Accueil / ACTUALITE / POLITIQUE / PRESIDENTIELLE FRANÇAISE : Si la France était le Gondwana

PRESIDENTIELLE FRANÇAISE : Si la France était le Gondwana

credit photo: ></p>
<p style= 

Nicolas Sarkozy n’est assurément pas dans une meilleure posture en tant que candidat de l’Elysée ou plus exactement, candidat sortant.

C’est en effet une première dans l’histoire de la république française, qu’un président sortant arrive en seconde position au premier tour. C’est une douche froide pour le chef de la tribu des majoritaires à l’Assemblée nationale française. C’est sans aucun doute une singularité qui ne milite pas en faveur d’une dynamique pour une nette victoire au second tour. Certes, les sondages le positionnaient déjà deuxième.

Mais les mêmes sondages le montraient souvent au coude-à-coude avec François Hollande. Avec un score prévisionnel honorable d’environ 27% pour l’actuel locataire de l’Elysée. Mais hier en fin de journée, s’est le score peu flatteur de 25,4% que les urnes lui ont servi. Pour ce premier tour, c’est donc un double échec que Sarkozy essuie : échec de n’avoir pas devancé en tant que président-candidat, son challenger Hollande.

Echec d’avoir eu un score qui le place un peu trop loin derrière le candidat socialiste qui engrange plus de 28%. Sans ambages, les résultats du premier tour expriment la soif de changement des Français. Et pourtant, vu d’Afrique, Nicolas Sarkozy n’a pas démérité. Certes, sa rupture avec la françafrique n’a jamais eu lieu, mais il a débarrassé le continent africain de quelques satrapes féroces. Sous cet angle, il a créé une dynamique qui n’a pas fini de produire des effets et qui sera sans aucun doute renforcée par l’éveil des consciences africaines.

Le printemps arabe aura également trouvé en lui une précieuse sève nourricière. Face à la crise de l’euro, il se sera également battu comme un beau diable pour une monnaie dont il ne peut maîtriser, tout seul, tous les ressorts. Bref, mal ou bien, il a fait ce qu’il pouvait. Le péché fatal et multiforme qu’il a commis c’est, nous semble-t-il, de s’être davantage battu à l’extérieur qu’à l’intérieur. Son passage au Fouquet en 2007 dans le XVI Arrondissement, sitôt élu, son goût du bling-bling, son comportement désacralisateur de la fonction présidentielle, son exubérance langagière et sa fébrilité gestuelle, sont autant d’avaries qu’il laisse sur son parcours et dans la conscience l’électeur.

Or, pensons–nous encore, une élection présidentielle se gagne à l’intérieur et non à l’extérieur. Autant dire que le 2e tour se présente comme la quadrature du cercle pour le successeur de Jacques Chirac. Certes, ce ne serait peut-être pas la première fois qu’un président candidat est battu après le second tour, mais c’est la première fois qu’un challengeur bat au premier tour un locataire de l’Elysée. Ce dernier, tout compte fait, doit engager immédiatement une profonde réflexion pour se mettre à l’abri d’un désastre au 2e tour.

Ce d’autant que la réserve de voix à droite parait moins abondante qu’à gauche. Dans tous les cas, contrairement à l’Afrique où les voix sont monnayables du fait des achats de consciences et de la corruption, en France, les électeurs sont des citoyens éclairés et libres. C’est dire que l’état-major de l‘UMP a du grain dur à moudre et il doit bien le moudre avant le 6 mai prochain s’il veut renverser la vapeur. Car la France n’est pas le Gondwana où pour le président sortant, la probabilité du meilleur est plus forte que celle du pire.

À propos Super User

11 plusieurs commentaires

  1. On en redemande !!! par ici je vous met dans mes preferences, et vous dit a bientot.

  2. Il faut que Sarkozi parte!Un président désordonné sans crédibilité.Tous les maux du Niger c’est méchant sarko avec son fils Salou.Que dieu nous donne pas le pouvoir à ce Hongrois!

  3. Il faudrait plus que SARKOmance. On en a plus qu’assez!!!

  4. cela doit etre une lecon pour zaki,s’il ne change pas rapidement sa politique il risque d’avoir le meme sort que sarkozi a la fin de son mandat,a bon enttendeur salut!

  5. Si SARKOzy, le comédien est battu dès le premier tour en tant que Président en exercice, c’est ce qu’il mérite. Les français l’ont sanctionné et à mon avis, ils auraient dû aller plus loin en le repoussant au 3ème rang parce qu’il n’a été bon ni pour la France, ni pour le monde et encore moins pour l’Afrique. En Afrique, Sarkozy n’a fait qu’allumer la flamme de la guerre partout où il le peut. En fait, il a livré sa première bataille au Niger à propos de l’uranium où il s’est coalisé avec la Lybie de Kadafi pour soutenir la dernière rebellion nigerienne. Beaucoup d’observateurs attentifs se rappelaient encore que Sarkozy a choisi le plus fort de cette pour aller rencontrer Kadafi en Libye où il a déclaré suite à une question qui lui a été posée par un journaliste à propos de ses relations ce pays et les incidences de sa venue à Tripoli pendant la rebellion battait son plein au Niger que  » la France n’a pas d’ami, elle n’a que des intérêts ». Ensuite Kadafi a été invité en France, où il a organisé des parties de chasse dans la forêt de Fontainebleu, réservée uniquement à l’aristocratie française. Vous voyez jusqu’où peut aller SARKO pour les intérêts?
    Puis renversement d’alliance puisque les intérêt ont changé de camp. Kadafi est devenu l’homme à abattre puisqu’il a promis de dénoncer tous les accords sécrets qu’il a eu avec lui. Pour se préserver, il a pu convaincre l’OTAN à intervenir en Libye et à mettre fin au régime et à la vie de Kadafi, puisque vivant, il peut toujours le nuire. Ah! SARKO, le cinique. les effets collatéraux de son intervention en libye sont retombés sur la bande sahélo-saharienne avec dèjà la partition du Mali qui ne me semble que le début d’une croisade sans fin, si nos Etats n’y prennent gardent.
    Comment peut on penser qu’en Afrique SARKO a fait quelque chose de bien. Rappelez-vous de sa venue au Niger après que les autorités d’antan avaient compris que pour continuer à rester au pouvoir ( Tazartché oblige) il fallait cèder Immouraren à la France. Et le pacte était clair: Tazartché contre Immouraren. Le pari a été tenu des côtés, mais sans connaître le peuple nigérien. Là encore, le Niger ne compte pas, ce qui compte ce sont les intérêts français. Les exemples foisonnent. Je sais qu’aucun français n’est pour l’Afrique, mais le cas de SARKO est plus grave et plus prononcé. Que dieu fasse que SARKO sorte par la petite porte pour qu’il aille repondre vite à la justice pour corruption. Amin!

  6. bonjour,
    vraiment ce journaliste de la source est borné, quel satrapes féroces Sarko a-t-il debarassé l’Afrique de? Kadafi? tu est vraimenent minable, oui Sarko n’a que apporter du bordel en Afrique prouve moi le contraire.
    je suis vraiment désolé qu’un journaliste raisonne de la sorte c’est un manque de culture , de vision et de…………

  7. on recolte que ce qu’on a semé.pas de debat je penses

  8. Le journaliste semble tombé sur la tête! Prétendre que l’interventionnisme français en Afrique a été salutaire pour les africains est à mon sens un leurre. Il a fait allusion certainement à la guerre en Libye et l’intervention en Côte d’Ivoire. Dans ces deux cas, il n’est nullement nécessaire de vous rappeler monsieur le journaliste que la France de Sarkozy n’a fait que défendre ses intérêts. En Libye, il s’agissait de faire partir Khadafi qui prévoyait de nobles intentions d’affranchir l’Afrique (vache à lait de la métropole) en la dotant de sa propre monnaie, d’encourager nos pays à refuser la main mise de la France sur nos ressources naturelles… En Côte d’ivoire, la France de Sarkosy a pris parti pour la simple raison que ses intérêts ne sont plus du côté de Gbagbo.

    La preuve, aujourd’hui, les conséquences de la guerre en Libye ont engendré la partition du Mali qui paye le plus fort tribut de son histoire. Et la France de Sarkosy, qui a distribué les armes aux rebelles, elle qui a semé le trouble dans la région, qu’a t-elle fait pour prévenir ces genre de situation?

    On peut tirer comme enseignement que la France de Sarkosy se fiche éperdument de ce qui se passe au Mali. Le butin de guerre engrangé de la Libye lui permettra de souffler et résister un temps soit peu à la rigueur de la crise financière qui secoue l’Europe.

    Je ne prétend pas que la politique de la France vis à vis de l’Afrique va complètement changer dans son fond, mais par le passé, certaines arnaques sont trop bien camouflées qu’elles passent inaperçues par le commun des africains. Mais avec Sarko, s’est grossier, très grossier.

    Sarko est sans aucun doute désavoué par son propre peuple qui regette son premier mandat.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.