet de Développement des Compétences pour la Croissance (PRODEC) organise des séances de formation intensive en entreprenariat.

Je n’ai pas raté cette occasion, je me suis directement rendu à la Direction régionale de la CCIN à Tillabery pour y déposer mon dossier et j’ai été retenu.

Cette formation m’a fortement éclairé sur le concept de l’entreprenariat, le processus de création, le mécanisme de gestion et surtout sur l’importance d’innover.

J’ai ainsi su, améliorer ma relation avec mes clients, améliorer ma manière de recruter et de gérer mon équipe (qui est constitué de cinq agents) et aussi améliorer la gestion financière de mon entreprise.

Cette expérience m’a permis d’ouvrir un second auto-école Mai Lafia à Ouallam et j’ambitionne aujourd’hui d’ouvrir d’autres auto-écoles dans plusieurs localités du pays. J’espère aussi que les jeunes qui travaille avec moi ambitionnent de créer à leur tour des entreprises.

En dehors de ce premier aspect, cette formation de la CCIN et du PRODEC m’as permis d’élaborer un plan d’affaire avec lequel j’ai concouru à une compétition. Et j’ai été retenu parmi les lauréats de cette compétition nationale.

Je remercie la CCIN et le PRODEC pour cette formation. Je les encourage à continuer à nous former sur l’entreprenariat qui peut nous permettre de contribuer à a création de richesse dans notre pays. J’encourage également les jeunes entrepreneurs ou porteurs de projets de se faire former en entreprenariat. Dans ce domaine on ap

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

MADAME KANE AICHATOU BOULAMA RESTE ET DEMEURE MINISTRE DU PLAN ET JOUIT DE LA CONFIANCE TOTALE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Des fausses  informations propagées à dessein circulent sur les réseaux sociaux annonçant …