Home ACTUALITE Ministres ou simplement chefs de partis politiques ?

Ministres ou simplement chefs de partis politiques ?

Il est vrai que le poste de ministre est une fonction éminemment politique, car un ministre est là pour exécuter la politique générale du gouvernement auquel il appartient. Qu’il appartienne déjà à une formation politique donnée ou qu’il soit issu de la société civile, une fois nommé, le ministre devient politique ipso facto. Cependant, une fois nommé, le ministre devrait tracer une ligne de démarcation claire et nette entre ses fonctions ministérielles qui le mettent au service exclusif de la nation et ses responsabilités partisanes.

Or chez nous, depuis un certain temps, l’on observe un fait nouveau dans la vie politique nationale : les chefs de partis politiques membres de la mouvance présidentielle actuelle occupe tous des fonctions ministérielles, à part le MNSD qui vient de rejoindre la barque de la renaissance récemment.

En effet, jamais auparavant, au Niger, un gouvernement n’avait réuni autant de chefs de partis politiques au sein de son équipe que sous le régime de la renaissance. Pourtant, avant d’entrer dans le gouvernement, tous ces différents chefs de partis politiques avaient été déjà élus députés à l’occasion des électives lé- gislatives de mars 2016. Et lorsqu’il avait été question de la formation du gouvernement au lendemain de la prestation de serment du Président de la République pour un second mandat, ils se précipitè- rent tous pour se proposer ministres dans le nouveau gouvernement de Brigi Rafini.

A ce sujet, on raconte même une anecdote concernant un chef de parti qui n’aurait proposé qu’un seul nom – le sien, bien entendu – sur la liste des cinq noms que son parti devait communiquer à l’exécutif pour la nomination des membres du gouvernement, de peur que le nom d’un autre parmi ses lieutenants ne fût retenu ! Tous ces chefs de partis avaient préféré rejoindre le gouvernement plutôt que le parlement, complètement déserté par les ténors de la majorité, faisant ainsi de la majorité parlementaire actuelle une majorité godillot.

Les raisons de ce choix sont simples à deviner : il n’y a pas assez de prébendes au parlement pour entretenir le train de vie de ces chefs de partis qui ont besoin d’énormément de ressources pour cela. Alors, le seul endroit susceptible de répondre aux besoins de ces leaders politiques serait le gouvernement où les postes ministériels pourraient être sources de rentes politiques pour entretenir partisans et autres courtisans qui envahissent souvent les cabinets de leurs chefs politiques !

Ces ministres chefs de partis sont ainsi plus occupés à recevoir à longueur de journée dans leurs cabinets partisans et courtisans, pendant que les dossiers brûlants du pays restent en souffrance entre les mains de leurs collaborateurs qui ont toutes les peines du monde pour les rencontrer. Pire, ces chefs de partis ministres ont tendance à peindre de leur couleur partisane certains postesclés au sein du ministère, bien souvent au détriment des cadres et agents desdits ministères !

La conséquence naturelle, c’est que notre administration publique, dont les ministres sont censés en donner l’impulsion, pâtit énormé- ment de ces dysfonctionnements criards qui annihilent tout effort d’efficacité dans la gestion. Or, si l’on veut retrouver l’efficacité dans l’action administrative, il faudra, à tout prix, repenser ce système de cooptation de chefs de partis en ministres. A un moment où on aspire à dépolitiser l’administration afin de lui redonner sa qualité de neutralité, un principe sacrosaint, il est urgent de mettre fin à cette pratique ô combien néfaste à une bonne gouvernance administrative.

On comprend que cela soit difficile dans la pratique, car notre système politique fondé sur le principe du partage des postes politiques ne prédispose guère à une meilleure efficacité de l’action administrative. Nous l’avions toujours écrit dans ces mêmes colonnes, le Niger contemporain souffre énormément d’une conception rentière de la politique qui ôte tout esprit civique ou patriotique aux premiers serviteurs de l’Etat. Tant qu’on ne se départira pas d’une telle vision vénale des choses, les grandes idées et valeurs seront toujours reléguées au second plan.

On en est aujourd’hui là, avec ces chefs de partis politiques qui semblent avoir pris en otage les ministères de la nation pour en faire des outils de leur accomplissement personnel, de celui de leurs poches ou enfin de celui de leurs militants !

Le premier magistrat du pays, à savoir le PR, devrait plancher sur cette problématique cruciale entre adéquation des fonctions ministérielles et responsabilités partisanes !

[author ]Adamu Bako (OPINIONS N° 375 )[/author]

14 Comments

  1. Espérons que le réveil tant chanté de son Excellence PR l’orientera vers les incompétents du gouvernement,

    Nul doute que le gouvernement qui se réuni autour de lui regorge aussi des incompétents et des personnes qui devrons répondre sur certains dossiers chauds du pays dans lesquels ils sont cités.

  2. A mon avis, les principal problème est que nous accordons très peu d’importance à notre pays. Sinon comment comprendre que l’on puisse placer
    – nos intérêts
    – les intérêts de nos partis
    – les intérêts de nos militants
    – les intérêts de nos familles
    au dessus des intérêts de notre pays?

  3. Abdou labo aussi n’est pas ministre. Soyez objectif. Le plus minable ministre demeure marthé qui vient de montrer toutes ses limites. C’est en chassant des enseignants qu’il peut atteindre la qualité? L’évaluation n’a touché que ceux qui ont enseigné au CM. Pourtant le CE et le CP1 et 2 sont deux autres unités de formation; sans compter le Préscolaire qui nettement différent des autres niveaux d’enseignement. L’évaluation des enseignants de ce niveau devrait être différente. Le PNDS vient de se vider de ses plus fidèles militants. Jamais je n’aurais pensé que le TARAYYA se comporterait de cette façon à notre égard. INCHA ALLAH DIEU reconnaîtra les SIENS.

  4. Le développement est une affaire:
    1. Des peuples responsables
    2. des peuples travailleurs
    3. des peuples disciplinés
    4. des peuples ambitieux
    5. des peuples qui accordent une grande importance à leur dignité
    6. des peuples qui ont l’esprit de sacrifice
    7. des peuples organisés
    8. des peuples solidaires entre eux
    9. des peuples qui ont le souci de leur progéniture
    10. des peuples qui ont collectivement honte de tendre la main
    11. des peuples convaincus que c’est le travail organisé qui crée la richesse
    12. des peuples soucieux du respect des biens communs
    13. des peuples convaincus que l’avenir ne doit pas être un simple prolongement du passé
    Moralité : cherchez l’erreur……

  5. La raison pour laquelle les chefs des partis politiques sont ministres est qu’ils ont peur de perdre le controle de leur parti (propriété personnelle) en proposant d’autres personnes.
    Car dans ce pays nous avons perdu les sens de l’honneur.dés qu’on vous nomme ministre,vous visez la place du prisident du parti qui vous a proposé ministre.
    Donc comprennez les.Je ne justifie pas ce comportement mais nous devons revoir la façon dont nos partis politiques fonctionnent.
    Car on donne l’impression que l’on ne se rend utile quand devenant ministre.Les partis ne joue pas leur role dans la formation des militants et ce faisant dans la carriere des militants .
    Il ne faut pas perdre de vue que l’on embrasse la politique pas pour aller au paradis mais pour ce bas monde d’abord.

  6. « …………car un ministre est là pour exécuter la politique générale du gouvernement …….. »

    Quelle Honte !

    Au 21ème siècle vous ne savez pas qu’un Ministre est là parce qu’il est compétents pour aller au delà du bout du nez du gouvernement dont la vision timide n’augure rien de bon.

    Ce n’est pas par hasard que nous regrettons notre pays à la dernière place du monde concernant l’IDH.

  7. Je pense qu’il n’y a pas de problème qu’un president d’un parti soit ministre, mais il faut qu’il soit competent avec des qualités managériales averées, mais des blabla blabla

  8. Cheiffou Amadou est ministre de quoi?
    Hamid Algabid est ministre de quoi?
    De grâce soyez sérieux. Si vous écrivez pour le public soyez rigoureux. Prenez soin d’éviter de dire des sottises.

      1. Je ne sais pas si les 2 sont « périmés » ou pas mais, contrairement à ce qui est écrit dans l’article, tous les leaders des partis de l’alliance ne sont pas ministres.
        J »ai simplement relevé cette contre vérité.

  9. Ici au USA, le ministre Bazoum nous disait que l’etat investait 15 % du budget a l’eductation nationale
    et ses membres du gouvernement combien de pourcentage du budget ileur sont affectes peut etre 30 a 35 % du budget

    1. pourquoi vous êtes écouté ce menteur. il a oublié de vous dire les soldes de ses comptes bancaires
      autrement vous lui auriez réservé un autre accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

La place de l’éthique et de la morale dans la gestion d’un pays

Le respect de l’éthique et de la morale dans les rapports entre les citoyens d&rsquo…