Accueil / ACTUALITE / Signature de convention de financement du Programme d’Appui Budgétaire de la Banque Mondiale

Signature de convention de financement du Programme d’Appui Budgétaire de la Banque Mondiale

La Banque Mondiale accorde au Niger environ 60 milliards de FCFA d’Appui Budgétaire au titre de l’année budgétaire 2017

​​​​​​​​Une cérémonie de signature de convention de financement du Programme d’Appui Budgétaire de la Banque Mondiale au Niger s’est déroulée ce matin au Ministère du Plan. Cette cérémonie présidée par la Ministre du Plan Aichatou Kané Boulama en présence du Ministre des Finances, Hassoumi Massaoudou et du Représentant résident de la Banque Mondiale au Niger, M. Siaka Bakayoko a été couronnée par la signature de la convention de financement par laquelle, la Banque mondiale a mis à la disposition de notre pays un appui budgétaire d’un montant de 120 millions de dollars, soit environ 60 milliards de FCFA au titre de l’année budgétaire 2017.

Cet appui, comme l’a rappelé la Ministre Aichatou Kané Boulama se reparti en don pour 30 milliards et 30 milliards sous forme de crédit, et il permettra, à n’en point douter, à notre pays de renforcer sa capacité de financement de ses besoins dans le cadre de son développement économique et social.

La Ministre du Plan a vivement remercié « au nom de SEM le Président de la République, les vifs remerciements du Niger au Groupe de la Banque mondiale pour ses efforts et engagements multiformes à soutenir l’économie de notre pays.
Je saisis aussi cette occasion, pour féliciter l’équipe de la Banque mondiale, ainsi que celle du Niger, pour avoir mené à bien ce dossier qui, selon les échos qui nous sont revenus, n’a rencontré aucune objection lors de sa présentation devant le Conseil d’Administration de la Banque mondiale du fait de la qualité de sa préparation et de la robustesse des réformes qui y sont adossées. Cela est un véritable motif de satisfaction pour le Gouvernement nigérien ».

Poursuivant son allocution, la Ministre du Plan a souligné « que c’est pour la première fois que la Banque mondiale accorde à notre pays un soutien budgétaire d’un tel niveau et que cet appui est la première tranche d’une série d’un programme d’appui budgétaire de 300 millions de dollars, soit 160 milliards FCFA pour les années 2017-2019.

La Ministre n’a pas manqué d’attirer l’attention des uns et des autres que « cela n’est pas le fruit du hasard. En effet, cette décision fait suite aux négociations conclues le 17 octobre 2017 à Washington en marge des Assemblées Annuelles. Ces négociations se sont déroulées en plusieurs étapes et ont été une véritable plateforme de dialogue avec la Banque mondiale sur les réformes clés à mettre en œuvre.

Ces négociations ont également pris en compte les performances enregistrées par notre économie au cours des cinq dernières années avec un taux de croissance annuel moyen de 6,7%, en dépit de multiples chocs internes et externes.

Ce taux est proche du niveau de 7%, jugé nécessaire pour permettre un essor réel de l’économie nigérienne et réduire significativement le niveau de pauvreté.
Je puis vous assurer que les réformes réalisées ont permis d’obtenir des résultats positifs extrêmement importants dans des secteurs qui sont de véritables inducteurs d’une croissance forte et inclusive.»

S’agissant des réformes entreprises par le Gouvernement, la Ministre a rappelé « qu’au niveau du secteur de l’Agriculture, le Gouvernement a adopté une e-plateforme des producteurs et institué son utilisation. Ce dispositif permettra de rationaliser la distribution par voie électronique des intrants agricoles et facilitera à terme le ciblage dans l’octroi des subventions et la délivrance de services de conseils agricoles aux producteurs.

L’objectif ultime de cette mesure est d’améliorer la productivité agricole par l’augmentation des terres cultivées couvertes par les semences sélectionnées, et celle du taux d’utilisation d’engrais.

Dans le secteur de l’Energie, les différentes mesures mises en œuvre par le Gouvernement ont permis l’ouverture de ce secteur à la concurrence et une amélioration de la situation financière de la NIGELEC, afin de lui permettre de financer le programme d’investissement du Gouvernement visant à satisfaire la demande d’énergie du pays.

En matière de Technologies de l’Information et de la Communication, le Gouvernement a pris des mesures destinées à créer un environnement favorable à l’éclosion d’une économie numérique nationale inclusive et compétitive.

La création de l’Agence Nationale pour la Société de l’Information (ANSI) participe de la détermination du Gouvernement de réduire de façon significative la fracture numérique qui existe entre nos villes et nos villages, où vivent plus de 80% de notre population.

Nous sommes convaincus que cela est un facteur de transformation qui créera d’importantes opportunités de nouvelles richesses et d’emplois, notamment pour la jeunesse de notre pays.

Pour les Finances Publiques, d’importantes mesures ont été prises par le Gouvernement pour améliorer la mobilisation des recettes fiscales et l’efficacité de la dépense publique tout en maintenant la dette à un niveau soutenable.
Tel est le sens des amendements apportés au code des investissements, l’élargissement du périmètre de la TVA et la loi sur le crédit-bail ».

La Ministre du Plan s’est dite « convaincue que la crédibilité des réformes réalisées a beaucoup pesé sur la décision des instances délibérantes de la Banque mondiale d’accorder à notre pays cet important appui budgétaire. C’est la parfaite illustration de la qualité de notre partenariat avec la Banque mondiale.

C’est cette même crédibilité des politiques et réformes réalisées et de la Bonne Gouvernance imprégnée à notre pays depuis 2011, sous l’égide de SEM Issoufou Mahamadou, Président de la République du Niger, qui ont amené la Banque mondiale à revoir à la hausse dans une proportion importante l’enveloppe d’allocation des ressources IDA18 à notre pays à un niveau de 1,2 milliards de dollars pour les années 2018-2020.

Pour l’utilisation de ces ressources, le cadre de partenariat qui décline les axes d’intervention de la Banque mondiale dans notre pays est en cours de préparation dans une démarche interactive avec le Gouvernement nigérien, le secteur privé et la société civile. »

En conclusion a réaffirmé « que les réformes adossées au programme d’Appui Budgétaire de la Banque mondiale s’inscrivent en droite ligne des axes stratégiques du PDES 2017-2021, qui ambitionne de créer les conditions d’une transformation structurelle de notre économie à travers notamment la modernisation du monde rural et la promotion du secteur privé.

Je me réjouis que cette cérémonie de signature intervienne à quelques jours seulement de la tenue, à Paris les 13 et 14 décembre 2017, de la Table Ronde des Partenaires Techniques et Financiers et du Forum des Investisseurs pour la mobilisation des ressources financières nécessaires à la mise en œuvre du PDES. Ces deux évènements, d’importance stratégique pour notre pays, sont co-organisés avec la Banque mondiale et le Programme des Nations Unis pour le Développement (PNUD).

Je voudrais également souligner que cette signature intervient quelques jours après l’adoption, après de riches, passionnants et même houleux débats, par le Parlement du « Budget-Programme », relatif à la Loi de Finances 2018. Cet acte témoigne, s’il en est besoin encore, du dynamisme de notre démocratie animée par une large coalition politique qui soutient le Gouvernement dans la mise en œuvre des Politiques Publiques et des Réformes nécessaires pour consolider les bases d’une croissance économique indispensable pour l’amélioration des conditions de vie de nos populations ».

Pour sa part, le Représentant résident de la Banque Mondiale au Niger, M. Siaka Bakayoko a déclaré que c’est un plaisir pour lui d’être ici ce matin avec Madame la ministre du plan pour signer ce premier appui budgétaire qui ouvre la voie pour notre nouveau partenariat avec le Niger dans la mesure où il se situe dans le cadre de notre IDA 2018 pour lequel le Niger a bénéficié d’une enveloppe financière de 1 millard 200 millions de dollar.

Cet appui budgétaire, il faut le noter et un pure produit des autorités nigériennes, qui, elle mêmes ont entreprit des réformes très courageuses dans divers domaines: l’agriculture, les finances, la santé et l’éducation.

Pour M. Souleymane Bakayoko , « c’est au vu donc de ces succès que la Banque Mondiale a voulu accompagné le Niger et mettre en place cet appui budgétaire qui vient encore plus renforcer notre partenariat, mais surtout aider le gouvernement à continuer dans sa lancée des reformes.

Cet appui budgétaire poursuit-il « ouvre la porte à Ta table ronde qui aura lieu à Paris dans exactement 7 jours c’est à dire le 13 décembre prochain, où nous aurons l’occasion avec d’autres partenaires financiers au développement du Niger de reconfirmer notre volonté de concert avec les autorités nigériennes et les autres partenaires pour que les objectifs que le pays s’est assigné, d’abord dans le Programme de Renaissance 2, ensuite dans la Stratégie de Développement Durable et de Croissance Inclusive de la vision Niger 2035 et enfin dans le PDES 2017-2021.

Dans sa conclusion, le Représentant résident de la Banque Mondiale au Niger, M. Siaka Bakayoko a indiqué que « nous voulons prouver à la face du monde, que le Niger est sur une croix ascendante et que nous, les partenaires, sommes déterminés à supporter le Niger sur cette voie. Et c’est la raison pour laquelle je tiens à souligner que ce premier appui budgétaire sur le IDA 2018 et le double de celui que nous avions octroyé au Niger durant l’ancien cycle, ce qui veut dire que la confiance de la Banque Mondiale au Niger est totale. »

À propos de l'Auteur

Tamtaminfo News

À propos Administrateur

16 plusieurs commentaires

  1. Je vous donne la vrai définition de la MONDIALISATION « MONopole de DIAlogue et de la LIberté de SAvoir pour Torpiller les Institutions des Organismes Nationaux » les lettres en majuscules composent le mot mondialisation. Si vous nous comprenons ceci nous devrions plus faire attention et se mettre au travail à l’instar de ces pays occidentaux sinon nous allons continuer à rêver la vie que nous souhaitions pour notre pays au lieu de vivre le rêve que nous souhaitions pour notre beau et cher pays le Niger…

  2. Irresponsabilité, inconséquence, lâcheté et trahisons collectives
    Effectivement ce n’est pas la BM qui fait que nos enfants sont toujours en train de siffler (aller en grève) quand les enfants de toutes les nations du monde sont en classe
    A ce rythme pourquoi nous plaindre d’être toujours classé comme dernière nation du monde en termes d’IDH?

    • Contrairement à ce qui se passe dans d’autres pays, dans notre pays des grèves perlées dans les établissement scolaires ne traumatise personne. C’est comme une fatalité. Pire, chez nous l’école de nos enfants est devenue une variable d’ajustement des combats politiques. Et pour toute la classe politique depuis la CNS.

  3. Vous aurez des commandes d’engrais chimique et des semences non adaptées à notre climat qui détruiront la qualité du sol et des recettes agricoles, ensuite vous aurez des dons en vivres que vous consommerez 1mois sur 12 de l’année provenant de la surproduction annuelle des Etats-Unis, du Canada et de l’Europe. Ainsi vous demeurerez dans la misère continue tout en pensant qu’on vous a aidé.

    Pour ce qui est de la santé, la Banque Mondiale n’intervient pas directement dans l’amélioration du système de santé, pour offrir du matériel de pointe permettant d’améliorer les prises en charge.

    Pour ce qui de l’éducation, le Niger a besoin d’enseignants de qualité, les enfants peuvent apprendre même dans les classes en paillotes et nous avons appris ainsi à Niamey avec des 13 et 14 de moyenne. Il faut les payer régulièrement. Cette méthode d’enseignement qui néglige l’éducation primaire ne nous amènera nul part. Tout enfant qui rate son cycle primaire n »aura jamais de bons résultats dans la suite.

    Le Niger a besoin de dirigeants intègres, dont le patriotisme est avéré, qui se battront corps et âmes pour améliorer tout l’environnement des citoyens.

    Les politiciens doivent cultiver une certaine morale dans leur jeux politique et avoir un bon sens d’orientation et d’objectivité. Si ce pays vit cette misère, cette dégradation c »est uniquement à cause de la classe politique. Et tant que cette classe politique ne change pas, les choses ne feront que se dégrader d’avantage. J’en suis convaincu au même degrés de l’existence de Dieu.

    • ASZ totalement d’accord avec votre analyse. La conséquence de ceci sera que 90% de ce montant retournera aux compagnies étrangères, occidentales plus précisément, les 8% dans les poches des « Ali baba » nationaux et leurs hommes de mains, 1,5% des entreprises nationales et 0,5% aux populations bénéficiaires dans le meilleur des cas.

    • Ok
      Sauf que ce n’est pas la BM qui fait que nos enfants sont toujours en train de siffler (aller en grève) quand les enfants de toutes les nations du monde sont en classe
      Nous allons payer très cher ce manquement.

      • Nous sommes déjà en train de payer très cher, les conséquences de l’affaire MEBA ont depuis commencé à agir.
        Il faut juste très vide arrêter l’hémorragie et limiter les dégâts du proche avenir.

        IL FAUT QUE NOUS TOUS NOUS NOUS SOULEVONS POUR RECLAMER CET ORDRE, DE TOUTES LES FACONS CE REGIME PARTIRA, MAIS LAISSERA L’ETAT DANS TOUTES CONDITIONS, PERSONNE NE LEUR DEMANDERA UN COMPTE.

        • Lire: Il faut juste très « vite »….

        • Nous ne parlons pas de la même chose. Je veux simplement dire qu’avec cette instabilité dans nos écoles il nous sera difficile d’améliorer le classement de notre pays dans le concert des nations.
          A -t-on envie d’un soulèvement pour faire un consensus autour de l’école?
          Dire que l’école ne doit pas être un champ de combat politique. Dire que nos enfants doivent aller en classe comme tous les enfants du monde.
          C’est ça notre problème nous politisons tout.

  4. Vous connaissez un seul pays au monde que les institutions de bretton woods (BM, FMI) ont aide a se developper ?

    • Effectivement la BM et le FMI interviennent toujours pour faire reculer l’Etat au profit du secteur privé et généralement les entreprises étrangères.
      Ainsi la BM avait soutenu Airtel dans sa volonté de poser sa fibre optique au détriment de l’Etat du Niger.
      La BM promet de nous aider avec des aides budgétaires après nous avoir arraché la suppression d’une taxe au profit des opérateurs privés de téléphonie.
      Vous avez dit développement?

  5. Bonjour,

    Félicata Aîchatou, Hassoumi et toute l’équipe. Ainsi, il reste à combattre l’impunité, Dites au Président Issoufou, de cesser de protéger les auteurs. Ce pas digne et c’est même honteux, de la part de celui qui prétend être fan de Oumar Ibn el Khatab. Allah sévira les comploteurs.

    Vivement le NIGER.

  6. Souhaitons que tout ça ne soit pas en contrepartie du cadeau fait aux entreprises étrangères de téléphonie à savoir la suppression de la TATIE qu’elles ont fini par décrocher avec l’appui de la BM.

  7. un appui budgetaire pour l’année 2017 accordé en Décembre 2017???.
    quelle aberration?

Répondre à licide Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*