Home ACTUALITE Réformes à la DGT/CP : détresse et élucubrations de deux ripoux

Réformes à la DGT/CP : détresse et élucubrations de deux ripoux

Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique

Les documents en fac-similés proviennent, comme il se constate aisément, du quotidien gouvernemental « Le Sahel » du lundi 23 décembre 2013. L’un rapporte les conclusions du Conseil des Ministres tenu le vendredi précédent, et au cours duquel il a été mis fin aux fonctions d’un comptable du Trésor, et l’autre comporte un éditorial au vitriol qui pourfend, justement, les sombres mais juteuses affaires auxquelles s’adonnait allègrement le comptable débarqué.

Le coup fut doublement  dur pour le sieur Abdoul Laye Issoufou Yamoussa, la « victime ». Il a, d’abord, été brutalement privé du filon qu’il avait trouvé à travers son poste de Payeur Général du Trésor. Cette position lui procurait, en effet, une importante manne financière, à la faveur du rançonnement systématique auquel il soumettait les fournisseurs de l’Etat qui avaient le malheur de se trouver sur sa trajectoire. Il a ensuite – et surtout – vu se fissurer la carapace qu’il s’est construite, en déclamant urbi et orbi qu’il est le protégé du Président de la République (rien que ça !). Lequel Président  qui aurait été recueilli, toujours selon ses dires, par la famille Yamoussa durant sa scolarité, et qui lui a donc, une fois élu à la magistrature suprême, renvoyé l’ascenseur en nommant un de ses membres, en la personne de Abdoulaye Issoufou Yamoussa, Payeur Général du Trésor.

Abdoulaye Issoufou Yamoussa a ainsi longtemps bluffé les milieux qu’il fréquentait (particulièrement la DGT/CP), jusqu’à cette date fatidique du 23 décembre 2013 où le couperet tomba sèchement.

L’ex-PGT a, par la suite, mangé son pain noir, trois interminables années durant, jusqu’à la nomination de l’actuel Directeur du Trésor, le 30 décembre 2016. « Oublié » des premières nominations opérées par le nouveau DG, il engagea, illico, une campagne d’intoxication à l’encontre de celui-ci (pour rappel, il avait déjà vainement tenté le même coup contre l’ancien DG -devenu, depuis, son ami – en juin 2016, par le biais du Syndicat).

Il faut dire qu’avec la réélection du Président Issoufou Mahamadou, en 2016, et pensant, sans doute, les frasques qui lui avaient coûté son poste en 2013 effacées de la mémoire collective, il s’est mis à espérer être remis en selle. Mieux, il avait même quelque peu surélevé ses ambitions : être promu Directeur Général du Trésor. La montagne (les nominations intervenues à la DGT/CP) ayant, malheureusement, accouché d’une souris, il se mit tout de suite, frénétiquement, à courir, des sièges du parti aux salons des décideurs politiques, pour dénoncer lesdites nominations. Cette formule ne fut pas couronnée de succès, puisque les responsables politiques auprès desquels il se plaignait l’entendaient sans vraiment l’écouter. L’ex-PGT se tourna ensuite vers la presse – qu’il rencontrait nuitamment, et dans des endroits improbables – espérant qu’elle se fasse l’écho des bobards et autres inepties qu’il débitait. Sans guère plus de succès.

C’est alors qu’il fit, une fois encore, recours à son bras armé, son sbire, son nervis, son exécuteur des basses œuvres, son neveu, le bien-nommé Issa Yamoussa, Secrétaire Général du Syndicat National des Agents du Trésor (SNAT). 

Il se trouve, fort à propos, que le neveu a, lui aussi, maille à partir avec l’instance dirigeante de la DGT/CP. Ses soucis avec la Direction Générale sont liés à la perspective de l’audit de la gestion du fonds social, exercée par le bureau du SNAT, qu’elle envisage de commanditer, dans le cadre des contrôles tous azimuts opérés au niveau des différentes structures de la DGT/CP. Et ça, les syndicalistes du Trésor ne veulent pas en entendre parler ! De ce fait, pour faire disparaître le spectre de cet audit de tous les dangers, ils cherchent vaille que vaille le départ de l’actuel DG, et ainsi pouvoir renouer avec le sommeil qui leur fait actuellement tant défaut. Seulement voilà, incapables, aujourd’hui, de rallier « leur base » autour d’une cause opaque et aux contours mal définis, et leurs aventureuses sorties médiatiques s’étant toutes conclues sur un retentissant fiasco, le SG du SNAT et ses amis sont totalement désemparés, et ne savent donc plus à quel saint se vouer.

M. Ya Moussa Issa Secrétaire Général du SNAT

Issa Yamoussa semble, toutefois, ces derniers temps, reprendre du poil de la bête. Ainsi, sous l’instigation de son « tonton flingueur »,  le SG du SNAT a repris le flambeau de leur « croisade déstabilisatrice de la DGT/CP ». Il s’est, en effet, lui aussi, mis à écumer les salons des responsables politiques, pour critiquer les nominations (encore elles !) opérées à la DGT/CP, notamment celle d’un Ingénieur-Informaticien versé dans le corps des Statisticiens-Economistes (le seul, à ce jour, nommé par décret) à un poste comptable. Pendant ce temps, les mêmes Statisticiens-Economistes sont nommés à des postes comptables au niveau de l’Administration centrale (la Direction du Budget, et, plus récemment, la Direction de la Solde, par exemple), sans que cela ne suscite la moindre réaction du syndicat.  Mais, de toutes les façons, l’intention ultime du SG du SNAT est connue, ainsi qu’il l’a, lui-même, révélée, en se fourvoyant au cours du point de presse qu’il a animé récemment : faire changer le Directeur du Trésor, et ainsi échapper au cauchemardesque audit qui le tracasse comme une épée de Damoclès suspendue sur sa tête.

Faisant feu de tout bois, Issa Yamoussa essaye donc d’embuer l’esprit des décideurs politiques qu’il rencontre, en rabâchant que les nominations jusque-là opérées par l’actuelle Direction Générale lèsent la corporation comptable, le parti du Président de la République, ainsi que la Région de Tahoua.  La part belle, toujours selon ses élucubrations, étant faite aux Statisticiens-Economistes, aux militants de l’Opposition et aux cadres de la Région de … Maradi (précision : mis à part le DG, un seul responsable nommé par décret à la DGT/CP est issu de cette Région). Et pour couronner le tout, ce pseudo-syndicaliste, visiblement saisi de vertigo, taxe le DG d’être lui-même un opposant au régime. Toutes ces balivernes sont, bien sûr, alléguées et assénées sans aucun élément de preuve.

Mais au-delà de tout, en inoculant de telles sornettes, c’est la jugeote même du Ministre Hassoumi qui semble être mise à mal par notre sulfureux syndicaliste, vu que c’est lui-même, Hassoumi Massaoudou, qui a débauché le DG Issa Djibo du siège de la BCEAO à Dakar, et qui a placé en lui toute sa confiance pour la mise en œuvre des réformes de la DGT/CP. Les Yamoussa, ont-ils donc oublié la consigne donnée par Massaoudou, à sa prise de fonction au Ministère des finances ? « La politique c’est mon affaire, puisque c’est mon métier. Ne vous en mêlez pas. Attelez-vous plutôt à votre travail de techniciens », a-t-il conseillé à ses collaborateurs, à cette occasion-là. Une façon, sans doute, de dire que la mission dont il a été investi par le Président de la République ne saurait s’accommoder de considérations d’ordre corporatiste, partisan, ethno-régionaliste ou autres. L’atteinte des objectifs, à travers une mise en œuvre effective des réformes, voilà tout ce qui intéresse le Ministre. La fin justifiant les moyens, peu donc importe les femmes et les hommes qui en sont chargés. C’est, hélas, ce que le clan Yamoussa semble ne pas comprendre. Ou refuse de comprendre, tout simplement.

 

[author ]Garba Mairigia (Web Contributeur) (Tamtam Info News)[/author]

67 Comments

  1. Parceque l’incomptence regne dans ce pays etre comptable est synonyme de richesse obligatoire n’est ce pas? vous verrez tot ou tard vous allez cracher tout vos vols….bandes d’incapables, contentez vous de votre salaire comme tout les autres agents de l’Etat dont les plus benefiques que sont les enseignants

  2. Les gens n’ont pas honte de traiter Abdoul laye dincompetent.. cest la preuve qu’ils ne connaissent pas l’homme. Ils sont juste payés pour agir sur le net et salir l’image de l’homme.
    Pour tous ceux qui sont du rouage du trésor, et ceux qui font section fin/tre à lenam, ils savent qu’en matière de comptabilité publique, qui est l’homme.

    1. Tes deux zozos (les 2 Yamoussa), on ne les connaît, hélas, que trop bien, ne t’en déplaise. A l’ENAM, le Yamoussa dont tu parles ne prends pas d’argent (c’est seulement au Trésor qu’il le faisait, et il n’y allait pas avec le dos de la cuillère, il tapait maaal!), mais il était connu pour attribution de NST. Si tu ne connais pas la définition du sigle, alors renseigne-toi, au lieu de rester là à faire l’avocat du diable.

  3. Messieurs, enlevez vos masques. On connaît qui sont ceux qui sont derrière cette publication. Une affaire qui date de 2013,pourquoi c’est aujourd’hui seulement qu’elle va faire l’objet de commentaire sur le net? Tout ce que Issa et seydou m. Barmou entreprennent, ils le font aux yeux de tout le monde.
    Moi je connais parfaitement toute cette affaire ainsi que les hommes impliqués. Mais de grâce, ninventez pas des choses. Craignez Allah. Et même si on vous a payez pour tenir l’image de ces 2 hommes, dites ce que vous connaissez par crainte d’Allah.

    1. Ce rappel, c’est pour que l’intéressé sache que les gens n’ont pas oublié ses forfaitures, ainsi que son honteux limogeage qui en fut la conséquence. Pour les politiciens, c’est pour qu’il (re)découvrent qui est le personnage, et surtout qu’il est mal fondé à émettre les critiques qu’il distille partout. Ce monsieur n’a aujourd’hui de leçon à donner à personne. Il n’est juste pas content d’avoir été dégagé, et c’est pour cela qu’il s’acharne à saboter ce que les dirigeants actuels font de merveilleux. Il n’a qu’à aller « manger » ce qu’il a entassé, parce que d’autres n’ont même pas eu cette « chance ». Mais comme ce sont des individus qui ne remercient jamais leur créateur, ils restent là à souffrir derrière des postes qui ressemblent de plus en plus à des chimères et à des utopies.

  4. Mais pourquoi de toutes les nominations qui sont faites lors de presque tous les conseils des ministres, il n’y a que celles du Trésor qui suscitent des polémiques? Ces comptables du Trésor qui luttent de toutes leurs forces pour être nommés, aspirent-ils vraiment à travailler pour leur pays, ou bien à s’en mettre plein les poches? On les connaît à la ville, ces comptables, à travers leurs immenses bien amassés, et c’est pour ça qu’on a de gros doutes quant à leur probité. Et ces syndicalistes (de véritables voleurs, paraît-il), de quoi se mêlent-ils dans lesdites nominations? Depuis quand un syndicat nomme des agents à des postes de responsabilité? C’est une grande première au Trésor, puisque cela ne s’est encore vu nulle part ailleurs. Quant à nous autres citoyens, ce qui nous importe, c’est le travail bien fait, et non ceux qui le font. Si les comptables nigériens sont des voleurs du peuple, nous préférerions que de compétents martiens viennent faire du bon travail pour notre développement.

  5. Cela fait la 3ème fois que je vois les syndicalistes du Trésor interpelés sur la question du fonds social, mais jusqu’à aujourd’hui, aucun d’entre eux n’en a pipé mot. S’ils sont cleans, ils n’ont qu’à dire publiquement, devant la presse, par exemple, « nous n’avons pas peur de l’audit qui arrive, parce que nous n’avons bouffé aucun kopeck de nos militants ». Mais apparemment il leur est difficile de prononcer une phrase aussi suicidaire. Au lieu de se défendre sur cette question centrale, ils l’esquivent soigneusement, et se ménagent d’autres lignes de défense complètement farfelues. Un peu comme comme un ministre interpelé par un parlement sur la question de l’éducation qui est malade, et qui répond répond que c’est la raréfaction des eaux de pluie qui hypothèque les rendements agricoles. Aucun rapport!

  6. Mais pourquoi les gens interpelés dans ce papier (comme dans les précédents) ne répondent jamais sur les points où ils sont mis en cause, et préfèrent répondre à côté? J’ai constaté que dans leur point de presse, ainsi que dans certains commentaires qui semblent provenir d’eux, il ne réagissent jamais sur l’essentiel, mais sur des aspects secondaires de la question en débat, et parfois même sur carrément autre chose dont il n’a pas été fait cas. Mais c’est vrai qu’avec les éléments de preuve qui accompagnent lesdits écrits, les choses paraissent difficiles à contester. Kala sourou, les cousins ripoux!

  7. Au temps de l’ancien DGT/CP , Abdoulaye Beidou, actuellement expert à la Banque Mondiale, une application pilotée par Seydou Malam Barmou, a été mise en place, cette application ne permet pas de double emploi dans les paiements.
    Maintenant que seydou Malam Barmou est 1er fondé de l’ACCT, les petites magouilles n’auront plus lieu. D’où la panique dans les rangs de Abdoulaye Issoufou et les yamoussa.

    1. Ils semblent visiblement partis pour paniquer jusqu’à leur retraite, parce que les réformes des finances publiques vont se poursuivre contre vents et marrée. Ils peuvent toujours perdre leur temps, leur énergie et leur argent (même s’ils en ont amassé des tonnes) à vouloir saboter les réformes, mais leur entreprise maléfique restera toujours vaine.

  8. Je suis cadre du Trésor, nous connaissons tous ! arrêtez de vous acharner contre les cadres, économistes staticiens et informaticiens. si aujourd’hui le trésor arrive à éditer des comptes de gestions , c’est grâce à leur apport. Les discutions bien soutenues avec les experts des institutions de breton Woods, c’est encore eux .
    La majorité des cadres qui se disent cadres du Trésor sur papier obtenu frauduleusement ne savent même établir une balance générale des comptes. or ce Seydou Malam Barmou maîtrise parfaitement la chose. Il prête son expertise à certains pays membres de l’UEMOA. Demandez aux ivoiriens , aux burkinabés qui est seydou malam Barmou.
    Au nom de quelle logique, vous voulez l’écarter des cadres du Trésor ?
    Certains d’autres vous ont obtenu leurs diplômes à travers des magouilles, la renaissance a besoin des cadres qui produisent des résultats et non des cadres qui produisent les rumeurs, des délations, ressaisissez vous , rentrez dans les rangs pour apporter votre Pierre à l’édifice au lieu de faire de bureau en bureau, de domicile en domicile pour ragoter. Monsieur Abdou laye Issoufou et Yamoussa, les valeurs s’achètent par des actes et non avec des l’argent sale et des intrigues.

    1. Mais ils sont butés, et sauraient donc comprendre cette maxime. Bon, en même temps, ce sont des gars de Bouza, donc des petits princes du PNDS, qui ne conçoivent pas de se retrouver sur le bas-côté de la route pendant que leur parti est au pouvoir. C’est d’ailleurs pour cette raison que ces deux énergumènes (les Yamoussa) crachent sur des postes comme celui de Contrôleur financier, qu’ils estiment trop peu pour eux. Pour eux, ce sont les « coquilles bien pleines » (DG, ACCT ou PGT) ou rien. Et pour l’instant c’est … RIEN! Pour combien de temps encore? Sans doute jusqu’à ce qu’ils redeviennent en odeur de sainteté aux yeux des décideurs. Et c’est loin d’être gagné!

  9. Revoyez votre propre copie ! les gens que vous citez , n’ont rien à voir avec vos déboires que vous avez provoqués.
    Ces personnes ont autres choses à faire que de perdre leur temps à écrire sur des gens déjà pourries ! Cherchez ailleurs, issa Djibo, Seydou Malam Barmou, Kado et autres sont actuellement très préoccupés par des choses sérieuses que de s’occuper de vos querelles intestines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Drame d’inates : le Président Issoufou écourte sa mission en Égypte…

A la suite du drame survenu à inates où une base militaire des FDS a été attaquée par plus…