Home ACTUALITE Quelle alternative face à la décrépitude de l’Administration Publique Nigérienne ? (sixième partie)

Quelle alternative face à la décrépitude de l’Administration Publique Nigérienne ? (sixième partie)

Soumaila ABDOU SADOU
Titulaire d’un diplôme de 3ème cycle
Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (ENAM) de Niamey – Niger

Aujourd’hui, il est très clair qu’internet est un outil formidable et indispensable pour  l’agent public. Dire qu’il est devenu incontournable dans le fonctionnement de toute administration moderne et ambitieuse est un euphémisme. Ainsi, Internet offre d’énormes possibilités à tous les agents de l’Etat d’apprendre de  nouvelles techniques ou méthodologies de travail ainsi que de nouvelles notions à la mode dans leurs différents domaines tout comme il permet à ces mêmes agents d’être en réseau  par les rencontres avec des agents publics d’autres latitudes pour des échanges éventuels d’expériences. Désormais grâce à internet les travailleurs accomplissent leurs obligations envers leur nation  autrement.

Lorsqu’internet est utilisé sainement dans une administration publique, cette dernière pourrait tirer profit de ses multiples bienfaits afin d’être compétitive et surtout être à même de répondre aux aspirations légitimes des citoyens.  En effet, la révolution du numérique consacre l’émergence d’une nouvelle fonction publique avec de nouvelles méthodes de travail. Cela a surtout l’avantage de permettre d’accélération des traitements ou des procédures administratives dans beaucoup de cas.  A priori, Il n’existe aucune raison  pour que l’Administration Publique nigérienne ne puisse pas profiter de ces énormes opportunités dans le processus de sa modernisation dont l’objectif vise essentiellement à être accessible mais surtout fournir des prestations de qualités à nos compatriotes partout sur le territoire national. Par conséquent, en aucune manière l’accès à internet dans l’Administration Publique ne doit être un frein ou un moyen qui détournerait  les agents publics de leurs différentes missions envers la nation.

Cependant loin d’être reluisant, le constat est amer actuellement dans mesure où l’usage de ce formidable outil est dévoyé par beaucoup d’agents de notre fonction publique au point de constituer un véritable obstacle à la culture du rendement qui doit être cultivée.

En effet, c’est un autre problème auquel il faut trouver  des solutions les plus urgentes pour un bon fonctionnement de l’Administration Publique. Surtout quand il s’agit de  l’usage des réseaux sociaux dans les différents services publics. Depuis l’avènement des réseaux sociaux en particulier et de l’internet en général dans l’Administration Publique, nombreux sont les agents de l’Etat qui passent  le plus clair de leur  temps sur Facebook, twitter , whatsapp… au lieu de se concentrer sur les nombreuses  instances ou de s’occuper des usagers. Sans conteste leurs usages démesurés nuisent au rendement déjà trop médiocre de l’Administration Publique frappée par les nombreuses tares dont nous avions fait cas dans les parties précédentes de cette contribution.

En effet, certains agents dès qu’ils arrivent tôt le matin au bureau leurs premières préoccupations consisteraient à se connecter sur les réseaux sociaux pour être à jour des commérages  par contre d’autres passent leurs journées à suivre ces commérages. La dépendance est telle que certains agents quittent le bureau dès qu’il n’y a pas  de connexion internet à même de leur permettre de se connecter sur réseaux sociaux. Pour cette catégorie de fonctionnaires, il n’y a désormais aucune raison pour continuer à être dans le bureau s’ils ne pourraient pas se connecter sur lesdits réseaux.

Il est plus qu’urgent de trouver  les moyens pouvant permettre à l’agent public de rester concentrer sur son travail notamment  la satisfaction des usagers et le traitement des instances. Les longues journées à visiter des sites web ou à commenter des posts sur internet  ne résoudront  jamais les multiples problèmes de nos compatriotes qui attendent beaucoup du service public.

Dès lors, il est indispensable que des  réflexions soient menées pour parvenir à une régulation voire une rationalisation de l’usage de ces réseaux sociaux au niveau du service public, dans les bureaux. Les fonctionnaires ne doivent plus continuer à consacrer la durée légale de travail à des  commérages sur Facebook ou whasapp surtout si nous voulons atteindre nos objectifs de développement et aussi  relever les grands défis auxquels notre pays fait face. L’utilisation de l’internet pendant les heures de  travail doit s’inscrire uniquement dans le cadre du service au nom du peuple et des intérêts de notre pays. (A suivre…)

[author ] Soumaila ABDOU SADOU Administrateur Civil [/author]

7 Comments

  1. Ne perdez pas votre temps: collectivement nous ne travaillons pas mais il y a aussi une catégorie de nigériens qui ne souhaitent jamais la réussite de ce pays tant que leurs partis ne sont pas au pouvoir.
    On tournent donc en rond avec un véritable concours d’échec.

    1. ne travestissons pas le débat allons à l’essentiel c’est à dire la dépolitisation de l’administration publique .
      Soumaila ramène le débat là où c’est nécessaire internet fait plus de bien dans l’administration que de mal . Aujourd’hui la connaissance est sur internet profitons et profitons pour mieux nous cultiver .

  2. on peut bel et bien techniquement limiter l’accès à un certain nombres des sites internet (comme les réseaux sociaux), au mieux suivre ce que les gens font (quel site internet, ils visitent, qu’est ce qu’ils téléchargent etc…), il y a plein des méthodes faciles aujourd’hui pour mieux contrôler son système d’information mais vous même dans votre article aviez notifié que certains agents quittent les bureaux des lors qu’il n’y a plus internet donc moi je comprend ici que ce n’est l’internet le probleme….c’est plutôt un sérieux problème de discipline, sinon comment comprendre qu’un agent quitte le bureau comme ça sous prétexte qu’il n’y a pas internet….

    je vous rappelle que dans le privé, il y a bel et bien internet durant toute la journée du travail mais cela n’empêche pas les collaborateurs de travailler car il y a de la discipline et on n’a aucune couverture politique comme c’est le cas dans le publique….

    même sans internet (réseaux sociaux), les agents de l’administration publique ne travaillent pas en générale, je me rappelle une fois au ministère de l’enseignement supérieur, il y a un bureau (nommé je pense bureau d’ordre, moi je dirai désordre oui), je passais à ce bureau tout le temps pour récupérer un papier mais chaque fois c’était fermé, j’attendais 15 minutes voire plus mais jamais personne ne se pointait et quand je demande des informations à quelqu’un à coté, il me réponds que la personne s’est déplacée et qu’elle ne tardera pas à revenir…..ce scenario de cache cache, je l’ai vécu pendant plusieurs mois jusqu’au jour ou par chance j’étais arrivé, le bureau fermé comme d’habitude et par chance quelqu’un m’a dit que la personne est dans un autre bureau au même niveau, j’étais allé la-bas et je vois la personne assise tranquillement entrain de papoter avec d’autres agents et sans gène…..et ce qui m’a encore plus choqué, cette personne n’était pas contente que je l’ai trouvé……je me demande, cette personne n’a t-elle pas de supérieur qui doit la contrôler???on ne peut pas faire ce que l’on veut sinon on reste chez soit!!!!ces genres d’exemples, il y a en plein…..à la douane (entrée de Niamey) un jour, la personne qui s’occupe des dossiers faisait tranquillement son commerce de pagnes et autres articles sans gêne…j’étais arrivé vers 8H, elle est arrivée à 9H 30 je pense et j’étais pris en charge vers 11h30…..car elle doit discuter avec d’autres agents sur la vente de ses articles et tout ça se fait en plein air dans le local de la douane…..le Niger ainsi ne pourra jamais se développer, il faut que nous mettions en tête cela…c’est tout!!!!

  3. Sans tout lire ….TOTO A DIT lui ajoute face a cette admnistration obsolete, moribonde ….absenteiste, si ellle dispose de service IT , pourquoi ce service ne cible pas tous ces reseaux sociaux cités et autres web en bloquant l’acces a ces oisifs et parasites d’agents quand le net est irrelevant a leur travail quotidien…..d’ailleurs travaillent ces agents de l’admnistration en dephasage du Niger….

    S’ils veulent utiliser les reseaux sociaux qu’ils le fassent or des heures de service et aucunement sur le portail officiel…. N’ont ils pas d’autres prestations plus importantes er pressentes que jouer sur les reseaux ….?

    Sont ils payés pour ca ????

    D’ailleurs quelle est la valeur ajoutée de ces agents retardistes qui se pointent a leur poste en retard et quittent les lieux avant leur cloture officielle ….tres pressés a se rendre au mariage , bapteme ou autres manifestations sociales ….a des heures supposées etre des horaires de service……
    Nonobstant tout cela, ils sont payés en integralité:

    Ou est le Patron .?
    Il n’est pas encore venu

    Ou est son adjoint ?
    Il est quelque part dans l’immeuble

    Et le secretaire ?

    Il est chez le Chaiman dehors entrain de prendre sa tasse

    Et l’autre……il mange son sala ou entrain de preparer son Kopto…..

    Mais et les autres …….
    Ils sont a l’ASSAUT DES RESEAUX SOCIAUX ……..AU COMPTE DU CONTRIBUABLE ….

    QUI TRAVAILLLE DONC ; ::: Personne !!!!

    C »est comme ca le Niger…..en dehors de perdre leur temps sur les reseaux sociaux, ils ne savent rien des autres utilités et avantages qu’offrent le Net……

    Ne dites pas que certains de ces agents cherchent femme sur le web aux heures de service …..

    Moi vilain garcon cherche femme jolie qui porte hijab en forme de coca cola…….😂

    1. Lire

      En DEHORS des heures de service….

      Ce que TOTO A DIT VOULOIR DIRE YA qu’avoir systeme de monitoring pour voir qui faire koi, qui vraiment travaillema, qui jouer Poker….Qui chercher femme En place et lieu de travaillema ou ceux la supposés controlés etre aussi sur reseaux sociaux pour amusement ….
      Comme dans admniistration LAISSE GUIDON ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Editorial : Pour Une Révolution Des Mentalités !

Depuis son accession à la magistrature suprême du pays en 2011, le Président de la Républi…