Home ACTUALITE Niger : La libération de militants doit signer la fin de la répression des voix dissidentes

Niger : La libération de militants doit signer la fin de la répression des voix dissidentes

Réagissant à l’annonce que des militants détenus pour des accusations forgées de toutes pièces vont être libérés après avoir été condamnés à une peine de trois mois de prison avec sursis, Samira Daoud, directrice régionale adjointe pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale à Amnesty International, a déclaré : « Il est encourageant qu’Ali Idrissa Nani, Nouhou Arzika, Moussa Tchangari, Ousseini Maina et Mamoudou Seyni soient libérés et puissent enfin retrouver leurs proches, mais ils n’auraient toutefois jamais dû être arrêtés. Les charges retenues contre eux sont motivées par des considérations politiques.


« La décision doit être un catalyseur pour que les autorités nigériennes mettent fin aux violations persistantes des droits humains dans le pays, où les voix dissidentes sont réprimées, des manifestations pacifiques sont interdites et des militants sont arrêtés arbitrairement.

« Les autorités doivent commencer par libérer immédiatement et sans condition les autres défenseurs des droits humains, notamment Ibrahim Diori, Sadat Illiya, Dan Malam, Yahaya Badamassi, Maikoul Zodi et Karim Tanko, qui sont en détention depuis près de quatre mois et attendent toujours d’être jugés pour des accusations forgées de toutes pièces. »

Complément d’information

Le 24 juillet 2018, un tribunal de Niamey, la capitale du Niger, a rendu sa décision dans le cadre du procès d’un groupe de militants poursuivis pour « organisation et participation à une manifestation interdite », « incitation à la violence et à l’agression » et « destruction de biens » et les a condamnés à trois mois de prison avec sursis.

Le tribunal a déclaré Ali Idrissa Nani, Nouhou Arzika, Moussa Tchangari, Ousseini Maina, Mamoudou Seyni et plusieurs autres manifestants coupables, en raison de leur rôle dans une manifestation interdite qui a eu lieu à Niamey le 25 mars 2018.

De nouvelles poursuites ont été engagées contre l’avocat et défenseur des droits humains en détention Lirwana Abdourahamane le 12 juillet, à la suite d’une plainte déposée par le juge d’instruction pour « outrage à magistrat » pour avoir parlé lors d’une audience précédente. Le 23 juillet, un tribunal a déclaré Lirwana Abdourahamane coupable et l’a condamné à un an d’emprisonnement.

[author ]Source: amnesty.fr[/author]

8 Comments

  1. Effectivement, les africains doivent arrêter de penser que le developpement viendra de l’occident.
    Ces Soit disante ONG qui foutent rien en afrique
    Ils sont à la base de tout malheur en afrique
    S’ils sont credibles, ces associations, pourquoi ils n’ont pas arrêté les massacres en Irak libye syrie etc…..pourquoi ces associations ne derangent pas leurs maitres les occidentaux, qui sont les vrais criminels?
    C’est en afrique qu’ils donnent des leçons et c’est chez eux qu’il ya des governements criminels qui attachment et detruisent des pays INDEPENDANTS

  2. Aucune leçon à recevoir de la part des imbecile comme amnesty
    Le niger est un etat INDEPENDANT.
    C’est pas amnesty qui doit dire comment les choses doivent etre faites au niger, il revient aux nigeriens d’ en decider
    À bas l’ont,
    À bas les institutions Internationales
    Les hypocrites, les espions deguisés dans nos pays……. Ils se presentent comme des cooperant, alors qu’il s’agit des espions à la mercy de l’occident
    Quittez nos pays

  3. Bonjour,

    S’il y’a bien une institution à bannir c’est cette imbécile de amenesty internationale, qui à travers le monde, est à la base de destruction de plusieurs états, d’assassinats de chefs d’état. Aussi, vous qui prétendez parler au nom de celle-ci, vous devriez savoir que dans beaucoup de pays, ses représentants ont été chassés, et je pense que ce sera la même au Niger. Cette organisation de loups est en service commandé pour des puissances supra-nationales.

      1. Bonjour,
        Juste pour t’informer, que ses (amnesty) fausses accusations sont à la base du conflit en syrie, de l’assassinat de Kaddhafi, de l’arrestation et la déportation de Dbagbo à la cpi, de la guerre civile en Centrafrique etc…. S’il te plaît met toi à jour, en achetant les documents, en suivant les débats des experts, en écoutant les mea culpa de certains hommes politiques de l’occident, qui avouent leurs propres attitudes dans lesdits événements. Loin de moi d’accuser à tort.

        Je suis très bien sur terre. Aussi, pour mieux servir, il faut t’identifier pour les autres nigériens au lieu de te cacher derrière mg. soit courageux et serviable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

À propos de l’arrêt N°06/CC/MC du 28 juillet 2020

Cette démarche de l’assemblée nationale est inopportune . Il semblerait que tous les…