Accueil / ACTUALITE / Point de presse du Commandant de la Force conjointe du G5 Sahel sur l’opération ‘’Pagnali’’: « D’une manière générale l’opération ‘’Pagnali’’ a atteint ses objectifs », déclare le Général Didier Dacko

Point de presse du Commandant de la Force conjointe du G5 Sahel sur l’opération ‘’Pagnali’’: « D’une manière générale l’opération ‘’Pagnali’’ a atteint ses objectifs », déclare le Général Didier Dacko

Le Commandant de la Force Conjointe du G-5 Sahel (FC-G5S), le Général Didier Dacko a animé, hier dans l’après-midi au Palais des congrès de Niamey, un point de presse sur la deuxième opération de la Force conjointe. Cette opération baptisée « Pagnali » qui signifie ‘’tonnerre’’ en langue peulh, a été menée du 15 au 29 janvier 2018 dans la zone frontalière du Burkina Faso et du Mali.

Elle a été planifiée et conduite en autonomie par les postes de commandement de Sévaré au Mali et de Niamey au Niger et par des officiers issus des 5 pays du G5 Sahel. Au cours de cette sortie médiatique, le Général Didier Dacko a déclaré que, l’opération s’inscrivant dans le schéma de la montée en puissance de la FC-G5S a atteint ses objectifs. Le point de presse s’est déroulé en présence des responsables militaires du G-5 Sahel.

Selon le Commandant de la Force Conjointe du G-5 Sahel (FC-G5S), le but de cette opération est de faire le contrôle de zone dans un espace géographique situé de part et d’autre de la frontière entre le Mali et le Burkina Faso afin de restreindre la libre circulation des Groupes Armés Terroristes (GAT) et des grands bandits transfrontaliers ; de détruire les caches d’armes, de contribuer à consolider l’autorité des Etats, de créer les conditions du retour des acteurs humanitaires et de protéger les populations.

Le Général Didier Dacko a expliqué que sur le terrain, deux bataillons dont un des Forces Armées Maliennes (FAMA) et un des Forces armées du Burkina Faso (FAN) ont été déployés au compte de la Force du G-5 Sahel sur une zone d’environs de 8000 km2, située au sud de Boulekessi au Mali et au nord de Nassoumbou au Burkina.

Ainsi, a-t-il ajouté, les troupes ont effectué des missions de bouclage et de recherche dans un terrain difficile d’accès en raison parfois de la végétation dense des forêts. « Malgré la présence d’engins explosifs improvisés et de mines posés par l’adversaire, les unités ont démontré leur capacité à manœuvrer en se jouant de la menace et leur aptitude à riposter aux tirs de harcèlement », a-t-il relevé.

Cette opération, a été menée en coordination avec un détachement de la Force Barkhane et avec les Forces Armées du Burkina et du Mali, qui ont assuré une couverture aérienne au profit des troupes au sol et mobilisé des unités pour sécuriser les espaces aux arrières de la zone d’opération de Pagnali, a précisé le Général Didier Dacko.

En termes de résultats, « plus d’un millier de minutions de petits calibres dissimulés dans des caches d’armes, une mine anti char et de matériels de fabrication d’engins explosifs improvisés ont été décelés et détruits. De même, une arme de marque AK 47 et huit (8) motos abandonnées par des terroristes ont été récupérées. A cela, il faut ajouter les actions ponctuelles d’aide médicale menées au profit de patients civils par les unités au cours de leur progression. D’une manière générale, je peux affirmer que l’opération Pagnali a atteint ses objectifs. Elle a permis de renforcer la capacité des officiers du poste de commandement de Sévaré et de Niamey, issus de plusieurs armées à planifier et à conduire ensemble des opérations interarmées », a précisé le Général Didier Dacko.

En outre a-t-il insisté, l’opération ‘’Pagnali’’ a eu comme acquis, la maîtrise et le bon fonctionnement du réseau des transmissions militaires, la sécurisation de la zone transfrontalière (où la faible présence de l’Etat offre une liberté d’action aux Groupes Armés Terroristes et aux grands bandits), la bonne maîtrise de la coordination air avec les troupes au sol et une meilleure connaissance du terrain par leurs soldats qui se sont mieux familiarisés aux exigences de la lutte antiterroriste.

« C’est l’occasion pour moi de féliciter l’ensemble des officiers et des troupes participants à cette opération. Je les exhorte à plus de détermination, d’engagement et de professionnalisme dans ce combat où gagner ’’le cœur et l’esprit’’ des populations est au centre et même, constitue la boussole de notre action. J’invite les populations de nos zones d’action, à continuer à collaborer étroitement avec nos unités et à les soutenir pour que la lutte contre les Groupes Armés Terroristes et les bandits transfrontaliers aboutisse rapidement à la sécurisation totale de leurs environnements respectifs. Je remercie également la Force Barkhane, les autorités militaires du Burkina Faso et du Mali pour leurs appuis permanents et multiformes durant l’opération », a-t-il dit.

Le Commandant de la Force Conjointe du G-5 Sahel a par ailleurs salué les médias qui sont leur porte-voix auprès des laborieuses populations et de l’opinion internationale. « Sachez que vous êtes un acteur clé de notre dispositif dans la lutte contre le terrorisme », a-t-il déclaré avant de saluer aussi leurs partenaires de la coopération militaire, les chefs d’Etats et la communauté internationale auxquels, il témoigne ses sentiments de reconnaissance et de gratitude pour tous les efforts déployés à leur profit. Le Général Didier Dacko estime qu’avec l’opération ‘’Pagnali’’, la Force conjointe des Pays du G-5 Sahel s’affirme comme une force sahélienne qui connaît le terrain et ayant une capacité d’adaptation et une bonne coordination avec les armées nationales.

À propos de l'Auteur

Seini Seydou Zakaria (ONEP)

À propos Administrateur

Un commentaire

  1. Operation « Pagnali » ca sonne du Moore, peut etre que Naba Issoufou Mahamadou en est l’inspirateur.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.