Home ACTUALITE Sanction à l’encontre des opérateurs de téléphonie mobile : 09 obligations pour lesquelles ORANGE NIGER n’est pas conforme…

Sanction à l’encontre des opérateurs de téléphonie mobile : 09 obligations pour lesquelles ORANGE NIGER n’est pas conforme…

La Présidente du CNRCEP, Mme BETY Aichatou Habibou Oumani a animé ce matin dans les locaux de l’ARCEP, un point de presse au cours duquel, elle a annoncé des sanctions pécuniaires contre des opérateurs de téléphonie mobile opérant au Niger.

D’entrée de jeu, la présidente du CNRCEP a rappelé  les dispositions de l’article 6, alinéas 1 et 2 de la loi N° 2018-45 du 12 juillet 2018, qui stipule  que : « L’Autorité de Régulation contrôle le respect par les opérateurs des prescriptions résultant des dispositions législatives et réglementaires qui leur sont applicables ainsi que des engagements afférents aux licences, autorisations et déclarations dont ils bénéficient et prononce à leur encontre les sanctions correspondant aux manquements constatés.

(…) Que ces dispositions sont reprises dans les termes identiques à l’article 13 de la loi 2018-47 du 12 juillet 2018 portant création, organisation et fonctionnement de l’ARCEP.

Selon Mme BETY Aichatou Habibou Oumani, «il s’agit plus particulièrement pour ORANGE NIGER de :

  1. Augmenter la couverture à l’intérieur des bâtiments :
  2. de son réseau 2G pour atteindre le seuil de 70% dans la ville Konni ;
  3. de son réseau 3G pour atteindre le seuil de 70% dans les villes de Konni, Maradi et Zinder ;
  4. Réduire le taux de coupure des communications en dessous du seuil de 2% dans la ville de Maradi ;
  5. Améliorer la qualité vocale des communications de son réseau dans les villes d’Agadez, de Dosso, Konni, Maradi, Tillaberi et Zinder ;
  6. , dans la ville de Dosso :

Pour la Présidente du CNRCEP, Mme BETY Aichatou Habibou Oumani « Considérant qu’à l’issue du contrôle trois (03) des douze (12) non conformités ont été corrigées ; qu’il reste neuf (09) obligations pour lesquelles ORANGE NIGER  n’est pas conforme, à savoir :

  1. Couverture radio Indoor 2G à Konni (article 4 de la décision n°007/CNRCEP/18 du 04 avril 2018) ;
  2. Indoor 3G à Konni (article 4 de la décision n°007/CNRCEP/18 du 04 avril 2018) ;
  3. Indoor 3G à Zinder (article 4 de la décision n°007/CNRCEP/18 du 04 avril 2018) ;
  4. Qualité vocale des communications à Agadez (article 8 de la décision n°007/CNRCEP/18 du 04 avril 2018) ;
  5. Qualité vocale des communications à Dosso (article 8 de la décision n°007/CNRCEP/18 du 04 avril 2018) ;
  6. Qualité vocale des communications à Konni (article 8 de la décision n°007/CNRCEP/18 du 04 avril 2018) ;
  7. Qualité vocale des communications à Maradi (article 8 de la décision n°007/CNRCEP/18 du 04 avril 2018) ;
  8. Qualité vocale des communications à Zinder (article 8 de la décision n°007/CNRCEP/18 du 04 avril 2018) ;
  9. Coupures de communication à Maradi (article 8 de la décision n°007/CNRCEP/18 du 04 avril 2018) ».

Enfin de l’avis de Mme Bety Aichatou Habibou Oumani, « ORANGE NIGER ne s’est pas totalement conformée à la décision N°36/ARCEP/CNRCEP/18 du 30 octobre 2018, modifiée par la décision N°006/ARCEP/CNRCEP/19 du 30 janvier 2019 ;

Considérant la panoplie des sanctions pouvant être infligées aux opérateurs défaillants ; qu’il sied, en l’espèce, d’infliger une amende à Orange Niger ;

Considérant que l’amende sanctionnant les manquements des opérateurs est fixée selon la distinction ci-après :

  1. lorsque l’opérateur est soumis au régime de la licence, l’amende est comprise entre 1% et 3% de son chiffre d’affaires de l’exercice précédent ; 
  2. lorsque l’opérateur est soumis au régime des autorisations, l’amende ne peut être supérieure à 1% de son chiffre d’affaires de l’exercice précédent.

Considérant qu’ORANGE NIGER est un opérateur soumis au régime de licences, que dans ce cas, l’amende à lui infliger doit être comprise entre 1% et 3% de son chiffre d’affaires de l’année précédente . »

Au regard du non respect par ORANGE NIGER des dispositions de la décision N°007/ARTP/CNRTP/18 du 04 avril 2018 portant fixation des paramètre de mesure (couverture, voix et données) et définition de protocole de contrôle de la qualité de service des opérateurs des opérateurs de la téléphonie mobile 2G et 3G, il y a lieu de lui appliquer une amende de 1% de son chiffre d’affaires de l’exercice 2018, s’élevant à Cinquante-deux milliards quatre cent trente-quatre millions huit cent quarante-deux mille quatre cent quatre-vingt-quatorze (52 434 842 494) francs CFA, soit donc une amende de cinq cent vingt-quatre millions trois cent quarante-huit mille quatre cent vingt-cinq (524 348 425) de francs CFA.

Toutefois, selon la Présidentedu CNRCEP, Mme BETY Aichatou Habibou Oumania souligné en conclusion « qu’aux termes de l’article 13, alinéa 16 de la loi N°2018-47 du 12 juillet 2018, portant création organisation et fonctionnement de l’Autorité de Régulation des Communications électroniques et de la Poste : « les sanctions prises par l’ARCEP peuvent faire l’objet d’un recours. Toutefois, ce recours n’est pas suspensif d’exécution ».

Aussi, il faut préciser que ces sanctions seront recouvrées par les services compétents du Ministère de l’Economie et des Finances,  au profit de l’Etat et versées au trésor public, conformément à l’article 13, alinéa 17 de la loi N°2018-47 du 12 juillet 2018, portant création organisation et fonctionnement de l’Autorité de Régulation des Communications électroniques et de la Poste ».

Par Tamtaminfo News

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

QUEL DEVENIR POUR LES VILLES NIGERIENNES ?

A l’heure où l’urbanisation est considérée comme un des phénomènes   marquants d…