Home ACTUALITE Nouveau Ministre de l’enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation

Nouveau Ministre de l’enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation

 

M. Yahouza Sadissou
Ministre de l’enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation

Né en 1966 à Madobi, dans le département d’Aguié, Yahouza Sadissou fit ses études primaires à Madobi puis fréquenta le CEG d´Aguié. Après l´obtention du BEPC session de Juin 1984, il fut orienté à l´Ecole Normale Askia Mohamed de Zinder.

Titulaire du Bac A4, session 1987, il fut admis au département d´Histoire à la Faculté des Lettres et sciences Humaines de l´Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey. Ces études supérieures furent sanctionnées par l´obtention d´une Maîtrise Histoire.

Il servit successivement comme professeur d´histoire géographie au CEG Goudel, au CEG Wadata et au Lycée Mariama de Niamey, puis au Lycée Dan Baskoré et au complexe privé Sahel de Maradi. Parallèlement à l´enseignement, Yahouza Sadissou caressait le journalisme, métier qu´il chérissait depuis sa tendre enfance.

Ainsi il était l´un des tous premiers journalistes de la Radio privée Anfani Niamey. La pertinence de ses analyses et son dévouement au travail ont très vite séduit la Direction Générale de l´Agence Anfani. En guise de reconnaissance, il fut nommé Directeur de la Radio Anfani Maradi, responsabilité qu´il a exercée pendant quatre ans.

Yahouza Sadissou fut successivement correspondant à Maradi de la VOA (Voice of America) et de la Radio Iran. Il a participé à plusieurs ateliers et séminaires de formation en matière de journalisme, mais la formation qui a définitivement fait basculer son destin, de l´enseignant au journaliste, est celle qu´il a reçue à la Radio Deutsche Welle (DW) à Bonn en Allemagne d´Août 2003 à Janvier 2004.

L´abnégation au travail dont il a fait montre, dans cette Radio internationale, lui a valu un contrat de cinq ans, de Janvier 2005 à Décembre 2009. Très attaché à sa patrie et profondément soucieux de participer à la construction nationale, Yahouza Sadissou a choisi de revenir au bercail. Il créa l´Agence Privée de Communication Garkuwa, à Maradi.

La Radio Privée Garkuwa l´un des maillons de l´Agence est opérationnelle depuis octobre 2008. De part sa formation professionnelle de journaliste- historien, Yahouza est de facto un homme politique. Après avoir été pendant longtemps observateur de la scène politique nationale, il décide finalement d´en être acteur depuis la création du RSD-Gaskiya de Cheïffou Amadou.

Au sein de cette formation politique, il occupa successivement les postes du Secrétaire à l’information du Rassemblement départemental de la Communauté Urbaine de Maradi et du R.T.G (Rassemblement des Travailleurs militants du RSD). En Juillet 2008 il fut, à l´unanimité des militants RSD du département d´Aguié, coopté président du R.A.D.E.P. (Rassemblement Départemental), c´est à ce titre qu´il déposa sa candidature aux élections législatives du 20 Octobre 2009.

Sous la bannière de son parti RSD Gaskia et avec le gouvernement de la 7e République ( de 2011 à nos jours), il occupa successivement les postes de:
Ministre de la communication et des relations avec les institutions;
Ministre des télécommunications et des poste;
Ministre de l’emploi et du travail ;
Et aujourd’hui Ministre de l’enseignement Supérieur, de la recherche et de l’innovation.
Bonne chance M.le Ministre !

36 Comments

  1. Bonjour a vous,
    Moi je suis tres fier de mon professeur Yahouza Sadissou car il faut mon professeur dans les annees 1990s au CEG WADATA. Je me rappel encore de lui car c etait un professeur tres devoue au travaille et qui nous a appris beaucoup de choses important et c est aussi grace a lui que nous sommes devenu ce que nous sommes. Je suis today un humanitaire et je travaille au sein dune organisation internationale. Merci Mr. Yahouza pour le savoir que vous nous avez dispense et que Dieu vous benisse et vous accompagne dans votre noble tache au niveau de votre ministere.

    Merci,

    Votre ancien eleve de CEG WADATA,

    John Olouwafemi BIAO

  2. Le Niger n’a pas besoin de revolution mais plutot ceux qui pensent vouloir faire la revolution n’ont qu’à s’engagager. Oui s’engager dans le vrai sens du terme. Toutes les manipulations et tout les tapages médiatiques qui vont dans le sens de destabiliser ce pays sont connus d’où elles viennent. Nous sommes sur un terrain de combat politique et non de guerre pour souhaiter le pire à son pays oui son pays puisque tout celui qui souhaite malheur à ses dirrigeants, le souhaite à son pays. Je m’en vais aux propos d’un certain individu sur ce forum en la personne de pseudo Dodo Mallam qui dit je cite:  » Ceux qui ont commis des crimes dans ce pays sont caressés et protégés » fin de citation. Dodo, tu as raison puisque au Niger il des individus qui achètent meme des etres humain dans un trafique international sans etre inquiétés. Trop c’est trop! Pour ces gens sans moralité, ces évènements du 10 avril 2017 que je qualifie d’ignobles, criminels et laches sont devenus pour eux des points de récupération politique. Paix à l’ame du disparu! que la terre lui soit légère! Amen! Repose-toi en paix MALLA!! Tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à ce carnage du 10 avril 2017 payeront les frais insha allahou à savoir les membres de l’USN, les enseignants chercheurs, l’administration universitaire, l’administration publique, les partis politiques, société civile, syndicats, les forces de l’ordre etc……

  3. « Kai duk kanwar ja ce » « Duk yen fadi ne ba cikawa » tout ce qui reste au peuple, c’est de prendre lui-même son destin en main. Il nous faut une vraie révolution populaire dans ce pays. Car on a suffisamment endossé. Ceux qui ont commis des crimes dans ce pays son caressés et même protégés. Ils n’ont fait qu’enfoncer le couteau dans la plaie déjà suppurante.

    1. Ayez des idées positives
      Prier pour votre pays.
      C’est ce que font nos imams dans toutes les mosquées de ce pays. Heureusement…
      Voilà pourquoi ce pays reste debout.
      En nous organisons mieux nous pouvons espérer sortir de la galère durablement et définitivement.

    1. Et toi… machinTOTO A DIT un novice individu amorphe sans personnalité en historette ….

      Et TOTO A DIT l’ analphabète se demande…. N’est ce pas à son honneur de se voir OCTROYÉ… le titre prestigieux de….. jusqu’à même😱😱 PROFESSEUR 😱😱par un parfait inconnu…..

      Ne devrait il pas dire donc à son honneur 😜😄

      Ne devait on pas dire l’analphabete a donc percé🙏💃

    2. TOTO A DIT n’est pas bête.
      A propos des agissements de TOTO A DIT je pense encore à ce qu’a dit V. HUGO dans les misérables:
       » il arrive que l’instruction et la lumière servent de rallonge au mal « .

      1. C’est qui encore V SHAGO, il a fait au Niger ou en Afrique ???

        TOH !!! TOH !!!

        TOTO A DIT ne Connaît pas SHAGO V et ne cherche pas à le connaître….quand bien TOTO A DIT peut dire par contre SHATA ou SOGOLO peuvent dire…..

        IL ARRIVE QUE L’INSTRUCTION, (pas le pragmatisme appliqué) Et le long long discours creux de Untel a dit a la conne, servent de credo pour une deception de masse….. Une arme pour exploiter naïvement les masses laborieuses lambda considèrées comme un bétail électoral à abuser et narguer… 😕

  4. Ma modeste contribution à la réponse à la question posée par CHaibou qui me demandait comment sortir de la galère.

    1. Je commencerai par constater que tous les peuples qui sont sortis définitivement de la « galère » l’ont fait par leur génie créateur, par leurs propres efforts, par le travail acharné, par la mobilisation de toutes leurs énergies pour s’extirper définitivement de la pauvreté, « de la galère ».
    2. Aucun peuple ne peut sortir de la galère par le travail des autres peuples. C’est la leçon de l’histoire
    3. Pour nous fixer sur l’actualité à savoir la question de l’école et du savoir il est important de suivre l’exemple de certains pays aujourd’hui dits émergents, comme l’INDE, LA CHINE…
    – Ils ont d’abord commencé par envoyer les meilleurs de leurs étudiants dans les filières scientifiques dans les MEILLEURES UNIVERSITÉS DU MONDE. Ces derniers sont généralement trop nationaliste pour rester à l’étranger une fois leur formation terminée. Voilà pourquoi l’amour de son pays est important pour tout citoyen.
    – Ils ont donné toute son importance à l’enseignement supérieur et aux recherches pour être à la pointe des technologies. Le processus de développement n’est pas linéaire, un peuple qui de la volonté peut emprunter des raccourcis. Le cas de la Chine qui est aujourd’hui deuxième puissance économique mondiale aprèa avoir été ce qu’elle était dans les années 70.
    – Ce pays ont pris soin de faire leur révolution agricole pour biser leur dépendance alimentaire. Il s’agit de nourrir une population en croissance rapide par la production interne. On s’évitant ainsi d’utiliser les maigres ressources en devises à l’achat des biens alimentaires. Une question et une seule: est-il acceptable qu’on réserve à nos 530 km le sort qui est le leur actuellement? Est-il acceptable qu’on importe du riz du mais et même des légumes? Comment sortir de la galère dans ces conditions?
    – Ces peuples émergents ne se sont pas contentés de demander l’aide internationale, convaincus qu’ils sont qu’aucun pays ne peut sortir un autre pays de la « galère » du sous-développement. Tous les pays du monde poursuivent les mêmes objectifs à savoir l’amélioration des conditions d’existence de leur peuple. Et personne n’a tout ce qu’il faut, tout le monde cherche.
    4. En mot nous ne pouvons sortir définitivement de la galère qu’en faisant comme tous les peuples qui se respectent.
    5. Ce que nous sommes en train de faire, en particulier dans notre système éducatif, nous montre la distance qui nous sépare avec les peuples qui se respectent….

    A bon entendeur…

  5. BABA OUSMANE il faut sorti de l ombre;fait une apparition montre au jeune k tu e tjr la pour eu .tu e seul ki nous reste parmi les sage vieux.svp fai une apparition BABA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Lettre ouverte à l’ex pensionnaire du Lycée National Issoufou Mahamadou sur les souvenirs provoqués par l’inauguration de l’Hôtel du Ministère des Finances

Cher grand-frère, L’inauguration, le jeudi 15 octobre 2020 à travers une cérémonie officie…