Home ACTUALITE Médias fermés au Niger: le gouvernement va proposer une médiation

Médias fermés au Niger: le gouvernement va proposer une médiation

M. Habi Mahamadou Salissou, ministre de la communication du Niger

Trois semaines après la fermeture des premiers médias au Niger pour cause de redressement fiscal, au moins sept d’entre eux ont été fermés, malgré des négociations en cours. Le ministre de la Communication propose sa médiation et promet de lancer des consultations ce lundi 6 août pour trouver une solution.

Des dizaines de millions de francs ont été réclamés à certains médias nigériens par la Direction générale des impôts. Une première au Niger, selon nos confrères. Aujourd’hui, au moins trois chaines de télévision sont encore fermées, les quatre autres ciblées ont dû débourser des millions de francs CFA pour avoir le droit d’émettre à nouveau. Le ministre de la Communication réfute toute volonté de l’Etat de bâillonner des médias trop critiques à l’égard du pouvoir. Habi Mahamadou Salissou promet de lancer dès ce lundi des consultations avec toutes les parties, pour trouver une solution. Il est interrogé par RFI.

« La direction générale des impôts a voulu vérifier un tout petit peu toutes les entreprises de presse. Ce n’est vraiment pas au niveau de l’Etat, au niveau du ministère de la Communication, c’est exclusivement du ressort de la Direction générale des impôts. C’est du ressort technique, mais nous en tant que responsables politiques, en tant que responsables de l’Etat, nous ferons en sorte d’être justes. Je vais voir avec le Conseil supérieur de la communication et les responsables de presse, des médias, les besoins de la presse, dans quelles conditions nous pourrons trouver une solution. En tout cas, nous allons voir comment c’est possible pour ne pas montrer, que nous, le gouvernement, nous ne faisons rien du tout pour régler cette question.

RFI: Vous allez essayer de vous poser en médiateur ?

C’est bien possible de faire une médiation. Je vais aller envoyer une délégation pour rencontrer la Direction générale des impôts pour savoir de quoi il s’agit et voir ce qu’on peut faire en médiation pour régler la situation »

Inquiètude du côté du syndicat de l’information

De son côté, si le Syndicat des travailleurs de l’information et de la communication (Synatic) salue l’annonce du ministre et dit attendre la suite, il continue de dénoncer la gravité de cette situation. Pour lui, si ce n’est qu’une question pour l’Etat de trouver des fonds, ce n’est pas chez les médias indépendants qu’il faut le chercher.

« Depuis le début de la démocratie au Niger, il y a de cela plus d’un quart du siècle, on n’a pas assisté à une fermeture en cascade des organes des médias sous un prétexte de non-paiement d’impôts. Ça, c’est une première. Si c’est de l’argent que l’Etat a besoin, l’Etat connait très bien où se trouve l’argent parce que c’est ce même Etat, l’Etat du Niger, qui a de façon volontaire également cette année a décidé d’octroyer des cadeaux de l’ordre de plusieurs milliards à des multinationales. Je prends l’exemple des compagnies de téléphonie. Donc si c’est de l’argent qu’on a besoin, c’est là-bas à ce niveau qu’il faut plutôt chercher l’argent, pas avec des entreprises qui luttent pour leur survie. Mais ce qui nous inquiète aujourd’hui, c’est le fait que cela cible surtout des médias indépendants, des médias privés », estime Moudi Moussa, secrétaire général adjoint du Synatic.

Source: RFI

6 Comments

  1. DANS CE PAYS IL FAUT QU’ON APPREND APRES 58 ANS D’INDEPENDANCE QUE PAYEZ CE QUE VOUS LUI DEVEZ DOIT ENCORE SOUFFRIR DE MEDIATION? CE DOMMAGE!!! ET CEUX QUI SONT CORRECTS VIS A VIS DES FISCS COMMENT PEUVENT – ILS INTERPRETER CETTE IMMIXITION? ÇA VOUS DERANGE PAS MR LE MINISTRE DE CREER DES NIGERIENS AU DESSUS DES LOIS ET REGLEMENT? QUAND ILS UTILISENT LA PRESSE POUR FORTIFIER LES UNS ET DISCREDITER LES AUTRES, ILS DEMANDENT VOTRE AVIS? S’ILS NE PEUVENT ASSUMER LES RESPONSABILITES, QU’ILS SE DECLARENT EN FAILLITE ET LE TOUR EST JOUE.
    MR LE SYNDICALISTE ,PARDON CAMARADE , NE PAS PAYER LES COTISATIONS SYNDICALES EST -IL NORMAL? SINON, ALORS SOMMER VOS CAMARADES D’ETRE EN REGLE VIS A VIS DE L’ETAT AVANT DE LE BALLOINNER , TEL EST LE PRIX A PAYER.

  2. Bonjour,

    Encore une stupidité d’un ministre. Sinon comment comprendre une telle interférence ? autrement, chacun des ministres s’activera à intervenir pour les imposables dans son secteur. S’il vous plaît arrêtez de telles dérives, qui dénotent de la méconnaissance totale de ce que c’est un état, et encore moins en détenir son autorité. Que des comportements de badaud.

  3. SALA HABI laisse cette affaire ,c’est plus fort que toi sinon tu te mettre dans trois.QUAND BAZOUM ET HASSOUMI decident personne meme ISSOUFOU n’ose les dedire .SAUF si tu veux suivre TCHIANA,d’ailleurs vous vous entendez bien, alors pourquoi pas.

  4. CES MÉDIAS JOUENT UN SERVICE PUBLIC ,IMPOSER ,POUR IMPOSER ILS DOIVENT BÉNÉFICIER D’ALLÉGEMENT SURTOUT QUAND ON SAIT QU’AUCUN D’EUX N’ENGRANGE DE BÉNÉFICE.BAZOUM ET HASSOUMI ONT ANNONCE LES COULEURS EN DISANT pour le premier: » nous allons régler des comptes » et pour le second : » ceux qui ne sont pas avec nous,sont forcement contre nous et pour cela nous allons les combattre avec tous les moyens a notre disposition ».DIRE QUE CE SONT DES MINISTRES DE LA REPUBLIQUE.MAIS QUEL REPUBLIQUE DIRIEZ VOUS ?
    ISSOUFOU ET SA BANDE DE VOYOUS ALLAH YA ISSA.

    1. Mountaka Halidou Soumaila Konni la bande de voyous c’est ceux là qui pensent que c’est normal que le paysan de Damagaram Takaya paye ses impôts bon an mal an et que des escrocs retranchés à Niamey avec le sobriquet d’entrepreneurs de presse soient exemptés pour qu’on ne dise pas de l’extérieur qu’au Niger on bâillonne les libertés d’expression. Vous voulez quoi au juste dans ce pays? Dans quel pays au monde exiger le payement des impôts d’une entreprise (fut elle une entreprise de presse) est il un problème? « Allah ya issa » c’est tout à fait juste sinon tes ascendants même n’allaient pas exister à plus forte raison te voir naître toi. Tu peux être contre les dirigeants de ton pays tu as cette liberté, mais c’est une grande erreur d’être contre les lois régulièrement votées de son pays Aujourd’hui c’est ISSOUFOU et sa bande? OK, et demain? Ça peut être ton père et sa bande aussi non? Et tu diras quoi ce jour là?

  5. « En tout cas, nous allons voir comment c’est possible pour ne pas montrer, que nous, le gouvernement, nous ne faisons rien du tout pour régler cette question. »

    la phrase ci-dessus est celle du ministre, me laisse croire que c’est juste du « m’as tu vu » que le ministre compte faire mais ce n’est certainement pas pour trouver une solution à ce problème…..

    de toute évidence, ces médias doivent payer leurs impôts maintenant il faudrait qu’il ait l’objectivité de la part de l’État

    « « Depuis le début de la démocratie au Niger, il y a de cela plus d’un quart du siècle, on n’a pas assisté à une fermeture en cascade des organes des médias sous un prétexte de non-paiement d’impôts. Ça, c’est une première……. » selon le SG du syndicat de ces médias mais moi j’ai une question ces médias fermés ont ils oui ou non payés leurs impôts??????

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Saisie d’armes de guerre par la Gendarmerie à Guidan Roumdji…

Une cérémonie de présentation d’armes saisies par les éléments de la gendarmerie nationale…