Accueil / ACTUALITE / «Penelopegate»: dans les Ardennes, François Fillon affirme vouloir «tenir ferme»

«Penelopegate»: dans les Ardennes, François Fillon affirme vouloir «tenir ferme»

François Fillon était en meeting à Charleville-Mézières, dans les Ardennes (Nord-Est), jeudi 2 février 2017.
REUTERS/Christian Hartmann

François Fillon est reparti jeudi en campagne dans les Ardennes, dans l’est de la France. Le candidat de la droite, fragilisé par l’affaire Pénélope et les critiques au sein de son camp, n’entend pas abandonner la course à la présidentielle et il l’a fait savoir lors d’une réunion publique à Charleville-Mézières, devant environ un millier de personnes.

A celles et ceux qui se demandaient s’il pouvait tenir, François Fillon répond par une formule de circonstance : « « Ardennes tient ferme ». C’est la devise d’un régiment que j’ai aidé à maintenir à Charleville-Mézières. Eh bien ça sera la mienne ! »

François Fillon n’entend pas rendre les armes, même s’il reconnaît, le doute s’est installé : « Je comprends que ces accusations troublent certains d’entre vous. Mais mes amis, des mensonges, fussent-ils répétés cent fois, ne parviendront jamais à constituer une demi-vérité. »

Il poursuit : « Que me reproche-t-on ? On me reproche d’avoir voulu que mon épouse soit la première de mes collaboratrices, elle qui depuis 40 ans construit avec moi mon parcours, tous les jours. Il n’y a cela rien d’illégal. Et j’assume le choix qui fut le mien de m’appuyer sur elle, sur mes proches. »

Il faut dire que la tempête médiatique et judicaire qui s’abat sur le candidat de la droite, liée aux emplois présumés fictifs de sa femme à l’Assemblée nationale, a repris de la vigueur hier. Alors que François Fillon tenait meeting, un nouveau témoignage accablant a été diffusé dans l’émission Envoyé spécial sur France 2 : celui de Penelope Fillon elle-même, affirmant à une journaliste anglaise en 2007, qu’elle n’avait « jamais été l’assistante [de son mari] ou quoi que ce soit de ce genre. »

 

À propos de l'Auteur

Avec notre envoyé spécial à Charleville-Mézières, Anthony Lattier (RFI)

À propos Administrateur

Un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*