Accueil / ACTUALITE / Réunion de la Task Force de la CEDEAO sur la monnaie unique : « Nous devons aborder la question de l’échéance avec réalisme et responsabilité », déclare le Président de la République

Réunion de la Task Force de la CEDEAO sur la monnaie unique : « Nous devons aborder la question de l’échéance avec réalisme et responsabilité », déclare le Président de la République

Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a présidé mardi, 24 octobre 2017 à Niamey, la 4ème Réunion de la Task Force Présidentielle sur le programme de la monnaie unique de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Cette réunion s’est déroulée en présence notamment des Présidents du Ghana SEM Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, du Nigéria SEM Muhammadu Buhari, de Côte d’ivoire SEM Alassane Dramane Ouattara et du Togo SEM Faure Essozimna Gnassingbé, également Président de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO.

Dr Marcel De Souza, Président de la Commission de la CEDEAO, également membre du Haut Comité sur la monnaie unique, a également pris part à cette importante rencontre.

La Session Extraordinaire au sommet de l’Organisation tenue à Dakar (Sénégal) le 23 octobre 2013, rappelle-t-on, avait désigné, dans le cadre d’un Haut Comité, SEM Issoufou Mahamadou et SEM Nana Akufo Addo, pour superviser le processus de création de la monnaie unique de l’espace communautaire.

Le Comité a ensuite été élargi aux Présidents de la Côte d’ivoire, du Nigéria et du Togo, assurant la Présidence en exercice de la Conférence des chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO.

Dans une intervention préliminaire, Dr. De Souza a salué la « clairvoyance du Chef de l’Etat SEM Issoufou Mahamadou, pour avoir réussi à réunir autour de lui les autres membres du Comité, malgré l’abondance de leurs calendriers respectifs».

Ouvrant les travaux, le Président de la République a déclaré que pendant que « nous travaillons à renforcer l’intégration de nos Etats dans tous les domaines, des forces centrifuges et obscurantistes rament à contre-courant et cherchent à déstabiliser nos Etats par des actes de terreur et de barbarie ».

« Nous devons condamner fermement ces actes, et déplorer les pertes en vies humaines subséquentes », a-t-il affirmé, indiquant que les bilans terrifiants des récentes attaques et attentats survenus à Mogadiscio en Somalie, à Maiduguri au Nigéria, à Tongo Tongo et Ayorou au Niger, sont une parfaite illustration du drame qui se joue dans nos pays ».

Le Chef de l’Etat a par ailleurs révélé qu’à l’issue de l’évaluation de la mise en œuvre de la feuille de route sur la monnaie unique, « le Conseil de Convergence, lors de sa réunion du 17 janvier 2014, a fait ressortir de nombreux défis qui exigent l’abandon de l’approche à deux vitesses, pour aller directement à la création d’une monnaie unique en 2020 ».

Pour ce faire, a-t-il dit, les Chefs d’Etat ont convenu de mettre en place chacun un Comité d’experts dont la mission est de les assister dans la conduite de ce projet, ainsi que de se réunir de manière alternée au Niger et au Ghana, afin de constater l’état d’avancement du programme.

La mise en place d’une monnaie unique « est à la fois une décision économique et politique, les enjeux sont importants et les défis multiples et redoutables’’, a dit SEM Issoufou Mahamadou.

Une monnaie unique, en réduisant les coûts des transactions, en faisant converger les taux d’inflation, et en assurant la transférabilité des capitaux, renforcera les échanges des biens et des services, amplifiera la croissance économique et donc, la prospérité des peuples de chacun de nos pays, a-t-il souligné.

« Nous devons aborder la question de l’échéance de la monnaie unique avec réalisme et responsabilité », car les remises en question répétitives des dates de l’avènement de notre monnaie unique, même si elles se justifient, peuvent développer une lassitude et installer un scepticisme dans l’esprit de nos concitoyens ».

SEM Issoufou Mahamadou a suggéré la mise en « circulation à partir de 2020 » d’une monnaie unique au sein des pays de la CEDEAO « qui sont techniquement prêts ».

L’adhésion des autres Etats pourrait se faire « au fur et à mesure », a-t-il dit.

« Nous devons tout mettre en œuvre pour le respect de la date de 2020, même si nous devrions commencer par une formule novatrice. Par exemple est-il possible d’envisager, suivant une approche gradualiste, la création formelle par les Etats qui sont techniquement prêts en terme de convergence macroéconomique, d’une monnaie unique qui pourrait circuler comme une unité de compte à partir de 2020, dans un système de compensation dont la mise en place pourrait provenir d’une harmonisation des systèmes de paiements ?Dans cette hypothèse, les transactions importantes entre les opérateurs économiques de la Communauté seront libellées dans cette monnaie, ainsi que la tenue de leur comptabilité. La circulation des signes monétaires pourrait intervenir à une date ultérieure et l’adhésion des autres états se ferait au fur et à mesure de leur aptitude à respecter les critères de convergence. », a expliqué le Chef de l’Etat.

La réunion a été sanctionnée par un communiqué final dans lequel les Chefs d‘Etat ont proposé une piste pour contourner les gros problèmes de convergence économique et financière entre les Etats : « une approche graduelle privilégiant un démarrage avec les pays qui respectent les critères de convergence. »

Les chefs d’Etat ont également réaffirmé leur « engagement à la poursuite et l’accélération de la réalisation de l’agenda de l’intégration économique et monétaire », et demandé au comité ministériel de la CEDEAO de « se réunir dans un délai de trois mois pour proposer une nouvelle feuille de route en vue d’accélérer la création de la monnaie unique en 2020 ».

À propos de l'Auteur

Source: Presidence de la Republique

À propos Administrateur

8 plusieurs commentaires

  1. J AVAIS ENORMEMENT DE PROBLEMES QUANT A LA DENOMINATION DE LA NOUVELLE MONNAIE……MAIS DEPUIS QUE J AI EU DES DISCUSSIONS AVEC QUELQU UN IL M A ECLAIRE QUE LE NOM DE LA MONNAIE EST DEJA CONNU……A L INSTAR DE EURO POUR L EUROPE ….ALORS POUR ECOWAS……LE NOM DE LA MONNAIE SERAIT ECO…..MAIS SEULEMENT C EST UN TERME EN ANGLAIS……ALORS POURQUOI NE PAS MAINTENIR CEDI POUR CEDEAO???
    AUPARAVANT JE PENSAIS A DES TERMES TELS QUE…CAURIS…..WOURI…..MITCHIGAL…..ET BIEN DAUTRES TERMES.
    MAIS COMME L INTENTION EST DE COUVRIR TOUTE L AFRIQUE ALORS LA CEDEAO DOIT PRENDRE LE DEVANT EN ACCEPTANT COMME NOM DE NOTRE MONNAIE….AFRI……AINSI TOUS LES AUTRES ESPACES COMMUNAUTAIRES VONT NOUS REJOINDRE.
    CELA EST TOUT A FAIT POSSIBLE SI TOUTEFOIS LES ENNEMIS DE L AFRIQUE AVEC LA COMPLICITE DE CERTAINS AFRICAINS NE CREENT PAS DE PROBLEMES A MAHAMADOU ISSOUFOU ZAKI CAR MAHAMADOU ISSOUFOU ZAKI A PROUVE QU IL EST UN BON RASSEMBLEUR ET VISIONNEUR…….

  2. Mr Issoufou,

    Lire des articles de même pour galvaniser le nationalisme est inutile car voyez-vous le Niger est le seul pays entre-autre de l’Afrique de l’ouest qui ne rempli aucun des objectifs de convergence. Je crois me rappeler que Gbagbo voulait ouster le Niger de cet objectif. Maintenant, quels sont les facteurs de cette convergence: minimement est l’autonomie dans des domaines économiques: le Niger n’a aucune autonomie dans aucun domaine tangible. Qui parle de tangible met en avant des facteurs comme l’électricité, l’agriculture… Ce qui veut dire que le Niger est le chien fou dans un jeu de quille car même en nous mettant en avant de cette lutte-ci, les pays plus stables économiquement francophones vont tout de suite nous surclasser même s’ils rentrent après nous dans le cadre de la mise ne place de cette monnaie.

    • Merci de cette lucidité, pour la monnaie je crains que nous soyons en train de mélanger le nationalisme avec l’économie. Faire croire aux gens qu’ils seront plus riches avec une nouvelle monnaie c’est les tromper lourdement. Tout au plus aurons nous la fierté de l’indépendance, mais aujourd’hui qui est capable de nous expliquer le prix à payer?

  3. ….UN PEU TROP DE PHILOSOPHIE …POUR UNE DÉCISION QUI RELÈVE DES ECONOMIES DE PAYS ASSEZ VULNÉRABLES!!!

    ….ET COMME TOUTE CHOSE QUI EST LIÉE A L’ECONOMIE, …NOUS DEVONS ETRE TRÈS PRAGMATIQUES AFIN DE MIEUX GÉRER LES MENACES (EXTÉRIEURES) AU PROJET DE MONNAIE UNIQUE!!!

    ….UNE DES SOLUTIONS PRAGMATIQUES SERAIT D’ADOPTER ENSEMBLES,…. EN PHASE TRANSITOIRE, L’UNE DES MONNAIES NATIONALES QUI EST EN VIGUEUR (COMME LA NIERA, LE SIDI, ETC.)…

    …CELA PERMETTRAIT DE NE PAS PERDRE DU TEMPS ET DE DÉVELOPPER DE L’EXPÉRIENCE DANS L’USAGE COMMUN D’UNE MONNAIE UNIQUE….!!!!

  4. en tout cas très bon projet, nous espérons qu’il aboutisse, cet espace de CEDEAO a tellement des potentiels que même UE dont nous passons notre temps à demander de l’aide……….cet espace regorge d’une ressource humaine jeune (une sacré richesse si on sait la canaliser)

    bientôt dans cet espace CDEAO, il faut penser créer des centres de recherches communs (médecine, agriculture, élevage, énergie, numérique (cyber) etc), amener toutes les universités de cet espace à travailler ensemble, échanger des idées, des projets, promouvoir les idées innovatrices (élèves, étudiants, enseignants chercheurs etc)…voici ce qui peut nous sauver et les generations futures….jamais ces aides de quelques millions d’euros ou dollars ne nous aideront à booster notre développement…..

    notre développement, c’est la confiance et de l’estime que nous avons en nous même…..

  5. du courage, qu’allah nous fasse le meilleur choix. « il est plus méritoire d’avoir essayer que de n’avoir rien entreprendre »

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*