Home ACTUALITE PRESIDENTIELLE 2021 : Déjà la veillée d’armes ? ( !)

PRESIDENTIELLE 2021 : Déjà la veillée d’armes ? ( !)

Certains trouveront que 2021 est encore loin, très loin pour envisager dès maintenant s’y préparer, mais ne dit-on pas souvent que qui veut voyager loin ménage sa monture ? Pratiquement, grosso modo, à trois ans de cette échéance fatidique, en politique, il n’est jamais très tôt pour envisager les perspectives futures, car le temps politique est profondément différent du temps naturel.

Ainsi, depuis un certain temps, au niveau de notre classe politique prise dans sa totalité, l’on assiste à une sorte de veillée d’armes en perspective de la présidentielle de 2021. Aussi bien du côté de la majorité que celui de l’opposition, chaque camp fourbit ses armes, développe et affine déjà sa stratégie, balise le terrain avec des visites nocturnes, bref nous sommes déjà en précampagne pour 2021.

Il convient de préciser que la guerre de succession ne se limite pas seulement à la compétition entre les différents partis politiques, mais également, et c’est inédit, elle se déroule à l’interne, c’est-à-dire au sein des états-majors politiques eux-mêmes.

Revue de troupes au sein de la majorité Incontestablement, la guerre de succession, si jamais elle devait avoir lieu, concernerait en premier lieu le PNDS – Tarayya, le principal parti de la majorité dont est issu l’actuel Président de la République qui ne pourra plus se représenter en 2021. En règle générale, le parti au pouvoir fait face à des querelles de position nement aussi longtemps que le successeur légitime n’aura pas été désigné.

Ce constat se vérifie par le trop-plein des ambitions des uns et des autres, car chacun des apparatchiks du parti s’estimant en mesure de faire l’affaire et de représenter dignement le parti à ce rendez-vous important après le départ du leader fondateur. En temps normal, le leader du parti, le président, était mécaniquement investi pour la présidentielle, même si, pour la forme, un congrès d’investiture était organisé par les instances habilitées du parti.

Pour la première fois donc, ce scénario risquerait de ne pas se produire en 2021, nous confia un membre influent du PNDS qui a requis l’anonymat. Dans ce cas, les dés seraient jetés entre le candidat présomptif du parti, Bazoum Mohamed, ac tuel président du parti rose depuis 2011, et tous les autres apparatchiks qui nourriraient des ambitions présidentielles.

Qui l’emportera dans cette guerre fratricide ?

Une chose demeure certaine : celui que le Président sortant aura adoubé aurait, sans doute, un avantage consé- quent sur ses adversaires dans cette course. La grande question qui se posera au moment des élections présidentielles en 2021 pourrait être celle-ci : est-ce que le candidat qui serait investi par le PNDS pour la présidentielle de 2021 bénéficiera-t-il de la même dynamique ayant permis au Président Issoufou Mahamadou d’être élu et réélu en 2011 et 2016, c’est-à- dire cette coalition d’une cinquantaine de partis l’ayant soutenu dès le premier tour ?

Rien n’est sûr, car aujourd’hui, en dehors du PPN/ RDA et du PNA Al Ouma’a, cette dynamique est quasiment éclatée en vue de 2021 ! Reconnaissez que cela est très peu pour espérer un triomphe du candidat rose en 2021 ! Pour ce qui est du MNSD-Nassara qui a rejoint la majorité, les choses s’annoncent compliquées pour Seini Oumarou, président du parti, dont le leadership est fortement contesté à l’interne. Tidjani Abdoul-Karim manifesterait de velléités d’indépendance et serait prêt à solliciter l’investiture du parti pour la présidentielle de 2021.

Mais, d’après certaines sources, l’épicentre du volcan se trouverait ailleurs, on parle de plus en plus en plus de l’éventualité d’une candidature d’Ibrahim Idi Ango, ancien président de la Chambre de Commerce, aujourd’hui membre du bureau politique du MNSD.

C’est indéniable qu’une telle candidature, si jamais elle se confirmait, redistribuerait les cartes au sein du baobab, car elle pourrait ruiner l’autorité de Seini Oumarou sur le parti.

En effet, Ibrahim Idi Ango est un personnage solide intellectuellement et puissant financièrement, disposant d’un carnet d’adresses bien fourni aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur du Niger. Il faudrait alors compter avec lui ! L’autre big challenger de la majorité est sans conteste Albadé Abouba, le président du MPR Jamhuriya, ce parti né de la scission du MNSD Nassara. Il faut dire que Abouba Albadé a été d’un apport inestimable au renforcement et à la consolidation du pouvoir d’Issifou Mahamadou, car sans l’enfant de Kao, personne ne sait dans quelle galère e Niger se serait retrouvé après le départ du Lumana de la MRN en 2013.

En 2016, Albadé Abouba avait ravalé sa fierté en renonçant à se présenter à la présidentielle, pré- férant soutenir dès le premier tour le candidat Issoufou Mahamadou. Le contrat moral entre les deux hommes expirera en 2021 et rien ne pourrait empêcher au président du MPR de briguer la magistrature suprême en toute indé- pendance. Avec ce scénario, les choses ne seraient pas aussi simples pour le PNDS comme cela l’avait été en 2011 et en 2016.

Déjà, dans cette perspective, l’enfant de Kao enregistre de nouvelles alliances avec l’arrivée à ses côtés du parti Mourna de Mamoudou Djibo, du PSDN AlHéri de Kazelma, de l’UPDP Zumuntchi de Issoufou Bachar, de Ingantchi de Kassoum Moctar, de Lawal Magagi de Adalci, bref, toute une constellation de petits et moyens partis serait sur le point de rallier la candidature de Abouba Albadé pour 2021 Toujours au sein de la majorité, notons l’irrésistible poussée d’Ibrahim Yacoubou, l’enfant de l’Arewa mais d’adoption maradawa, déjà candidat en 2016 ayant obtenu plus de 200.000 voix.

D’après certaines informations, en 2021, il soutiendrait son ami, le général quadruple étoilé Djibo Salou pour la présidentielle.

Il faut souligner que les deux personnalités entretiennent d’excellentes relations tissées au lendemain du coup d’Etat du 18 février 2010 contre la Sixième République de Tandja Mamadou. Cependant, connaissant les ambitions politiques de l’ancien Secrétaire général du SNAD, celles-là mêmes qui avaient effrayé les apparatchiks du PNDS en 2015 et qui étaient d’ailleurs à l’origine de son exclusion de ce parti, on voit mal ce dernier renoncer à ce rendezvous crucial. Mais sait-on jamais…

Enfin, toujours dans le camp de la majorité, il faut signaler les velléités présidentielles d’Omar Hamidou Tchiana alias Ladan, président du parti AMIN-AMEN, l’empêcheur de tourner en rond du Lumana/FA, celui-là même qui avait rendu cauchemardesques les nuits agitées de Hama Amadou en le défiant ouvertement et frontalement. L’enfant de Kollo pense que son heure a peut-être sonné pour se prendre en charge après avoir soutenu en 2016 le candidat Issoufou Mahamadou.

Pour cela, il élargit la base électorale de son parti déjà représenté à l’Assemblée nationale en enregistrant l’arrivée de nouveaux militants. En tout cas, il en a les moyens, lui qui est né avec une cuillère en or à la bouche, et ce n’est pas l’ambition qui y ferait défaut, loin de là ! Pour être complets, ajoutons que Hamidou Algabit et Cheiffou Amadou seraient d’ores et déjà out en 2021 pour des raisons  »physiques » (trop âgé pour le premier, malade pour le second).

Quant à Moussa Djermakoye de l’ANDP-Zaman Lahiya, il n’a jamais ambitionné se présenter à une élection présidentielle. Pour ce qui est Abdou Labo de la CDS-Rahama, présentement incarcéré au camp pénal de Say dans l’affaire dites des bébés importés, il serait out en 2021 pour raisons de casier judiciaire noirci par cette affaire. Voyons à présent du côté de l’opposition.

Les poussées fiévreuses de l’opposition

Naturellement, s’il y a un camp qui désire ardemment la tenue des élections présidentielles de 2021, c’est sans doute l’opposition politique actuelle, sans repères aujourd’hui du fait de l’absence de ses principaux leaders (Hama, Cissé). Concernant Mahamane Ousmane alias Nafarko, faisonsen l’économie, puisque, jusqu’à l’article de la mort, il voudra se présenter à l’élection présidentielle, une façon de rattraper les deux ans de présidence qui lui restaient suite au coup d’Etat du Colonel Baré de Janvier 96.

Ejecté définitivement de son ancienne rampe de lancement, la CDS-Rahama, il végète aujourd’hui à la tête d’un microscopique parti politique dénommé  »Hankuri » (c’est-à-dire patience) dont, paradoxalement, le personnage n’a jamais été un exemple en la matière. Aujourd’hui, défait et abandonné par tous, tel un paria, il écume piteusement ses vieux jours sur les bancs de l’Assemblée Nationale, à l’affut de la moindre mission parlementaire pour arrondir ses fins de mois !

Concernant le mastodonte de l’opposition politique actuelle (tout est relatif), Hama Amadou, président par contumace du Lumana FA, son avenir politique s’écrit désormais en pointillés depuis le verdict de la Cour d’Appel de Niamey qui l’a condamné à un an d’emprisonnement dans l’affaire des petits Ibo importés. Aujourd’hui, il remue ciel et terre pour tenter d’échapper à cette condamnation qui signe la fin définitive de sa carrière politique, en exerçant des recours dilatoires auprès des juridictions communautaires telles que la Cour de Justice de la CEDEAO.

Aux dernières nouvelles, nous apprenons qu’il négocierait avec le Président Issoufou via certains Chefs d’Etat de la sous-région son retour au Niger plus une amnistie. La question que tout le monde se pose concernant le seigneur de Youri est la suivante : s’est-il réellement assagi pour comprendre qu’on peut exercer pleinement le pouvoir au Niger sans être son allié ? Wait and see, dirait Shakespeare. Enfin, last but not the least, voyons pour Monsieur 1%,

 »l’ami de Bazoum », le désormais  »principal opposant du Président Issoufou Mahamadou » !

A ce sujet également, permettez-nous de faire une économie de quelques lignes, car pour quelqu’un qui n’a jamais pu se faire élire député sur ses terres natales, on ne saurait, raisonnablement, attendre de lui une autre posture qu’une candidature de témoignage en 2021.  Sourou Alfa Cissé (Patience, Monsieur Cissé)!

En conclusion, voilà, de façon succincte, l’ambiance générale qui règne déjà au niveau des étatsmajors des partis politiques tous bords confondu en perspective de la présidentielle de 2021.

Qui en sortira vainqueur ?

Seuls les oracles des urnes auraient cette réponse. Quant à nous autres mortels, nous ne pourrons que nous contenter de simples conjectures.

[author ]Dossier réalisé par : Adamu Bako, Abdoulaye B. et Zak (OPINIONS N° 374 )[/author]

12 Comments

  1. Incha Allah! Mr. MAHAMANE OUSMANE serait le meilleur Président du Niger en 2021. Il est l’homme politique nigérien le moins corrompu. Mahamane Ousmane n’achète pas la conscience des pauvres nigériens. Mahamane Ousmane ne privilégie pas son clan, ses proches contrairement à la grande majorité des hommes politiques nigériens. C’est une fiérté pour nous de soutenir cet homme de bonne moralité et d’une grande sagesse. Nous savons que Mahamane Ousmane il a beaucoup des ennemis et des adversaires. Si le destin a prédit qu’il reviendrait au pouvoir nul ne saurait l’empêcher. Si Allah nous prête longue vie nous soutiendront cet homme.

    1. Allah aime son peuple, par conséquent cet homme rancunier ne reviendra pas au pouvoir. Aussi quand tu dis que Ousmane ne privilégie pas son clan, as-tu oublié les concours passés sous son régime où à Zinder seulement on a souvent le « bon compte » des besoins nationaux (avec 0% d’admis dans certaines régions comme Tahoua)??????
      Tu es simplement un régionaliste qui croit aveuglement à Mamane Ousmane.

  2. Ceux qui sont caches sont encore pire que ceux qui sont affiches. Il faut netoyer l´ecurie au karcher et reformater le nigerien qui en realite est le seul ennemi de ce pays.

  3. Pas eu le temps de lire tout cet article en entier. Mais, en voyant les Photos affichées des potentiels candidats, on ne peut que souhaiter qu’ALLAH motive un tout nouveau politicien nigérien à contre-carrer tous ces politiciens et leurs partis déjà trop connus et néfastes pour le Niger. Exemple ainsi souhaitable pour le Niger, la France de MACRON. Pas de recolonisation, mais exemple de politique nationaliste.
    Tous ces Partis existants se sont assez enrichis en continuant à vider les caisses de l’Etat.!!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Elections au Niger : Le Président Issoufou Mahamadou retire sa carte d’électeur biométrique

Le Président de la République Issoufou Mahamadou, accompagné par les deux Premières Dames,…