Home ACTUALITE Pour le Niger, le respect, la promotion et l’application du droit international humanitaire et des autres cadres juridiques et politiques applicables par les acteurs étatiques et non étatiques sont essentiels, déclare l’Ambassadeur Abdou Abarry

Pour le Niger, le respect, la promotion et l’application du droit international humanitaire et des autres cadres juridiques et politiques applicables par les acteurs étatiques et non étatiques sont essentiels, déclare l’Ambassadeur Abdou Abarry

La protection des civils dans les conflits armés, l’une des principales préoccupations des Nations Unies et de ses États Membres a été au menu d’une réunion du Conseil de Sécurité hier le 27 Mai 2020.

Dans le discours qu’il a prononcé en cette occasion, l’Ambassadeur du Niger à l’ONU, SEM Abdou Abarry a brossé un sombre tableau de la région du Sahel et du lac Tchad qui a connu une forte augmentation du nombre de personnes déplacées, le Tchad et le Niger étant les plus touchés. « Cette région est en proie à toutes sortes d’attaques menées par le biais d’une guerre asymétrique qui n’épargne ni les Forces de défense ni de sécurité de nos pays, ni les Casques bleus et les civils », a-t-il indiqué.

C’est pourquoi, il a souligné que pour le Niger, « le respect, la promotion et l’application du droit international humanitaire et des autres cadres juridiques et politiques applicables par les acteurs étatiques et non étatiques sont essentiels ».

L’Ambassadeur Abdou Abarry a réaffirmé le profond attachement du Niger aux principes des droits de l’homme et son adhésion aux instruments juridiques internationaux pour la protection et la promotion de ces droits, tels que signés et ratifiés par notre pays et promus par le Président de la République du Niger, Son Excellence M. Issoufou Mahamadou.

Dans les conflits armés, le respect du droit des conflits armés (LOAC) est particulièrement important, en particulier pour les forces armées, qui sont chargées d’assurer son plein respect sur les théâtres d’opérations.

À cette fin et dans le but d’intégrer ces engagements internationaux dans la doctrine de ses forces armées, le Niger, en collaboration avec le CICR, a élaboré un manuel de droit international humanitaire (DIH) pour ses forces de défense et de sécurité (DSF).

Dans la même veine, le Niger souscrit pleinement au cadre de respect des droits de l’homme dans le cadre de la Force conjointe G5-Sahel, en particulier les piliers 4 et 5, relatifs à l’intégration de la protection des civils dans la planification et la conduite des opérations et des retours d’expérience (RETEX), pour évaluer l’impact des opérations sur les populations .

Le respect du droit des conflits armés ne peut être total que si les auteurs et les délinquants sont tenus responsables de leurs actes devant les tribunaux».

En conclusion, il a rappelé que « le rôle des missions de maintien de la paix à un moment comme celui-ci est particulièrement crucial. Au Mali, par exemple, le Représentant spécial du Secrétaire général pour le Mali, M. Mahamat Annadif, a souligné dans son récent exposé au Conseil qu’une « coopération exemplaire » a été établie entre le système des Nations Unies et le Gouvernement malien dans la lutte contre la pandémie de COVID-19. Nous devons encourager et saluer un tel engagement, qui renforce la communication stratégique pour lutter contre les discours de haine, les rumeurs et la désinformation.

Nous devons également garder à l’esprit que le succès de la protection des civils réside dans un processus consultatif inclusif qui appartient à la population locale et fait participer les communautés locales, comme cela a été souligné dans le récent débat organisé par l’Irlande sur la question du pastoralisme au Sahel. Ces opérations de maintien de la paix axées sur les personnes devraient tenir compte des voix des femmes, des jeunes, des partis politiques et de la société civile. Ce n’est qu’alors que des solutions durables pourront être trouvées, car elles s’appuieront sur un processus participatif qui sera alors accepté et partagé par tous ».

Par la Cellule du Conseil de Securite Niger. (www.onu-missionniger.org)

Check Also

Point de presse de la présidente du CNRCEP, Mme Bety Aichatou Habibou Oumane Edifier l’opinion publique sur le Rapport 2019 de l’ARCEP

La présidente du CNRCEP, Mme Bety Aichatou Habibou Oumane a animé un point de presse le ve…