Accueil / ACTUALITE / MODEN/FA Lumana/Africa: La fuite de Hama Amadou et ses conséquences à court terme

MODEN/FA Lumana/Africa: La fuite de Hama Amadou et ses conséquences à court terme

SON EXCELLENCE HAMA AMADOU, PRESIDENT DU BUREAU POLITIQUE NATIONAL, PRESIDENT DU PARTI

SON EXCELLENCE HAMA AMADOU, PRESIDENT DU BUREAU POLITIQUE NATIONAL, PRESIDENT DU PARTI

Le saut de la frontière Niger-Burkina fut très spectaculaire, digne d’un maitre d’arts martiaux. Rien d’étonnant de la part de l’homme, ceinture noire de judo et fin connaisseur des routes et pistes nigériennes qui mènent au Pays des Hommes Intègres. C’est par ce même axe qu’un jour de 2009, Hama Amadou, a pris le large, abandonnant femmes, enfants, militants, partisans et sympathisants. Ce n’était pas son premier exil, mais son deuxième. Car au temps du régime de feu Général Ibrahim Mainassara Baré, « Youri Boy » (appellation de Hama Amadou) a vécu quelques temps la vie d’errance, loin de son Niger, partagé entre quelques capitales ouest-africaines et euro- péennes.

« Ce retrait momentané » (qualification de son départ du pays par l’opposition) est donc la 3ème de la série « Les griffes du dragon bleu de Yantala 2ème forage » que les éditions Le Hérisson vous proposent dans ses prochaines parutions. Le scénario le plus probable de la fuite Depuis le départ de son parti, le Mouvement Démocratique Nigérien pour une Fédération Africaine (MODEN/FA Lumana/Africa) de la majorité au pouvoir en août 2013, certains observateurs avaient flairé « le retrait momentané » imminent du Président de l’Assemblée nationale du Niger. L’histoire a tardé à leur donner raison. Hama Amadou aura donc tenu 1 an dans l’âpreté de l’adversité avant de jeter l’éponge. Quel est le scenario le plus probable de cette 3ème fuite de Hama Amadou ? Votre journal, « Le Hérisson », a essayé de reconstituer le film de la traversée de la frontière Niger-Burkina en se fondant sur la diversion de 2009. Lorsque sous la 5ème République, Hama Amadou « prenait congé » de son compagnon politique, Mamadou Tandja alors aux commandes de l’Etat, il aurait franchi la frontière via la ligne gondolée Kollo-Tamou – Parc National du W – Frontière Burkina–Ouagadougou avec bien évidemment la traversée des deux rives du fleuve Niger.

Cette fois, nul be- soin de prendre ce chemin tor- tueux et parsemé de dangers. Mieux, le contexte étant différent, Hama Amadou dans ses hautes fonctions de Président de l’Assemblée nationale, non encore inculpé, libre de ses mouvements à l’intérieur du pays, peut allégrement aller et venir partout où bon lui semble. Alors, profitant de cette situation et d’un plan savamment orchestré par ses partisans amassés à son domicile, Hama Amadou aurait été multiplié et engouffré dans plusieurs véhicules différents. Les renseignements infiltrés dans les milieux lumanistes seraient au parfum du « méticuleux » plan mais auraient laissé faire. A bien analyser le ma- traquage médiatique sur la télévision publique d’Etat « Télé Sahel » aussitôt la fuite confirmée, ce « retrait momentané » de Ayarkoye (autre appellation de Hama Amadou), arrange bien les affaires de la Renaissance qui se débarrasse facilement d’un adversaire encombrant sans s’être salie les mains.

Ceci pour dire que connaissant l’homme, qu’il ne ratera pas l’occasion pour prendre la poudre d’escampette, les renseignements du « Guri System » lui auraient ouvert une petite porte de sortie pour que son fameux plan méticuleux marche à merveille. Et, Hama Amadou tomba dans le piège du pouvoir. L’affaire des bébés importés, une épée de Damoclès sur la tête de Hama Amadou Même si ses partisans trouvent à dire que leur Hama Amadou a pris la bonne décision pour bien préparer les échéances électorales de 2016, pour de nombreux observateurs, cette fois « le Number One des frontières » est parti une fois pour de bon à Canossa. Supposons que demain l’arrêt attendu de la Cour Constitutionnelle déclare illégale l’acte du bureau de l’Assemblée nationale d’autoriser la justice à entendre « Tawèye Baba » (Le Président du parlement nigérien), ce dernier ne pourra plus faire un feed-back, d’autant que sa fuite à fuir la justice de son pays constitue en elle-même un délit. Au regard de ce qui précède, comment Hama Amadou pourra-t-il bien organiser les élections de 2016 ?

Aussi longtemps que le Niger ne sera pas effacé de la surface de la terre, l’affaire des bébés importés du Nigéria sera suspendue au dessus de la tête de l’époux de Hadiza comme une épée de Damoclès. L’avenir des partisans Hama Amadou dans les bras de Ladan Tchiana L’heure n’est pas encore à la désillusion pour les nombreux partisans de Hama Amadou. Mais, sans doute que ce semblant de ténacité ne résistera pas à l’épreuve du temps. Un à deux mois au plus avant de voir les intestins les plus solides défiler au portail de la « Renaissance ». Dans le sauve qui peut général qui se profile à l’horizon, le Secrétaire Général du MODEN/FA Lumana/Africa en rupture de banc avec son Président depuis août 2013 va certainement tirer son épingle du jeu. Selon certaines sources, la procession a déjà commencé à Kollo au domicile privé du Ministre d’Etat, Omar Hamidou Tchiana dit Ladan Tchiana sur la base du principe qui dit que « les premiers sont toujours les mieux servis ».

Dans les milieux de la « Rénovation Lumana » (MODEN/aile Tchiana), on ne rougit pas du départ de Hama Amadou, on ne jubile pas non plus, du moins on cache un peu sa joie, histoire de ne pas remuer le couteau dans les plaies des partisans du Président de l’Assemblée nationale, histoire surtout de les appâter et attirer vers les idéaux tchianistes. « A coup sûr, ça va marcher », ainsi entend-on dans les milieux modérés Lumana sur la possibilité d’un retour des Soumana Sanda et consort dans le giron Tchianiste.  Comme on peut le constater, l’avenir politique s’annonce sombre pour le Maitre Judo de Yantala 2ème forage et plus ou moins obscur pour ses partisans condamnés à se chercher ailleurs. Ainsi va la vie politique sous cette 7ème République annonciatrice de grands chambardements sur l’échiquier national.

À propos de l'Auteur

Oumar Sanda (LE HERISSON N°34)

À propos Administrateur

13 plusieurs commentaires

  1. 1°« Issoufou veut me tuer à l’aide d’un poison importé de la Libye et qui tue la victime des mois après son absorption »
    2°ALLAH est vraiment les plus GRAND : sans se rendre compte, Hama Amadou est en train de nous dire l’une des méthodes qu’ils ont employées pour éliminer des adversaires.
    3°Ainsi nous devons retourner dans notre passé pour connaître les causes de certaines morts suspectes.
    4°En particulier la disparition de certains cadres très valables mais qui, par honneur, avaient préféré mourir que de péter allégeance à un certain hama amadou. Celui-ci vient donc de dévoiler publiiquement l’une de ses méthodes.
    5°Hama fait donc comme ces vieux sorciers qui dévoilent tous leurs cimes avant de mourir…
    ALLAHOU AKBAR

  2. Présumé coupable?

    Hama a presque tout dit dans son interview de Jeune Afrique, avec son arrogance (ou franchise diront certains) !!! Il ne se cache pas. Les autorités françaises savent donc où le trouver.

    Et tout ce que ceux qui ont été choqués par cette affaire souhaitent justement, c’est un traitement normal de celle-ci, avec les expertises qui s’imposent.

    Mais encore une fois, sachez que la justice française n’extraderait pas quelqu’un tout simplement pour satisfaire les envies d’humiliation des uns ou calmer la hantise des autres!! C’est une justice qui est tout aussi impartiale qu’humaine. Elle n’a pas vocation à régler des comptes ou à humilier les individus. Et c’est pour cela qu’elle demande et expose ses preuves avant de prendre des décisions.

    Au fait, avez vous une fois regardé la conférence de presse des procureurs français ? D’habitude ils viennent avec des preuves et quand ils ne les ont pas, ils le reconnaissent humblement. Mais les précautions requises sont, dans tous les cas, prises pour prendre en considération et faire respecter la dignité aussi bien des victimes que des suspects.

    Vous savez, les droits de l’homme dans ces pays, et en particulier ceux des enfants, ne sont pas des thématiques que l’on prend effectivement à la légère ou que l’on défend devant les cameras et dont on s’en détournent aussitôt les journalistes partis. Et c’est pour cela que vous allez devoir attendre avant de voir Hama Amadou débarqué au Niger, menotté. A moins de leur fournir, le plus tôt possible, les preuves irréfutables de sa culpabilité, qui ne sont toujours pas exposées au public nigérien.

    Les enfants!!! Ils n’ont jamais été au centre de vos préoccupations et ça m’étonnerait qu’ils le deviennent à l’avenir. Sinon, il y a des enfants qui sont dans des situations plus dramatiques que la leur. Au nom de quel principe d’ailleurs, ces enfants qui sont bien nourris, logés, affectionnés, mériteraient plus d’attention que ceux qui sont mal en point. Faites un tour dans les services pédiatriques de nos hôpitaux, sillonnez les quartiers périphériques de la capitale et les bidonvilles de nos grandes villes, vous allez voir des enfants en situation de détresse, qui méritent beaucoup plus la préoccupation et l’engagement moral, religieux et républicain des uns et des autres. Et qu’est ce qu’on en fait?

    Vous qui aimez tant parler de l’égalité de tous. Au nom de quelle égalité, l’affaire de cette trentaine d’enfants doit-elle occulter la situation des millions d’autres enfants qui, dépourvus de moustiquaires imprégnées, se débattent tous les jours contre les piqûres mortelles des moustiques?
    Au nom de quelle égalité n’y a t-il jamais eu autant d’indignations pour les centaines d’enfants nigériens qui souffrent de malnutrition et qui doivent leurs survies aux tentes dressées par les Médecins Sans Frontières? Combien de milliers d’enfants nigériens n’ont toujours pas accès à une eau potable, tout simplement?
    Et vous pensez réellement que vous allez faire croire aux occidentaux et l’intégralité de l’opinion publique nigérienne que tout ce tollé est strictement motivé par une sincère émotion et préoccupation liées au sort des enfants impliqués dans cette affaire?

  3. un homme de loi qui piétine la loi prend la fuite pars qu’il ne veut pas être juger pire il part laisser sa femme en prison; un tel homme prétend être un jour président de la république du Niger.

  4. Lumana est une assemblee de fanatiques de hama ni plus ni moins. Ils s’en remettrons aux heriitiers qui sont restes loyaux a leur idole.

  5. L’auteur de l’article expose tous les scénaris envisageable après le départ de H+, sauf le plus probable.

  6. En dépit du classement selon le PNUD, eh bien le Niger se porte selon nos dirigeants. Il n’y a de pire aveugle que celui qui refuse de voir la réalité en face. Pauvre Niger, pays où la majorité de la population vit avec moins de 500 F par jour par individu, où plus de la moitié de la population est féminine, une frange de la population négligée dans le processus de développement, où certaines opinions continuent à ressasser des questions d’est et d’ouest, où l’opposition actuelle qui pourrait constituer si l’on respecte les règles du jeu une nouvelle majorité n’est pas en odeur de sainteté avec le pouvoir. Si c’est avec cette démocratie qui est tout sauf occidentale que nous pensons relever les défis du développement, eh bien il nous sera difficile de quitter ce dernier rang. Les occidentaux sont des gens instruits, qui savent remplir leurs devoirs, qui respectent les lois et règlements et qui savent par patriotisme que faire pour aller de l’avant. Nous ne pouvons évoluer vers le progrès en ordre dispersé.

  7. A Ntadda,
    Est ce que tu as vu MI donner des instructions a la justice, ou bien quelqu’un d’autres a vu. Toi, c’est ce que tu penses et nous, nous avons besoin des faits pour le rendre responsable. Mais il est un fait sur des presumes trafics de bebes, est ce que c’est MI ou ses conseillers. Nous avons vu Tandja faire le tazartche, c’est un fait et c’est pour cela il est tenu responsable lui et ses conseillers. Nous avons vu MI faire une offensive diplomatique; cela est un fait dont nous allons le juger, etc…
    Tu vois ce que tu dis ne passe pas, nous ne sommes pas des enfants.

  8. 1°Quand la justice leu donne raison le Niger est un pays de droit. Le jour où ils ont tort le Niger c’est l’enfer, le Niger est foutu, le Niger c’est une dictature.
    2°En réalité le Niger n’intéresse pas hama et certains de ses semblables. Ce qui les intéresse c’est de pendre l’appareil de l’Etat sans lequel il pense qu’il n’y a pas de salut.
    3°Tant qu’ils ne sont pas aux commandes le Niger, son avenir, sa stabilité, son honneur,. ne les intéressent pas.
    4° Ils n’agiriont dans le sens de paix dans notre pays que quand ils ont l’appareil de l’Etat, quand ils peuvent voler allègement. Sinon bonjour les dégâts
    5° Et maintenant que leur chef est à l’extérieur, maintenant que leur chef pense qu’il n’est plus à la portée des incendies, il les utilisera pour mettre du feu.
    6° Les nigériens qui aiment le Niger sont prévenus : le pyromane et lâche est désormais en pleine action.
    A bon entendeur

  9. Dieu seul sait de ce que demain sera fait et sachez aussi que dans la vie chaque chose a une fin. Est- ce, la fin politique de Hama? Je ne saurai le dire! Aujourd’hui, il y a des gens qui sont comblés de joie suite à son départ du pays ou comme vous le voulez sa fuite mais en vérité nous sommes dans une situation où la justice nigérienne est mise sous coupe réglée. La justice qui est sensée être le rempart du peuple face à toute dérive autoritaire semble devenir une réelle menace pour l’unité nationale du fait de son instrumentalisation à des fins personnelles.
    Aussi, quand l’exécutif au plus haut sommet fait des pressions sur les juges pour la sélection des dossiers et permettre au premier magistrat du pays d’ être dans la position de pouvoir humilier ses adversaires politiques, je dirai tout simplement que la République est en danger. Instrumentaliser la justice pour atteindre des adversaires politiques n’est rien d’autre que le sceau d’une lâcheté et le signe d’une désintégration morale. Dans tous les cas les tenants du pouvoir actuel doivent savoir que tôt ou tard leur tour viendra Incha Allah.
    On ne peut pas construire ou développer un pays dans l’animosité ou en utilisant des armes ethno régionalistes (goutun gatarin ka ya hi tsaré ka bani et bien d’autres faits).
    En 2011, lors de la cérémonie d’investiture du PR, assis devant mon petit écran, j’avais eu des larmes quand Mme Bazèye avisait le Président de la République. Elle disait en substance ceci:« M. le Président, vous venez de remporter une bataille électorale.
    A l’issue de la cérémonie qui en consacre le résultat, vous ne serez plus le chef partisan. Mais, le Président de tous les Nigériens. A ce titre, vous aurez à livrer non pas une bataille occasionnelle, mais une guerre totale et sans merci pour l’indépendance et l’intégrité du territoire national, pour l’unité de la nation, pour la démocratie, la bonne gouvernance, l’Etat de droit et le développement.
    Dans ce combat de tous les jours, vous aurez, malgré le devoir d’équidistance auquel vous êtes tenu par rapport aux contingences politiques, des alliés et des amis.
    Dans tout ce que vous entreprendrez pour la prospérité du Niger et le mieux être de son peuple, ayez toujours à l’esprit cette prière ardente que nous laissons volontairement inachevée : »Gardez-moi de mes amis… ».
    En effet, c’est dans les rangs des courtisans dont les hôtes de nos palais présidentiels ont coutume de s’entourer que se recrutent thuriféraires et autres experts en avis et conseils laudatifs.
    Ce sont ceux-là qui disent non pas ce qui est et ce qui devrait être, mais plutôt ce qui fait plaisir au chef.
    De telles pratiques sont à bannir parce qu’elles sont causes de glissements et de dérapages vers le chemin interdit en démocratie et en matière de bonne gouvernance.
    M. le Président, par la volonté du tout puissant, vous venez d’accéder aux plus hautes fonctions auxquelles un Nigérien puisse aspirer dans son pays. Vous en êtes redevables envers le peuple nigérien et la démocratie. Quant à la démocratie, elle revient de loin.
    Elle doit sa résurrection grâce à la volonté inébranlable des autorités de la transition et à leur loyauté envers la parole donnée. A l’exemple de ces autorités, soyez fidèle au terme du serment que vous allez prononcer. » C’était pathétique et très touchant pout toute personne imbue des vraies valeurs qui caractérisent notre culture!
    Aujourd’hui Hama est parti grâce aux méthodes indignes utilisées par Issoufou (dan dan danji) qui semble oublier les suggestions formulées à son égard par une femme de bonne culture et de grande valeur. Espérons que le Niger sera le 1er du classement prochain sur l’IDH car tout le discours de diabolisation consistait à dire que tout le problème du Niger c’est Hama.

    • merci pr ce rappel,quand je pense que cette dame est nigerienne sa met du baume au coeur.

      • GASKIYA TA FI KOBO

        Je me rappelle que cette dame a disqualifié des listes pour les législatives en 2011 pour entorse à la loi, on l’a accusée de tous les mots. Et subitement elle trouve grâce aux yeux de ses détracteurs.

    • Tu as tout dit.Mais n’oublie pas que le pouvoir rend fou,et Issoufou n’en a pas resiste et est devenu le pire de nos dirigeants atteints par cette maladie.Pendant ce temps,le pays continue a s’enfoncer davantage dans la misere et a etre locataire de la derniere place au classement de IDH -PNUD,Ce qui est meme alarmant,c’est l’entree dans la dance a grand pas du systeme judiciaire qui a de tout temps garde son independance et son integrite .Le pays est foutu et des gens comme Salou doivent avoir honte et mouront de regret pour leurs immature et fatal jugement.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.