Accueil / ACTUALITE / Message du ministre en charge des Affaires Etrangères à l’occasion de la journée internationale de la Francophonie: M. Ibrahim Yacoubou se félicite de l’exemplarité du partenariat renforcé et diversifié entre le Niger et l’OIF

Message du ministre en charge des Affaires Etrangères à l’occasion de la journée internationale de la Francophonie: M. Ibrahim Yacoubou se félicite de l’exemplarité du partenariat renforcé et diversifié entre le Niger et l’OIF

L’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) fête aujourd’hui 20 mars, ses quarante-huit (48) années d’existence, et l’événement est célébré sous le thème : « la langue française, notre trait d’union pour agir ».

A la veuille de cette célébration, le ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur, M. Ibrahim Yacoubou, président de la Commission Nationale de la Francophonie, a livré un message dans lequel il s’est félicité de l’exemplarité du partenariat renforcé et diversifié, entre le Niger et l’OIF depuis sa création.

La célébration de la journée internationale de la Francophonie constitue un grand moment de rassemblement dans un même élan pour les pays ayant le français en partage, afin que la diversité des cultures, des parlers et des héritages s’incarne dans un espace de dialogue et de solidarité active autour des valeurs universelles, formé naguère par Léopold Sédar Senghor, Habib Bourguiba, Hamani Diori et Norodom Sihanouk, qui est devenu aujourd’hui une vaste communauté, a souligné le ministre en charge des Affaires Etrangères.

Repartie sur les cinq continents, la francophonie concerne plus de 800 millions d’hommes et de femmes dans plus de quatre-vingt (80) pays, a indiqué M. Ibrahim Yacoubou. « La Francophonie est une idée, c’est aussi un projet. Les valeurs qu’elle défend se traduisent en actions, conduites dans des domaines aussi divers que la culture, la paix, la démocratie, le développement durable, les droits humains, l’éducation, les médias, l’environnement et l’énergie » a expliqué M. Ibrahim Yacoubou.

Les membres de ce rassemblement œuvrent pour la promotion de leurs cultures respectives et pour le rapprochement de tous les peuples dans un esprit d’entraide et de solidarité. La Francophonie, a rappelé le ministre, est la communauté des peuples ayant le français en partage, une langue qui contribue à l’union de ces millions d’hommes et de femmes d’origines et de parcours si divers.

« Nous sommes des millions à travers les cinq continents à fêter cette journée. Ce que nous célébrons, c’est notre langue commune, c’est cette conviction que rien ne peut se construire dans l’indifférence ou l’égoïsme, que rien ne peut se construire sans l’implication et l’engagement de tous les citoyens et citoyennes », a poursuivi le ministre en charge des Affaires Etrangères.

Ces sont des hommes et des femmes qui l’ont voulue et mise en œuvre, longtemps avant que les gouvernements ne l’organisent.

Dans le sillage de ses pères fondateurs, a soutenu M. Ibrahim Yacoubou, ce sont encore des peuples qui l’animent aujourd’hui, unis par le français, ils n’en témoignent pas moins d’une grande variété de langues, de cultures, d’histoires et de religions. La Francophonie revendique cette diversité, garante à ses yeux des valeurs qu’elle défend.

Elle figure également au nombre des grands rassemblements de notre temps et les missions qu’elle endosse, les objectifs qu’elle s’assigne reflètent cette portée universelle. « Dans la Francophonie multilatérale d’aujourd’hui, chaque pays parle d’une voix égale et participe également aux décisions collégiales. Une nouvelle ère est née, celle de relations plus équilibrées et d’actions concertées au service d’un idéal commun, formulé voici quarante-huit ans dans la Convention de Niamey», a déclaré M. Ibrahim Yacoubou.

Pour lui cela témoigne, si besoin est, de la force et de la pertinence des valeurs qui fondent les actions de l’OIF depuis sa création.

S’agissant du Niger, le ministre en charge des Affaires Etrangères s’est félicité de l’exemplarité du partenariat renforcé et diversifié, entre le Niger et l’OIF depuis sa création, un partenariat qui couvre les secteurs stratégiques tels que la démocratie, les droits de l’homme, la bonne gouvernance, la culture, l’éducation et la formation professionnelle, la promotion de la langue française et la diversité culturelle mais aussi l’entreprenariat des jeunes et des femmes, la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent, l’emploi vert et le développement durable…etc.

A cela, s’ajoute la décision prise au dernier Sommet d’Antananarivo, auquel a pris part SE Issoufou Mahamadou, Président de la République, d’ériger la jeunesse au rang d’acteur de développement de l’espace francophone et de son appareil institutionnel. Au cours de cette année 2018, le Niger accueillera la 3ème édition du Forum International Jeunesse et Emplois vert, et la 6ème édition de la phase internationale du concours pour la Promotion de la Langue Française (PROLAF).

C’est au titre de ces valeurs partagées que le pays a bénéficié de l’accompagnement de l’OIF lors de l’organisation des échéances électorales de 2016 à travers le renforcement des capacités de la Commission Electorale Nationale Indépendante, l’audit du fichier électoral et les missions d’observations de ces élections, a expliqué M. Ibrahim Yacoubou. Le Niger fait également partie des 12 pays francophones prioritaires qui bénéficieront du nouveau programme de promotion de l’emploi pour l’entreprenariat chez les femmes et les jeunes en Afrique subsaharienne. Partout dans le monde, les francophones profitent du 20 mars pour fêter leur langue en arts et culture, en conférence débat, en concours littéraires voire en dégustations gastronomiques.

« Pour aligner notre pays sur la scène commémorative francophone, la Commission Nationale de la Francophonie et ses partenaires ont prévu diverses activités dont entre autres : un concours national de dictée, des conférences-débats, au travers desquels la diversité culturelle sera reflétée pour qu’ensemble « nous aimions, nous partagions notre 20 mars, notre journée de la Francophonie », a conclu le ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur M. Ibrahim Yacoubou, président de la Commission Nationale de la Francophonie.

À propos de l'Auteur

Aïchatou Hamma Wakasso (Onep)

À propos Administrateur

7 plusieurs commentaires

  1. Merci pour cette remarque.
    Je commençais a me poser la question a savoir suis je le seul qui trouve cela anormal.

    D’ailleurs:
    Il y a t-il eu un seul débat après la periode colonial pour determiner si le Français était la langue qu’il faut pour le Niger?

    Sachant par exemple que le géant à coté le Nigeria parle Anglais n’est il pas plus interessant pour les Nigeriens de parler anglais.

    Des réflexions aurait du être menées et peuvent toujours être faite.

  2. Soixante dix ans apres les independances on celebre encore la langue du colon. Apres on s´etonne et on s´indigne du sort qui est celui du negre a travers le monde.

    • Merci pour cette remarque.
      Je commençais a me poser la question a savoir suis je le seul qui trouve cela anormal.

      D’ailleurs:
      Il y a t-il eu un seul débat après la periode colonial pour determiner si le Français était la langue qu’il faut pour le Niger?

      Sachant par exemple que le géant à coté le Nigeria parle Anglais n’est il pas plus interessant pour les Nigeriens de parler anglais.

      Des réflexions aurait du être menées et peuvent toujours être faite.

  3. La francophonie est à l´origine de nos retards. Pourquoi pas une joiurnee nigerienne consacree a nos langues nationales?

    • non Monsieur!notre retard est plutôt associé à nos comportements quotidiens qui nous polluent nos vie et nous empêchent de trouver notre repère pour décoller, je ne peux pas comprendre que dans nos administrations publiques, les gens viennent travailler que quand ils veulent et tout se décide et se fait en rapport avec les appartenances politiques, indiscipline, corruption, paresse, mauvaise foie, injustice sociale, culture de favoritisme, méprise du mérite et des gens travailleurs, non objectivité pour ne citer que ça sont les principaux raisons de nos retards……….

      • Monsieur vous avez parfaitement raison. Nous devons penser à nous mêmes. On apprend à l’enfant de marcher, on l’éduque et après c’est à lui de se débrouiller.

      • Les fondations du pays son mauvaises tout ce qui se construit ne peut que secrouler.

        PourQuoi le pays s’appel Vraiment Niger(le sens ?) ?

        Pourquoi l’hymne national est-elle écrit en Français par un français, ce qui fait en sorte que seul ce qui parle français le connaisse et le reste du peuple?

        pourquoi il n y a t il toujours pas une refonte de cette administration pourri?
        Pourquoi la scene politique est toujours la meme depuis .

        Est-il possible d’avancer quand l’oppresseur Français(qui nous a violé, enchainé, vendu, dépouiller,…) a le droit de venir caresser sa victime quand il le souhaite et cerise sur le gateau se faire applaudir ? ( ne doit pas éloigné une victime de viol de son oppresseur )

        Plein d’autres questions …..

        Donc oui ce n’est pas d’aussitôt qu’on peut achever des choses interessante au niger

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.