Home ACTUALITE Présentation de l’International Gender Equality Prize (IGEP) à la Première Dame Dr Lalla Malika Issoufou félicite l’ONG Femmes et Enfants Victimes de Violences Familiales (SOS-FEVVF)

Présentation de l’International Gender Equality Prize (IGEP) à la Première Dame Dr Lalla Malika Issoufou félicite l’ONG Femmes et Enfants Victimes de Violences Familiales (SOS-FEVVF)

La Première Dame, Dr Lalla Malika Issoufou, a reçu hier à la résidence présidentielle, les membres de l’Ong SOS- Femmes et Enfants Victimes de Violences Familiales (SOS FEVVF) venus lui présenter le Prix International pour l’Egalité de Genre (IGEP : International Gender Equality Prize) dont leur structure est bénéficiaire. C’est la Présidente de l’Ong SOS FEVVF, Mme Mariama Moussa qui a présenté le tableau symbolisant le prix à la Première Dame, par ailleurs marraine de cette ONG.

La Cérémonie s’est déroulée en présence de la ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l’Enfant, Mme Elback Zeinabou Tari Bako et de l’ambassadeur d’Allemagne au Niger DrBernd Münchow-Pohl.
L’IGEP a été initié par le gouvernement finlandais le 8 mars 2017 à l’occasion de la célébration de la Journée internationale des femmes.

C’est un prix prestigieux de sa catégorie à l’échelle mondiale, qui récompense une personnalité dont l’action a consisté à la promotion de l’égalité entre les sexes. Mais, plutôt que de recevoir le prix sous forme monétaire, la personnalité primée est invitée à sélectionner une cause particulière afin que celle-ci bénéficie du montant du prix.

C’est ainsi que la Chancelière allemande Angela Merkel, première récipiendaire dudit prix (annoncé en décembre 2017) a choisi l’Ong nigérienne SOS FEVVF pour bénéficier du montant du prix, soit la somme de 150.000 Euros.
La présidente de l’Ong SOS FEVVF s’est rendue le 16 mars 2018 à Tampere (Finlande) pour recevoir le prix au cours d’une cérémonie. Mme Mariama Moussa avait été alors accueillie par le Premier ministre finlandais Juha Sipilä et la présidente du Conseil municipal de Tampere Anna-kaisa Ikonen.

S’adressant par visioconférence à l’assistance à l’occasion de la cérémonie de remise du prix, la Chancelière allemande a qualifié l’Ong SOS FEVVF de « Lumière d’espoir pour les femmes et les jeunes filles affectées par la violence ». Voilà pour l’histoire du prix.

Au cours de la cérémonie d’hier soir, à la résidence, la présidente de SOS FEVVF, a dit tout son plaisir de présenter ce prix à la Première Dame, Dr Lalla Malika Issoufou. « Au-delà notre Ong, c’est un prix qui honore tout le Niger », a déclaré Mme Mariama Moussa. Un sentiment partagé par la Première Dame. « En tant que femme, médecin nigérienne et marraine de la lutte contre les violences faites aux femmes, je suis très fière de ce prix », a confié Dr Lalla Malika Issoufou avant d’adresser ses vives félicitations à l’Ong SOS FEVVF.

« Ce prix récompense aussi les succès enregistrés par notre pays dans le domaine de la lutte contre les violences faites aux femmes et dans la promotion de l’égalité du genre », a ajouté Dr Malika, marraine de l’Ong SOS FEVVF.
Pour la ministre de la Promotion de la femme et de la protection de l’Enfant, ce prix est obtenu au nom de la femme nigérienne.

« Il récompense aussi et surtout le travail abattu par cette Ong pour aider les victimes de violences familiales. Nous ne pouvons que la féliciter et l’encourager », a déclaré Mme Elback Zeinabou Tari Bako.

Pour sa part, l’Ambassadeur d’Allemagne au Niger, a rappelé que lors de sa visite au Niger en octobre 2016, la Chancelière Angela Merkel, s’est intéressée à la situation de la femme nigérienne. « C’est pourquoi, quand elle a reçu ce prix, elle nous a demandé, en tant qu’ambassade au Niger, de lui faire des propositions pour une organisation nigérienne.

Et c’est ainsi que nous lui avons proposé l’Ong SOS FEVVF pour le travail qu’elle abat en faveur des femmes, des filles et des enfants victimes de violences familiales. Nous nous réjouissons que la chancelière ait suivi notre proposition. C’est une récompense bien méritée pour cette Ong et nous nous réjouissons d’être reçu ici par la première Dame, en sa qualité de marraine de cette Ong », a confié Dr Bernd Münchow-Pohl.

[author ]Siradji Sanda (ONEP)[/author]

2 Comments

  1. Info urgent aux victimes d’arnaques sur internet
    Une association dénommé (oipcs) en collaboration avec la France et quelques pays dans le monde disponible pour des personnes victimes d’arnaque de tout genre sur internet contacter nous et vous aurez la solution a tout vos différentes problèmes d’escroquerie dont vous aviez été victime .en suivant ce Lien : signaloipcs.wordpress.com

  2. « En Algérie, ces migrants nigeriens »vivent malheureusement de la mendicité », dixit Brigitte Rafini.
    Et Une question et une seule a toi , Brigitte….SI LES NIGERIENS NOURISSENT LES NIGERIENS, comme vous aimez a le miroiter ou que le Niger est tout rose comme vous l’alleger…..a est ce que ces Nigériens mendiants TALIBES vont aller quemander en Algérie?

    😂😁 D’ailleurs POURQUOI etre surpris quand vous même les policards etes des TALIBES POLITIQUES BOUBOUTES et VESTONNES avec vos DONNEZ NOUS .. DONNEZ NOUS …. AIDEZ NOUS AIDEZ NOUS.😂😁😄

    Comme pour dire a politicards mendiants , peuple mendiant…: La promotion de la mendicité

    BANDE DE MENDIANTS A GOGO…..

    et que faire vous des mendiants a l’ interne sur les carrefours?

    Quand TOTO A DIT partage….,…:

    Quelque 28.000 personnes, majoritairement des migrants illégaux nigériens, ont été rapatriées d’Algérie vers le Niger depuis 2014, a indiqué mardi 17 avril l’ONU, Niamey se disant préoccupé par des rapatriements excessifs

    28.000 personnes (ont été) rapatriées d’Algérie depuis le début de l’opération en 2014″, selon le bulletin du Bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA) des Nations unies à Niamey.

    Près de 22.000 des migrants refoulés sont issus de la région nigérienne de Zinder (centre-sud) et « plus de 3.000 » autres sont des ressortissants d’Agadez (nord désertique), proche de l’Algérie, précise l’agence onusienne.

    Les premières opérations avaient commencé par le rapatriement de 3.000 Nigériens, dont 76% d’enfants. Le gouvernement nigérien avait alors annoncé avoir entrepris ces opérations « en concertation avec les autorités algériennes », en vue de rapatrier ses ressortissants « vivant en situation de vulnérabilité extrême et sans emplois en Algérie

    En Algérie, ces migrants « vivent malheureusement de la mendicité », avait expliqué le Premier ministre nigérien Brigi Rafini.

    Mais en octobre 2017, le gouvernement nigérien a exprimé sa « préoccupation » après des rapatriements massifs de ses ressortissants. Il a affirmé avoir « plaidé » pour qu’une catégorie de migrants, « les acteurs économiques » et ceux partis pour « travailler » soient « épargnés » par ces reconduites aux frontières.

    Amnesty International avait de son côté dénoncé des « arrestations arbitraires » et des expulsions massives « illégales » d’Africains de l’Ouest et assuré que certains avaient des visas valides.

    Parmi les expulsés figurent aussi des Guinéens, Burkinabè, Béninois, Maliens, Ivoiriens, Sénégalais, Nigérians, Libériens, Camerounais ou Sierra-Léonais, selon Amnesty..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Pose de la première pierre, pour la construction du Pipeline Niger-Bénin par le Président de la République Issoufou Mahamadou…

Le Président de la République, Chef de l’Etat, Issoufou Mahamadou  a lancé officielle…