Accueil / ACTUALITE / Publication du rapport Doing Business 2018 : Classé 144ème sur 190 économies, le Niger fait un bond de six points

Publication du rapport Doing Business 2018 : Classé 144ème sur 190 économies, le Niger fait un bond de six points

Le Niger enregistre de plus en plus des progrès substantiels par rapport à l’amélioration du climat des affaires. Cette année, notre pays s’est classé au 144ème rang sur 190 économies en compétition, selon le rapport Doing Business 2018, rendu public hier dans l’après-midi, par l’équipe Doing Business de la Banque Mondiale depuis Washington. La publication de ces résultats a été suivie simultanément à Niamey, à Nouakchott et à Dakar à travers une visioconférence. À Niamey, le ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé, M. Sadou Seydou, s’est rendu dans les locaux de la Banque mondiale pour suivre cette délibération en compagnie de la représentante résidente du système des Nations Unies Mme Bintou Djibo ; du modérateur de la Banque Mondiale au Niger M. Mahaman Sani ; ainsi que des responsables centraux du ministère du Commerce.

L’exercice Doing Business auquel le Niger s’est librement soumis est une unité de mesure des progrès accomplis par les pays dans l’agenda de l’amélioration de l’environnement des Affaires. Avant le dévoilement des résultats du rapport Doing Business 2018, le représentant résident de la Banque Mondiale par intérim M. Mahaman Sani, par ailleurs modérateur s’est réjoui de la forte participation des responsables du Niger à ce moment de communion, d’échange et de discussion sur les progrès réalisés par le pays concernant l’amélioration du climat des affaires.

« Au niveau de la Banque Mondiale, nous sommes très satisfaits de la forte implication des autorités du Niger en l’occurrence le Président de la République, Chef de l’Etat S.E Issoufou Mahamadou qui préside de façon périodique les travaux du comité national Doing Business. Nous sommes convaincus que cette implication conjuguée à la participation du secteur privé est un atout indéniable pour le développement du pays », a relevé M. Mahaman Sani.

Concernant les résultats du Doing Business de cette année, il faut noter que le Niger a été évalué sur la base des quatre reformes mises en œuvre pour faciliter les affaires dans les domaines de la création d’entreprise ; la gestion des permis de construire ; la réduction du temps nécessaire pour obtenir une connexion électrique en mettant en place un guichet unique et l’enregistrement des biens en baissant le coût du transfert de propriété.

Il ressort des résultats du rapport Doing Business 2018 que le Niger occupe le 144ème rang, contre 150ème dans le rapport de l’année dernière, soit une progression de six (6) points. Le Sénégal et la Mauritanie occupent respectivement le 140ème et le 150ème rang. L’équipe Doing Business de la Banque mondiale a également relevé dans ce rapport que l’Afrique subsaharienne est la région qui a connu le plus grand nombre de reformes au monde.
Réagissant par rapport aux résultats Doing Business 2018, le ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé M. Sadou Seydou a précisé que c’est pour la troisième année consécutive que le Niger est retenu parmi les sites de lancement du rapport doing business.

Le choix des pays s’explique par leurs performances dans la mise en œuvre des réformes visant à améliorer l’environnement des affaires. Le Niger a enregistré des résultats encourageants de 2014 à aujourd’hui. En effet, de la 176ème place dans le rapport doing business 2014, le Niger occupe la 150ème place dans le rapport doing business 2017, soit une progression de 26 rangs en l’espace de 4 ans. Par ailleurs, il paraît important de souligner que dans le dernier rapport doing business, le Niger a fait un bond qualitatif de 10 rangs avec six (06) réformes qui font de lui le premier pays réformateur de l’Afrique Sub-saharienne. Pour continuer à persévérer dans le même élan, a dit le ministre du Commerce, le Gouvernement a adopté en novembre 2016, un plan d’actions des réformes à mettre en œuvre sur une période de trois ans.

De ce plan d’actions, un extrait des réformes prioritaires à mettre en œuvre avant le 31 mai 2017 a été fait. Dans le même l’ordre d’idée, un plan d’actions prioritaires a été effectivement mis en œuvre.

Ce qui a permis d’entreprendre 22 réformes parmi lesquelles on peut retenir la suppression de l’exigence du capital minimum qui était de 100.000 FCFA lors de la création d’une SARL ; l’accomplissement de toutes les procédures de création d’entreprise au Guichet Unique de la Maison de l’Entreprise dans un délai maximum de trois jours ; la réduction à 7 jours du délai d’obtention de l’autorisation de construire à travers la tenue hebdomadaire des sessions de la commission de permis de construire ; la réduction à moitié du coût d’obtention de l’autorisation de construire ; la création et l’opérationnalisation du Guichet Unique dédié au raccordement à l’électricité des PME ; la création et l’opérationnalisation d’une Autorité de Régulation du Secteur de l’Energie (ARSE) qui permet entre autres de surveiller la performance de la société de distribution de l’énergie ; la réduction du délai de traitement d’un dossier de transfert de titre foncier de 30 jours à 7 jours ; la création du Centre de Médiation et d’Arbitrage de Niamey qui est opérationnel depuis le premier trimestre 2016 et qui permet entre autres d’accélérer le processus de règlement des litiges commerciaux à travers la médiation et l’arbitrage.

Cependant, pour améliorer davantage le classement du Niger dans le rapport doing business 2019, le ministre du Commerce et de la Promotion du Niger a annoncé que le Gouvernement poursuivra la mise en œuvre du plan d’actions en mettant particulièrement l’accent sur la modernisation et la dématérialisation du Registre du Commerce et du Crédit Mobilier (RCCM) conformément aux normes et standards de l’OHADA ; l’informatisation des procédures de création d’entreprise ; l’élaboration d’un Code de la Construction et de l’Habitation ; la réduction du délai de raccordement au réseau électrique ; la dématérialisation des procédures de transfert de propriété ; l’informatisation du tribunal de commerce de Niamey etc. Une campagne de communication sera engagée en vue de l’application effective de toutes les réformes entreprises et de leur appropriation par le grand public, a conclu le ministre Sadou Seydou.

À propos de l'Auteur

Hassane Daouda(onep)

À propos Administrateur

3 plusieurs commentaires

  1. Ce qui honteux c’est de constater que c’est toujours de l’occident qu’on dit qui est bon et qui ne l’est pas.
    Ya pas d’emmergence ou de progres en afrique ou au niger en particulier.
    La pauvreté se lis surtout les visages et le desespoir total est visibile sur le visage de la jeunesse africaine.
    Arrêtez de penser que c’est des grattes ciels de new york que les clefs du developpement de l’afrique vont tomber ( Jamais jamais jamais)
    Aprés l’esclavage, c’est la colonisation aujourd’hui la cooperation ( continuum total de la colonisation) et vous continuez toujours à croire aux inepties de ces gens là.
    Si l’afrique evolue, si le niger evolue c’est aux africains de le dire, c’est au nigeriens de le dire…. Pas à la banque mondial qui ignore totalement le quotidien des nigeriens

  2. Le Niger mon beau pays 144/190, vraiment tu reconnais. Il suffit simplement de demander à un élève du primaire quil vous aide a interpréter cette place ( 144/190); il vous dira travail très insuffisant.
    Guri systeme, le plaisir de voter (et de payer ces impôts), la joie de récolter le dernier rang

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*