Accueil / ACTUALITE / Scandale au cœur de Maradi : 376 millions partis en fumée !!!!

Scandale au cœur de Maradi : 376 millions partis en fumée !!!!

Le décor est surréaliste. On se croirait quelque part à « maza da jika» ou aux encablures de Tarna. Loin des banlieues, vous êtes ici au cœur de la capitale économique du Niger. Précisément à l’ex jardin public, rasé en 2014 et d’où devrait émerger un centre d’affaires pompeux d’une valeur estimée à 1 200 millions de francs CFA. Trois ans après le début des travaux, le décor est resté figé. Même « Maradi Kolliya » dans sa frénésie transformatrice, est passé à côté et n’a rien pu faire.

Une histoire controversée…

C’est parce qu’en effet, il s’est passé beaucoup de chose autour de ce projet né dans la controverse la plus totale. Au départ, un lieu public, quasiment le seul dont disposait la ville de Maradi. Outre le bar, il abritait plusieurs restaurants, et d’autres espaces aménagés que des groupes organisés comme celui des joueurs de pétanque pouvaient investir pour s’adonner à leur sport favori. La chose fonctionnait comme ça, jusqu’à l’arrivée d’un jeune maire, la tête pleine de projets, les uns plus extravagants que les autres. L’un des projets auquel il tenait fermement, c’était justement la construction d’un centre d’affaires à Maradi. Ce qui était louable en son temps.

Mais il fallait trouver un espace pour abriter l’infrastructure. Chose difficile à l’époque, car tous les espaces publics ont déjà morcelés et vendus. Très vite, le jeune maire, Kassoum Moctar, car c’est de lui qu’il s’agit, jeta son dévolu sur le jardin public, situé juste en face de la mairie. Mais comment faire pour déguerpir les gens qui y travaillent et tout le « business » qui y gravite. La solution était vite trouvée. Une campagne aux relents islamistes est montée contre les tenanciers, accusés de promouvoir la débauche dans une ville musulmane. L’affaire était allée plusieurs fois en justice, et plusieurs fois la justice avait débouté le jeune maire. Mais celui-ci passa outre et ordonna le déguerpissement de l’endroit pour raison d’utilité publique …

Mais au moment de commencer les travaux, une autre difficulté s’invita dans l’imbroglio. En réalité le jardin public de Maradi, tout comme l’espace sur lequel est construit la BCEAO, appartiendraient à la Mission catholique de Maradi. Celle-ci aurait porté plainte et d’après certaines sources, l’affaire était devenue une affaire d’Etat entre le Niger et le Vatican. Les mêmes sources précisent que c’est ce contentieux Niger-Vatican qui serait la principale cause du gel de la construction du centre d’affaires de Maradi. Mais quand vint le moment des vérifications, la Mission Catholique n’avait pu produire la moindre preuve de propriété…

… Des noms circulent

Le plus grave et le plus scandaleux dans cette affaire, c’est que les conseillers de la ville n’avaient aucune connaissance de ses contours. Personne parmi eux, jusqu’à une date récente, ne connaissait le montant exact du contrat. Comme tous les nigériens, c’est à la télé qu’ils ont appris le montant, alors que sous cape, on leur parlait de 600 à 700 millions. Ils ne connaissent  ni les nom et prénoms de l’entrepreneur, ni même la dénomination exacte de son entreprise. Il a fallu les insistances de quelques conseillers de l’opposition d’alors (Moussa Mourindi dit Kountché du MODEN/FA et Haladou Iro Murphy du MNSD), pour que, à la dernière session ordinaire 2016, le conseil de ville s’en saisisse et tente de remettre le dossier en selle, après des années de souffrance. Aussi, c’est à cette occasion que les maradawas apprirent que 376 millions avaient déjà été empochés par l’entrepreneur.

Experts comptables dans leur vie de tous les jours, les habitants de Maradi ont vite fait de comparer la somme avancée et les travaux réalisés, pour découvrir l’étendue de la spoliation dont ils sont les victimes. Selon un spécialiste en bâtiment contacté par nos soins, les travaux réalisés ne dépassent guère les 20 millions. Pourtant l’entrepreneur aurait mis la main sur exactement 376 145 031 francs, sur les fonds propres de la mairie. Des voies s’élèvent aujourd’hui pour demander à la Justice (HALCIA ou n’importe quel Procureur) de faire toute la lumière autour de cette affaire et que les responsables de ce scandale rendent à la ville de Maradi ce qui lui appartient. En attendant, les maradawas tiennent pour présumés responsables trois personnes, abondamment citées dans leurs réquisitoires. Il s’agit de :

– Moutari Issa Moussa DG Entreprise M.I.M. basée à Niamey,  bénéficiaire du marché de construction du centre d’Affaire de Maradi. Pour avoir pris leur argent, sachant qu’il n’allait rien faire de bon. La quantité du travail réalisé et la manière dont il a disparu sans laisser de trace (Il n’ya même pas de panneau d’installation de chantier sur place), indique clairement que monsieur Moutari Issa Moussa fait partie de la caste d’entrepreneurs peu scrupuleux, prêts à spolier toute une communauté. A la question de savoir pourquoi cet « entrepreneur indélicat » n’est pas encore trainé devant la Justice,  dans l’entourage de Kassoum Moctar, tout comme dans celui de l’actuel maire, la réponse est toute faite. L’intéressé, disent-ils tous sans  ambages, est un « proche » du Président Issoufou Mahamadou et donc, pas question d’importuner le Président pour une si mince affaire.

– Kassoum Moctar, Président du Conseil de ville de Maradi au moment des faits, actuel ministre de la Jeunesse et des Sports. Pour avoir monté un projet boiteux et controversé qui coute aujourd’hui 376 millions aux caisses de la ville, mais également qui  l’a privé de son seul lieu de loisir à l’époque. Les maradawas lui reprochent particulièrement d’avoir octroyé un si gros marché, sur fonds propres, à un entrepreneur qui ne figurent nulle part sur les registres de la mairie, alors qu’il y’a dans la ville des entrepreneurs qui ont 100 fois les capacités financières et techniques de l’entreprise MIM. Aujourd’hui, à l’heure où la mairie est incapable de payer régulièrement les salaires, celle-ci pleure ses millions disparus et devant elle, comme pour lui rappeler ses travers, se dressent des ruines, symboles de toutes les gabegies faites en son sein.

– Ayouba Moussa, actuel maire de Maradi, successeur de Kassoum Moctar. Pour n’avoir rien fait, ni pour récupérer l’argent de la Mairie, ni même pour contribuer à éclaircir le problème. Celui-ci en effet dès son installation, n’a montré aucun empressement pour parachever les chantiers engagés par son prédécesseur. Les maradawas lui reprochent de n’avoir rien tenté pour relancer le projet lors de Maradi Kolliya, alors que la conjoncture était favorable. A l’époque d’ailleurs, un opérateur économique, en l’occurrence Adamou Hassane Dan Koini (AHK), avait proposé de finir le chantier pour sauver l’honneur de la ville, mais cette option n’a pas été retenue.

Frustrations et interrogations sans réponses

Il reste que tout n’est pas connu dans cette affaire. Les enquêteurs qui suivent le dossier se posent encore des questions, dont la principale : Pourquoi le chantier est toujours à l’arrêt plus de 2 ans après son démarrage ? Est-ce lié au fait que le terrain appartienne à l’église catholique et que son expropriation avait débouché sur un incident diplomatique entre le Niger et le Vatican ? Les partisans de cette lecture des choses soutiennent que l’Eglise aurait mis son véto pour la reprise des travaux à condition que le terrain soit destiné à un usage social. Mais cette thèse ne tient nullement debout, car la BCEAO, la banque des banques,  est située exactement sur le même terrain appartenant à l’église catholique.

Est-ce alors un détournement déguisé comme on en rencontre assez fréquemment dans les administrations publiques de notre pays? Y’a-t-il eu corruption dans l’attribution du marché ? Tous les observateurs sont catégoriques là-dessus. Sinon disent-ils, les travaux se seraient poursuivis où que l’argent avancé aurait été recouvré. Y a-t-il connivence entre les trois personnages au centre du Dossier ? A charge, ils retiennent que le Maire actuel Ayouba Moussa ne se grouille pas pour faire éclater la vérité, et mieux encore, les trois protagonistes de l’affaire sont tous dans les bonnes grâces du régime. Kassoum Moctar deux fois ministre dans le même gouvernement ; Moutari Issa Moussa bénéficiaire d’un autre juteux contrat pendant Agadez Sokni, a été décoré Officier de l’Ordre National de « Mérite » par le Président Issoufou le 18 décembre dernier à Agadez ; Quant Ayouba Moussa, il est toujours le Maire Central de Maradi.

Pour l’heure, les maradawas digèrent leur frustration. Cela s’en ressent dans toutes les conversations autour du dossier. Ils sont frustrés à chaque fois qu’ils passent devant ce qui reste de leur ex jardin public. Ils le sont davantage quand ils voient les principaux incriminés se pavaner avec les honneurs de la République. Ils enragent contre la HALCIA  et la JUSTICE, pourtant témoins de premier plan de leur infortune.

Aux dernières nouvelles, la Mairie de Maradi aurait constitué un « dossier solide » et compte porter plainte devant les tribunaux.

Affaire à suivre !!!

 

À propos de l'Auteur

Elh Kaougé Mahamane Lawaly, Le Souffle Maradi

À propos Administrateur

32 plusieurs commentaires

  1. J’étais dans le comité de Maradi Kolliya, et je vous fais cette confidence au nom de Dieu, le Créateur. La question de la construction de ce Centre à.été soulevé, certains barons de la ville de Maradi se sont carrément opposés à l’insertion de ce chantier dans le programme Maradi Kolliya. Un parmi eux à laissé entendre que ce centre va concurrencer le bâtiment du patronnat de la ville. L’octroi de ce marché est en bonne et due forme selon les documents qui nous ont été présentés par la Mairie de Maradi. Le problème est que la Mairie n’arrive à recouvrer les montants nécessaires pour continuer les travaux. Un commerçant de la ville avait posé la question de savoir comment Kassoum pour payer ses employés et même entreprendre des travaux dans la ville sur fonds propre de la ville. SVP, les acteurs socio économiques et professionnels de Maradi, si vous êtes dans l’incapacité de mobiliser les nécessaires, ne divertissez pas les gens. On sait bel et bien Kassoum a beaucoup de jaloux surtout parmi ses promotionnaires , amis et aussi dans le rang des grands commerçants de la ville avec l’histoire de la construction du grand marché de Maradi. Chez les politiciens de la région, on n’en parle même pas. Un lobby constitué des politiciens, commerçants et certains acteurs de la société est toujours en place et cherche par tous les moyens, comment griller et enterrer Kassoum politiquement et aussi ternir son image aux yeux de la jeunesse. Wallahi wallahi wallahi, Kassoum est mille fois mieux que ses détracteurs!!! L’histoire nous en dira davantage!!!

    • Arrête tes histoires.
      Où tu ne connais pas ton Kassoum ou tu es de mauvaise foi.

    • Toi tu es musulman et tu jures sur un prébendier de Kassoum?

      Je sais que Kassoum est beaucoup mieux que bocu de nos politiciens mais dans sa gestion c’est un flou totale. Donc faut pas parjurer et tu seras devant Dieu pour partager les peines de Kassoum

      On a fait la Fac ensemble mais l’histoire nous dira comme tu le dis de quelle personne se cache derrière Kassoum..On se sait ici dans ce pays là

      • Je sais pas ce que tu appelles flou total. Malheureusement au Niger, le média et la presse ne sont pas en grande partie objectifs et sincères dans l’exercice de leur métier. Ils ont ,(certains) toujours été des mains invisibles des centains hommes politiques. Ils font lire et entendre à l’opinion ce que leurs patrons veulent que l’opinion nationale et internationale sache et note! Faisons travailler notre matière grise et soyons objectifs et sincères dans nos analyses.

  2. De la façon dont on cherchait des preuves pour accabler Kassoum , ce dossier n’allait pas attendre ce moment pour être dépoussiéré. J’aurais voulu qu’on me cite les noms des autres conseillers de la Ville et non ceux cités dans cet article partisan. Vraiment vous me faites honte. Retournée en arrière, et creusez si jusqu’ici une preuve digne de ce nom et palpable de détournement à été trouvée contre ce bonhomme. On cherche partout, mais jusqu’à preuve de contraire, c’est seulement «il paraît», «on m’a dit» qui planent à l’horizon. De grâce chers compatriotes, mettez votre conscience en avant avant de vous glisser sur tout sujet concernant un homme politique. Surtout avec nos journalistes d’aujourd’hui qui en grande partie sont des membres de plusieurs formations politiques.

    • Si c’est maintenant que Kassoum t’a alerté pour venir le défendre sur TAMTAM retourne te coucher.
      Qui cherche Kassoum? A-t-il été blanchi des autres dossiers qui l’on conduit à Kolo?
      Peux-tu- dire au nom d’ALLAH que c’est seulement sur des fausses bases que Kassoum est toujours accusé?
      Un conseil: ne te fatigue pas Mr siyasa.

      • Il est toujours accusé sur des fausses bases. Jusqu’ici personne n’a pu prouver la véracité des faits reprochés à Kassoum. Si tu en possèdes des preuves tangibles et objectives, je les attends.

  3. Corruption, impunité, mauvaise gouvernance, gaspillage des maigres ressources, nominations effrénées des conseillers avec rang de ministres, nomination de ministres en liberté provisoire et trainant des casseroles…est ce là la renaissance ? Quelqu’un du PNDS a t il le courage de répondre ? Merci d’avance espérant un feed back.

    • Si j’etais guristes, je t’aurais tout de suite repondu par une insultes et ta mere et ton pere compris. Mais comme je n’en suis pas un heureusement alors je te souhaite bon vent.

      • Merci. Noter que l’insulte est une arme des faibles d’esprit et de ceux qui n’ont pas de respect pour leurs parents. Puisse Allah swt nous en préserver. Amine

      • S’il vous plait, pardon, respectons nos parents, pas d’insulte grossier, chacun donne son point de vue, merci bien, soyons responsable, éviter le pire.

    • Les maux que vous dénoncez sont réels et ont des racines très profondes dans notre société. Evidemment cela ne dédouane pas le pouvoir actuel. Il faut agir et c’est ce que vous faites en dénonçant.
      Ceux qui sont au pouvoir doivent aussi agir en luttant contre tous ces maux. Mais reconnaissons que c’est une lutte de longue haleine. Voilà pourquoi chaque régime a eu sa commission d’enquête et elles ont, évidemment, toutes échoué.
      Malheureusement, la société nigérienne continue à penser que « la chèvre broute là où elle est attachée ».
      Donc dès qu’on te nomme c’est pour manzer.

      • Tu as raison sur un point, que cela ne date pas de la prise du pouvoir par guri. Ce qui est regrettable, c’est le laisser faire pour ne pas dire l’encouragement fait par le regime guri aux voleurs. Trop de scandals sans suite judiciaire alors que d’honnete citoyens sont jetes au gnouf a cause de leur difference politique.

  4. Dans les cas avec Kassoum Moctar les nigériens n’ont encore rien vu.
    C’est un monstre froid
    C’est un homme sans scrupule
    C’est un bandits des grands chemins
    C’est un truand de la pire espèce
    C’est un sacré menteur
    Tous ceux qui connaissent Kassoum savent qu’il est indigne de confiance.
    Une fois encore, avec Kassoum les nigériens n’ont encore rien vu…
    A bon entendeur…

    • LIRE: dans tous les cas…

    • Seul un bandit peut s’associer a un bandit. Si Kassoum est un bandit, alors il n’est en rien different de celui qui l’a nomme. Tous des gangsters sans scrupules ni respect au peuple nigérien.

      • Vous avez le droit de juger.Je connais les 2. Mais je ne qualifierai jamais celui qui a nommé Kassoum de bandit de grand chemin. Je sais simplement que dans notre pays les combinaison politiques mènent à toute sorte de combinaison. Malheureusement…

        • Ahhhh SVP. Kassoum a été nomme ministre et reconduit alors qu’il venait de purger une peine de prison et que la justice ne l’a pas blanchi. Alors, soit celui qui l’a nomme se fiche royalement de la justice nigerienne, soit c’est un brigade comme lui qui banalise le crime don’t il est accuse.

          • On s’est contenté de dire qu’il n’a pas été condamné. J’admets avec toi que dans ce machin dans lequel que les occidentaux nous ont mis pour leurs intérêts, ce machin qu’on appelle démocratie il y beaucoup d’absurdités. Tu attrapes quelqu’un sur des faits on te fait comprendre la présomption d’innocence. Et puis dans ce machin « Je sais simplement que dans notre pays les combinaison politiques mènent à toute sorte de combinaison. Malheureusement… »
            Je te demande simplement de me permettre de dire que mon Président de la République qui a nommé Kassoum n’est pas et ne peut pas être un bandit de grands chemins. Je connais les 2. Issoufou a une grande valeur intrinsèque. Issoufou est un homme de parole. Issoufou un sens de dignité. Issoufou est un homme courageux et même ses ennemis le reconnaissent. Entre ISSOUFFOU ET KASSOUM c’est comme entre la lumière et les ténèbres.

            • Je ne suis pas seyndou mais je reagi cas meme. Je ne connais pas issoufou et je ne souhaite meme plus le connaitre. Je juge issoufou sur ses actes. Si Issoufou avait une valeur intrinseque, jamais il n’aurait cautionner, planifier et mettre en oeuvre un hold up electoral. Jamais il n’a critique sinon denoncer les conditions mafieuses dans lesquelles se sont deroulees les elections de mars dernier. D’ailleurs il venait de s’en rejouir. Il n’a de ce fait aucune probite morale et toutes ses decvisions, tous ses choix le prouvent a suffisance. Issoufou n’a aucun sens de la dignite, autrement il aurait competit a armes egales avec son challenger hama amadou, or nous savons tous qu’il a maintenu ce dernier dans ses geoles et fait adopter nuitamment en conseil des ministres un arret de la CC pour aller seul en campagne moins de 30 minutes apres. Ceci n’est pas de la dignite, ni du courage, mais de la lachete. Combien de nigeriens sont tombes sous les balles et les machettes de boko haram a diffa sans jamais que issoufou sorte de son bunher du bord du fleuve pour aller reconforter les les familles des victimes ou s’enquerir des conditions des rescapes ? or tel aurait ete le geste d’un homme courageux et rempli d’empathie pour ses compatriotes qui souffrent. etc. etc. ton issoufou n’est rien de tout ce que tu pretends. Bien au contraire. S’il avait une seule des qualites que tu as cite, je serais le premier a le reconnaitre, mais je n’en vois aucunce chez ce monsieur. Rien que dalle.

    • Il faut bien lire l’article cher compatriote. Quand sur un terrain politique, on attaqué une personne à répétition, reculé en arrière et posé—toi des questions. J’ai eu à discuter avec des gens qui le connaissent de près. Et sans risque de me tromper, ce monsieur est victime d’un complot d’une grande envergure. Son dossier passé qui l’avait emmené à la prison de Kollo était planifié et financé par Ibrahim Yacoubou, à l’époque Ministre de Transport et DIRCABA du PRN, et ses acolytes. Le « petit » constitue toujours une menace pour certains leaders qui comptent beaucoup sur l’électorat de la région de Maradi.

  5. L’auteur de l’article aurait dû s’informer auprès de la mission catholique de Maradi. La BECEAO, le jardin public, l’école mission, l’école goulbi, sont propriétés de la mission catholique suivant un Titre Foncier. La mission catholique n’a pas insisté pour éviter un accrochage avec le gouvernement nigérien. C’est la vérité.

  6. Chaque fois nous vous parlons de Pingué alias Kassoum Moctar, mais Pingué est un Grand Voleur, reste beaucoup de surprise

  7. Les Maradawas n’ont qu’à se plaindre d’eux-même!!! C’est pratiquement la seule région du Niger où les analphabètes et les indélicats trônent à la tête tiennent le haut du pavé because they are rich…

  8. Le vrai scandale, c’est ce coup d’etat electoral de la CENI et de la CC de madame diori qui a permis a des minables a la nigeriennete douteuse de continuer a sevir contre les citoyens de ce pays.

    • Vous n’avez pas encore fini avec le contentieux électoral? Tenez bon, vous avez encore quatre bonnes années à vous lamenter…

      • Mais les quatre ans sont pour Dieu, seul decide de ce qu’il fera aujourd’hui, demain, après demain et jusqu’à la fin du monde. Donc ne te donne aucune garantie pour le future. Que Dieu protégé ce pays et nous assiste dans les meilleurs. Que Dieu assiste nos dirigeants pour une meilleure gouvernance.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*