Accueil / ACTUALITE / Report de l’organisation d’une journée « ville morte » contre la Loi de finances 2018

Report de l’organisation d’une journée « ville morte » contre la Loi de finances 2018

Mr. Ali Idrissa
Représentant des OSC au CA de l’ITIE International durant la declaration.

La société civile nigérienne a annoncé mercredi soir dans une déclaration, le report sine die de son mot d’ordre de journée « ville morte » initialement prévue jeudi pour protester contre la Loi de finances 2018. En effet, le collectif des organisations de la société civile, après les multiples marches suivies de meetings, avait appelé à une journée « ville morte », dans tout le pays, jeudi, pour dénoncer cette loi qualifiée « d’antisociale ».

Après une large concertation, le collectif dit avoir pris la décision de surseoir au mot d’ordre de journée « ville morte », « pour donner aux différents acteurs plus de temps d’information et de préparation afin que le mouvement concerne tous les secteurs et toutes les principales localités du pays ».

Toutefois, une nouvelle marche suivie de meeting est programmée pour le 25 mars prochain, par les mêmes structures, pour le même motif.

Depuis plusieurs mois, la société civile nigérienne ainsi que l’opposition politique organisent à répétition des manifestations pacifiques sur le territoire national, pour dénoncer, sans succès, cette loi de finances et l’implantation des bases militaires étrangères sur le territoire national, ainsi que la mauvaise gouvernance du régime.

Elles estiment que cette loi accorde « des cadeaux fiscaux aux compagnies étrangères et aux opérateurs du secteur des hydrocarbures, alors que les contribuables les moins nantis sont accablés d’impôts et de taxes ».

De son coté, le gouvernement a soutenu que l’impact des nouvelles mesures contenues dans cette loi de finances sera moindre pour la population.

« Contrairement à ce qu’avancent ses détracteurs, le budget 2018 ne contient pratiquement aucune mesure affectant les campagnes, où vivent 80% des 20 millions de Nigériens, en majorité pauvres », déclare le ministre nigérien des Finances, Hassoumi Massaoudou.

Selon lui, ces mesures concernent précisément les marchés d’ »un secteur qui n’était pratiquement pas fiscalisé et qui fait 59% du PIB ».

À propos de l'Auteur

Source: Xinhua

À propos Administrateur

5 plusieurs commentaires

  1. AICHATOU DIALLO

    bien parler haba kouma

  2. Bonne analyse .
    Changeons vraiment d’attitude et de comportement , pas seulement les acteurs de la société civile ou les politiciens mais nous tous Nigériens .
    Toujours derniers de la planète et on ne se rend pas compte !!!
    Dommage !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  3. pourquoi quand on vous désigne quelque chose avec son doigt c est sur le doigt que vous porter votre regard et non sur sur ce qu il désigne? (cette lois c est pour notre bien ;bien de touts les nigériens) la seule voix pour vider tout bras de fer reste le dialogue .maintenant a votre niveau (societè civile)vous convoqueraient touts ceux qui peuvent aller aux négociations et au fur et a mesure vous élaguer .une personne de la société civile et une personne de la majorité feraient une très bonne paire .le président de la république aime et aime voir touts les nigériens de la majorité comme de l opposition .c est LE PAPA NATIONAL.

  4. Pauvres nigériens.
    Ce n’est avec des marches, des meeting et des journées villes mortes que vous allez sortir votre pays de la honte: toujours dernières nations du monde en termes de création des richesses depuis la fameuse CNS.
    Vous vous êtes déjà assez insultés comme ça, vous avez déjà trop marché contre Ali Chaibou, contre Mamane Ousmane, contre BAARE contre Tandja, toujours avec presque les même arguments qui cache au fond une seule chose: votre incapacité à vous mettre ensemble pour faire ce que personne ne fera à votre place: construire votre pays, créer des richesses avant de vouloir les partager.
    Maintenant il faut s’organiser pour travailler plus et mieux.
    Vous devez aussi supporter les sacrifices qu’exige votre dignité, votre honneur et la crédibilité de votre pays.
    Vous ne pouvez pas éternellement vivre avec l’épargne des autres.
    A BON ENTENDEUR…

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*