Accueil / ACTUALITE / Ouverture, hier, de la 38ème édition du Sabre national de la lutte traditionnelle à Tahoua : C’est parti pour dix jours de compétitions entre les titans des arènes

Ouverture, hier, de la 38ème édition du Sabre national de la lutte traditionnelle à Tahoua : C’est parti pour dix jours de compétitions entre les titans des arènes

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Moctar Kassoum, a présidé, hier dans l’après-midi à l’Arène des Jeux de Lutte Traditionnelle Hamidine Maïdaré de Tahoua, la cérémonie d’ouverture de la 38ème édition du Sabre National de lutte traditionnelle. Cette édition est placée sous le thème «Pour la paix et la sécurité au Niger, je m’engage».

Durant dix jours les lutteurs des huit régions disputeront dans l’esprit de fair-play et de fraternité. La cérémonie d’ouverture s’est déroulée en présence du ministre d’Etat ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, M. Abouba Albadé, des membres du gouvernement, du gouverneur de la région de Tahoua, M. Abdrahmane Moussa, des Maires de la région de Tahoua, du président de la Fédération Nigérienne de Luttes Traditionnelles, M. Aboubacar Seydou Ganda, des autorités coutumières et administratives ainsi que plusieurs hautes personnalités.

Le Sabre National est l’une des plus grandes rencontres sportives d’envergure nationale mobilisant l’ensemble des populations nigériennes dans l’esprit d’unité et de cohésion sociale. A travers cet événement, le peuple nigérien fraternise et renforce l’unité nationale qui fait la fierté de notre pays. Les populations de Tahoua se sont massivement mobilisées pour assister à la cérémonie d’ouverture.

On note également la présence de tous les acteurs de la lutte traditionnelle à savoir, les griots, les bouffons des arènes ou  »Tchali-Tchali », les anciens lutteurs, les arbitres, les guérisseurs, etc. Chacun d’entre eux contribue à l’éclat de l’évènement. Cette cérémonie d’ouverture a été marquée par une série d’animation culturelle dédiée au Sabre National et la remise du Sabre National du champion en titre Issaka Issaka au ministre de la Jeunesse et des Sports, afin qu’il soit remis en compétition.

En prononçant son discours, le ministre de la Jeunesse et des Sports a d’abord transmis à l’assitance les salutations du Président de la République, Chef de l’Etat, SE. Issoufou Mahamadou, et du Premier ministre, Chef du Gouvernement SE. Brigi Rafini. Il s’est ensuite félicité de la grande mobilisation de la population de Tahoua pour marquer de sa présence l’ouverture de cette édition du championnat de lutte traditionnelle.

M. Moctar Kassoum a ensuite invité l’assistance à avoir une pensée forte pour le Niger, son peuple et ses vaillantes forces de défense et de sécurité tombées sur le champ d’honneur et toutes les victimes innocentes de ce conflit injuste tout en demandant de dire une prière pour le repos en paix de l’âme des vaillants soldats tombés sur le champ d’honneur.

Selon le ministre de la Jeunesse et des Sports, le thème de la 38ème édition du sabre national «Pour la paix et la sécurité au Niger, je m’engage», répond aux préoccupations du contexte national et régional actuel. Il réveille en chacun, l’esprit de citoyenneté en vue de s’engager résolument autour de M. Issoufou Mahamadou, Président de la République, Chef de l’Etat, pour bâtir ensemble un Niger de paix et de sécurité.

L’objectif recherché à travers ce thème, « c’est pour exhorter les lutteurs, les acteurs de la lutte, les supporteurs et les passionnés, issus du monde rural ou urbain, à s’approprier cette question de sécurité afin que chaque citoyenne et citoyen s’impliquent et s’investissent pour les rendre effectives dans notre pays», a-t-il dit. Comme il l’a dit, l’heure est maintenant à l’engagement général.

Aussi, a-t-il invité tout le monde à la cohésion et à la solidarité, à l’esprit d’équipe et à la synergie d’actions, la vigilance de tous les instants et à l’intransigeance face à toute tentative de remise en cause du bien commun qui est la Paix.

M. Moctar Kassoum s’est en outre dit convaincu que « le sport est un puissant outil pour favoriser les liens d’amitié et de solidarité entre les citoyens, de part les valeurs qu’il véhicule ; c’est un puissant vecteur de cohésion sociale à même de favoriser le sentiment d’appartenance à une même nation». Il a poursuivi en soulignant que le Chef de l’Etat accorde une importance à la promotion du sport en général et à la lutte traditionnelle en particulier dans son programme de Renaissance acte II pour le Niger.

«Il est un truisme de dire que la Lutte, au-delà d’un sport, constitue à n’en point douter un symbole culturel de notre pays », a-t-il déclaré.

Le ministre en charge des Sports n’a pas manqué de rendre un hommage mérité et sincère à tous les dignes fils du Niger qui se sont battus pour le rayonnement du sport, ou même de ce symbole culturel de notre pays. A titre illustratif, feu Sogolo, Elhadji Amada Bachard, Zahadi, Sergent Iyo, tous les lutteurs qui ne sont plus, les TchalisTchali, les journalistes, les acteurs de la lutte.

«La République vous présente sa reconnaissance pour les sacrifices consentis dans la construction de cette discipline qui ne cesse de progresser à travers les ans car la Renaissance du Niger, c’est aussi la promotion de valeurs de sacrifice et de reconnaissance», a-t-il témoigné.

Le ministre en charge des Sports a annoncé que, sur instruction du Président de la République, le Gouvernement, à travers son département ministériel, est en train de mettre sur pied un programme qui permettra de réintégrer et réinsérer les lutteurs dans les autres corps de métier après l’âge de 40ans. Cela leur permettrait de continuer à accompagner la nation dans son développement mais aussi à leur assurer des conditions de vie à la hauteur de leurs sacrifices.

Auparavant, le gouverneur de la région de Tahoua, le maire central de la ville et le président de la Fédération nigérienne de la lutte traditionnelle ont intervenu pour remercier l’ensemble des acteurs pour leur engagement pour la réussite de cette édition 2016.

Le président de la FENILUTTE a brossé les succès enregistré par sa fédération en 14 mois de travail après son élection à la tête de la dite organisation.

À propos de l'Auteur

Seini Seydou Zakaria, envoyé spécial(onep)

À propos Administrateur