Accueil / ACTUALITE / Partenariat mondial pour l’éducation: Michaëlle Jean appelle à des investissements ‘’massifs’’

Partenariat mondial pour l’éducation: Michaëlle Jean appelle à des investissements ‘’massifs’’

Michaëlle Jean, secrétaire générale de l`Organisation internationale de la francophonie (OIF)

La Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), Michaëlle Jean, a lancé un appel à des investissements ‘’massifs’’ dans l’éducation, en prélude à la conférence mondiale du partenariat pour l’éducation prévue demain vendredi au Sénégal et à laquelle elle va prendre part.

Citée par un communiqué parvenu jeudi à APA, Mme Jean note : « Il faut investir beaucoup plus dans l’éducation. Les financements sont bien en-deçà du défi à relever et des enjeux. Il faut savoir que le montant de l’aide internationale allouée, chaque année, pour un enfant d’Afrique subsaharienne s’élève à moins de 5 € ou moins de 6$, soit 2% du coût de sa scolarisation, le reste étant laissé à la charge des familles et des États. Des Etats africains qui, en moyenne dans cette région, consacrent déjà 17% de leurs dépenses publiques à l’éducation».

Selon elle, dans un monde aussi fracturé que maintenant, l’enjeu est de taille, il faut vaincre l’ignorance, les inégalités, créer des possibilités, réaliser le dividende démographique.

«L’éducation, affirme-t-elle, est un atout pour la cohésion sociale et un droit. Il y va de la liberté de chacune et de chacun de jouir pleinement de ses droits politiques, économiques et sociaux. Et ce qui est en jeu plus largement, c’est la sécurité et la stabilité du monde. Il faut donc investir plus, mais aussi investir mieux, pour plus de cohérence et d’efficacité sur le terrain».

Elle invite tous les acteurs d’accepter de travailler mieux et plus ensemble, sur le terrain, au nom de l’intérêt général, de notre intérêt commun.

« Inventons des mécanismes inédits au service d’une mutualisation et d’une mise en synergie effective et efficiente des expertises, des compétences, des moyens, des projets » a-t-elle indiqué.

TE/of

À propos de l'Auteur

Source: Agence de Presse Africaine

À propos Administrateur

2 plusieurs commentaires

  1. Pour moi, il y a peu d’interrogations à avoir, tous les pays qui sont dans le top 10 des nations les plus riches, investissent massivement dans l’éducation, ont des professeurs très bien formé et scolarisent leur population à 100 pour cent (dans la plupart de ces pays l’éducation est obligatoire jusqu’à 16 ans).
    évidemment on ne fait aucune différence entre filles et garçons pour la scolarisation.
    Par ailleurs tous ces pays ont un taux de fécondité très bas ce qui leur permet d’être performant pour l’éducation.
    Nous, avec nos 8 enfants par femme, il nous faudrait des sommes extraordinaires pour avoir la même qualité d’enseignement et encore en faisant venir des enseignants de l’étranger!!!!
    Un gros travail donc qui doit se faire petit à petit pour donner à chacun quelques chances…

  2. Oui mais plus d’initiative et d’innovation nos chers dirigeants, désillusionnez-vous!!! le monde ne va plus continuer à vous financer au nom de l’appui au développement de l’éducation. Les ressources que vous gérez de la manière la plus opaque ne font que s’amenuiser partout et du jour au lentement, chacun en a besoin pour son peuple. Chaque peuple doit désormais comprendre qu’il a le devoir, à lui seul de donner une vision à son système éducatif et de mobiliser en conséquence les ressources indispensables à la réalisation de cela. Sinon vous continuerez toujours à aller étaler les contenus de vos systèmes éducatifs au monde sous les applaudissements sournois de vos auditeurs et qui, en retour ne feront plus que travailler à contrarier les efforts propres des pays. Chaque nation doit désormais savoir le type de model social qu’elle veut construire à court, moyen et long terme tout en tenant compte des défis actuels et futures liés aux enjeux communautaires, régionaux et globaux de développement, et se donner les moyens propres à la formation ces citoyens. Toutes les turpitudes et vices actuelles que nous connaissons dans notre système éducatif ne sont que la résultante de son extraversion depuis l’avènement des programmes d’ajustement structurel (PAS) conduits par nos Etats sous l’injonction des nos soit disant bailleurs. Prenons notre courage en main, chers chefs d’Etat et interrogeons l’histoire pour mieux comprendre sur les modèles éducatifs qui ont permis aux Etats comme la Corée, le Canada, l’USA, la Suisse, la Holande, la Norvège, la Turquie, l’Iran et bien d’autres pays qui ont réussi à se développer tout en créant un model social jusque la envié par tous.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.