Accueil / ACTUALITE / Meeting du FPR: La peur panique du pouvoir

Meeting du FPR: La peur panique du pouvoir

MeetingFPR2015A partir du dimanche 1er novembre 2015, l’opinion nationale ainsi que celle internationale est désormais fixée : la légitimité populaire se trouve du côté de l’opposition politique. Les images, de la marche suivie de meeting, sont suffisamment éloquentes pour confirmer dorénavant que le pouvoir de Niamey ne peut plus se prévaloir d’une quelconque assise.

Le peuple en a décidé ainsi. C’est en effet dans la dé- termination, en toute responsabilité, et dans la sérénité de celui qui est sûr d’être du bon côté, celui de la justice et du peuple, que les militants du Front Patriotique Républicain (FPR) ont marché, disons déferlé mais dans la discipline, de la place Toumo à la Place de la Concertation le dimanche 1er Novembre 2015. C’était à l’appel des leaders du FPR. Et les militants ont répondu massivement, malgré tous les scénarios catastrophes et apocalyptiques annoncés par le régime et ses sirènes, malgré « toutes les manœuvres ourdies » pour les en empêcher.

Un comportement qui dénote, selon Seini Oumarou, chef de file de l’opposition et président du MNSD-Nassara, de la détermination des militants à « mettre fin à ce régime inique, qui a fini d’installer le Niger dans l’incertitude et le chaos ». C’était un Seini Oumarou requinqué et revigoré d’une part par le dernier verdict qui opposait son parti aux aventuriers dissidents, et de l’autre par une présence spectaculaire des militants de l’opposition à une Place de la Concertation bondée, qui tirait la sonnette d’alarme :

« la situation socio politique nationale s’est gravement détériorée, au point de mettre dangereusement en péril la cohésion nationale et la stabilité du pays ». Selon le chef de file de l’opposition qui n’a décrit que la stricte réalité, les nigériens ont perdu tout repère et se demandent avec justesse « jusqu’où les mèneront l’insouciance et l’irresponsabilité du gouvernement et du président Issoufou Mahamadou ». Les raisons de ces graves incertitudes du lendemain du nigérien sont la politique du « diviser pour mieux régner », prise comme seule option du régime. Toutes les institutions et groupes constitués à commencer par les partis politiques, sont parasités par les graves et intempestives immixtions du pouvoir dans leur fonctionnement normal.

Pire, « le président Issoufou a désormais perverti les nigé- riens grâce à une politique de corruption sans précédent ». Concernant les élections prochaines, Seini Oumarou a rappelé les exigences de l’opposition pour l’organisation de scrutins apaisés. Il s’agit de la recomposition de la Cour constitutionnelle, puisque celle présidée par Kadidiatou Ly est totalement inféodée au régime selon l’opposition ; la convocation des réunions du CNDP pour traiter des questions d’intérêt nationale et trouver le consensus indispensable sur des questions électorales, mais aussi sur la CENI et le CFEB qui travaille de manière opaque et désordonnée.

Mais à toutes ces revendications le régime a fait la sourde oreille. Ce qui n’étonne point le chef de file de l’opposition qui dévoile les intentions cachées du chef de l’Etat qui, ayant compris qu’il n’a aucune légitimité, veut mettre le peuple devant le fait accompli et lui « forcer la main », en organisant des élections bâclées. A ce sujet, le chef de file de l’opposition n’a pas manqué de fustiger et de dénoncer la campagne électorale précoce et illégale à laquelle s’adonne le régime avec l’aide des médias publics pour masquer son échec.

Pour le chef de file de l’opposition, Issoufou Mahamadou a l’intention de frauder massivement se faire réélire sur la base d’un fichier mal établi, avec des moyens colossaux que ses amis et lui ont amassée pour corrompre les électeurs et certains responsables politiques. Sur ce point, la position de l’opposition, par la voix de son chef est claire et limpide : « l’opposition n’acceptera jamais un scrutin frauduleux ». Le chef de l’Etat est dès lors pré- venu. D’ailleurs, le chronogramme des élections est devenu caduc car le délai du 31 octobre n’a pas été respecté pour la remise du fichier électoral.

D’où l’appel lancé au chef de l’Etat pour faire ressusciter le CNDP afin d’élaborer un nouveau chronogramme. Seini Oumarou s’est d’autre part réjoui du dénouement heureux des fausses crises créées et entretenues par le pouvoir au sein du MNSDNassara et du CDS-Rahama. Quant au retour de Hama Amadou, il a informé les militants, l’opinion nationale et internationale que « les préparatifs pour le retour de Hama Amadou, président du MODEN FA LUMANA et candidat aux prochaines élections, sont terminés. Hama Amadou sera bel et bien à Niamey ». Le tableau de la situation sociale et sécuritaire brossé par Seini Oumarou est aussi sombre que celui politique et institutionnel.

Les fausses promesses dans le domaine de l’éducation et de la santé ont fini par rattraper le ré- gime. L’école est aujourd’hui en lambeaux, ce qui justifie les mouvements des scolaires ; et les centres sanitaires sont devenus des mouroirs. Quant à la situation des opérateurs économiques, les transporteurs et les contractuels, elle ne fait que se détériorer chaque jour. En matière sécuritaire, le Niger est devenu le maillon faible de la lutte antiterroriste et la cible privilégiée de Boko Haram qui multiplie ses attaques et endeuille chaque jour les familles nigériennes.

Pour la simple raison que les sommes colossales dégagées pour l’armée sont détournées sous formes de commissions ou utilisées à des fins personnelles. Le chef de file de l’opposition a rappelé l’inscription incongrue au budget 2016 de cinq (5) milliards FCFA pour uniquement payer du matériel de surveillance pour la seule sécurité d’Issoufou Mahamadou. Par ailleurs, le Niger est devenu une passoire pour les trafiquants de tous genres avec la bénédiction des tenants du pouvoir, uniquement préoccupés à s’enrichir sur le dos du peuple, tout en déniant à ce même peuple le droit de dénoncer leurs travers.

Et c’est pourquoi Seini Oumarou estime que le Niger est en danger, et appelle les nigériens à la veille citoyenne et démocratique pour imposer des élections démocratiques à Issoufou Mahamadou afin de le sanctionner pour qu’il retourne jouer son rôle d’opposant où il a quelques compétences. Enfin, le chef de file de l’opposition, plus déterminé que jamais, a rappelé les exigences de l’opposition : respect des libertés et droits constitutionnels des citoyens, recomposition de la cour constitutionnelle, réhabilitation du CNDP, l’arrêt de l’immixtion du chef de l’Etat dans le fonctionnement des partis politiques et associations, le fonctionnement normal de la CENI, l’audit indépendant du fichier électoral.

Ceci afin que « notre souveraineté ne nous soit pas spoliée par Issoufou Mahamadou », a martelé Seini Oumarou.

À propos de l'Auteur

BISSO (Le Courrier N° 389 DU 06 NOVEMBRE 2015 )

 

À propos Administrateur

13 plusieurs commentaires

  1. Belle analyse Dango et merci pour le rappel

  2. chere frères dans la vie il est de coutume de le dire celui qui t’aime te conseil. cela fait un bon moment que je lis vos commentaires et a mon avis nous ne sommes pas loin d’être comme ceux que nous critiquons . au niger les gens se connaissent et comme l’a dit le prophète de dieu ( sws) votre foi ne serait complète que quand vous aimerai ou souhaiterai a votre frère ce que vous aimerez pour vous. malgré toute nous différence ethnique régionale et même continental n’oublions que nous avons les même ancêtres(Adam et haoua). les hommes politiques nous utilisent. n’est il pas dit celui qui aime le pouvoir ne le lui le confié pas . si aujourd’hui nous nous insultons jusque dans notre profonde intimité pensez-vous que nous sommes mieux qu’eux ? a mon avis c’est non je m’étonne quand je vois certains commentaires car je vous assure beaucoup d’entre nous sont entrain de commettre des graves pécher. et je crains pour nous tous le jour du bilan devant dieu. on peut ne pas avoir les memes opinions mais cela n’empêche pas qu’on se respecte mes frères.je ne pose pas en donneur de leçon c’est juste un rappel. a l’endroit de tamtam sachez que toute insulte postee via ce site vous aurez une commission donc ne pensez que parce que vous avez decline toute responsabilité quand aux propos des internaute que vous êtes dédouanés. non il y va de votre responsabilité de bloquer tout propos malveillants. en fin mes frère je vous aime que dieu vous bénisse et bénisse le niger.

  3. Adali na gari na kowa

    Il y a en France ce 2 novembre 2015 une plainte contre Hama pour harcèlement sexuel . Comme d’habitude. Les prochains jours nous en diront plus.

  4. Adali na gari na kowa

    Ousmane est populaire à Zinder, mais ses consignes de voter un candidat ethno régionaliste qui n’aime pas ses parents, ses frères et sa région ne seront jamais respectées. Crois moi. Hama a insulter nos parents on n’a pas oublié et Seyni est une fabrication de Hama. Kassoum n’est jamais populaire à Maradi, il a volé de l’argent et lorsque les Maradawa l’ont compris, ils ont fait tout pour que se soient eux qui en profitent de cet argent et non des intrus, les gens d’autres régions. Tout cela vous le constaterez parce que les élections c’est pour bientôt . Seyni n’est pas populaire à Tillabéri, parce que les nobles Sonrai font beaucoup attention à l’origine de l’individu pour se laisser diriger par lui. Hama non plus n’est pas populaire à Niamey, il met en avant l’ethno régionalisme, aussi ne confondez pas le fait qu’il manipule scolaires pour semer des dégâts dans la ville pour conclure que c’est là un signe de popularité

  5. Monsieur baron
    Ils ouf ou a battu ousmane à zinder en 2011 et a battu seniors à tillabery. Vous pouvez vérifier sur les résultats publiés par la CENI. Alors ne rêvez pas trop. Le peuple est libre et votera librement.
    Issoufou a déjà battu et battra vos champions inchah Alla.

  6. Niamey c’est la capitale du Niger. Détrompez vous mes chers amis nul ne peux réclamer son appartenance. Vous le saurez peut être un peu plus tard.

  7. Cher Hassane, je ne pense pas que Tahaoua à elle seule puisse garantir à un 2ème mandat à Issoufou Charlie même en faisant voter les arbres et les animaux.

  8. Tahoua aussi fait 8 millions d’habitants.

  9. Pauvre bisso, la popularité ne se limite pas à niamey qui compte presque 2 millions d’habitants sur les 17 millions que compte le Niger

    • c’est toi qui est le pauvre oui Hassane; tu sais très bien que MI n’est populaire qu’à Tahoua. alors mathématiquement: Seyni est populaire à Tillabery; Mahamane Ousmane est populaire à Zinder, Hama est populaire à Niamey, Kassoum Moctar est populaire à Maradi; Diffa ; Agadèz et Dosso sont partagés alors M. Hassane où se trouve la popularité? ou bien Tahoua fait 15 millions avec les exodants, les morts, les foetus et les chameaux?

      • Eviter de dire certaine choses mon frère, nous savons tous la stratégie que vous voulez adapter. mais je vous demanderai de vous rendre compte des résultats de la CENI et vous verrai la vérité en face. il n’y a pas qu’a Tahoua il y a des Nigériens de bonne fois qui vous feront comprendre hélas que vous vous trompez en pensent que c’est Niamey qui donne le pouvoir. j’étais membre des mercenaires que Hama a envoyé dans la région de Tahoua en 2011 et j’ai vu de mes yeux ce qu’est la vérité par rapport au vote contrairement a ce que nous faisons dans Tillaberi pour passer en force. sachez que Dieu nous voit et saie bien tout ce que nous faisons. que Dieu nous pardonne nos erreur du passé. mais je vous casse rien si toute fois le vote se fait de façon transparente, nos chances sont très minimes. nous devons passer a l’offensive dans toutes les régions si nous voulons changer la donne.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.