Home ACTUALITE Quelle leçon faudrait-il tirer de l’opération  » Colère de Bohoma  » ?

Quelle leçon faudrait-il tirer de l’opération  » Colère de Bohoma  » ?

Le président de la République du Tchad , le grand soldat, Idriss Deby Itno, vient de donner une grande leçon de stratégie à toute l’Afrique et au monde occidental qui tire les ficelles derrière les terroristes.

L ‘absence des forces étrangères sur le théâtre des opérations d’une part et d’autre part la décision unilatérale prise par le président Idriss Deby Itno de venger ses soldats tués par les terroristes, ont entre autres joué dans le succès de l’opération  » Colère de Bohoma « 

L ‘ attention des complices extérieurs et locaux des terroristes était tourné vers le combat impitoyable que leur livrait le COVID19. Même s’ ils ne mouraient pas tous , tous étaient lourdement frappés par le virus , pour le moment invinsible, qui répand la terreur dans le monde.

Si Le Général Idriss Deby Itno avait attendu les autres pays du G5 Sahel, et autres, l’opération allait coincer car les forces obscures extérieures allaient brouiller les pistes.

Ils ont failli créer le désordre au Tchad pour fragiliser le Général Idriss Deby Itno et certains pays voisins du Tchad, visés, en fin stratège militaire, il a vite agit , déjouer le complot et retourner la situation en faveur de toute l’Afrique .

Toute l’Afrique progressiste ne peut qu’en tirer beaucoup de fierté de cette victoire de l’armée tchadienne contre les forces du mal .

Maintenant il appartiendrait aux autres pays de la sous-region de tirer les leçons de cette bataille de Bohoma et de bien comprendre que seules nos Forces de Défense et de Sécurité , sont capables de sacrifice suprême pour la défense de l’intégrité territoriale de nos Etats .

Tous unis, déterminés , nous pouvons vaincre les terroristes.

La grande leçon tirée de cette bataille, doit s’appliquer à la guerre contre le COVID19.
En effet, les gouvernements africains , les chercheurs africains, et les chercheurs de la diaspora, se devraient de se joindre aux efforts des chercheurs, burkinabès , béninois et autres africains pour faire face au COVID19.

Attendre la solution de l’Europe , de l’Occident, de l’Asie ou des organisations non gouvernementales internationales , c’est opter pour le retard des échéances, c’est choisir la capitulation face aux épreuves.
Or la capitulation, l’impossible ne sont pas de tradition africaine !
Soyons unis, debouts, braves, conséquents et intrépides, l’ Afrique sortira grandie incha Allah !

Par Issoufou BOUBACAR KADO MAGAGI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

LE REPRESENTANT PERMANENT DU PAKISTAN ET PRESIDENT DE L’ECOSOC CHEZ LE REPRESENTANT PARMANENT DU NIGER ET PRESIDENT DU COSEIL DE SECURITE DES NATIONS UNIES

Cette audience accordée au Représentant du Pakistan par le Représentant du Niger porte ess…