Accueil / ACTUALITE / Signature de convention entre les ministres français et nigérien des Finances : Une aide budgétaire de 6,6 milliards de francs CFA au profit du Niger

Signature de convention entre les ministres français et nigérien des Finances : Une aide budgétaire de 6,6 milliards de francs CFA au profit du Niger

Du 13 au 14 avril dernier, le ministre des Finances M. Massoudou Hassoumi a pris part, à Abidjan en Côte d’ivoire, à la réunion des ministres des Finances de la Zone Franc.

En marge de cette réunion, le ministre des Finances Massoudou Hassoumi, son homologue français en charge des Finances M. Michel Sapin, ainsi que le Directeur Afrique de l’Agence française de développement (AFD), ont procédé à la signature d’une convention portant sur l’aide budgétaire française 2017 d’un montant de 10millions d’euros, sois 6,6milliards de francs CFA au profit de notre pays.

 

À propos de l'Auteur

Source : Ministère des Finances

À propos Administrateur

7 plusieurs commentaires

  1. projectinvestorgroup@gmail.com

    La société Project Investor Group est spécialisé dans le financement, l’investissement et prêt.Notre groupe est habileté a financé tout projet a caractère rentable. Nous sommes en quette de personne responsable,dynamique,de bonne moralité pour nous représenter valablement en Afrique, dans le but de développer notre société dans les domaines d’activité a s’avoir: L’agriculture a grande échelle,la Construction des logements sociaux, l’élevage moderne ,le transport urbain, commerce import-export, la quincaillerie générale, l’énergie renouvelable,l’extraction minière et autres. Si vous êtes alors intéressé par notre offre, veuillez nous contact via:
    Tel et whatsapp 00 44 74 13 36 90 13 .
    NB: vous pouvez nous envoyer votre adresse e-mail par sms sur le même numéro.

  2. Vraiment il faut utiliser cette aide budgétaire, si elle n’est pas ciblée, intégralement à l’éducation. Il faut aussi renoncer à Tahoua Sakola pour investir les moyens qui y sont destinés à l’éducation et vous verrez que le système éducatif sera mis sur les rails.

    Nous avons déjà 3 échangeurs, ça suffit; tous les chefs-lieux de région ont bénéficié au moins une fois des investissements de la fête tournante du 18 décembre, suspendons un peu et investissons tous ses moyens dans l’éducation.

  3. Coupons le cordon ombilical avec la France…..Ne disait il pas Condé ?

    Pour ainsi dire après plus de 60 ans d’indépendance OCTROYÉE sur un plateau ..les anciennes colonies françaises, actuellement courantes et présentes départements de la France, se doivent d’être majeurs, s’assumer et apprendre à être majeurs. Apprendre à se demarquer de cette mentalité esclavagiste d’eternels et fatalistes assistés…… De aidez nous aidez nous SVP…. De donnez nous donnez nous à cause de Dieu…

    Et TOTO A DIT a voulu partager pour la suite tu n’es pas obligé de lire : un choix, ton choix…
    Droit dans ses bottes, le président Alpha Condé a réitéré à son homologue français mardi 11 avril, à l’Élysée, sa volonté de voir une Afrique majeure qui prend son destin en main.

     Alpha Condé à François Hollande: « L’Afrique est majeure, elle va prendre son destin en main »
    Pour sa visite d’Etat en France, la dernière de l’ère Hollande, le président de Guinée, Alpha Condé, s’est voulu on ne peut plus clair. 
      
    L’Afrique doit prendre ses responsabilités vis-à-vis de l’occident. Elle doit prendre son destin en main. Et les pays occidentaux à leur tour doivent œuvrer à la réussite de cette démarche. 
      
    Cette prise de position quelque peu « syndicaliste » du président Alpha Condé va en droite ligne avec celle affichée fin mars à Abidjan, lors de la conférence internationale sur l’émergence de l’Afrique, quand il invitait les africains à « couper le cordon ombilical avec l’ancienne puissance coloniale ». 
      
    Sous le regard parfois stupéfait de François Hollande, Alpha Condé a continué son analyse sur le devenir de l’Afrique en réaffirmant différemment ses propos tenus à Abidjan. 
      
    Le président en exercice de l’Union africaine a réitéré son souhait que le problème africain soit résolu par les africains. Une position qu’il croit partager avec son homologue français.

    « Aujourd’hui nous sommes déterminés. Nous voulons coopérer avec les autres pays, mais en tant que pays majeurs. C’est à dire une coopération État – État avec des intérêts réciproques ». 
      
    Il a invité la communauté internationale à laisser le continent africain tracer son propre chemin. 

    « Il faut qu’on accepte que l’Afrique définisse sa voie pour le développement et sa voie démocratique. Bien sûr il y a des principes universels de la démocratie. Mais il faut qu’on cesse de prendre l’Afrique comme un seul État. Que les ONG ne continuent pas à penser que ce sont elle qui doivent décider à notre place ». 

    Enfin, le président Condé a insisté sur le fait que l’Union africaine décide de prendre ses responsabilités en engageant de multiples réformes dont celui relatif à son propre financement. 
      
    « Nous parlons d’une seule voix », a-t-il signifié, en citant les dossiers comme l’immigration, l’énergie renouvelable, le terrorisme. 

    Dernièrement, quand j’étais en visite d’Etat au Sénégal, je suis allé, avec mon frère Macky Sall, voir les chantiers de Diamniadio. J’ai vu qu’on a commencé à favoriser les entreprises africaines. Il faut qu’on ait confiance aux hommes d’affaires africains», a déclaré le président guinéen Alpha Kondé qui demande à ses homologues africains de faire aux entrepreneurs du continent.

    La nouvelle classe politique française devra voir en l’Afrique un « partenaire stratégique prioritaire », continue le président, évoquant le « problème de l’émigration », qui ne peut être réduit qu’au prix du développement du continent, « un grand marché et une usine ».

    Au sujet du terrorisme,
    Pour Alpha Condé, « tous les pays d’Afrique de l’Ouest sont menacés » par le terrorisme, spécifiant que le « problème déborde maintenant les Touaregs », à l’image du nouveau Front de libération du Macina, qui se réclame de la communauté peule du Mali. S’avouant « inquiet » de la situation, il se dit convaincu que « nous ne pourrons pas vaincre le terrorisme par les armes. C’est en vainquant la pauvreté et en ayant une juste répartition des flux de développement surtout vers les populations de pays vulnérables (…) que nous pourrons vaincre le terrorisme ».

    « Nous ne voulons plus qu’on nous envoie des troupes. Nous voulons qu’on finance l’UA, et qu’on mette des moyens à disposition pour la lutte contre le terrorisme. Nous ne voulons plus que des Français meurent en Afrique », a ajouté le Professeur Alpha Condé.

    Aidez. Nous… Donnez nous….. Bandes de paresseux, bandes d’oisifs…. Retroussez vos manches…. Attachez vos pagnes et lancez vous, avec concscience, à fond dans le travail tout en préservant le bien commun en promouvant le bien être social, en banissant l’enrichissement illicite, en condamnant l’impunité.,en pénalisant réellement…. Réellement la corruption… ‘
     

    • Professeur Condé n’avait il pas raison de dire :

      comment peut on parler d’indépendance quand c’est l’union européenne qui finance l’union africaine ?

  4. Cette perfusion de francois hollande a son valet issoufou ne saurait ni durer ni se substituer aux solutions locales a des maux engendres par la mal gouvernance du meme issoufou. Que valent 6 milliards compare a 200 milliards egares dans le compte d´un escrot international a Dubai ? Que issoufou arrete de se moquer des nigeriens et de ternir leur dignite si tel est qu´il sait ce que le mot dignite veulent bien dire.

  5. C’est toujours l’argent du Niger qui est restitué sous forme d’aide. La France considère la colonisation comme un acte payant. Les colonies continueront à payer la France. La France donnera une part des plus- values en aide budgétaire.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*