Accueil / ACTUALITE / Seyni Oumarou parle de « harcèlement » des opposants

Seyni Oumarou parle de « harcèlement » des opposants

Mr. Seini Oumarou

Mr Seini Oumarou, président du MNSD Nassara

« En ce qui me concerne, depuis des mois », les autorités recherchent « la moindre faille susceptible de conduire (…) à mon arrestation », affirme Seïni Oumarou dans un communiqué. « C’est ainsi que dans l’impossibilité d’avoir un dossier digne de ce nom, on se rabat sur un ancien dossier dans lequel j’ai été blanchi par la justice », explique M. Oumarou dans ce texte où il rend compte d’un entretien qu’il a eu lundi avec le président Mahamadou Issoufou.

L’ex-Premier ministre, chef de file de l’opposition et président du MNSD-Nassara Seïni Oumarou, a accusé mercredi 15 octobre dernier, le régime actuel de préparer son arrestation et dénoncé « le harcèlement » dont sont victimes les principaux opposants. « En ce qui me concerne, depuis des mois », les autorités recherchent « la moindre faille susceptible de conduire (…) à mon arrestation », affirme Seïni Oumarou dans un communiqué.

« C’est ainsi que dans l’impossibilité d’avoir un dossier digne de ce nom, on se rabat sur un ancien dossier dans lequel j’ai été blan- chi par la justice », explique M. Oumarou dans ce texte où il rend compte d’un entretien qu’il a eu lundi avec le président Mahamadou Issoufou. Rappelons qu’en 2010, sous la junte militaire, M. Oumarou avait été gardé à vue pendant plusieurs jours à la gendarmerie et sommé à rembourser quelque 270 millions FCFA qu’il aurait, à l’époque où il était en charge du Commerce, détournés du Fonds de l’énergie créé pour subventionner l’essence et le gaz domestique. En 2012, la justice l’avait « blanchi » de ces accusations.

« Mais malgré tout le président Issoufou cherche à faire réactualiser ce dossier », dénonce Seïni Oumarou. « Le président Issoufou a également dit ne pas reconnaître le harcèlement dont sont l’objet les principaux leaders de l’opposition », déplore-t-il. Par ailleurs, Seyni Oumarou dit avoir évoqué, le lundi 13 octobre dernier avec le président Issoufou, de trois sujets d’une brûlante actualité, à savoir :  »Les événements intervenus dans le nord du Mali ayant occasionné le lâche assassinat de neuf de nos vaillants soldats ; La situation dramatique de la gouvernance politique actuelle et Le chaos indescriptible de la gouvernance économique et financière ».

À propos de l'Auteur

M.A.D (Sahel Horizons N° 256 DU 22 OCTOBRE 2014)

À propos Administrateur

6 plusieurs commentaires

  1. Messieurs de l’opposition,cessez de vous débattre pour rien.
    Aujourd’hui les jeunes au Niger ont atteint une certaine maturité car ils ne se limitent pas à vos discours tordus
    Les jeunes sont assez intelligents car ils sont formés et ils se servent de leur esprit critique pour juger.
    Certains des dirigeants de l’opposition sont dépassés car ils relèvent d’un autre âge, leur seul chance, à leur époque tout le monde réussi car pas assez de cadres.
    Détrompez vous :
    – on comprend tous vos mensonges
    – vos intestins sont fragiles
    – depuis la conférence jusqu’à ce jour on a vu chacun de vous à l’œuvre
    – les CV de certains sont faux
    – d’autres sont semi-lettrés
    De grâce partez manger l’argent volé aux contribuables et sachez que vous aurez à répondre devant le Tout Puissant

  2. Soyons honnêtes:
    1. A notre âme et conscience y a -t-il eu un seul régime dans ce pays qui n’a pas essayé de « concasser » l’opposition?
    2. Pourquoi les Hama ne veulent pas « qu’on leur applique leur propres lois » ?
    3. Qui plus que Hama a essayé d’attirer vers son camp politique les militants d’autres partis (par le chantage, par de menaces, par l’achat des consciences) ?
    4. Pourquoi vouloir montrer à la face du monde que notre pays tend vers le chaos à propos des actes qui font partie de la vie démocratique ordinaire?
    5. Que cherche-t-on donc, que gagne-t-on à dire au monde entier que notre pays va mal sur toute la ligne?
    6. Pourquoi même Seinie Omar pourtant connu pour son calme et sa modération rentre aujourd’hui dans la danse?
    7. Pourquoi aller encore pleurnicher devant des ambassades?
    8. Cherche-t-on à faire comme les autres, cherche-t-on encore à demander un embargo sur notre pauvre pays?
    9. Pourquoi nous nigériens sommes toujours « à la recherche d’un père »?
    10. Cherche-t-on encore un autre « restaurateur de la démocratie »?
    11. Qu’est ce qui menace aujourd’hui notre démocratie?
    12. Y a-t-il une seule Institution qui est aujourd’hui bloquée?
    13. Le droit d’expression est-il menacé?
    14. Y a-t-il des journalistes en prison?
    15. Y a-t-il un seul pays de la sous -région plus démocratique que le notre?
    16. Pourquoi l’opposition au burkina n’est pas partie pleurnicher devant les ambassades malgré l’intention affaire de Blaise de faire son tazertché?
    17. Qui a vu les bukinabés dire en face du monde entier (comme le fait hama amadou) que leur pays c’est l’enfer, que leur pays est foutu, que leur pays est dans le chaos, que les burkinabés sont affamés…?
    18. En faits certains nigériens n’aiment pas le Niger; ils aiment le gouverner pour voler et là c’est complètement différent.
    Vraiment pauvre Niger

  3. DE QUOI SEYNI A PEUR CONCERNANT SON DOSSIER. EN PLUS IL N’A PAS PARLER DU DOSSIER DE LA RECONSTRUCTION DE LA VILLE DE BILMA DONT IL DOIT ETRE IMPLIQUE. PEUT ETRE SEYNI EST PARTI CHERCHER PORTECTION AU PRES DU PR AFIN QUE CE DERNIER DOSSIER NE SOIT PAS TRANSMIS AU AUTORITES JUDICIAIRES?

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.