Home ACTUALITE Que retenir de toi, tonton Baré, 20 ans après ta mort, sinon que tu as bravé les puissants de ce monde, pour notre bonheur !

Que retenir de toi, tonton Baré, 20 ans après ta mort, sinon que tu as bravé les puissants de ce monde, pour notre bonheur !

20ans déjà ! 20 ans que u es parti ! Que le temps passe vite, très vite. Il en est ainsi, semble-t-il quand on prend de l’âge. Je me souviens de ce vendredi soir comme si c’était hier ! Je n’avais que 10 ans, mais je m’en souviens. C’était dans la cour de recréation que j’ai appris que des méchants t’avaient tiré dessus dans le dos et qu’on ne te reverra plus jamais. Je me suis demandé qui pouvaient être ces brutes qui pouvaient mettre fin à la vie d’un si bel homme. Certes avant le drame j’entendis autour de moi des commentaires en tout genre, mais je ne pouvais pas imaginer que ce jour te serait fatal. C’était tout de même la toute première fois qu’on mettait fin à la vie d’un président de manière aussi brutale, immonde et lâche.

A présent, je suis un adulte et je comprends mieux les choses. J’ai compris que tes adversaires ne voulaient à aucun prix que tu évolues parce qu’eux étaient certains que toi vivant, ils n’allaient jamais pouvoir assouvir leurs desseins douteux et prospérer à leur guise en nous vendant….du vent. De l’indépendance de notre pays des années 60 à ce jour, que de dirigeants se sont succédé, chacun avec son style pour imprimer au Niger sa marque. Mais, moi, tu m’as beaucoup marqué avec ta simplicité légendaire, ton pragmatisme, ta spontanéité, ta générosité. Ces qualités nous manquent véritablement. Bien sûr, qu’en tant qu’humain, tu avais tes défauts, mais on aurait juré aujourd’hui que ces défauts sont des qualités aujourd’hui. Alors depuis ces vingt années écoulées, j’ai appris à te connaitre, à comprendre le message que tu voulais nous faire passer et que ces renégats ne voulaient pas, à savoir que notre pays soit une nation digne et respectée ce, malgré son statut de pays pauvre très endetté.J’ai 30 ans et je comprends tout. J’ai compris que tu nous demandais des petits sacrifices qu’eux n’ont pas pu consentir pour que le Niger s’en sorte définitivement. J’ai lu, écouté, suivi des documentaires sur ta vie et ton œuvre.

 Voici ce que j’ai personnellement retenu :

Président Baré, durant ton passage à la tête de l’Etat, tu as pu poser des actes incontestablement courageux qui ont porté leurs fruits hier comme aujourd’hui. Et, Inch’ Allah, il en sera ainsi demain et après-demain.

Tu voulais que le Niger cesse d’être un pays qui tend la sébile, c’est pourquoi tu as posé des actes et des décisions courageuses dans la vie de la nation de tous les jours, pour que nous puissions lever la tête et être fiers, en cessant d’être d’éternels assistés au 21 ème siècle s’annonçant.

Quand tu réhabilitais et maintenais le poste plus que stratégique de Ministère du plan pour une vision prospective de la gestion étatique en dépit de l’opposition farouche des institutions de Bretton Woods favorables à une vision de court terme. Eux préféraient qu’on vive au jour le jour, dans la crainte des incertitudes des lendemains. Toi tu préférerais qu’on prospecte pour voir venir, qu’on planifie comme avant du temps de Kountché et même de Diori. C’était l’époque durant laquelle, quand l’étudiant qui finissait ses études n’avait pas besoin de courir les rues pour savoir où il allait exercer. Même dans les années 60, il y’avait, m’a-t-on dit, la planification indicative. Tout était planifié d’avance du temps de Kountché avec les plans quinquennaux. Alors…..

Tu avais donc opposé un refus poli au FMI et à la Banque Mondiale qui exerçaient de fortes pressions pour te demander de ne pas réhabiliter le Ministère du Plan, parce que ce département n’était pas conforme à leur philosophie. Heureusement pour nous, puisque la suite des évènements te donnera raison parce que ce ministère stratégique permettra d’organiser une Table Ronde en 1998 à Genève en faveur de la lutte contre la pauvreté déclinée dans le Programme de Relance Economique (PRE), triennal, qui te tenais à cœur et qui te permis de mobiliser plus de 300 % des financements recherchés par notre pays pour s’en sortir.

Je me rappelle encore, même étant alors tout jeune, que tu avais accepté de croiser le fer avec les syndicats puissants, fermement opposés à tes réformes économiques et financières engagées dans le cadre du Programme d’Ajustement Structurel Renforcé (PASR) qui ont permis au pays de retrouver son équilibre économique et bénéficier même des allègements substantiels de ses dettes à hauteur de près de 890 millions de dollars US (445 milliards de FCFA), dans le cadre de l’initiative des pays pauvres très endettés (IPPTE). Une somme énorme à l’époque puisque pour mieux la cerner, il faut aujourd’hui la multiplier par cinq.

J’ai lu que tu avais entrepris des négociations plus que serrées avec la COGEMA, ancêtre d’AREVA, pour équilibrer les rapports de force dans le cadre de l’exploitation de notre seule richesse qu’était l’uranium du Niger

Selon les témoignages, après d’âpres négociations avec la COGEMA, cette multinationale, un Etat dans l’Etat en somme, avait  finalement consenti à accorder à notre pays le soin de désigner les Secrétaires Généraux des deux sociétés, ce qui n’était pas le cas auparavant puisque c’étaient eux plutôt qui choisissaient qui faisait leur affaire.

Face à l’injustice, tu avais projeté de vendre l’uranium du Niger à l’IRAN au meilleur prix pour briser le monopole des acheteurs occidentaux qui fixaient les prix à leur guise.

Tu avais proposé la part d’uranium de notre pays aux Iraniens  qui, non seulement étaient disposés à en acheter grande quantités et au prix fort, mais étaient également disposés à construire des écoles, des petits hôpitaux et des mosquées dans le pays en contrepartie. Mais face au tollé provoqué par cette offre, et suite au refus catégorique des Etats-Unis qui régentent le monde du nucléaire, du fait de sa position dominante dans l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) et au Conseil de Sécurité de l’ONU, cette vente n’a jamais pu se matérialiser. D’ailleurs je comprends pourquoi cette Agence est empêtrée dans des affaires de dénucléarisation.

Qu’est-ce que tu as été visionnaire, président Baré,  quand tu avais décidé de rétablir dès le 19 août 1996, soit à peine 10 jours après ton investiture, les relations diplomatiques avec la République Populaire de Chine, interrompues en 1992, au plus fort de la grande dèche à laquelle était confronté notre pays.

Oui, c’est vrai, aussitôt après ton accession au pouvoir le 27 janvier 1996, tu avais amorcé discrètement une réorientation diplomatique, avec pour objectif, de reprendre les relations diplomatiques avec la République Populaire de Chine qui sera effective dès le 19 août 1996. Ce ne sont pas les artisans de la rupture avec cette Chine qui sont les gagnants aujourd’hui ? Indéniablement, sans cette reprise des relations avec la Chine, il n’est pas certain que notre pays allait s’inscrire, depuis 2012, dans le club très fermé des pays producteurs et raffineurs de l’or noir. Le Ministre du pétrole saura vous dire mieux que quiconque quelles sont les retombées du pétrole.

J’ai noté que tu as grandement contribué à la promotion des femmes nigériennes compétentes à des postes stratégiques jusque-là réservés depuis l’indépendance  de notre pays aux seuls hommes

Tu étais connu pour ton profond attachement à la promotion de la femme, c’est pourquoi tu avais nommé trois grandes dames compétentes intègres et méritantes aux postes ministériels et aux Directions Nationales stratégiques.

Tu avais refusé de céder au diktat d’une grande puissance qui te sommait de couper le contact avec deux dirigeants de pays voisins jugés « non fréquentables ».

Tu tenais tellement au renforcement de ces relations que dès l’annonce du décès du Président du Nigéria, le Général Sani ABACHA, bête noire des Américains et de certains autres, le 8 juin 1998, peu avant la clôture du sommet de l’OUA à Ouagadougou, tu avais suspendu ta participation pour participer à ses obsèques. C’était un grand crime de lèse-majesté à l’époque.

N’était-ce pas d’ailleurs suite à une résolution de l’OUA prise à ce Sommet de juin 1998, favorable à la suppression de l’embargo aérien de l’ONU sur la Lybie, que tu fus l’un des premiers Chefs d’Etat africains à te rendre à Tripoli en application de ladite résolution ?

C’est encore toi, qui prononças un discours plus qu’engagé contre le bombardement de l’usine pharmaceutique d’Al-Shifa au Soudan par les Etats Unis dans le cadre de l’Opération Infinite Reach. Autre acte de bravoure que tu avais posé, puisque cette usine avait été considérée à tort comme usine de fabrication d’armes chimiques. En fait les occidentaux ne cherchaient qu’à retarder ce pays qu’ils ont fini par diviser en deux pays distincts.

Tu as pris le risque de rendre visite en mars 1999 au Lider Maximo, Fidel CASTRO, à CUBA, sous embargo, sur son invitation malgré, une mise en garde des USA. C’était du reste ton tout dernier voyage. Je me rappelle comme si c‘était hier que tu y prononças un discours mémorable en espagnol devant une importante foule de jeunes Cubains. Aux puissants de ce monde qui voulaient te dissuader d’effectuer le voyage, tu répondis que c’était …un rêve d’enfance. Tu avais du mal à comprendre pourquoi refuser à notre pays, cherchant sa voie, cherchant à améliorer son Indice de Développement Humain (IDH) avec l’aide de Cuba, de Fidel Castro, qui dans le domaine sanitaire dame le pion aux puissants de ce monde, en prenant la tête du peloton dans le domaine de la santé, avec, en son temps, un indice de 5,2 médecins pour 1000 en 1997, loin devant la première puissance économique mondiale, les Etats Unis, avec ses 2,1 médecins pour 1000 habitants. Tu ne comprenais pas…..Mais nous, nous avons tout compris à présent que nous sommes devenus depuis quelques années le dernier pays du monde en indice du Développement Humain.

Ce que j’ai retenu tout compte fait, c’est que ce monde de méchants n’était pas fait pour toi. J’ai retenu que même la brute épaisse qui a été chargé de te démonter en pièces détachées a fini par avouer : « c’est un homme bon ». Avant de subir le châtiment divin.  Et les autres co-auteurs et complices, on me dit qu’ils vivent dans la crainte du châtiment divin puisque j’ai lu que Voltaire a prévenu tous les criminels que « la crainte suit et le crime et c’est son châtiment ».

REPOSE EN PAIX, PATRIOTE, tonton IBRAHIM BARE !

Ton Fiston A. B. (Article publié ce 04 avril 2019 dans le quotidien « L’Enquêteur »)

11 Comments

  1. @yac. Si ce soldat était un meurtrier, toute cette clique de politiciens seraient les premiers locataires au cimetière de Yantala. Mais un vrai FAN ne tue pas les poules. Avec son maigre salaire de soldat, il avait fait le bonheur de plusieurs familles. Le dernier souvenir que je retiens de lui, il partageait son salaire de président avec plusieurs parents pour inscrire leurs enfants dans les meilleures Universités. Pourquoi n’avait-il pas investi cet argent pour ses enfants? Il pouvait construire des châteaux dans la ville de Niamey où acheter des appartements à Paris. Il était généreux, patriote et intègre. And above all l’éducation était une priorité chez les vrais FAN. Si tu avais passé ta jeunesse dans les véritables casernes du Niger, ta façon de regarder et d’approcher ces hommes allait être différente de quelqu’un qui connaît simplement le camp Bagagi.

  2. Les faits
    Il a été tué un vendredi, une semaine jour pour jour après son retour de la Mecque. Il faisait la KALMA CHA HADA avant de rendre l’âme.
    Tout cela doit nous faire réfléchir comme pauvres mortels.
    Et l’assassin et l ‘assassin » ont mêlé leurs cendres à la poussière du-temps

  3. A Yac, vous pouvez dire et pensez ce que vous voulez de Bare, les nigeriens eux retiennent que Bare et son regime n’ont pas trempe leurs mains dans le trafic de drogue et d’etres humains ni organiser une mise a sac integrale des ressources et du patrimoine de l’etat a leur seul profit.

  4. En réalité avec feu Ibrahim Baré la passion politique interne avait monté des tensions auxquels personnes n’a fait attention : nous ne diront pas qu’il était correct mais ses semblables aussi ne sont pas Dieu pour le juger = s’assumer à huit clos et demander pardon à sa famille tout en payant une somme colossal conformément aux nombres d’ orphelins qu’il a laissé c’est ce que conseil Ingile pour les occidentaux .
    Le Niger selons nous quand on ne peut pas arranger une situation il est conseiller de ne pas la gâté = quiconque s’oppose à la volonté des intérêts de la majorité d’un peuple mourra forcément par complot sociétaire bien que en d’autre terme aussi un adage dit que  » la société est cruel enver les personnes créatifs  » = il faut toujours créer un climat d’entente en géopolitique afin de pouvoir éradiquer complètement la haine + brutalité de la mentalité du genre humain dans ses politiques naturelles .
    La communauté international sachez que devant l’histoire la Superpuissance a pris ses responsabilités en disant non à la guerre pour de bon = si au lieu d’être pacifique + $tratège + intègre dans les coopérations du monde noir elle passe sont temps a opprimés les droits économiques de nos peuples lors des trocs naturelles , qu’elle s’attend à ceux que les patriotes Nigériens défendent l’honneur de leur Drapeau comme ils peuvent … .

    Pharaon a fait plus de meurtre que tout les créatures humaines de notre planète de sa création à nos jours + il faudrait des chameaux pour transporter les clefs de ses gisements d’or …Mais ou est – il actuellement parce qu’il a désobéit aux lois célestes ?
    Aux âmes sensibles :
    Fils d’Adam connait toi au moins pour le salut de ton âme = d’où tu viens ?+ ou tu iras ? = qui tu est en temps réel = le Hazard n’existe pas.

    1. Et pourquoi ne devoiles tu pas le ou les noms des probables victimes avec l’aide des allegees familles comme tu sembles connaitre quelque chose ….et n’est ce pas aussi simple comme bonjour …. ???😕

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Session de travail sur la consolidation des résultats des evaluations des derniers processus electoraux au Niger : echanges entre acteurs politiques et propositions aux instances décisionnelles…

Le  National Democratic Institute,  (NDI) a organisé hier matin à l’hôtel Royal Palace de …