Accueil / ACTUALITE / Première opération pour la force anti-jihadiste G5 Sahel

Première opération pour la force anti-jihadiste G5 Sahel

Des soldats nigériens patrouillent dans le nord du Nigeria, sur les traces de Boko Haram.
AFP PHOTO / PHILIPPE DESMAZES

Soutenue sur le terrain par la France, la nouvelle force anti-jihadiste G5 Sahel a lancé mercredi ses opérations aux confins du Mali, du Burkina Faso et du Niger, une zone très instable devenue un foyer pour les groupes extrémistes.

Le président français Emmanuel Macron avait estimé mardi que le succès de cette force, composée de soldats du Mali, Niger, Mauritanie, Burkina Faso et Tchad, était une « obligation collective » dans la lutte contre le terrorisme au Sahel, vaste région située au sud du Sahara.

« Le déploiement des Maliens, des Nigériens et des Burkinabé de la force G5 Sahel a débuté ce matin », a déclaré mercredi à l’AFP le lieutenant-colonel français Marc-Antoine depuis une base avancée française dans la région aride d’In-Tillit, dans le centre du Mali.

Sous son commandement, une centaine d’hommes de la force militaire française anti-jihadiste au Sahel Barkhane (4.000 hommes au total) va soutenir les troupes africaines déployées au sol lors de cette première opération, a-t-il expliqué.

Barkhane va apporter aux quelques centaines de troupes maliennes, burkinabé et nigériennes engagées « du conseil et de l’accompagnement » sur le plan aérien (chasseurs, hélicoptères, drones de renseignement), ainsi qu’un appui de l’artillerie, a-t-il détaillé.

Cette première opération, baptisée « Hawbi », est « une démonstration de force pour reprendre pied dans une zone délaissée par les Etats », aux confins du Mali, du Burkina Faso et du Niger, « en entravant la liberté de mouvement dont bénéficient plusieurs groupes armés depuis des mois », a souligné le lieutenant-colonel Marc-Antoine.

– Pleine capacité d’ici mars –
« L’objectif in fine est de faire monter cette force G5 Sahel en puissance pour qu’elle puisse se réimplanter dans les zones transfrontalières de façon autonome », a-t-il ajouté.

La force conjointe doit atteindre d’ici mars 2018 sa pleine capacité de 5.000 hommes, répartis en sept bataillons: deux pour le Mali et le Niger, et un pour le Tchad, le Burkina Faso et la Mauritanie. Les soldats ne se mélangeront pas, à part pour quelques officiers de liaison.

Ce nouveau dispositif vise à combler les lacunes des dispositifs militaires nationaux et multinationaux dans la région du Sahel.

Elle est devenue une base pour les groupes extrémistes, notamment depuis que la Libye a sombré dans le chaos en 2011, que la secte Boko Haram s’est étendue au Nigeria et que des groupes jihadistes liés à Al-Qaïda se sont emparés du nord du Mali en 2012.

Ces derniers avaient été en grande partie chassés par une intervention militaire internationale, lancée en janvier 2013 à l’initiative de la France, mais les violences perdurent dans le centre et le nord du Mali et se sont étendues aux pays voisins.

La force G5 Sahel se veut complémentaire de la Mission de l’ONU au Mali (Minusma, plus de 12.000 hommes) et de Barkhane.

– Reprendre son destin en main –
« Le G5 Sahel, c’est une force de cinq armées africaines, appuyées essentiellement par la France, qui prend son destin transfrontalier en main pour conduire les opérations antiterroristes. Hawbi en est une expression », a commenté le colonel Arnaud Cervera, représentant du commandant de la force Barkhane à Gao, au Mali.

« L’enjeu ici, c’est que le Burkinabé comprenne qu’il a le même problème que le Malien et que le Malien comprenne qu’il a le même problème que le Nigérien. Le succès viendra de là », a-t-il expliqué à l’AFP depuis la base Barkhane de Gao.

Opérationnel depuis peu, le poste de commandement de la force G5 Sahel, à Sévaré, dans le centre du Mali, abrite désormais des officiers de liaison des cinq pays.

Le budget de fonctionnement de la force G5 Sahel a été estimé à 423 millions d’euros, mais il pourrait être revu à la baisse, aux alentours de 240 millions d’euros.

Une grande partie des fonds manque en tout état de cause encore à l’appel. Les cinq pays créateurs ont promis chacun 10 millions, l’Union européenne 50 millions et la France 8 millions, soit un total de 108 millions d’euros.

Les Etats-Unis se sont quant à eux engagés lundi à apporter jusqu’à 60 millions de dollars (51,5 millions d’euros).

Une conférence des donateurs est prévue le 16 décembre à Bruxelles.

dab-siu/stb

À propos de l'Auteur

Source: AFP

À propos Administrateur

8 plusieurs commentaires

  1. Echec!!!!!Échec et encore échec.. a partir du moment ou jattend BARKHANE Je pensais que cette force était libre et opérait pour L’Afrique ???Ils vont tué vos soldats pour ne rien. Suivez seulement la suite chers frères

  2. Dagustagor Fofana

    tan que l’afrique ne reconnaitra pas sa realite, nous nourons jamais la paix. loccident veut vendre ses armes on gre force communes et forces communes avec des resultats mediocres. partout dans le monde. restournons en arriere voir ce que nous grands parents detenaient pour aider la france a se liberer. les sorko, les forgerons, les chasseurs et bien d’autres detiennent des secrets pour lutter contre les djiadits, pour quoi ne pas les associer. Dieu est la pour nous proteger.

  3. Bonjour,

    le lieutenant-colonel français Marc-Antoine est le pire ennemi de nos états, c’est plutôt lui et ses soldats les vrais terroristes. Il faut les chasser de nos pays, ils ne valent rien, ils ont pour mission la destruction et le morcellement de nos états. L’état français est le plus grand terroriste de afrique, regardez les pays qu’il a détruit avec sa présence militaire. En tous cas, ce que vous a avez fait au Mali, en Centrafrique, en Libye, jadis au ruwanda, vous voulez le faire au Niger, vous le payerez cher car on vous détruira également. la france est un état inconscient, terroriste et criminel, qui doit être traduit devant les tribunaux de nos pays, surtout des chiens comme sarkozy et hollande. Nos dirigeants vous devriez avoir honte de traiter avec les ennemis de votre propre culture.

    • Le MAA pro Mali, un cancer pour le Mali ?
      Par Malijet – Date: il ya 23 heures 1 minute 4 réactions

      Taille de la police: Decrease font Enlarge font
      Le MAA pro Mali, un cancer pour le Mali ?
      On dirait qu’au Mali, le temps ne passe pas. Ou alors, qu’il ne s’écoule pas comme ailleurs. Sinon, pourquoi sommes-nous toujours face aux mêmes hommes, aux mêmes problèmes, aux mêmes drames ? Et parmi ces hommes, ces problèmes et ces drames, les hommes du Mouvement Arabe de l’Azawad pro Mali sont comme un cancer qui ronge peu à peu notre pays.
      On se souvient qu’à sa création en 2012, les arabes du Mali s’inquiétaient de la place prise par les trafiquants proches des terroristes au sein du MAA. Déjà à l’époque, les « grands hommes » gangrénaient le mouvement par leur influence, leur argent sale et leur violence. Rapidement, les grands trafiquants comme Hanoun Ould Ali, Mohamed Ould Mataly, ont pris la tête du groupe. Et c’est là que le mal a commencé.
      L’influence de ces grands criminels est connue ils font et défont les carrières, influencent les élections et les gouvernements, corrompent les faibles et intimident les forts. On se souvient de leur rôle dans le déclin d’ATT, dans l’affaire Air Cocaïne, mais surtout, on a découvert leurs liens avec les terroristes qui martyrisent notre pays depuis cinq longues années.
      Alors que le MAA d’Hanoun et de Mataly prétend représenter la communauté arabe, il sert de paravent aux terroristes qui utilisent ses drapeaux pour éviter les FAMA, tandis que les hommes de ces trafiquants font escorter leur cocaïne par les soldats d’Iyad Ag Ghaly et d’Al Mourabitoune. Pire encore, Hanoun Ould Ali et ses amis participent aux actes des terroristes, que ce soit pendant l’attentat du MOC, à Ber récemment, ou en aidant Al Mourabitoune dans sa guerre contre notre pays.
      Face à tout cela, il faut que le MAA pro Mali sorte de l’ambigüité. Il faut que ses chefs arrêtent de croire que les Maliens sont dupes de leur double jeu et de leurs mensonges. Sinon, ils le paieront.
      Ismaïla Diarra

  4. Pour resoudre un ou des problemes n’allons pas loin cherchons qui a causer le/les problemes ensuite chatillons les car tant qu’ils seront toujours les avant gardistes nous ne serions jamais en paix.

    Soutient total a Tabotaki Hassan, Allah nous suffit

  5. Oui, seuls les russes sont sincères dans l’approche de lutte contre le Jihadisme ! En effet, les masques sont tombés depuis belle lurette, mais la mascarade continue comme si l’on veut se donner bonne conscience !

  6. J’ai total confiance à DIEU le clément, le miséricordieux, et à l’armée Russe de Poutine.

    • Tabotaki@, tu parlais comme si tu ne comptais pas sur les FDS pour assurer la sécurité du pays.Il faut intégrer les ex.combattants du nord pour sécuriser les frontières du Niger

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*