Home ACTUALITE Niger/interpellations La loi mise à rude épreuve au Niger.

Niger/interpellations La loi mise à rude épreuve au Niger.

Ce qui s’est passé hier soir à Niamey à la suite de la manifestation interdite par les autorités communales traduit à suffisance le non respect des lois de la République par une partie des citoyens. À l’heure actuelle les responsables du Cadre de concertation des Acteurs de la société civile ont été arrêtés par la police et conduits à la police judiciaire.

À l’origine de ces manifestations ces acteurs de la société civile dénoncent certaines dispositions de la loi des finances publiques 2018 qui prévoient des charges supplémentaires pour les citoyens. Cette manifestation est prévue se tenir chaque deux semaines sur toute l’étendue du territoire national.

Mais pour des raisons sécuritaires, le président de la délégation spéciale de Niamey a interdit cette 6ème manifestation. Contre toute attente, les organisateurs de la marche ont bravé l’interdiction en annonçant officiellement maintenir leurs activités comme prévu pour ce 25 mars. C’était dans une déclaration que ce regroupement a rendu public le samedi 24 mars.

Cette posture laisse croire que la révision de la loi des finances publiques n’est pas l’unique mobile de ces Organisations de la société civile.

Le dimanche 25 mars au soir des manifestants ont brûlé des pneus sur certaines grandes artères de la capitale donnant ainsi raison aux autorités communales sur le caractère politique de la société civile. Selon certaines sources, tous les responsables du Cadre de concertation ont été arrêtés.

Il revient aux autorités de prendre des mesures drastiques en vue de décourager cette nouvelle rébellion contre l’ordre préalablement établi par la loi fondamentale du Niger. C’est un tournant décisif pour les autorités politiques nigériennes.

Nous y reviendrons !

[author ]Contributeur: IBRAHIM AMADOU[/author]

19 Comments

  1. DEUX POIDS DEUX MESURES

    LE REGIME SATANIQUE DE ISSIFOU DAN DAJI ORGANISE UNE ASSEMBLEE ACCEPTEE ET LES MOYENS DE L’ETAT MOBILISE POUR LES ENCADRER.

    LE PEUPLE VEUT MARCHER ON L’EMPECHE PRETEXTANT QU’IL Y’A INSECURITE

    DIEU ARBITRERA

  2. L’auteur de l’article a déjà un parti pris. Il faut prôner la neutralité, et regarder ce que vit le peuple !Manifester est un droit. Pourquoi, ils n’ont pas empêché au PNDS de poursuivre leur congrès pour » mesures de sécurité » ! Deux poids, deux mesures ! mais Dieu est grand et saura, In Challah, essuyer les larmes des nigériens !

  3. C’est dommage que les soi disant OSCs se comportent de la sorte. Ils donnent raison à l’état sur leur connivence avec le Loumana. Ils ont eu à marcher plusieurs fois dans la journée sans problème. Mais, pourquoi choisir de manifester cette fois-ci la nuit à Niamey. Ce choix de manifester Dimanche nuit; la veille de Lundi; un jour important pour tout travailleur conscient, montre que les dirigeants des ces OSCs sont des voyous qui n’ont aucun travail qualifié. Ils ne savent rien que crier et insulter les honnêtes citoyens. Le gouvernement doit prendre ses responsabilités pour préserverla quiétude des travailleurs consciencieux.

  4. L’auteur de cet article n’est autre qu’un guriste, vraiment vous avez déjà oublié ce que vos mentors et certains acteurs de la Société Civile de l’époque ont fait au temps de l’Honorable Tandja. Vous avez fait pire que ça et on vous fera aussi pire que ça. Bandes d’incompétents et de voleurs. Tous les voyous qui criaient à tue tête défendre la démocraties sont aujourd’hui les grands fossoyeurs de cette démocratie et grands voleurs de deniers publics ( Morou, Bazoum, Massaoudou, Karidjo, Kalla, Foumakoye etc…).

    1. A l »époque de Tandja, certes l’opposition a marché, mais il n’y a pas eu de pneus brûlés (même pas de velos), ni même de casses, contrairement à ce qui s’est passé le 29 octobre dernier

  5. Pour un journal d information les conclusions de l article laissent clairement entrevoir votre position sur le sujet. C est une preuve de l absence de neutralite de vos articles si non de pretience qui font qu on cite rarement vos articles dans la revue de presse sur rfi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Affaire MDN : tous les coupables seront châtiés

Alors que la justice nigérienne a ouvert une information judiciaire sur l’affaire dite de …