Home ACTUALITE SECRETAIRE GENERAL DU GOUVERNEMENT : L’humiliation suprême !

SECRETAIRE GENERAL DU GOUVERNEMENT : L’humiliation suprême !

Après la décision du gouvernement, à la suite d’un Conseil des Ministres, de, littéralement,  »déloger » du Secrétariat Général du Gouvernement (SGG) pour le rattacher, désormais, au Ministère des finances, nous étions, nombreux, les Nigériens qui attendaient un sursaut d’orgueil de la part de l’actuel locataire du SGG, Gandou Zakara. On avait pensé jusqu’à la dernière minute qu’il rendît le tablier après ce terrible camouflet qui venait de lui être infligé, mais, de toute évidence, Gandou Zakara est sans doute surcoté, pour parler en termes turfiste pour les amateurs de PMU !

En s’accrochant à ce poste vidé de toute sa substance, Gandou Zakara aura, sans doute, bu le calice de l’irrésolution jusqu’à la lie.

Que signifie ou que reste-t-il du SGG sans le contentieux d’Etat ? Comme vous le savez, le contentieux d’Etat est une grosse attribution du Secrétariat Général du Gouvernement (SGG), car c’est lui, comme son nom l’indique, qui s’occupe de tout ce qui à trait au contentieux entre l’Etat, personne morale, avec les particuliers ou autres organismes privés.

En un mot, il règle les différentes plaintes que les particuliers portent contre l’Etat lorsque ce dernier agit en tant qu’agent économique.

Son importance est donc primordiale, car chaque année, soit l’Etat récu père ce qui lui est dû, soit il rembourse ce qu’il doit. Le contentieux d’Etat, sous la responsabilité inconséquente de Gandou Zakara, se trouve aujourd’hui dans une situation controversée.

En effet, souvent par manque de diligence ou simplement quand ce n’est pas de l’éclectisme trop prononcé pour les affaires, ou parfois par incompétence technique notoire, l’Etat du Niger sera rarement sorti gagnant des procès intentés contre lui, condamnant ainsi le Trésor Public à verser des sommes faramineuses aux adversaires.

La liste des échecs qui résume l’affairisme effréné de Gandou Zakara à la tête du Contentieux d’Etat est lon gue comme un jour sans fin, mais dont le cas le plus emblématique reste la fumeuse affaire dite celle de Africard où beaucoup de biens appartenant à l’Etat du Niger à l’extérieur ont fait l’objet de saisie dans un premier temps par le soidisant créancier avant que l’Etat du Niger ne riposte pour faire suspendre les dites saisies en attendant un jugement au fond au cours de ce mois de Juin 2017 !

On sait également que par son entremise, certains opérateurs de téléphonies mobiles, lourdement épinglés par l’Autorité de Régulation Multisectoriel (ARM), s’en étaient bien tirés en ne payant que des sommes dérisoires sans commune mesure avec celles qu’ils auraient dû payer au titre de pénalités. On se rappelle également ses hauts faits d’arme dans l’affaire des billets retirés de la circulation par la BCEAO, où des hommes d’affaires nigériens avaient tenté d’escroquer l’Etat du Niger en allant acheter de vieux billets sous une valeur dépréciative avec des particuliers retardataires pour ensuite essayer de les échanger à leur valeur nominale par le Trésor Public nigérien.

Grâce à la vigilance de la HALCIA mise sur le dossier et aussi grâce à l’intransigeance du Ministre des Finances de l’époque, Gille Baillet, cette affaire tordue n’avait pu prospérer.

Comme on le voit, s’agissant de Gandou Zakara, lui confier la sauvegarde des deniers publics reviendrait tout simplement à confier le chou à la chèvre, ou le cabri à l’hyène. En enlevant de ses attributions légales le contentieux de l’Etat, on ne sait pas quand est-ce que Gandou Zakara prendra conscience qu’il est devenu un boulet pour le régime de la renaissance.

C’est un désaveu cinglant et un revers politique cuisant pour lui, quand le juridique dont il se prévaut quitte le SGG pour atterrir dans les mains d’un ministère financier.

Quel lourd désaveu !

[author ]Rhaissa Mounkaila (OPINIONS N° 374 )[/author]

9 Comments

  1. En plus pour bien défendre les intérêts de notre pays dans ce monde dominé par la mafia nous devons mettre au contentieux de l’Etat des cadres compétents, honnêtes et patriotes. Pas des cadres capables de se mettre, à cause des miettes, avec n’importe quel aventurier pour gruger notre pays.

    NB Pour la seule affaire que je connais qui a été confiée au contentieux de Gandou la solution a été heureuse pour notre pays.

  2. Tam tam info pouvez vous publier tous les résultats des procès gagnés par le sgg et ceux perdus durant la période ou gandou était aux affaires?

  3. Histoire de coquille vide, on connait les auteurs de ce refrain, a lire l’article son auteur aurait démissionné si c’était lui à la place de l’actuel SGG parce qu’il n’y a rien a mettre sous la dent avec le transfert des contentieux au MEF. Vivement que ton tour arrive dans les hautes fonctions de l’Etat.

  4. Le contentieux n’était qu’un aspect des attributions du SGG qui a surtout à s’occuper de la procédure gouvernementale:
    – préparation des conseils de cabinet et des Ministres;
    – élaboration ou finalisation des textes législatifs et réglementaires;
    – conseils juridiques au Gouvernement;
    – arbitrages divers.
    Le SGG a, en outre, autorité sur le Journal officiel. Le transfert du contentieux ne vide, donc, pas complètement ces attributions. Du reste, certains dossiers soulevés par l’article ne devaient, normalement, pas relever du SGG mais du MAE qui a compétence en ce qui concerne le contentieux international.

  5. Allons Allons, Gandou Zakara n´est qu´une consequence de l´incompetence, de l´irresponsabilite et de l´incapacite notoires de mahamdou issoufou a gerer un etat.

    1. Mr le journaliste si le SGG tout entier peut être supprimé aujourd’hui c’est pas Gandou qui est concerné c’est la politique du gouvernement. En vous lisant on peut comprendre aisément qu’après Gandou personne ne va venir comme SGG car il n’y a pas le contentieux dEtat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

La place de l’éthique et de la morale dans la gestion d’un pays

Le respect de l’éthique et de la morale dans les rapports entre les citoyens d&rsquo…