Home ACTUALITE Moden Lumana Africa : Harcelé de part et d’autre, le suppléant de Hama décide lui-même de…Siéger!
ACTUALITE - CONTRIBUTIONS - Politique - 2 octobre 2018

Moden Lumana Africa : Harcelé de part et d’autre, le suppléant de Hama décide lui-même de…Siéger!

eabf7466-dfdc-4cdf-804d-6978bfc631fe

Dans les rangs du parti de Hama Amadou, le Moden Lumana Africa, les choses ne sont pas aussi simples que dans les autres formations politiques de la place. Et pour cause, la dernière salve vécue par le suppléant de Hama Amadou, député ayant été déchu de son siège de député en raison de l’histoire que l’on sait. Pour avoir été condamné à un an d’emprisonnement ferme, autant que toutes les autres personnes impliquées dans l’affaire dite des  » bébés importés « , Hama y a consécutivement perdu son droit de siéger à l’Assemblée Nationale.

Ce fut le cas notamment de l’ancien président du CDS Rahama, Abdou Labo, qui non seulement a déjà fini de purger sa peine, mais en plus a concédé de quitter l’hémicycle au profit de son suppléant. Dans le cas de Hama, les choses sont bien différentes, puisqu’en effet, le président de Lumana n’a jamais purgé la peine écopée (un an ferme), puisqu’absent du territoire national, mais même pour son siège de député, il a fallu que le bureau de l’Assemblée s’active à appliquer quelques dispositions du règlement intérieur de l’Assemblée relatives à une absence non-justifiée prolongée et la condamnation d’un an de prison ferme.

Au terme donc d’un point précis de son règlement intérieur,  » le député national auteur d’une absence régulièrement constatée et prolongée, est d’office remplacé à l’Assemblée par son suppléant… « .

Hama n’étant plus député national, il n’aura donc plus de privilèges pour par exemple saisir des parlements internationaux ou encore se prévaloir de son statut de député devant la Cour de justice de la CEDEAO. Il n’est plus député autant qu’Abdou Labo à la différence que Labo a lui, courageusement purgé sa peine. Mieux, il a laissé la place à son suppléant. Pas Hama pour Hima alors…. Et voilà que depuis quelques jours, les portes de l’Assemblée se sont royalement ouvertes au sieur Hima Garba, militant Moden Lumana de Niamey commune 5, celui-ci ne cesse de subir toutes sortes de pressions.

Elles tendent toutes à lui empêcher de siéger à l’Assemblée Nationale pour des raisons injustifiées et même fallacieuses. Le fameux suppléant a pourtant toutes les raisons objectives d’occuper un fauteuil de député national. A la retraite depuis un ou deux ans, il n’a rien en ce moment pour s’occuper alors même qu’il a toujours été actif sur le plan travail. Même du point du vue de ressources, de quoi, ceux qui lui tiennent  » le discours de refus de siéger  » veulent-ils qu’il vive alors ? N’est-ce pas terrible pour une personne qui a de longues années durant justifié de moyens (d’un salaire mensuel notamment !), de devoir vivre sans ses ressources et moyens habituels pour attendre trois mois d’affilés et prétendre à quelques avantages pécuniaires du fond de retraite à la Paierie des retraités du nouveau marché ? Toujours est-il que deux clans du Lumana n’ont pas rendu la tâche simple au suppléant de Hama Amadou.

Le premier, réputé  » radical  » est celui de Soumana Sanda, qui a trop selon tous les avis, beaucoup tiré les ficelles. Un autre clan, lui constitué autour du président du groupe parlementaire Zam-Zam Lumana Africa, Issoufou Issaka s’est lui aussi impliqué dans le truc. Les deux clans ont chacun en ce qui le concerne fait tout et tout ce qu’ils pouvaient pour tenter de barrer la route de l’hémicycle à Garba Hima.

Après introspection, Garba Hima se décide !

Trêve de balivernes et …toc ! Dira Garba Hima un bon matin. De plus, il ne va tout de même se laisser dicter sa ligne de conduite par des personnes de loin plus jeunes que lui. Ils ont beau être des patrons du parti, il n’en demeure pas moins qu’ils sont tous des cadets, des juniors s’il faut face à Garba Hima. Lui-même ne s’en laissera pas compter longtemps. Une belle matinée, soutenu par de membres de sa famille et des responsables de la section commune 5, il décide d’aller à l’Assemblée nationale pour se conformer aux formalités d’usage. Le tour de passe, lui réussira bien entendu et les services administratifs de l’Assemblée nationale après les vérifications d’usage et l’enregistrement de ses pièces d’état-civils, lui ouvrent les portes de l’hémicycle.

Garba Hima est désormais, député national et il arbore fièrement son macaron et aussi son écharpe aux couleurs nationales d’honorable député national. Il a doublement raison croyons-nous : Son siège, il le tient en vérité du vote de son électorat, pas d’un individu ; Ensuite, il ne voit pas l’intérêt d’une… politique de chaise vide à laquelle certains voulaient l’obliger contre son gré….

Qui donc des agitateurs du Lumana et de Garba Hima est dans son droit ?

[author ]S. Zabeirou (LE TEMPS N° 127)[/author]

5 Comments

  1. LE REFUS DE CONCEDER UNE PLACE A LA POLITIQUE DE LA CHAISE VIDE PROUVE VOTRE RESPECT A LA REPRESENTATION NATIONALE. HONORABLE, CONTRIBUE EFFICACEMENT ET OBJECTIVEMENT DANS LES TRAVAUX DES SESSIONS. VOTRE EXPERIENCE SERA PROFITABLE A LA NATION. BON COURAGE.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Check Also

COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU JEUDI 02 DECEMBRE 2021

Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour,jeudi 02 décembre 2021, dans la salle habitue…