Home ACTUALITE Les parents des élèves interpellés assument leurs responsabilités et versent intégralement 7 325 000 FCFA en réparation des dégâts commis…

Les parents des élèves interpellés assument leurs responsabilités et versent intégralement 7 325 000 FCFA en réparation des dégâts commis…

Suite à la manifestation des scolaires dans les rues de Niamey, ayant provoqué le saccage des biens publics et privés, une centaine d’élèves ont été interpelés. Au titre du dédommagement des préjudices causés, enregistrés et évalués par la justice à 7 725 000 FCFA, la somme versée par les parents des élèves s’élève à 7 325 000 FCFA. A cet effet, lors du point de presse qu’il a animé, hier matin à son bureau, le Procureur Général de la République, M. Chaibou Samna, a fait le point de l’affaire, avant d’attirer l’attention de la population, la jeunesse en particulier, sur la responsabilité civile dans les circonstances de manifestation.

Après l’appel lancé, par voie de communiqué, donnant droit aux victimes de la manifestation scolaire des élèves de Niamey, du 9 Avril 2019, à se déclarer au niveau de la Police Judiciaire (PJ) et se faire évaluer les préjudices subis, la communauté urbaine de la ville s’est révélée avec un bilan lourd d’environ 6 700 000 FCFA. Les dégâts ont porté notamment sur la voirie, à travers la brulure des pneus; la destruction de divers objets d’embellissement des rues.

La justice a dû faire une évaluation des préjudices par commune. «En fonction des interpellation qui ont été faites, le montant a été reparti de façon équitable, par commune», indique le procureur. Il a aussi été enregistré au niveau d’une station d’essence, où des produits ont été emportés, un pillage chiffré à 215 000 FCFA.

D’autre part, plusieurs personnes physiques sont touchées par les actes de vandalisme de cette journée. Le Procureur de la République a cité les cas du président du Tribunal et d’une employée de l’UNICEF dont les véhicules ont été saccagés. Pour chacun des deux, le dommage correspond à 300 000 FCFA. Ce qui totalise, à ce jour, les dégâts à 7 725 000 FCFA.

En dehors de cet aspect financier, M. Chaibou Samna trouve le niveau de violence des faits indescriptible. C’est ainsi que la justice a donc demandé à tous les parents et tuteurs des élèves interpelés à se présenter, en vertu de la responsabilité qui leur incombe de réparer les dommages.
Le Procureur de la République a noté l’attitude compréhensive des parents, qui a permis de recueillir le montant de 7 325 000 FCFA en vue de la réparation. S’agissant du manquant de 300 000 FCFA, dit-il, il incombe à la structure des élèves. Aucun des élèves n’est détenu aujourd’hui. Et les trois badauds infiltrés dans la marche, qui ont été pris par les forces de l’ordre sont renvoyés à leurs familles respectives.

« Ce que nous voulons à travers cela, c’est d’inculquer le respect des biens publics, chèrement acquis ». M. Chaibou Samna appelle aussi au sens de responsabilité civile relativement aux biens privés. « Les manifestations violentes sont à bannir. Ce sont des comportements inacceptables », a-t-il déclaré. Le Procureur de la République réaffirme que de telles pratiques sont répréhensibles, conformément aux sanctions prévues par la loi.

Par Mahamane Chékaré Ismaël (Stagiaire)

11 Comments

  1. Bonjour Mr le procureur et tous mes encouragements, seulement nous nous demandons aussi qu’en est-il de nos 1.5 milliards perdus par la faute de certaines personnes, merci de prouver au peuple que la juste existe réellement au Niger.

  2. croire en la bonne moralité d’une masse en pleine expérimentation du système sociale + qui extériorise ses sentiments de douleurs digne d’une injustice quelconque c’est , comme dire à l’eau de mer de ne pas quitté son lit lors des vagues = on occupe la masse jeune par ce qu’elle veut afin qu’elle pusse rester droit = éducation + soirée culturel multiformes

  3. Merci louispascal et Moussa pour avoir compris et faire comprendre aux autres, le sens de la citoyenneté et la démocratie citoyenne. « Les Biens de l’État sont sacrés » n’est pas une vaine expression; car, ce sont mes biens, tes biens et les biens de nous tous auxquels nous sommes tous responsables pour dire:

    « CE N’EST PAS PARCE QUE LA BARQUE DE PAPA EST POUR X OU Y DE LA FAMILLE QUE L’ON A LE DROIT DE PERCER SA COQUE ». Ce n’est pas parce que l’on est l’un des enfants de la famille que tout droit est accordé à quiconque de vider le grenier pour affamer les autres. Et si dorénavant, chaque citoyen se décide de prendre son gourdin pour défendre la part de ses biens où l’État n’est que le gérant-gardien fictif quand il faille aller jusqu’à s’en prendre directement à tout délinquant économique; n’y en sera-t-il pas du désordre et du chaos? Donc, respectons notre Justice et les hommes de l’Homme aux yeux du félin, dis-je, le MJ/GS Marou Amadou le mécanicien-maintenancier de la Balance Judiciaire, afin que ses soldats en tenues de corbeau y soient les seuls animateurs et que la Paix, l’Harmonie, la Sérénité pour demeurer les seuls gardiens de notre source de la nappe phréatique à laquelle tout ayant droit trouve ses droits pour étancher sa soif de la citoyenneté. Ce n’est pas parce que les grands frères ont été casseurs qu’ils ne doivent mettre un terme à la casse et au saccage des biens communs. Merci.

  4. La fonction de juge est très délicat ici bas et à l’au de là. N’oublions pas que nous ne sommes pas éternel dans ce monde et que tout ce que nous possédons nous les laisserons ici. Nous allons partir seulement avec nos actes.

    1. On a le droit de manifester. Mais on ne peut pas outrepasser ce droit et casser les biens publics et privés. Cela devient de l’anarchie. La violence est condamnable

      1. combien de fois ces memes politicars qui nous dirirgent ont casse, brule, tue meme, ou etait la justice, ou etait le procureur? des problemes serieux manquent au niger pour que le procureur n’en fasse que de celle la une de l’information.

  5. Face aux trafics de drogue, les detournements de deniers public, les propos divisionistes des STJ, etc. on ne l’a jamais entendu. A present que le silence du prince Abba ou de son paternel a ete trouble, le voila qui sort des bois pour aboyer. Quelle triste fin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Editorial : Repenser La Sécurité Collective !

On dit souvent qu’à «chacun ses problèmes dans la vie». On pourrait y ajouter aussi qu’à c…