Home ACTUALITE MPN Kishin Kasa-RSD Gaskia : Les enjeux d’une fusion

MPN Kishin Kasa-RSD Gaskia : Les enjeux d’une fusion

Le 31 Decembre 2017, le Mouvement Patriotique Nigerien-MPN-Kishin Kasa de Ibrahim Yacouba a célébré le 2eme anniversaire de sa création à Dosso. Une vraie occasion de retrouvailles et de célébrations pour les militants de ce jeune parti après sa prouesse aux dernières élections législatives et présidentielles.

De l’avis de tous les militants et  sympathisants présents a Dosso, ce  rassemblement démontre une constance dans de la capacité de mobilisation du parti qui a réussi à remplir les mille places de  l’arène de lutte traditionnel Salma Dan Rani.

Ce constat est  si plausible comme en témoigne la présence des leaders de certains partis (PUND Salama et RSV Niima) qui viennent de fusionner avec le MPN-KK ; même si ces derniers sont insignifiants sur l’échiquier politique national ; pense-t-on sous un autre angle.

Si du cote des militants du parti, cette mobilisation de Dosso est la preuve d’une bonne santé du parti rouge-jaune qui voulait se faire prendre au sérieux dans la liste des ‘’challengers’’ de la présidentielle 2021 ; cela n’est pas du tout  l’avis de beaucoup d’analystes avertis  de la scène politique nationale ; voir certains leaders du dit-parti qui n’ont pas tardés à tirer un bilan plus ou moins objectif ,au-delà de l’appréciation sur la forme.

Il est évident que les activites politiques de cette trame sont souvent émaillées  des petits incidents  surmontables dès la fin de la cérémonie. Ça aurait pu se passer de commentaire. Mais, des accrochages d’une adversité féroce qui a opposé des responsables du parti, qui se sont adonnées a des scènes toutes aussi spectaculaires qu’invraisemblables.

En effet, une vraie dispute publique d’une rare violence verbale (même physique selon certaines sources) a  opposé la présidente nationale du comité d’organisation du parti, Hajia Baraka, vice –présidente du Bureau Politique National, au Sieur Moumouni Douka, trésorier général adjoint du BPN, très proche du Président du parti. Ce dernier (Elh Moumouni Douka, ex-candidat aux législatives 2016 dans la circonscription de Niamey aurait juré d’en finir avec la présidente et exigé son exclusion du parti).Cela apparait inimaginable avec la réputation qu’a la dame Baraka de demeurer l’un de bailleur de fond du parti après le départ  et l’hésitation de plusieurs pointes.

Un autre accrochage entre le SG du Bureau Politique National, le sieur Daouda Hamballi et le député Massani Korone, président du comité régional du comité d’organisation a marqué cet anniversaire.
Des propos peu élégants ont été échangés jusqu’à faire ‘’Allah ya issa’’ (Dieu suffit) ont été prononce par l’honorable député a l’endroit du SG et acolytes.

 

L’autre élément marquant et de plus inquiétant, c’est l’absence quasi-remarquable de la region de Maradi, du moins des 1ers responsables qui ont jusqu’à la fait briller le parti au plan régional, voir national ; lors de cette manifestation.

Pour rappel historique, Maradi, ville qui a vu naitre le Président du parti Ibrahim Yacouba ; était considéré logiquement comme un des fiefs de MPN-KK, et a accueilli à juste titre les assises du 1er congrès statutaire du parti et classé 2 eme après la region de Dosso aux derniers résultats des élections présidentielles et législatives.

On savait déjà que certains militants de la 1ere heure, en leurs tète, le très médiatisé Elh Sani Attia avait été exclu du parti rouge-jaune suite à des actes qualifiés de rébellion à l’endroit du président du parti. Attia dénonçait déjà la gestion très partielle et personnalisé du parti, qui  avait sciemment refusé la promotion des cadres régionaux lors des nominations  au titre du parti ; disait-il.

 

Donc son absence à l’anniversaire du parti ne pose aucun questionnement.

Mais la plus grande incompréhension et l’absence de plusieurs figures de pointe du parti qui ont jusqu’à la fait montre de leur loyauté au président du parti en ne ménageant ni leurs ressources financières et matériels, ni leurs disponibilités, ni leurs relations personnelles ;qu’ils ont souvent sacrifie pour assurer une implantation régionale du parti et recueillir les résultats qui font la respectabilité qui fait attirer plusieurs sympathisants aujourd’hui.

Parmi ces grands absents de Dosso, figure Elh Jano. Ce richissime, militant emblématique était le 1er président régional du parti et vice-président au titre de la region de Maradi. Sa générosité mise de côté, l’opinion gardera historiquement que c’est son immeuble qui a servi de cadre pour le 1er congrès du parti, en un moment où Ibrahim Yacouba était déclaré persona non grata par les barons du régime de la 7eme Republique. Durant cette période, il vous souviendra que  toute fréquentation au côté de l’ancien DIRCABA est considérée comme une provocation au parti au pouvoir qui n’hésitait pas à réprimé le ‘’contrevenant’’. Attia l’a appris à ses dépens.

Elh Jano, ce  jeune operateur économique entouré de quelques amis et fidèles compagnons du président Ibrahim Yacouba comme l’Ingenieur Omar Ardjo ; président des Cadres et SGa régional du parti ; s’exposèrent et assumèrent  en  résistant a tout chantage jusqu’à conduire le parti aux succès connus à Maradi.

Etaient également absents à Dosso, le SG régional du parti, le Sieur Saadou Yahaya qui a quitté le parti peu avant l’anniversaire. La présidente régionale du parti Rahila Chaibou était aussi absente. De même que la présidente de la communauté urbaine du parti Banina Sani qui ont rejoint d’autres formations. Maradi a également brillé par l’absence de plus de la moitié des candidats qui ont porté le flambeau du parti aux dernières législatives. D’avis de tous, la délégation de Maradi est juste méconnaissable à cette rencontre, avec des nouveaux  des tous nouveaux visages qui n’ont aucune représentativité, ni aucun charisme dans la region. C’est  après l’euphorie des festivités que plusieurs membres du Bureau Politique National se demandent sur les causes de cette déconfiture.

Pour bon nombre d’observateurs, c’est un secret de polichinelle, car à l’épreuve de plusieurs constats de partialité et d’injustice dans la gestion du parti, Maradi a fini par vomi le MPN-KK qui a désormais du mal non seulement à maintenir les vrais militants du parti ,mais susciter l’adhésion des filles et fils de la region qui se battrons comme en 2016 pour accompagner le président Ibrahim Yacouba a la conquête du prestigieux fauteuil qu’il désire tant.

 

Maradi et Ibrahim Yacouba : ‘’Je t’aime, moi non plus’’

Conscient de cette baisse de popularité croissante dans la region de Maradi, passage obligatoire pour briguer la magistrature, le président du parti en fin stratège est en train de changer de fusil d’épaule en passant sous-couvert certaines formations politiques qui ont encore un ancrage régional. Apres des appels de pieds au jeune CPR Ingantchi, qui l’a copieusement battu sur ce terrain, des sources sures évoquent un rapprochement avec le RSD-Gaskia de Cheffou Amadou.

Des sources concordantes, des contacts seraient très avancés dans ce sens.

La présence d’une ‘’forte délégation de haut niveau’’ a la célébration du 14eme anniversaire du RSD-Gaskia  tenue le dimanche 07 janvier 2018 a Maradi, démontre si besoin il ya, le déclenchement de ce projet, comme en témoigne la très significative lettre de remerciement adressée au président de MPN-Kishin Kasa.

Cependant, dans les coulisses, des voix pas de moindre, au sein de RSD-Gaskia, fustige ce projet qu’ils qualifient de trahison.

Des militants de RSD, tout en dénonçant cela, menacent de quitter le parti si davanture cette fusion se concrétise.

Selon eux, le MPN-Kishin Kasa qui n’a pas été sincère avec  ces propres militants a Maradi, comment traiterait- il des militants venus d’ailleurs. D’où juste un opportuniste voilé.

C’est pourquoi, d’avis de plusieurs observateurs, il est conseillé à Ibrahim Yacouba de se réconcilier avec ses propres amis, qui l’ont supporté dans les moments difficiles avant de songer à l’élargissement de ses troupes.

Tout compte fait, l’avenir  proche nous édifiera.

 

[author ]Yac Maradi[/author]

10 Comments

    1. 解放非洲,任重道远,只有依靠强力,才能对抗蛮荒和落后,这就是不破不立的道理,非洲需要一次大革命来涅槃重生!

  1. ridicule article. je ne vois aucune preuve de fusion et je ne comprend pas pourquoi des personnes qui publiquement dit quelle adhérent à un autre parti iraient au congres de Kishinkassa.

  2. on n’a jamais vu là où des nouveaux adhérents ont demander à un parti d’aller se réconcilier avec ses anciens militants avant de le rejoindre. Ou bien c’est ces anciens militants qui vous envoient? Sinon votre conseil est mal formulé!

  3. Le Président de MPN-KK a tous les atouts pour être un homme d’Etat, mais il lui manque la patience nécessaire pour faire une ascension normale. S’il est destiné pour diriger notre cher Niger, rien ne l’empêchera et c’est pourquoi quelque soit les raisons de la discorde avec les militants de la première heure, il doit avoir le dos large et faire la paix avec eux!!! Cela ne pourra que le grandir et rassurera aussi les militants des autres partis pour adhérer á ses idéaux.
    J’ai du respect pour ses qualités de tribun et il a sans doute u charisme inconstestable. Seulement ,je seul conseil que je peux lui donner est bien modérer son ambition, Dieu fera le reste pour lui car il a déjá fait des réalisations qui prouvent á suffisance qu’il ne supporte pas la misére humaine…..
    Qu’ALLAH vous guide vers le rassemblement des nigériens vers vos idéaux. Je termine par dire qu' »ON NE FORCE PAS LE DESTION ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Hama Amadou à Niamey…

L’ancien président de Lumana Monsieur Hama Amadou est arrivé cet après-midi à Niamey en co…