Home ACTUALITE Niger, dans la tourmente de la radicalisation sociale et politique!

Niger, dans la tourmente de la radicalisation sociale et politique!

Le jeudi 4 avril 2017, scène surréaliste à Niamey. Une foule revancharde lapide un individu, un « déséquilibré mental », avant de le lyncher à l’aide d’un pneu sous les caméras des badauds.  C’est la première fois qu’une scène de vindicte populaire aussi barbare se passe en plein midi dans « la Capitale » où tous les attributs de la Justice sont pourtant présents.

Loin d’être un fait divers anodin, ce subit accès de violence, qui n’est pas le premier de la liste, est l’une des parfaites illustrations de la « radicalisation » des nigériens.

Les radicaux, il n’ya pas que les BH …

Moins d’une semaine après ce tragique « fait divers », un jeune homme, dont on ignore les motivations, assassine sa jeune femme dans les faubourgs de Tsarnaoua. Des récents assassinats de jeunes femmes ont eu lieu ces derniers jours à Agadez, Zinder et Maradi. Auparavant, un jeune lycéen « radicalisé » étranglait sa mère au quartier Koiratégui de Niamey. Dans le même quartier, un autre jeune homme assassine son copain lors d’une bagarre. Les images des ces crimes odieux et crapuleux ont largement fait le tour des médias et des réseaux sociaux.

Le pic de violence a sans doute été enregistré le 10 avril dernier, quand des éléments de FDS déchainés, envoyés pour contenir une simple manifestation estudiantine, s’en sont pris avec une rare violence à des étudiants désarmés. Bilan 1 mort, plusieurs blessés. Ce jour-là, le pays a frôlé la cata. Le bilan aurait pu être bien plus lourd… Tous ces épisodes de violence, apparemment sans lien les uns avec les autres, sont en réalité, pour qui veut comprendre, des signes avant coureurs d’une société qui se radicalise et bascule dans l’intolérance et la violence.

Entre plusieurs définitions, retenez que la « radicalisation » chez un individu ou un groupe d’individus, consiste à l’adoption d’une position extrémiste et la ferme volonté de l’imposer aux autres, y compris par la violence. Vu sous cet angle, l’on constate bien à quel point les sphères sociales et politiques de notre pays sont investies, voire contrôlées, par des individus ou groupes d’individus fondamentalement radicalisés… Finalement, à regarder de près, il n’ya pas que les « fous » de Boko haram pour être étiqueter comme tel.

Acteurs sociaux, dans la sauce !

Le bras de fer interminable entre les syndicats des secteurs les plus sensibles (Education, Santé, Finances, …) et le gouvernement, se traduisant sur le terrain par des « grèves sauvages » à répétition est, toute proportion gardée, l’un des exemples parmi les plus achevés de la radicalisation de notre société. L’impression dominante chez les nigériens est que les syndicats jouent aux « extrémistes » et cherchent à contraindre le Gouvernement, quitte à sacrifier l’intérêt général, l’économie du pays ou même l’avenir des enfants. Un seul argument suffit à ces « organisations radicalisées » pour justifier leurs « revendications légitimes » : l’enrichissement illicite des élites au pouvoir… Une réalité difficilement cernable ! Au bout du compte, la stratégie des syndicats se révèle être une méchante démarche visant à infliger des violences gratuites au « peuple » afin de forcer la main d’un gouvernement qui a la tête ailleurs.

Et qu’en est-il de ce « collectif de la société civile » ? Rien que dans cette année, il est déjà à son énième « appel à marcher », y compris les jours ouvrables. Ses leaders se répandent dans les médias et ne cessent de dénoncer dans des verbes irrévérencieux, les « dérives de la Renaissance ». C’est justement dans les verbes et les adjectifs que le radicalisme des nigériens s’exprime avec le plus de véhémence. Les insultes grossières à l’endroit des « hautes autorités » et des « hautes personnalités » du pays sont devenues le sport favori des nigériens. Mieux, certains d’entre ces « radicalisés » ou « radicaux » n’hésitent plus à enregistrer des audios incendiaires ou des vidéos virales, insultant « père et mère », qu’ils balancent sur les réseaux sociaux. Dans le même ordre d’idée on ne compte plus, en ces temps de canicule, les scènes de bagarres dans les familles, les rues, les fadas et même dans les services… Tout le monde veut en découdre !

« Guristes » et « lumanistes », premiers radicaux ?

Mais les « vrais radicaux » se retrouvent principalement dans l’arène politique. Depuis le fameux « trop c’est trop » du 22 mars 2017, tous les analystes étaient unanimes à dire que « les camarades du PNDS » avaient définitivement basculé dans la radicalisation politique. Il semble que désormais, les « faucons » aient pris le contrôle de l’appareil judiciaire et répressif du pays et s’en servent à volonté. Depuis cette date en effet, les arrestations de journalistes, d’acteurs de la société civile, d’activistes et d’hommes politiques, se sont multipliées  au Niger. Les dernières arrestations ont eu lieu le 14 et 15 mai dernier et ont concerné respectivement l’activiste Abdourahamane Insar à Agadez et l’opposant Amadou Djibo dit Max, président de la coalition des partis membres de l’opposition. Selon toute vraisemblance, une chasse systématique est lancée contre tous « les mal-pensants » du régime en place. Ce qui a pour effet d’amplifier l’exaspération générale…

Le radicalisme des « ultras du PNDS », n’a d’égal que celui développé par les « fanatiques lumanistes », « farouches opposants » au régime du Président Issoufou et « adeptes du Gourou » Hama Amadou. Leur détermination à  « saborder la Renaissance » par tous les moyens, nourrie par l’exil prolongé de leur président, est sans borne. Nombreux parmi eux, sont ceux qui rêvent d’un coup d’état imminent, d’une révolution à brève échéance ou d’un tout autre cataclysme politique qui les débarrasserait de ce « régime impie », objet de tous leurs malheurs. C’est ainsi qu’ils souhaitent ouvertement, tous les malheurs du monde au Président Issoufou qu’ils qualifient de « usurpateur ».

Vous avez dit « déradicalisation » ?

Au moment où se vient de se terminer à Diffa (du 15 au 17 mai), un symposium international sur la « déradicalisation des jeunes et l’insertion des repentis de Boko Haram », l’occasion est belle de voir ce chantier élargi à tous les nigériens, en particulier aux « ultras du PNDS » et aux « fanatiques du MODEN/FA Lumana ». Ces deux groupes politiques très radicalisés, par leurs actions combinées, ont divisé les nigériens, cultivé la haine et le mépris mutuel et basculé le pays tout entier dans l’intolérance politique et sociale …

Ce faisant, Ils constituent une menace pour la paix, le mieux vivre ensemble et la cohésion nationale…

[author ]El Kaougé Mahamane Lawaly, Le Souffle Maradi[/author]

12 Comments

  1. S’ il vous plait cessez vos commentaires incendiaires car cela risquerait d entraîner plusieurs consequences. vous avez beau éviter ce terme mais pour les autres le pouvoir est fait pour s’éterniser dans leur camp. Donc c ‘est compte de tout ce contexte qu’il faut mettre fait au commentaire que les internautes en font chaque jour qui nait.

  2. Cet article est nul et impropre. Tout simplement Mr tu ignores les impacts négatifs que le terme « radicalisation » a conféré à ton article pourtant supposé être informatif, vu les faits réels qu’il relate.
    Ta définition du terme prouve combien tu as mal compris ce mot quand la presse occidentale​ ou occidentalisé l’utilise. İl est utilisé contre tout criminel qui est avéré être un musulman. Même si le crime commis n’a aucune motivation ou lien d’avec la religion. En effet tous les cas de violence et de crimes que tu as cités n’ont​ rien à voir avec la religion. Ce sont des crimes un point bar. Et doivent être vus commis par de criminels. İl ne faut pas nous faire targuer d’un adjectif qui ne qualifie aucunement pas la société nigérienne. Excuse moi si j’ai été dur.

  3. Laouali tu es un petit B qui ne sait même pas d’où viennent les gens qui te gouverne. Qui est Qui ? Qui est Quoi ? Qui vient d’où.

  4. Louali a raisonm, faites tomber les masque de la socite civile et assmer vos tares ethnocentrise. A chaque ois qu’on vous decouvre, vous commencer a insulter, a traiter les autres d’ethno etc…Regardez la realiste en face, qui sont tous ses zelateurs des soit disant societs civiles? d’ou viennent ils? qui les commande? TOUS prenent leurs orders aupes de hama ou des ses lieutenants et vous voulez que les gens vous laissent faire? non autant vous etes teuts dans votre logique incendiares, autant les faucon comme vous dite du Guri on raison de vous mater.

  5. Félicitation EL KAOUGE!
    J’ai rarement lu un article de presse écrite aussi impartial et critique du vivre ensemble. Nos acteurs publiques (POLITIQUES et SOCIÉTÉ CIVIL) ne font rien vraiment pour l’éveil et la culture citoyenne du Peuple. RESPONSABILITÉ PARTAGÉE qui ne nous dédouane pas d’indexer des COUPABLES: LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE semble déconnecté de la réalité du vécu quotidien du PAYS et SURTOUT DES DÉRIVES SOCIALES EN PERSPECTIVE!

  6. HUM QUELLE SOCIÉTÉ CIVILE? SOCIÉTÉ ETHNOCENTRISTE OUI!!!DANS LES PAYS ORGANISES CES ADEPTES TERRORISTES DE LA SECTE SATANIQUE DITE LOUMANA SERAIENT ARRÊTÉS LEURS BIENS SAISIS JUGES ET EMPRISONNES DEPUIS CAR TOUT CE BRUIT DES ETHNOCENTRISTES IDRISSA DU ROTAB SIRADJI DU MOJEN FA LOUMANA GAMAKIE LE TAXIMAN MOUNKAILA DU SYNACEB ETC EST UNIQUEMENT DU AU FAIT QUE LE PR N EST PAS DE LEUR ETHNIE MINORITAIRE AU NIGER!!! MAIS QU ILS NE SE TROMPENT PAS LE POUVOIR D ETAT AU NIGER C EST FINI POUR EUX!!!

    1. Le vrai ennemi du pays c’est LOUALI. tu n’a aucune preuve de ce que tu avance sur ces gens. Tu exprime seulement ta pensée à toi et ce qui te ressemblent. ce sont des idées que tu avais depuis la nuit des temps. c’est des genre d’homme comme qui ont cultivé l’ethnocentrisme en se basant sur l’effet de masse. ce n’est pas toi qui donne le pouvoir. Le Niger a existé avant toi et continuera d’exister après toi et tes semblables.
      C’est pas l’effet de masse qui fait le pouvoir d’état mais plus tôt le patriotisme et le pouvoir faire.

      1. Laouali a bien compris ces complices de LUMANA tous à la cause de leur grand patron qui est KAI NA TOURAY. Ils se partagés les taches: Mounakila Halidou bloque l’école, Gamacthé blogue les taxis, Ali Idrissa+ Siragi Issa + Moussa Tchangari et un Mr. à la barbe blanche (qui déshonore sa barbe) s’occupent du plus gros morceau (Société et Politique). Comme ça le pays sera bloqué et on peut faire tomber le pouvoir actuel. Dieu est grand!!!

        1. Vraiment il faut elever les debats.Les noms ne veulent rien dire.Mais si vous avez la preuve que ce que ces gens revendiquent est faux,il faut le prouver.
          1-Monkaila Halidou:Il faut porter des lunettes en bois pour nous faire croire que l’ecole marche bien.c’est ce qu’il dit
          2-Gamatché:sa principale revendication est la reduction du prix du carburant qui est le souhait de tous.
          3-Ali Idrissa est un acteur de la société civile qui a su echapper à la logique de la pensée unique lui , les Tchangari et consort.
          4-Mr à la barbe blanche:la seule chose que tu lui reproche est que sa barbe est blanche mais lui aussi a resisté au debochage que l’on sait.
          Toutes ses persones ont des raisons objectives pour eux mais subjectives pour toi de decrier cette situation du Niger(c’est normal ,ils sont nigeriens) .
          A moins que tu ne veuille que tout le monde pense comme toi.
          Et que je sache tu n’est pas une reference universelle au point de denier à des citoyens le droit de penser autrement que toi .
          Donc approrter nous la preuve que ce que ces gens revendiquent est illogique et nous seront d’avis avec toi.car je doute qu’ une personnes normale souhaite un malheur à son pays.
          On dit que la pluralité est une richesse mais avec la nouvelle donne,c’est la pensée unique qui de mise.
          Pour rappellequand ,il une dizaine d’année votre force c’est  »la forece des arguments »mais vous l’avez changé en  »argument de la force »
          C’est de contradiction en contradiction que l’on avance mais des contadictions positives.alors oeuvrons ensemble pour faire avancer notre pays.Acceptons nos differences
          Bonne lecture

    2. Mon frère c’est une honte pour toi d’avoir ces genres de pensées, l’article qui a été écrit ne fais pas de distinction, il s’adresse à tout nigérien, et sache que au Niger il n’y-a pas de minorités, nous sommes tous frères quelques soit le climat politique, heureusement que la majorité des nigériens ne pensent pas comme toi, et pour finir faites un effort pour vous cultiver et vous ouvrir aux autres car vous êtes pauvre d’esprit, très pauvre même

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA COMMUNAUTE DES ETATS SAHELO-SAHARIENS (CEN-SAD) SUR L’ELECTION PRESIDENTIELLE DU TOGO

A l’invitation du Gouvernement de la République Togolaise et de la Commission Electorale N…