Accueil / ACTUALITE / Posture insurrectionnelle de Lumana : Soumana Sanda annonce les couleurs

Posture insurrectionnelle de Lumana : Soumana Sanda annonce les couleurs

Plusieurs jours après sa création, le FDR veut se mettre en ordre de combat à travers la mise en place du bureau de la coordination de Niamey. Un combat de positionnement face à l’entrée en lice du Front Patriotique.

Le Front démocratique et républicain (FDR), le nouveau front de l’opposition créé en mai dernier et composé de plusieurs structures de la société civile veut désormais se faire entendre. Il a organisé samedi dernier  à Niamey, une assemblée générale extraordinaire consacrée à la mise en place effective du bureau régional de Niamey.

Á l’issue de cette assemblée générale, le président de la coordination régionale de Niamey du Mouvement démocratique nigérien pour une fédération africaine (MODEN-FA Lumana), Soumana Sanda a été élu président. « La coordination nationale a envoyé des directives. Conformément à ces directives, nous avons mis en place une structure de combat relayeur, mais qui va relever le défi au contexte actuel fait d’oppression, d’étouffement de toute liberté, de mauvaise gestion », a déclaré le président du FDR de la région de Niamey.

Une structure de combat

Il s’agit à travers la mise en place de cette structure de mobiliser les militants en vue de « créer » un rapport de force. « Nous avons décidé de faire cette structure de combat qui va effectivement aller à la rencontre des militants de toute la capitale pour leur dire que notre devoir, notre mission est de créer un rapport de force », a dit Soumana Sanda, rappelant avoir « entendu du président du parti présidentiel, Bazoum Mohamed, dire que dans ce pays désormais pour ce faire écouter, il faut faire comme ailleurs ».

Ainsi, le FDR en a décidé, « conformément à nos traditions de lutte de nous mettre ensemble, de faire face à l’oppresseur et de le faire plier », a-t-il ajouté. Pour le député national au titre du parti Lumana, Soumana Sanda, le pouvoir en place ne leur laisse plus le choix que celui du combat pour que les acquis « arrachés de haute lutte depuis la conférence nationale, ne soient pas arrachés par le régime du PNDS et allié. « Nous avons estimé aujourd’hui que trop c’est trop et qu’il fallait mener le combat pour que ce rapport de force soit créé afin que nous puissions sauver l’état de droit, sauver la démocratie au Niger », a-t-il expliqué.

Pour ce faire, le FDR, au niveau de la région de Niamey, entend dès ce mardi, aller à la rencontre de ses militants dans les cinq arrondissements communaux de la capitale. Á l’issue de cette tournée, une assemblée générale sera organisée à la devanture du siège du RDR Tchangi.

Une lutte de positionnement ?

Pour mémoire, quelques jours après la création du FDR, l’ancien ministre des Affaires étrangères, président du Mouvement patriotique nigérien (MPN Kiishin kasa), Ibrahim Yacoubou, qui a d’ailleurs participé à la cérémonie du baptême de ce nième front de l’opposition a créé aussi son front : le Front patriotique (FP) qui regroupe également des organisations de la société civile et quelques partis politiques.

Quelques jours après la création du FP, le président dudit front et certains membres ont rendu une visite de courtoisie à l’ancien président de la République Mahamane Ousmane, membre du FDR et très proche du RDR Tchangi. Une visite de courtoisie certes, mais qui en dit long sur les ambitions des animateurs du FP, notamment celle de « fédérer » l’ensemble des partis politiques de l’opposition et des organisations de la société civile. L’engagement du FP d’occuper le terrain face à une opposition en manque de leadership, en l’absence du chef de file de l’opposition, a certainement motivé le FDR, ou du moins certains de ses animateurs, à sortir de l’hibernation pour ne pas se faire ravir la vedette par le nouveau front de l’opposition dirigé par Ibrahim Yacoubou.

Simple mise en œuvre du baroud d’honneur de Hama Amadou

Il vous souvient que récemment Hama Amadou avait rencontré les cadres de Lumana à Cotonou. Le mot d’ordre de cette rencontre n’est rien d’autre que : l’insurrection comme seule espoir  de survie politique du gourou du parti. Pour ce faire, il compte sur les moutons de panurge. Ceux-là qui oseront braver l’autorité de l’Etat pour la cause perdue d’un homme bien placée dans sa zone de confort. L’opinion publique n’est pas du tout surprise car cette posture insurrectionnelle n’est qu’un secret de polichinelle depuis le serment de Lumana Fa de faire de Hama Amadou son candidat aux élections de 2021 avant même que l’affaire ne soit vidée par la justice.

Hier les nigériens avaient suivi le député Soumana Sanda peaufiner face à la presse leur plan avec des termes propres aux terroristes de tout acabit. On le sait, il faut dire que les autres leaders du FDR qui accepteraient de s’engager dans ce combat d’arrière-garde de Lumana  risquent gros car il serait périlleux de vouloir braver l’autorité de l’Etat pour la cause perdue d’un homme en conflit avec la loi. Qui plus est, cet homme se croyant plus rusé que tous, a pris des risques mesurés en s’offrant un exil doré.  Il est permis de rêver mais qu’on soit opposition ou société civile, on ne défie pas impunément l’autorité de l’Etat. Cette mauvaise foi de l’opposition FDR s’est illustrée lorsque celle-ci invitée au dialogue par le premier ministre avait simplement demandé la mise en place d’un gouvernement de transition pour organiser des élections.

Une demande assez spécieuse et excessive qui a fait dire à Bazoum Mohamed que cette demande irréaliste ne pourrait s’obtenir que d’un rapport de force. Et naïvement Soumana Sanda et consorts refusent de se reprendre en mettant en avant une posture anti républicaine. Le Niger est démocratiquement gouverné. A preuve, les propos excessifs enregistrés à travers les médias audiovisuels et écrits. Le mardi passé, le procès de la société civile a été on ne peut plus contradictoire et démocratique où même ce qui ne devrait pas être dit a été dit. Le comportement de nos magistrats dans la conduite de ce procès a été saluée de tous, n’en déplaisent à ceux qui ont abusivement affirmé que la justice serait aux ‘’ordres’’. Dans ces conditions le Niger est à mille lieues des démocraties bananières. En un mot comme en mille, ceux qui voudraient se prévaloir de leur propre turpitude comprendront que la République ne rime pas avec l’état d’âme de quelques-uns.

Simple avis.

À propos de l'Auteur

Tiemago Bizo (Niger Inter)

À propos Administrateur

14 plusieurs commentaires

  1. SEULE L’APPLICATION STRICTE DE LA LOI NOUS EVITERA DE SOMBRER DANS LE CHAOS ET LE DESORDRE. FORCE EST A LA LOI.

  2. Issoufou mahamadou a fait pire que hama. Hama lui au moins n’a pas la mort d’un etudiant sur sa conscience. En plus, Hama n’est pas celui qui a detruit le systeme scolaire, mais bien issoufou mahamdou. Alors, insultez hama a cause de votre ethnoregionalisme mais reconnaissez que issoufou a fait pire que lui. Tous ces miserables mercenaires qui passent leur temps a insulter hama sur ce site tamtaminfo qui leur est dedie gracieusement pour cela, ils sont anime par leur ethnocentrisme et regionalisme. Mais les nigeriens dans leur immense majorite savent qui est qui et qui a fait quoi. La preuve a ete faite lors des elections de 2016 que leur chamopion a cafouille et usurpe pour rester au pouvoir.. Les nigeriens observent, analysent et le jour viendra, leur sanction tombera et ce ne sont pas les ragots de miserables ethnocentristes payes pour insulter les honetes citoyens sur tamtaminfo qui va les en empecher.

    • Je ne suis pas sûr que tu sois d’accord avec toit-même en racontant ce que tu racontes.
      Et je pense que tu ne sais même de quoi tu parles.
      Mais il y des dossiers sur lesquels nous ne devons pas blaguer.
      La destruction du système éducatif de notre pays a été un long processus depuis que par lâcheté collective nous avons accepter le diktat des bailleurs des fonds pour avoir quelques miettes et détruire l’avenir de nos enfants. Le PNDS était dans l’opposition et les Hama Amadou était aux affaires. Mais comme le Niger n’ a jamais intéressés Hama ce qui devrait arrivé arriva.
      Aujourd’hui c’est le régime dirigé par le PNDS qui tente, malgré toutes les adversités de relever notre système éducatif. Et si nous aimons réellement notre pays nous devons nous mettre tous ensemble pour aider à ce redressement.

    • Mon frère accepte une seule chose: on ne peut pas faire de la politique par procuration.
      Votre Hama s’est lui -même disqualifié.

  3. Bonsoir,
    Je viens de lire l’article et tous vos commentaires(vos commentaires à tous). Condamnez Hama pour ce qu’il a fait de mal à la génération 90 des élèves et étudiants et ce qu’il a fait à ses opposants quand il avait le pouvoir. Mais ne faites pas intervenir l’ethnie de qui que ce soit dans le débat. les ressortissants de toutes les ethnies du Niger ont travaillé avec Hama dans ce qu’il a fait de mal à X ou à Y. Et ce qui sont au pouvoir aujourd’hui et en train de le malmener sont aussi de toutes les ethnies. C’est donc un problème de génération et classes politiques et non d’ethnie. Vous pouvez bien continuer les débats dans ce sens et il ya beaucoup à dire. En avant pour notre Niger à tous!

  4. Quand on veut être le mâle dominant, le seul coq de la bassecour il faut être présent et ne pas s’enfuir en laissant les poules et les poussins dès l’apparition de l’ombre de l’épervier.
    Avez -vous observez comment la mère poule met ses petits poussins à l’abri face aux prédateurs?
    Que dire si face au danger le coq est le premier à prendre ses jambes au cou abandonnant sur le terrain poules et poussins?
    Après avoir fait ce qu’il a fait Hama Amadou perd chaque fois l’occasion de se taire, l’histoire de se faire oublier à jamais.
    Le peuple nigérien a trop de dignité pour faire de Hama Amadou son président.

  5. Hama+ veut être le seul coq de son ouest imaginaire.
    Pour arriver à cette fin, il procéda à la liquidation systématique des cadres politiques et militaires des régions de Tillabéry, Dosso et Niamey. Son premier coup d’essai était on se rappelle bien la mise à l’écart de feu Adamou Moumouni Zarmakoye et de Amadou Djibo dit Max du parti MNSD. Frustrés ces deux personnalités se sont vu obligés de quitter le parti et aller créer respectivement le Zaman Lahiya et l’UNI. Ce fut ensuite de barrer la route à Almoustapha Soumaila qui, on se rappelle était en plein de réussir l’organisation des jeux de la francophonie lorsque Hama Amadou l’accusa simplement de détournement d’argent afin de l’envoyer en prison. Celui –ci, déçu des coups bas politiques de Hama décida de s’éloigner carrément de la politique. Aujourd’hui il invité Soumana Sanda et compagnie à l’insurrection pour enfin se retrouver en prison et liquidés politiquement au passage comme ce fut son propre cas.

    • Rectifies le tir, Dankasa. Djermakoye a fondé son parti suite à la frustration qu’il a eue suite à la désignation de Tanja par les responsables du MNSD de Maradi et de Zinder.
      Djibo Marx, a toujours appuyé Hama dans ses actions. S’il est déçu, c’est de la part de certains barons cachés dans l’ombre du MNSD.
      Pour Almoustapha Soumaila, oui, Hama en a fait de lui une proie jetée en pâture.

  6. Le peu que l’on puisse dire est que Hama tient beaucoup à petite et misérable vie. Ainsi il chante sur tous les toits qu’on veut le tuer.
    Et en même temps il pousse les autres pour qu’ils viennent sur le terrain lutter pour lui. Finalement il méprise ses militants en leur faisant comprendre que sa vie est supérieure à la leur.
    Comme quoi Hama Amadou n’a vraiment honte de rien.
    Ainsi il réunit ses gens dans les pays voisins pour leur de venir mettre du feu au pays et retourne tranquillement domir dans ses suites hôtelières de luxe.
    Dans ce cas insurrection de qui?
    Hama Amadou doit cesser de penser qu’il existe des nigériens qui peuvent donner leur vie pour qu’il prenne le pouvoir.
    Quand un chef est si lâche pour être incapable de prendre la tête de ses troupe il ne gagne pas la guerre.

  7. foutaise. L refus du PNDS d’obtemperer a une decision de justice n’est pas de l’insurection ?

  8. Sacré Hama+ : Il prétend être le représentant légitime des confins ouest du Niger lorsque ses intérêts politiques à lui sont menacés. Pour sa sale besogne, il mobilise, embarque les jeunes désœuvrés de la capitale, les commerçants badauds et autres pseudos intellectuels (Soumana Sanda, Dépité Nassirou, Omar Dogari, Issoufou Issaka etc) acquis à sa cause, incapables de lui dire « non ». Tant pis, s’ils se font écroués dans les prisons, l’essentiel qu’on dise « say Hama ! kala Hama ».
    Il veut incarner l’ethnie zarma, alors même qu’il est loin de l’être. Il utilise cette ethnie quand il est en difficulté politique avec ses pairs politiciens. Il se victimise en faisant croire que : « on veut le tuer », « on se moque des zarma », « si Niamey est construit par les autres que va-t-il –il encore leur dire », « ils sont des tché kanda » etc…

    • Voilà quelqu’un qui aurait pu être un sacré animateur à la « Radio des milles collines » responsable de la tragédie Rwandaise. Au fait, si Hama est diabolique (comme tu s’échines à le dépeindre), il va valoir trouver un quantificatif pour toi.

      • C’est un cerveau en putréfaction avancée. Laisse le.

      • ….. et hope à partir de Cotonou, il déclenche sa machine de liquidation des dirigeants du parti Loumana en les incitant à l’insurrection. Soumana Sanda, Omar Dogari, animerons dans un premier temps des groupes de jeunes constitués en intifada au niveau de chaque quartier de Niamey. et à travers le réseau waths Up ils leur donnent
        le mot d’ordre insurrectionnel car pensent-ils avec cette nouvelle stratégie, la police, la garde et la gendarmerie seront incapables de contenir les agitations et Niamey s’enflammera de tous les côtés. voilà en réalité le mot d’ordre de Hama+ depuis cotonou

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.