Accueil / ACTUALITE / Promotion de la femme au Niger : des avancées significatives

Promotion de la femme au Niger : des avancées significatives

IMAGE D’ILLUSTRATION

Notre pays a célébré le hier  à l’instar de la communauté internationale, le 8 mars, consacrée comme une journée de la femme. Cette journée rappelle en effet  les luttes menées pour les droits des femmes ainsi que de meilleures conditions de travail. Cette tradition s’est perpétrée dans tous les pays du fait que le 8 mars a été érigée par les Nations Unies en une Journée Internationale de la femme. Cette année en tout cas, à travers le thème général retenu, les femmes pensent que « l’heure est venue : les activistes rurales et urbaines transforment la vie des femmes ».

Celles du Niger célèbrent naturellement la journée du 8 mars dans cet esprit à travers plusieurs activités. Il est également important de relever une grande prise de conscience par les femmes nigériennes organisées en ong, association, groupement, fédération… pour améliorer leur statut. Tout comme les avancées importantes enregistrées dans notre pays en matière de promotion de la femme.

Là où les femmes nigériennes ont commencé à avoir de l’espoir, c’est relativement à la loi sur le quota. Une loi célèbre au Niger qui a vu beaucoup de femmes sortir du néant pour accéder à des grands postes de responsabilité. Mais force est de reconnaitre que depuis quelques temps, la loi sur le quota est critiquée par les femmes elles mêmes. Les raisons évoquées sont diverses. La Nigérienne pense qu’aujourd’hui, qu’il est l’heure tout simplement d’aller vers la parité, surtout que les femmes représentent 52% de la population nigérienne.

Pour la Ministre de la Promotion de la Femme, « parmi les opportunités favorisant la réalisation de l’égalité homme/femme, nous pouvons relever la ferme volonté  des autorités de la 7ème République qui se matérialise par l’adoption de plusieurs textes en faveur des Femmes et jeunes filles.

Il s’agit entre autres de  la Politique Nationale de Genre révisée en 2017 et de son plan d’action ; l’adoption du décret portant sur la protection, le soutien et l’accompagnement de la jeune fille en cours de scolarité ; la création de l’Observatoire National pour la Promotion du Genre; l’élaboration d’une stratégie de l’Autonomisation Economique des Femmes visant à : « Promouvoir l’Autonomisation Economique des Femmes du Niger pour le développement et la consolidation d’une culture d’activités génératrices des revenus et d’entrepreneuriat en vue  de contribuer à l’égalité et l’équité en droit et en chance entre les hommes et les femmes » et l’élaboration d’une stratégie de lutte contre les Violences Basées sur le Genre.

La ministre ajoute que « tous ces textes concourent à la réalisation de l’équité de genre  et à l’autonomisation des femmes et des filles en milieu rural, car ceci constitue un des préalables pour le développement durable de notre pays qui demeure la priorité du Programme de Renaissance Acte II du Président de la République, Chef de l’Etat, SON EXCELLENCE MONSIEUR  ISSOUFOU MAHAMADOU ».

Il faut aussi noter que l’Etat et ses partenaires ont  mené plusieurs actions en vue d’améliorer la situation socio- économique de la femme nigérienne.

Cependant, elle reconnait que « malgré toutes ces avancées, beaucoup reste à faire pour garantir un développement durable. 

C’est pourquoi affirme-t-elle, mon département ministériel, avec l’appui de ses partenaires, va davantage renforcer les actions de plaidoyer  en vue de faire face aux situations de dépendance des femmes et assurer l’équité de genre  en mettant un accent particulier sur les couches les plus vulnérables notamment celles vivant en milieu rural.

En effet, la promotion de l’équité de genre et la démarginalisation des femmes sont aujourd’hui des principes acceptés comme étant essentiels pour le développement.

Ainsi, pour marquer cette Journée historique, il est prévu un lancement suivi de plusieurs activités dont une conférence débat sur le thème  « Problèmes à régler et possibilités à exploiter pour parvenir à  l’égalité Homme/Femme et à l’autonomisation des Femmes et des Filles vivant en milieu rural ».

A Maradi,  cette journée a permis au conseiller économique du Gouverneur, M. Idi Ibrahim de mesurer les progrès réalisés, d’envisager  des réformes et de saluer les exploits des femmes qui, par leur courage et leur ténacité, ont joué un rôle important dans l’histoire du monde en général et la défense des droits des femmes en particulier. Pour ce qui est des avancées enregistrées en matière de promotion de la femme, M.  Idi Ibrahim a rappelé l’adoption par notre pays de la convention sur l’élimination de toute forme de discrimination à l’égard des femmes, la CDE, la loi sur le quota, la politique national du genre et autres dispositifs constitutionnels qui prônent l’égalité de genre et l’égalité des sexes en droit. Nonobstant ces progrès, il relève que beaucoup de lacunes subsistent encore.

La directrice régionale de la promotion de la femme et de la protection de l’enfant, Mme Adam Jariram a indiqué que le thème retenu cette année cadre parfaitement avec la mission du Ministère relative aux questions d’égalité en matière de droits et d’autonomisation de la femme. Pour elle, notre pays a entrepris plusieurs réformes pour l’atteinte de ces objectifs, notamment de vastes réformes en matière de renforcement des capacités sur le plan économique, politique et institutionnel en faveur de la femme.

Elle a enfin reconnu que ces engagements pris par l’Etat et ses partenaires pour rendre agréables les conditions de vie des femmes et des filles apportent des résultats significatifs dans le domaine de l’accès aux crédits, du soutien et du maintien de la jeune fille en cours de scolarisation, etc.

À propos de l'Auteur

Tamtam Info News

À propos Administrateur

4 plusieurs commentaires

  1. El - Tchadak décédée alors d'accouchement que sa photo est utilisée pour la publicité

    La femme sur la photo EL – TCHADAK décédée suite au complication d’accouchement. C’est ça l’avanée sur les conditions de vie des femmes. La femme du première rangée et la première du côté gauche ayant attaché à son dos son enfant avec du tissu blanc est réellement décédée lors d’un accouchement. Elle s’appelle El – Tchadak. Elle est ressortissante du village de Kantché, dans la commune rurale de Kantché, département de Kantché, région de Zinder.

  2. Hommage aux pauvres femmes dont la défunte El - Tchadak

    La femme El – Tchadak du village de K et commune rurale de K, première du côté gauche sur cette photo, à la première rangée, est décédée suite aux complications lors d’accouchement. La pauvre El – Tchadak Na Binta (Ressortissante de la région de Zinder, département de…., Commune rurale et Village de K…., quartier …. n’a pu profité de la publicité faite avec son image. Peut – être, si elle a prix le chemin de l’exode vers ‘Algérie, sa vie serait sauvée. Les femmes rurales souffrent terriblement, mais les femmes élites et les politiciens transforment ces pauvres en fonds de commerce.

  3. je suis tout à fait d’accord avec vous. On parle de la Journée Internationale de la Femme, alors que y’a des localités où les femmes font encore des km àla recherche de l’eau , elles ne disposent pas à leur portée de centres de santé , etc … vraiment c’est inquiétant.

  4. Bonjour à toutes et à tous

    Quelle avancée pour la femme nigérienne

    Avancée pour celles qui sont dans les grandes villes car elles crient et s’ octroient des places liées à la fameuse loi du quota; elles se battent rien que pour ses places; alors que les vraies femmes sont dans les villages reculés entrain de trimer dure dure pour piler les céréales très souvent à la main, ramasser les fagots de boit en brousse, etc; c’est celles la qu’il faut aider c’est pour elles qu’il faut créer des lois et des conditions souhaitables et non à ses femmes qui se cachent derrières pour crier droit de ceci et cela

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.