Home ACTUALITE Orange Niger à plat ventre …

Orange Niger à plat ventre …

Il est 18 heures à Niamey. Pour la première fois la société Orange Niger à été contrainte de se mettre à quatre pattes pour demander pardon de ses actes d’arrogance et de mépris.  En effet, devant l’intransigeance de la DGI soutenue fermement par les autorités nigériennes,  les dirigeants
d’Orange Niger toute honte bue et la queue entre les pattes se sont agenouilles pour s’acquitter de leurs obligations fiscales. .

Ainsi, après 40 jours d’un bras de fer inutile, après avoir tenté toutes les portes de la courte échelle, Orange Niger qui était sur le point d’être définitivement fermée a choisi la voie de la sagesse qui était la seule qui lui restait si elle voulait continuer ses activités au Niger.

La DGI de son côté a ordonné immédiatement la réouverture des bureaux d’Orange Niger à Niamey.

Le Président de la République, Chef de l’Etat  qui suivait attentivement l’évolution de la situation a appelé le Ministre Massaoudou Hassoumi pour le féliciter et pour qu’il transmette les vives félicitations du Gouvernement et du peuple nigérien à l’ensemble des agents de la DGI pour leur détermination à faire entrer l’Etat dans tous ses droits.

Comme nous l’avons d’alleurs toujours fait depuis le déclenchement de cette affaire, il faut se féliciter et saluer le courage et la détermination de la dgi qui a résisté à tous les chantages. 

Il faut également vivement féliciter le ministre des finances Massaoudou Hassoumi qui a résisté à toutes les pressions en mettant en avant les intérêts du Niger.

Cette nouvelle politique du Niger d’abord, Niger ensuite, Niger enfin
initiée par le Président de la République Issoufou Mahamadou et mise
en œuvre méthodiquement par le Ministre Massaoudou Hassoumi doit être encouragée et soutenue par tous.

Aujourd’hui, après les multinationales qui ont goûté à l’intransigeance de cette nouvelle politique, il faut s’attaquer à tous les autres malfrats qui sont assis sur des milliards de FCFA et qui refusent de  reverser au Trésor public, ce qui devrait lui revenir de droit.

Par Namalka Bozari (Web Contributeur) Tamtam Info News

74 Comments

    1. Pour l’heure laissons la politique politicienne de côté et parlons de ce qui nous unit tous à savoir les intérêts supérieurs du Niger et son avenir économique.
      Moi j’ai quelques questions pour mieux sécuriser et éclairer notre avenir:
      Qui a eu à supprimé la TATIE et pourquoi?.
      Qui a commis ce crime économique contre notre pays?
      Pourquoi toutes les voix qui criaient au scandale n’ont pas été écoutées?
      Quelles doivent être les sanctions d’une telle trahison?
      Comment mettre notre économie nationale et notre pays définitivement à l’abri des décisions humiliantes, incohérentes et hasardeuses?
      Comment mettre en œuvre de véritables politiques sectorielles nationales cohérentes et durables au profit de notre pays?
      En mot comment éviter un éternel recommencement?
      Comment créer les conditions d’un progrès commutatif à notre profit et au nom des générations futures.?
      Telles sont nos questions essentielles et existentielles au-delà de toute zizanie et de tout griotisme.

  1. A plat ventre Ou bien à quatre pattes? Faut vraiment savoir. Vraiment ce me désole de lire de telles âneries de la part d’un soit disant journaliste. Article archinul à vomir.

    1. Même pas un article, juste du gribouillis inintéressant.
      Après avoir lu ça on ne sait rien de la négociation finale.
      Mais bon ça permettra de payer un du kérosène pour les balades présidentielle…
      Et Airtel et Orange recupereront ce qu’is ont perdu dans notre portefeuille…

      1. Vous avez une qualité Abdoulaye S. Celle d’être constant dans votre position de haïr le Niger et tous ses intérêts.
        Ceci est vérifiable à travers tous vos écrits dans les réseaux sociaux.
        Dieu nous voit comme l’a dit quelqu’un.

        1. Merci venant de vous c’est un compliment.
          Oui il m’est difficile d’être un griot comme vous.
          Pour finir N’ACCUSEZ pas ceux qui ne sont pas d’accord avec vous de ne pas aimer notre NIGER. Ce genre d’insulte arrive qd on n’a rien à dire…

    1. Cessez d’insulter des nigériens qui ne font que défendre leur pays contre des comportement prédateurs des multinationales.
      Hassada contre qui? Contre des entreprises qui ont passé des années à nous gruger et à gruger notre pays à cause de nos comportements laxistes?
      Dieu nous voit tous.
      Laissez nous défendre notre pays même si vous, vous avez fait un autre choix.

        1. Ce n’est peut-être pas ton cas, mais tu sais très bien de quoi je parle. Je dis de façon plus terre à terre ce qu’un autre frère a déjà dis sur ce fil :

          <>

          1. « Qu’est-ce qu’on ne va pas entendre sur Internet dans ce pays.
            Il n y a qu’au Niger qu’on peut voir des Nigériens espérer ou souhaiter la fermeture d’une entreprise qui a un impact aussi important sur l’économie et l’emploi.
            Est-ce l’ignorance ? L’insouciance ? Ou simplement la jalousie (Hassada) ?
            En tout cas, ça peut être tout sauf du patriotisme.
            Un véritable patriote aurait compris qu’il était indispensable de trouver une issue favorable, et c’est ce qui a été fait, heureusement.
            Honte à vous , Tamtam info ! »

  2. Pour sortir de la honte, sans vendre totalement il faudra penser ouvrir le capital de Nigertélécom aux privés pendant qu’il est encore temps.
    A bon entendeur…

    1. Niger Telecom peut être sauvé, d’ailleurs, c’est ce que nous souhaitons, dans pratiquement tous les pays de ce monde, l’opérateur de telephonie mobile, fixe, data et internet fixe n°1 est national, ensuite viennent les autres opérateurs étrangers, ex: Burkina Faso, Senegal (Sonatel, société du groupe Orange mais en majorité détenu par l’État senegalais, Mali aussi je pense etc…..

      il faut tout d’abord auditer Niger Telecom et lui débarrasser de tout ce qui l’a rend non compétitive sur ce marché nigérien qui pourtant devait etre le sien à plus de 50% minimum

      mais bon cela risque d’être compliqué….les syndicats sont hostiles aux changements, en résumé hostiles même au mot « travail »

      1. Le problème de Niger Telecom ce sont se cadres depuis sonores en passant par sahelcom ce sont toujours ce’personnel incompetant et inproductif qui se cache derrière un syndicat fantôme tout aussi incompétent corruption et qui manque d’initiative qui ont été la tare qui a toujours tiré la société vers le bas. La première liquidation a été déterminante elle a permis aux Chinois de faire du hot Monet et sonitel de sombrer sous le caprice de ses agents véritables
        vampires peu inventifs et gloutons. Depuis lors sonitel ne s’est jamais relevé et elle n’est pas près de l’être

      2. Cette entreprise n’appartient pas aux syndicats.
        Elle est un bien de l’Etat du Niger. C’est à dire qu’elle appartient à tous les citoyens de ce pays.
        L’Etat s’endette en notre nom pour la financer. C’est aux citoyens de rembourser cet argent.
        Alors exigeons une autre gestion de notre société nationale pour sortir de la honte.

      3. Une question et une seule: pourquoi les autres pays ont réussi à rendre leurs opérateurs historiques performants et pourquoi pas nous?
        Y a-t-il des gens ou des groupuscules plus puissants que l’Etat du Niger?

  3. Vivement que le temps où les compagnies de téléphonies font revenir notre pays sur une loi votée à l’assemblée nationale soit à jamais révolu.
    Une question et une seule: à quand l’application effective du « slogan consommons national » au niveau des télécom?

  4. c’est bien mais il existe d,autres sociétés qui ne payent pas. il faut qu,ils payent ou ils quittent le Niger.
    c’est encourageant Hassoumi.

  5. C’est bien notre laxisme national qui a rendu ces DG si arrogants à l’égard de notre pays.
    C’est notre cupidité nationale qui a fait que ces DG se sont crus intouchable.
    C’est bien notre manque de fierté national qui a fait que ces DG se croient en territoire conquis.
    C’est bien notre manque de nationalisme économique qui a fait que nous avons tué nos entreprises nationales ((Sahelcom et Sonitel) au profit de ces entreprises étrangères.

  6. Laissez l’argent et songez à l’éducation, Monsieur le Président. Voilà ma contribution pour sortir de l’ornière
    Enseignant du secondaire, je compte à mon actif vingt-huit ans d’enseignement aujourd’hui. Titulaire d’une maitrise en lettres modernes, j’ai fait mes premiers pas dans l’enseignement au lycée comme appelé du service civique national puis en tant que fonctionnaire c’est-à-dire recruté à la fonction publique comme il n’existait pas de contrat à l’époque. Après les créations des CES, je me suis retrouvé dans un de ces complexes où je suis trouvé dans l’obligation d’enseigner les collégiens. C’est là que je j’ai commencé à comprendre que notre école sombre lentement mais surement dans les ténèbres lorsque je me fais face à des élèves venant du primaire incapables de conjuguer un verbe du premier groupe au présent de l’indicatif ou répondre à une consigne simple genre: va me chercher une éponge, ou quel âge as-tu ? Cette petite littérature, c’est pour vous dire que, le problème que rencontre notre école, trouve ses origines au primaire, un ordre d’enseignement qui pourtant regorge de compétences, beaucoup plus d’ailleurs que le secondaire où nombre d’enseignants enseignent sans qualification, et je suis un des cas. Je me suis alors posé mille et une questions de ‘’qu’est-ce qui est à la base de cette contre-performance ? De mes collègues du primaire avec qui nous avions discuté de l’école, j’ai été édifié des arguments avancés par ceux-ci sur les vraies raisons de la banqueroute dans laquelle est plongée désespérément notre école. On peut retenir entre autres, la mauvaise gestion du ministère en charge de l’enseignement primaire par les différents ministres, notamment, ceux de la 7ème République :
    – Les postes sont, soit ethnicisés, soit politisés, soit laissés à la gestion libre du Ministre qui en fait un fonds de commerce ;
    – Les nominations répondent à tous les critères, sauf ceux qui mettent en avant l’expérience et la compétence ;
    – Le personnel et les fonds sont très mal gérés ;
    – Le développement d’une dictature verte comme système de gestion du ministère ;
    – Etc.
    Mes collègues ont appuyé leurs arguments d’exemples concrets comme celui d’une Directrice centrale et d’un DG d’une école normale qui forme les enseignants.
    La Directrice (DFIC) était dans la direction comme agent depuis qu’elle était conseillère pédagogique au lieu d’être dans un secteur pédagogique ce pourquoi elle a été formée. Pendant longtemps donc elle a participé à l’élaboration de plusieurs modules de formations et a formé plusieurs enseignants et encadreurs jusqu’à ce qu’elle soit admise à l’inspectorat. De retour de stage, elle s’est faite affectée encore dans cette direction, où elle a continué à élaborer des modules et à former les enseignants et les encadreurs au lieu d’être dans une inspection ou une ENI durant plusieurs années jusqu’à ce qu’elle s’est faite nommée à la été de cette direction depuis le premier mandat de cette république. A la tête de cette direction, elle s’occupe de toutes les formations des enseignants et des inspecteurs et conseillers aussi bien sur le terrain et dans les ENI. A cette date, elle est encore investie de ces responsabilités. Dieu seul sait combien de milliards ont été consentis dans ce domaine par l’Etat et ses partenaires. Mais ce qui est ridicule et inacceptable, c’est qu’après l’évaluation des enseignants, l’évaluation à l’issue de laquelle il été révélé que les enseignants ne disposent pas d’un minimum de compétences pour enseigner, cette Dame ne s’est nullement sentie responsable de cette regrettable situation alors qu’elle a passé toute sa carrière dans cette direction.
    Il en est de même que l’actuel DG de l’ENI de Dosso qui, depuis sa sortie de l’université avec un diplôme en sociologie, il s’est vu confié la tâche de formateur à l’Ecole normale, tache qu’il a assumé pendant plus d’une décennie, jusqu’à ce que la chance lui est souri en se retrouvant à la tête d’une de ces écoles de formation d’enseignants, et ce depuis la transition de Salou Djibo. A ce jour encore, il est toujours DG de l’ENI. A l’évaluation, il a été démontré que la plupart des enseignants qu’il a ténu ou qui ont fréquenté l’établissement qu’il a dirigé ont été battus par ceux qui n’ont jamais reçu une formation à l’ENI, pire les plus petites notes sont enregistrées par ses élèves. Malgré tout il ne s’est jamais remis en cause, mieux on lui a changé de place. Toute sa carrière il l’a faite dans la formation des enseignants, sans aucun résultat.
    La DCRE est une Direction chargée de l’élaboration du curriculum, des programmes et des manuels d’enseignement, mais la Direction qui est à la tête de cette direction n’a jamais enseigné au primaire dans sa vie. Elle est à la commande de cette direction stratégique depuis le début du premier mandat.
    Toutes ces personnes qui ont joué un rôle de premier plan dans la désorganisation du système tiennent leurs postes sur des mensonges savamment distillés et entretenus. Pour la DFIC, opposante affichée, on prétend qu’elle est la sœur d’un ami au président de la République ; Pour le DG de l’ENI de Dosso, on dit être le protégé de Bazoum, quant à la DCRE, elle est sous les aisselles dit-on de la première Dame, Aissata. S’agissant du DG de l’ENI de Maradi, on prétend qu’il est le suppléant du Président de la République, alors qu’il ne l’a jamais été. C’est sur ces faussetés qu’on s’appuie pour garder ces médiocres qui ont mis tout le système à terre.
    L’enseignement qu’on tire de cette situation, c’est que jamais le système éducatif ne connaitra de beaux jours sur cette pratique de tutorat politique, qui fait la promotion de la médiocrité et la destruction des talents.
    Il nous aussi été rapporté que le concours de recrutement des contractuels a revelé que les enseignants issus de ces 2 écoles norales sont ceux qui ont recolté les notes les plus nulles allant de 3 à 0 sur 20.
    Monsieur Marthé prenez vos responsabilités, car vous pouvez encore vous racheter.
    .

    1. « Laissez l’argent et songez à l’éducation, Monsieur le Président. Voilà ma contribution pour sortir de l’ornière ».
      Ok mais il faut aussi et surtout chercher l’argent car si on ne vous paie pas vos salaires vous allez tout bloquer et » prendre à témoins l’opinion publique nationale et internationale pour tout ce qui adviendra ».

  7. Au-delà du concert d’applaudissements.
    Comment pouvons nous contenter de si peu?
    Cette histoire nous révèle ce que nous avons déjà: les sociétés de téléphonie se font beaucoup d’argent sur notre marché. Alors pourquoi nous contenter de quémander auprès des entreprises étrangères?
    1. Où est notre entreprise nationale dans toute cette histoire?
    2. Gagne-t-elle autant d’argent que les autres?
    3. Sinon pourquoi et que faire ?
    4. La direction de Nigertélécom est-elle à la hauteur de la concurrence ?
    5. Sinon pourquoi et que faire?
    6. Notre entreprise nationale manque-t-elle des investissements?
    7. Manque-t-elle des compétences? Sinon pourquoi et que faire ?
    8. Manque-t-elle de clients? Si oui pourquoi et que faire ?
    9. Les nigériens qui travaillent à Nigertélécom sont-ils capables d’affronter la concurrence?
    10. Sinon pourquoi et que faire?
    11. Pourquoi préférons-nous consommer les services des entreprises étrangères qui nous grugent et qui grugent notre pays?
    12. Combien de nigériens utilisent le 93?
    13. Combien de hauts cadres nigériens utilisent le 93?
    14. Combien d’agents de la DG utilisent le 93?
    15. Combien de nos ministres utilisent le 93?
    16. Combien d’agents de Nigertélécom utilisent le 93?
    17. Combien de milliards notre entreprise nationale verse-t-elle dans le trésor public ?
    Pour plus de responsabilité nous devons mieux gérer nos propres sociétés au lieu de jouer avec nos intérêts nationaux et aller pleurnicher à la porte des entreprises étrangères.
    Pouvons –nous nous contenter de chercher toujours l’argent dans les poches des autres ?

    1. Quelque soit le montant nous devons être fier d’une chose, avoir résister. Quand cette affaire avait commencé, les internautes sont montés au créneau pour dire que c’était de la poudre aux yeux et qu’il suffisait pour Orange d’aller voir le Président de la République alors il aurait annuler cette dette fiscale. Mais ce que vous oubliez tous, c’est que nous ne pouvons pas continuer à avoir le même comportement. Autant vous avez cette liberté d’expression grâce au fait que la liberté d’expression dans un pays comme le Niger est seul gage d’un Niger respecter à l’extérieur, autant ce qui peuvent faire en sorte que cela soit possible dont nos gouvernements. Si vous supportez pas leurs actions, leurs belles actions, pensez que c’est dans l’intérêt du Niger? Ils sont certes pas tous corrects, mais quand il y a des actions comme celle ci, acceptez et donnez leurs crédit pour cela. Adhérez à ce concept nouveau qui dit le Niger d’abord, le Niger ensuite et le Niger Enfin, c’est cela notre intérêt à tous.

      1. Haba Kouma a aussi résisté comme le montrent tous les billets qu’il a envoyé depuis le début de cette affaire.
        Mais nous devons aller au delà des contestations pour nous positionner dans le secteur. Nous en avons les moyens.
        Nous devons avoir de grandes ambitions au lieu de chercher l’argent seulement en menaçant les autres.

    2. Pour sortir de la honte, sans vendre totalement il faudra penser ouvrir le capital de Nigertélécom aux privés pendant qu’il est encore temps.
      A bon entendeur…

  8. Du n’importe quoi ouiii !!!

    Bravo pour nos freres nigeriens de retrouver leur boulot et eviter un chomage technique. Mais au fonds ou est le rationnel quand on reclamait 24 milliards et qu’on en tombe à 4 et 70 Milliards pour revenir à 16 !!! De facon global il sert meme à quoi l’impot dans ce pays?? Pour soutenir les multiples voyages de prestiges du chef avec minimum 300 000 000 par voyage??? Ou soutenir notre école en panne, nos centres de santé sans le minimum de reactifs !! Attaquons nous aux vrais problemes de la gouvernance , pas du buzz autour de ce feuitteton !

    1. De toute évidence, on ne peut pas faire une telle action sans sacrifice. Si orange Niger devrait être fermé ça aurait été par la faute du groupe. Mais des individus comme toi qui t’estime encore être sous le règne des colons devrait quitter le Niger. Désormais c’est très clair dis à tes maîtres que notre nouvelle politique est le Niger d’abord, le Niger ensuite et le Niger enfin.

  9. Ce regime est desesperant. L’interet national n’a jamais fait partie de ses actes ou ses pratiques entrant dans le cadre de la gestion de la chose publique. Orange n’a rien paye qui vaille la peine de tout le tintamarre auquel on a assiste ces dernieres semaines. Une fois de plus, issoufou mahamdou et ses copains au mangeoire se sont compromis avec la France sur le dos du Niger comme par le passe (Areva, Bollore, SATOM, SEEE, Etc.) pour preserver leurs interets mafieux qui n’ont rien a voir avec ceux du niger et des nigeriens. Leur mercenaire sur leur journal en ligne tamtaminfo sont la pour assurer le service apres vente ou apres compromission. Mais tot ou tard, toutes ces affaires et ces trahisons seront tirees au clair et les coupables en repondront. Just a matter of time.

    1. Malgré tout Massaoudiu est incontestablement celui qui aura tenu tête à ce système tellement pourrit. Rentrez dans notre logique du Niger d’abord, du Niger ensuite et du Niger Enfin. C’est ça notre avenir à tous. Tout autre chose n’est que du dilatoire.

      1. Ok, mais n’oublions jamais que la suppression de ta TATIE a été un crime économique grave contre notre pays. Simplement sur un coup de tête sans tenir compte des avis des nigériens qui ne voyaient que les intérêts de notre pays.

          1. Ok Patriote 25. Toutefois nous devons désormais avoir des ambitions pour notre pays.
            Dans tous les secteurs d’activités et en particulier dans les NTIC nous devons promouvoir des cadres nigériens compétents, nationalistes et honnêtes qui vont guider le choix de notre pays au lieu d’être à la merci du chantage des multinationales.
            Nous devons éviter de mettre la politique en avant dans le choix des responsables de nos entreprises nationales
            Nous devons travailler à redresser, à relancer et à mieux gérer notre entreprise nationale
            Nous devons donner un sens au slogan « consommons nigérien »
            ……

          2. Bien dit Haba Kouma.

            Vous avez tout dit, vos interventions ont toujours ete d’une grande sagesse…vraiment merci

      2. Vivement que le temps où les compagnies de téléphonies font revenir notre pays sur une loi votée à l’assemblée nationale soit à jamais révolu.
        Une question et une seule: à quand l’application effective du « slogan consommons national » au niveau des télécom?

      3. Nos 200M sont où ? L’impôts et les taxes qu’il amasse sont où ? Ils font quoi de nos impôts ? Massaoudou comme les autres se foutent juste de nous. De temps en temps ils font semblant de se soucier sinon on sait déjà… Pfff

  10. joli travail, c est comme ca que j aime mon Niger
    et ca ne doit pas s arreter sur Orange Niger ca doit etre pareil avec toutes les societes etrangeres au Niger. ces gens la viennent chez nous se faire du fric sans rien payer et en jouant aux exclavagistes. si vous savez comment on souffre ici pour ouvrir un simple bureau alors que les autres viennet chez nous avec plus de facilites que les locaux
    Faut que ca s arrete un jour te ce n est jamais trop tard pour bien faire
    Felicitations a la DGI et a Massaoudou Hassoumi

  11. Jamaa’

    Bozari, ka barmamu ciki da yaca! Combien la france a accepté de payer? Car c’est de cela qu’il s’agit? Combien de zéros porte le chèque de la france? D’autre part dans tous les cas c’est de l’argent qui sera très bientôt reparti sur les charges que le commun Nigérien va devoir défalquer à chaque carte achetée. Maintenant, est-ce que le gouvernement a décidé de limiter cette inflation qui va délester les poches des Nigériens? Vous savez, mes compatriotes, commencez déjà à transiter vers Sahelcom et exiger un service meilleur. Comme cela nous consommons enfin Nigeriens!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Editorial : Repenser La Sécurité Collective !

On dit souvent qu’à «chacun ses problèmes dans la vie». On pourrait y ajouter aussi qu’à c…